Commentaires en ligne 


57 évaluations
5 étoiles:
 (21)
4 étoiles:
 (15)
3 étoiles:
 (9)
2 étoiles:
 (2)
1 étoiles:
 (10)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


90 internautes sur 102 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Epique!!!
Un peu d'histoire:

1996: Guns n' roses entre en studio pour enregistrer un nouvel album. Le groupe se desintègre, Axl Rose, despotique, impose sa vision du groupe aux autres membres. Ceux ci vont peu à peu quitter le navire, lassés par les methodes de travail instauré et l'esprit de groupe qui s'était envolé.
Le...
Publié le 16 novembre 2008 par Collette Vincent

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Pas si mauvais
Bon alors c'est certain ce n'est pas LE Guns N' Roses de la bonne époque, cela s'entend. Mais néanmoins on retrouve quelquechose, une vague filiation. Il est vrai que certains titres font un peu décalés par rapport aux autres et sont peut-être un peu moins bons.
Vue la qualité, ce n'est certainement pas un album qui aurait du...
Publié le 27 mars 2012 par Alex


‹ Précédent | 1 26 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

90 internautes sur 102 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Epique!!!, 16 novembre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chinese Democracy (CD)
Un peu d'histoire:

1996: Guns n' roses entre en studio pour enregistrer un nouvel album. Le groupe se desintègre, Axl Rose, despotique, impose sa vision du groupe aux autres membres. Ceux ci vont peu à peu quitter le navire, lassés par les methodes de travail instauré et l'esprit de groupe qui s'était envolé.
Le chanteur, qui possède les droits du groupe depuis le debut des années 90, recrute de nouveaux employés pour qu'ils composent et enregistrent des kilomètres de bandes d'instrumentaux.
La maison de disque pousse le groupe a sortir quelque chose, et donne des moyens illimité à axl pour l'enregistrement de l'album. Les sesssions s'éternisent. Le Nain Roux, englué dans la depression et les problèmes juridiques, est incapable d'ecrire ou d'enregistrer quoi que ce soit. Les plus grand nom se succèdent à la production, les meilleurs musiciens, les meilleurs studio loués a longueur d'année... En 1999 les choses commencent enfin à se debloquer et quelques chanson voient le jour.
2001: Retour de Guns n' Roses sur scène pour quelques dates. Quelques chansons sont dévoilées. L'attitude est la, mais les morceaux sont différents...
2002: Tournée nord américaine avortée par les promoteurs. Alors que la sortie de l'album semblait imminente, GNR retourne se terrer dans les studios... 3 albums complets seraient déjà enregistrés à cette période.
2006: Après de nouveaux mouvements de musiciens, GNR entame une tournée triomphale de plus d'un an.
Mais seulement... Pas d'album...
2008: Voici enfin venu le moment de mettre dans le lecteur l'album qui aurait du sortir en 2002. Celui ci a été à peine remanié depuis.

La critique:

Chinese Democracy est un peu un "copier/coller" de nombre d'influences, de parties de guitares, de styles, de mélodies, de pistes sonores superposées... Un album surproduit, qui puise sa force dans son escence même: Il n'aurait jamais du sortir.

-- Tout commence par cette intro pesante, et ce brulot rock au riff assasin, "chinese democracy"... Qui en 4 minutes montre que Guns n' roses n'a pas perdu sa hargen et sa pèche, mais annonce aussi l texture sonore des 14 titres: C'est dense, épique, ça abandonne tout le coté blues des 5 premiers albums et plonge dans la musique du 21eme siècle telle qu'on pouvait la voir en 1999.

--Vient ensuite le très pechu "Shaklers Revenge", sorte de morceau de Nine Inch Nail sur lequel on aurait posé des parties de guitares hallucinées. La voix d'axl et de nouveau très travaillée, comme si il refusait de se devoiller trop vite...

-- "Better" est un morceau, comme beaucoup sur l'album, qui peut aussi bien se refferer aux anciennes relation amoureuses d'axl (Stephanie Seymour en tête) qu'au anciens membres de GNR. Le morceau est très surprenant, très carré, avec un refrain la encore très accrocheur et ce break central très heavy. Hormis l'outro bluesy de Robin Finck, les parties de guitares du fantome du déjanté Buckethead (Omniprésent sur la galette, mais hors du groupe depuis 2004) sont d'une belle efficacité. Premier Single de l'album.

-- "Street Of Dreams" est la première ballade de l'album, mais la rythmique est appuyée et le mix entre pianos et guitares est du plus bel effet. La encore Axl se torture a ressaser les mêmes vieux souvenirs sur Stephanie Seymour. Le disque dans sa globalité traite des sujets chers a Axl: Sollitude, Isolation, Peur, Haine, Frustration.

-- "If The World "est un ovni, un groove lent et quasiment hip hop et des guitares tranchantes mixée a du flamenco. Le genre de chose que n'auraient pas pu faire axl avec le line up originel du groupe.

-- "There Was A time" est pour moi un des chefs d'oeuvres du disque. Une montée en puissance, d'un lendemain de cuite difficile vers les sommets epiques de mélodies de guitares à couper le soufle. Les arrangements sont dantesques. Arriver à faire sonner aussi bien un tel bordel relève du miracle.

-- "Catcher In The Rye", composé avec Brian May de Queen, est un morceau vraiment touchant, qui file le sourire. Un de ses morceaux qui donne la courage de se lever la matin pour aller taffer, d'affronter tous ces cons.

-- "Scrapped" est dans la même veine au niveau de la vibe. Mais c'est un morceau très rock qui aurait eu sa place sur les precèdents albums s'il n'y avait pas ces arrangements de voix très spéciaux (Axl Rose a beaucoup écouté Queen et ça s'entend) "No one gonna stop us now"... Reprise de confiance?

-- "Riad And The Bedouins" est la pour rabaisser le moral des troupes. La frustration, thème redondant, est de retour, dans ce morceau aux guitares insaisisables. Du Led Zepellin 3 sous amphetamines, téléporté dans l'espace.

-- "Sorry" est un reglement de compte sous fond de "Epic Doom Metal". Buckethead y livre un numero impressionant. Tout le monde en prend pour son grade (Anciens membres, presse...). Parfois proche de Pink Floyd, le morceau surprend et demande plusieurs ecoutes avant d'etre apprivoisé. Un autre grand moment de Chinese Democracy. "It's harder to live with the truth about you Than to live with the lies about me"

-- "IRS" parle des procés... Les couches de grattes vigoureuses se superposent allègrement sur ce mid tempo efficace.

-- "Madagascar". L'ile s'éloigne peu à peu du continent africain chaque année. Je vous laisse faire le parallèle avec Axl Rose et surtout je vous laisse decouvrir ce morceau remarquable de bout en bout. Ca ne ressemble a rien de ce que GNR a pu enregistrer entre 1987 et 1993, alors bien sur certains fan old school detesteront. Mais il faut reconnaitre que ça ne jette.

- "This I love" n'est pas une reprise venue de "Queen 2" ou "A night at the opera", mais bien un morceau original. Sortir un morceau aussi gnan gnan et naif sans se vautrer releve la aussi du miracle. Ca tiens la route, c'est beau, perso j'adore.

- Dans un epique "Prostitute" s'adressant peut etre bien directement aux fan ou à l'industrie du disque, uncle axl offre un final pop riche en arrangement et claviers ne tout genre, donnant à cet album varié un climax redoutable de melancolie.

Guns n' roses est mort quand "Appetite for Destruction " est sorti, en 1987. Aucun groupe ne peut survivre à ça. Comme un big bang. Et de toutes les planètes qui en decoulent, celle d'axl rose et ses mercenaires et la plus eloignée de se soleil Rock N' Roll. Il repousse les limites de ce qu'on pouvait imaginer d'un disque de Guns n' Roses.

Les guitares sont travaillées desormais commes des orchestrations de cordes. Les arrangement sont omnipresents. Le ton est agressif, provocateur, melancolique, hystérique. C'est du Guns N' Roses. Comme "appetite" en son époque, "Chinese Democracy" resume toutes les influences de ses (Trop nombreux?) musiciens et les envoie valser au plafond.

Ce disque n'est peut etre pas un classique instantané, mais c'est un bel instantané de ce qu'étaient ces chanson a un moment donné. Ces chansons qui n'étaient peut etre pas destinées a sortir un jour.
Chinese democracy est surproduit, pretentieux, mais chiense democracy est un disque sans concessions, un brulot Rock comme pratiquement plus personne ne sait ne faire aujourd'hui.

J'ai attendu ce disque pendant plus de 11 ans.
Et le pire, c'est que je ne suis même pas décu... ;)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


38 internautes sur 46 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Tout simplement génial, 18 novembre 2008
Par 
Benjamin Labarthe-Piol (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chinese Democracy (CD)
Il y a fort à parier que les poncifs pullulent sur cet album. On entendra que Guns n' Roses sans Slash, c'est plus les Guns, et que c'est plus aussi bien. On entendra que ce disque ne valait pas l'attente qu'il a suscité, que AXL chante mal etc.

Et pourtant, c'est bien parce qu'il continue de générer une telle attente après 17 ans qu'AXL (et donc Guns) confirme la grandeur du groupe. Et à ce titre, le bonhomme avait quand même beaucoup plus à perdre qu'autre chose. Alors si tout n'est pas parfait sur cet album, s'il est loin de figurer au niveau du cultissime 'Appetite for Destruction', il reste qu'il évite à merveille toutes les embûches qui se dressaient devant lui. Non, 'Chinese Democracy' ne sonne pas comme un vieux album des années 90. Là où les critiques chantent les louanges d'un Metallica "revenu aux sources" ou d'un AC/DC pulsant son Hard Rock à près de 60 ans, Rose démontre au contraire la vitalité d'un groupe qui, tout en sonnant actuel, sonne comme... du Guns n' Roses. Tout simplement. Evident me direz-vous? Le tour de force était ardu. Ainsi, des titres comme 'Better' ou 'IRS' auraient pu figurer sur 'Use Your Illusions' de par leur qualité mais ne paraissent à aucun moment anachronique.

Et le cas Slash, enfin? Car il faut bien le régler. Et bien, que l'on trouve ça triste ou non, son absence ne pèse pas. Les nombreux guitaristes essayés par AXL Rose n'ont jamais pu prendre sa place mais c'est justement ce que Rose voulait éviter. Au lieu de ça, ils remplissent leur partition à merveille. Car finalement, cet album n'est autre que la preuve, à posteriori peut-être, que les Guns, c'est d'abord et avant tout Rose lui-même. Sans doute la dernière incarnation du rock dans toute sa splendeur. 15 ans d'attente, 15 studios cramés, et alors? Le chanteur n'a l'air d'en avoir cure, pas plus que ses retards désormais légendaires à ses concerts. Et des leaders de sa trempe, capables de cristalliser tant de critiques sur sa personne, cela manque. Alors, on ne boudera pas notre plaisir d'écouter ce 'Chinese Democracy', en forme de rêve devenu réalité...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


14 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 RETOUR EN FORCE, 7 novembre 2008
Par 
Hellblazer (Nice) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chinese Democracy(Double Vinyle) (Album vinyle)
15 ans d'attente pour cette arlésienne qu'est « Chinese Democracy »... rien que ça ! Paraîtra ? paraîtra pas ? Eh bien oui, finalement. Alors quid en 2008 du « plus grand grand groupe de rock du monde », comme on le disait dans les 90's ? Difficile d'être objectif quand l'on sait que seul Axl Rose subsiste du line-up originel, accompagné par le discret Dizzy Reed. Comment continuer sans les icônes ?... Slash et son jeu si unique, « patte » inimitable de GNR, ainsi qu'Izzy Stradlin et son importance dans l'inspiration des morceaux, sans compter la fougue des McKagan, Sorum, Clarke, Adler... On met les compteurs à zéro et on redémarre ! Au menu le furieux Ron Thal, le barbu Robin Finck et Richard Fortus aux 6 cordes, Tommy Stinson à la basse, Brain à la batterie, Chris Pittman aux claviers/programmation et bien sûr D. Reed aux claviers/percu et choeurs... peut-être d'ici-là encore quelques changements vu le caractère du sieur Rose ?

Il faut donc accepter de tourner la page et de donner une nouvelle chance à ce projet, qui malgré tous les rebondissements... existe bel et bien ! On a pu entendre déjà moults titres, entre les apparitions live en 2007 et 2008, le single et les fuites multiples. Et force est de se rendre à l'évidence : GNR n'est pas mort, et GNR 2008 a évidemment bien changé depuis 1993... il aurait même terni sa superbe s'il avait tenté de s'auto-plagier. Intelligent, le père Rose...

Les compos sont très soigneusement travaillées (ils ont eu le temps...), et autant l'avouer tout de suite : si le son Slash est absent, Thal et Finck tirent très bien leur épingle du jeu et font presque illusion (sans mauvais jeu de mots...) : ils ont du bien bosser le style du chevelu bouclé hirsute, même si en tant qu'artistes ils n'ont pas à rougir par rapport à Slash.

Axl Rose a su motiver ses troupes et livre là un très bon album de métal tendance GNR, avec un son hyper moderne, une production pas chinoise pour 2 sous (pardon...), et une véritable envie de faire revivre, voire évoluer, le mythe. L'ensemble, construit sur des mid-tempos et des tempos rapides, est très homogène. On a droit à un océan de sons et ambiances alambiquées, à la voix nasillarde de Axl (qui nous emmène dans des sonorités qu'on ne lui connaissait pas... chapeau), à des murs de grattes avec parfois de méchantes attaques et plus généralement une véritable virtuosité des 2 six-cordistes ! D'ailleurs rassurez-vous, on retrouve quand même l'atmosphère et la teinte sonore GNR... mais qui aurait subi un bon temporel de 10 ans, à l'image du single éponyme. Vu l'attente, chaque titre ferait presque figure de pépite !

Donc au final, même si beaucoup le jugeront en deçà des himalayiens « Appetite for destruction » ou « Use your Illusion », pierres angulaires du métal contemporain, cette démocratie chinoise n'a pas pour autant l'ambition de se poser là en "Appetite" N°2, et se hausse haut-la-main bien au-dessus de nombreuses productions actuelles fadissimes et balance Sévère (avec une majuscule...). Les fans vont adorer. Gageons que ce retour en force donne les crocs au génial et timbré Axl Rose pour la suite... s'il y en a une, et on le souhaite !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Différent mais mature et actuel, 25 novembre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chinese Democracy (CD)
Pour ma part, je trouve l'album très bon sorti de son contexte (à savoir la nostalgie de l'ancien line-up, l'attente de 15 ans, la promesse de l'album qui tue etc)
Alors oui il a des défauts : des titres en trop (If the world, Rhiad and the bedouins notamment), la surproduction qui rend le tout un peu trop artificiel, le nombre délirant de musiciens différents... mais il faut bien reconnaitre que certains morceaux valent largement les meilleurs anciens, je pense notamment à : Better, There was a time, Sorry...
Et cette voix... A mon avis Axl n'a jamais aussi bien chanté : les intros de Street of Dream et Scraped ou encore Madagascar, This I love... Une voix unique qu'il fait bon de ré-entendre. Donc moi je dis chapeau bas Mr Axl Rose...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 L'Arlésienne habite Los Angeles !, 23 novembre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chinese Democracy (CD)
Du temps où les Gunners étaient en activité, je pensais que les coups de folie du Père Axl étaient d'habiles coups de communication.
Quand on a vu avec quelle méthode et application il a cassé l'un des plus grands groupe de rock de l'époque, on y a cru un peu plus.
Ensuite, l'affaire "Chinese democracy", la plus grande farce de l'industrie du disque !!!
Oui, Axl était vraiment fou.
Et, contre toute attente, à la fin 2008, le Fou sort enfin cette galette qui fait fantasmer, en bien et en mal, plein tout plein de monde...

Ce matin, au boulot (hé oui, pour gagner de quoi m'acheter éventuellement ce disque, j'en suis là, ha ha ha !), je me le colle en écoute sur un site de streaming (pas de pub, OK).

Damned ! Le Fou n'est pas que fou, il est aussi génial.
Et en plus il chante. Si, si.
Je détestais ses coassements de crapaud sous LSD de la Graaaaaande période des Guns. En fait j'aimais les chansons et surtout Slash.
Là, surprise, Axl chante avec pleins de nuances. "C'est pas possible, ils sont plusieurs", comme me disait il y a fort longtemps une adorable amie pour flatter mes efforts galants.
C'est pleins de guitares, le vieux renard a tout fait pour faire oublier Slash et Izzy. Les p'tits nouveaux y ressemblent souvent et ajoutent en plus une dimension shredder de bon aloi (et je mets 2 Euro dans le nourrin - dixit Maitre Capelo).
Question poum-poum Brain est excellent pour amener tout ce petit monde. Je le savais déjà dans Praxis, l'équation "Brain = Grand batteur" est validée définitivement.
Je m'attendais aussi à de la mélasse façon "November rain", il n'en est rien, les passages lents ont de la gueule.
Pas franchement dans l'air du temps, ou si peu pour ne pas faire ringard, cet album nous ramène à ce que ce groupe avait de meilleur : énergie, mélodie, guitares sans tomber dans les errements des années 90.

Conclusion : ce mec est fou, certes, mais il est génial.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Pas si mauvais, 27 mars 2012
Par 
Alex (Nantes, France) - Voir tous mes commentaires
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chinese Democracy (CD)
Bon alors c'est certain ce n'est pas LE Guns N' Roses de la bonne époque, cela s'entend. Mais néanmoins on retrouve quelquechose, une vague filiation. Il est vrai que certains titres font un peu décalés par rapport aux autres et sont peut-être un peu moins bons.
Vue la qualité, ce n'est certainement pas un album qui aurait du nécessiter une quinzaine d'années à sortir, mais il n'est pas si mauvais que l'on a pu le lire ou l'entendre. Après plusieurs écoutes on s'y fait plutôt bien et on se prendre même à apprécier certains morceaux (personnellement Chines Democracy, Better, Riad N' the Bedouins et aussi Shackler's Revenge dans un autre registre). Clairement cet album est plus dans la lignée des Use Your Illusion que de la fougue d'Appetite avec pas mal de rocks plus lents, moins violents.

Voilà personnellement je ne l'avais pas acheté à sa sortie, j'ai attendu qu'il soit en promo chez Amazon (4 CD pour 20 euros) et à ce prix je ne regrette pas.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 This, I love !, 13 janvier 2010
Par 
Pinteno (france) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chinese Democracy (CD)
Je crois que nous sommes tous d'accord, cet album n'aurait pas dû paraître au nom des Guns N Roses, mais écoutez-le au moins une fois sans penser au GN'R d'autrefois. Que trouve t-on ?
Des compos soignés, des paroles profondes, un Axl Rose qui n'a jamais aussi bien chanté, et une floppé de musiciens excellent.

Mention spéciale a la chanson This I Love, très profonde et très prenante, une compo merveilleuse qui j'espère atteindra un jour la notoriété qu'elle mérite.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une surprise. Une perle!, 9 décembre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chinese Democracy (CD)
Etant un grand fan des G N'R a leur grande époque, et après avoir attendu de tres longues années avec impatience, je dois reconnaitre que je ne l'attendais plus cet album... Et puis comme par magie, il est arrivé et malgré tous les préjugés que j'avais au départ, il faut reconnaitre que c'est un album magnifique, un album qui mérite plusieurs écoutes pour en faire un bilan définitif... Par rapport aux anciens Gunners, on peut dire que mis a part le grand Slash (irremplaçable!), ils ont tous gagné en qualité technique!
Pour moi cet album est nettement suppérieur use your illusion 2 dans sa globalité, et certaines chansons (better, irs, there was a time, this i love, prostitute, scraped, sorry...) sont des classiques de G N'R!
Quand on écoute le dernier ac/dc, bon album mais d'un classicisme exagéré qui aurait pu sortir tel quel il y a 20 ans, on ne peut que félicité Axl d'avoir pris des risques et modernisé le son "Guns"...
Bravo Axl...
Ps: aux fans je conseille le vinyle, il est magnifique...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 14 Years, 8 décembre 2008
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chinese Democracy (CD)
Comme dans leur chanson. Ca fait quatorze ans...depuis 1994, depuis Cobain, Snoop Dogg, Tarantino, NIN, Brian Wilson a même trouvé le temps de finir Smile. La chose a été parfaitement résumée : la dernière fois qu'un album de nouveaux morceaux des Guns est sorti, Bush était président. On parle ici du père de W. Du côté des Gunners, tout a déjà été résumé ici plusieures fois : départs, limogages, projets solos et Axl qui pétardait tout seul dans son bocal sans que personne ne sache exactement si il comptait réelement sortir un nouvel album un jour. Le nouvel album est là et, encore une fois, il a déjà été décortiqué ici titre par tire plusieures fois. Et oui, faut bien admettre, les compos ont de la gueule, les mélodies sont là : Axl a bel et bien gardé ce petit truc qui lui a déjà permi d'écrire des merveilles comme November Rain, Breakdown ou Estranged, auquelles ont succedé Street Of Dreams, Catcher In The Rye ou This I Love, il sais toujours pondre un refrain ou un couplet qui accroche sans pitié (quand Shackler's Revenge ou There Was A Time démarrent vraiment, c'est irrésistible), c'est toujours un génie pour ce qui est de mettre sa parano sur partition (avant il y avait Out Ta Get Me ou Right Next Door To Hell, maintenant il y a Better, Sorry ou I.R.S.) il a clairement été impressioné par pas mal de trucs pendant toutes ces années (NIN et Pumpkins comme ça a été justement noté, les U2 experimentaux des années nonantes semblent également l'avoir fortement marqué) et les guitares hurlent bel et bien (quand on voit le nombre par titre dans les crédits, ça s'explique tout de suite). Enfin bon, le gars sait toujours faire de la musique. Mais pas tout seul. Ce qui ammène (selon moi) au problème majeur de cet album (à part le fait que sa sortie sans arrêt repoussée-depuis la fin des nineties quand même-fait que ce qui aurait sûrement sonné très moderne et avant-gardiste il y a huit ans sonne aujourd'hui comme une rétrospective des courrants rock depuis la sortie de Spaghettis Accident) : Si Chinese Democracy est un album fort, il n'est en aucun cas un disque de Guns N'Roses. Et non, ce n'est pas parler en vieux fan aigri, c'est tout simplement la vérité. Il manque quantité d'élements dans cet album qui avaient rendu Appetite For Destruction ou les Use Your Illusions aussi bons. Ces élements, on les retrouves dans les disques qu'on sorti Izzy Stradlin, Slash et Duff McKaggan. Car ce qui fesait la force des Guns (comme pour tout grand groupe), c'était cet alliance improbable entre plusieures talents qui, contre toute attente, finissent par se compléter. Alors désolé, mais ceci n'est pas le nouvel album de Guns N'Roses. Le nouvel album des Guns, vous pouvez le deviner en écoutant les divers projects solos des ex-membres du groupe (y compris ce Chinese Democracy qu'il faut bien reconnaitre comme le premier album solo d'Axl, tout bon qu'il soit) et en imaginant ce que cela aurait donné si ces mecs avaient été capables de se supporté assez longtemps pour pouvoir synthétiser leurs meilleures idées et les réunir sur bande magnétique. Comme pour Appetite For Destruction ou les Use Your Illusions, quoi. Ce qui nous prive de trucs comme Coma, Paradise City ou Civil War. Pour ne pas dire Welcome To The Jungle ou You Should Be Mine. Et puis quatorze ans (en fait, dix-sept depuis le dernier album de chansons originales) pour ça, faut tout de même admettre....malgrès les bons passages, ça parrait quand même poussif quand on sait que pendant ce temps-là, Izzy a sorti pas loin d'une dizaine d'albums, Slash deux solos, Duff un solo plus son groupe Loaded, sans parler des deux albums de Velvet Revolver. Faut être honnête : on comprend mieux pourquoi on avait dû attendre cinq ans entre Appettite et Illusions (et encore, il y avais eu Lies pour patienter).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


21 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 RETOUR EN FORCE, 7 novembre 2008
Par 
Hellblazer (Nice) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chinese Democracy (CD)
15 ans d'attente pour cette arlésienne qu'est « Chinese Democracy »... rien que ça ! Paraîtra ? paraîtra pas ? Eh bien oui, finalement. Alors quid en 2008 du « plus grand grand groupe de rock du monde », comme on le disait dans les 90's ? Difficile d'être objectif quand l'on sait que seul Axl Rose subsiste du line-up originel, accompagné par le discret Dizzy Reed. Comment continuer sans les icônes ?... Slash et son jeu si unique, « patte » inimitable de GNR, ainsi qu'Izzy Stradlin et son importance dans l'inspiration des morceaux, sans compter la fougue des McKagan, Sorum, Clarke, Adler... On met les compteurs à zéro et on redémarre ! Au menu le furieux Ron Thal, le barbu Robin Finck et Richard Fortus aux 6 cordes, Tommy Stinson à la basse, Brain à la batterie, Chris Pittman aux claviers/programmation et bien sûr D. Reed aux claviers/percu et choeurs... peut-être d'ici-là encore quelques changements vu le caractère du sieur Rose ?

Il faut donc accepter de tourner la page et de donner une nouvelle chance à ce projet, qui malgré tous les rebondissements... existe bel et bien ! On a pu entendre déjà moults titres, entre les apparitions live en 2007 et 2008, le single et les fuites multiples. Et force est de se rendre à l'évidence : GNR n'est pas mort, et GNR 2008 a évidemment bien changé depuis 1993... il aurait même terni sa superbe s'il avait tenté de s'auto-plagier. Intelligent, le père Rose...

Les compos sont très soigneusement travaillées (ils ont eu le temps...), et autant l'avouer tout de suite : si le son Slash est absent, Thal et Finck tirent très bien leur épingle du jeu et font presque illusion (sans mauvais jeu de mots...) : ils ont du bien bosser le style du chevelu bouclé hirsute, même si en tant qu'artistes ils n'ont pas à rougir par rapport à Slash.

Axl Rose a su motiver ses troupes et livre là un très bon album de métal tendance GNR, avec un son hyper moderne, une production pas chinoise pour 2 sous (pardon...), et une véritable envie de faire revivre, voire évoluer, le mythe. L'ensemble, construit sur des mid-tempos et des tempos rapides, est très homogène. On a droit à un océan de sons et ambiances alambiquées, à la voix nasillarde de Axl (qui nous emmène dans des sonoritès qu'on ne lui connaissait pas... chapeau), à des murs de grattes avec parfois de méchantes attaques et plus généralement une véritable virtuosité des 2 six-cordistes ! D'ailleurs rassurez-vous, on retrouve quand même l'atmosphère et la teinte sonore GNR... mais qui aurait subi un bon temporel de 10 ans, à l'image du single éponyme. Vu l'attente, chaque titre ferait presque figure de pépite !

Donc au final, même si beaucoup le jugeront en deçà des himalayiens « Appetite for destruction » ou « Use your Illusion », pierres angulaires du métal contemporain, cette démocratie chinoise n'a pas pour autant l'ambition de se poser là en "Appetite" N°2, et se hausse haut-la-main bien au-dessus de nombreuses productions actuelles fadissimes et balance Sévère (avec une majuscule...). Les fans vont adorer. Gageons que ce retour en force donne les crocs au génial et timbré Axl Rose pour la suite... s'il y en a une, et on le souhaite !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 26 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Chinese Democracy
Chinese Democracy de Guns N' Roses (CD - 2008)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit