undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles
35
3,5 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:15,62 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1000 PREMIERS RÉVISEURSle 27 janvier 2009
1) PREAMBULE : virez-moi ce producteur !

Pour quelle raison Bruce Springsteen s'est entiché du producteur Brendan O'Brien, je l'ignore. Alors que Springsteen produisait lui-même ses albums, depuis THE RISING, il s'est adjoint les services du producteur d'Audioslave, ACDC, Rage Against The Machine... A l'exception de l'album PETE SEEGER SESSIONS, bouclé à la maison en trois jours.

Nul n'a besoin d'une oreille sur développée pour constater que le son du E Street Band s'en est trouvé changé, dénaturé. Trop de chansons de THE RISING étaient polluées par des gimmick électroniques, boite à rythme, sur MAGIC, trop de pistes superposées, un manque de distinction entre les guitares, des solos ensevelis sous des arrangements parfois pompeux, des cordes à revendre... Il suffit de réécouter « Backstreet » en 1975 enregistré à quatre musiciens, ou « Drive all night », pour comprendre que la puissance et l'intensité du E Street Band ne vient pas du nombre des pistes empilées sur un magnéto...

2) WORKING ON A DREAM ne fait donc pas exception à cette nouvelle règle. L'album a été enregistré très vite, entre deux dates de tournée MAGIC, et Springsteen disait que la plupart des versions sélectionnées étaient les premières prises. Mais le mixage, la production de O'Brien, ne rend pas compte, malheureusement, de cette spontanéité. Le son est sans relief. La caisse claire de Max Weinberg ne claque plus puissamment, ni le piano de Roy Bittan, mixé très en arrière, et les interventions de Federicci à l'orgue hammond, trop discrètes. Quant aux guitares, qui joue quoi et quand, nul ne le comprend... WORKING ON A DREAM aborde des styles différents. Jusqu'à présent, on savait le Boss grand admirateur (entre autre) de la soul de Sam Cooke, désormais il faudra compter avec la pop de Brian Wilson. Il faut aussi prendre en compte l'âge du Boss, qui mine de rien à 60 berges (et oui...) qu'il regarde derrière lui, et repense sans doute aux chansons de Roy Orbinson qu'il écoutait à la radio. Definir le style de cet opus ? Je risquerais... country-pop !

L'album commence par « Outlaw Pete », chevauchée de 8 minutes ensevelie sous les violons, épique, avec un harmonica chialant, très spaghettis, qui n'était sans doute pas le meilleur départ possible pour ce disque. Ce titre n'est pas un « Jungleland » bis, mais en concert, ça donnera son pesant de décibels ! « My Lucky day », oui, voilà du pur Springsteen brut de décoffrage, tendu, comme on l'aime. « This Life » ou « Surprise » sont dans la lignée de ces nouvelles compositions pop, agréables, mais rappelant la période des 90's, qui n'est pas la plus créative du Boss. Notons « Good eyes » qui donne dans le blues douze mesures avec effet de voix et d'harmonica, sauvage, digne de la nouvelle version déjantée de « Reason to believe ». « Queen of supermarket » enveloppée de violons encore inutiles, témoigne du talent de Springsteen à décrire le quotidien de ses contemporains.

Avec ce disque (à l'emballage parfait et très complet), un DVD de 40 minutes sur l'enregistrement, et un CD (non écouté à l'heure où j'écris ces lignes) signé Antoine De Caunes et Gilles Verlan.

Je lis ici ou là que cet album sonne très rock, dans la lignée de MAGIC. Très rock, non, désolé, deux chansons ou trois le sont, mais c'est tout. Ce qui n'en fait pas pour autant un mauvais album. Mais pas l'album qu'on espérait. Le disque transpire toute la générosité de Springsteen envers les personnages dont il raconte les vies, les doutes, les douleurs, les désilusions sous l'ère de W. Bush. Un album qui sonne finalement plus mélancolique que vindicatif. Et on regrettera la cruelle absence (à trois notes près) de Clarence Big Man Clemons.

On attend encore un enregistrement digne de DARKNESS, BORN IN USA, THE RIVER, où on retrouverait en plus de sa verve intacte, le son puissant du E Street Band, débarassé de ces effets de production artificiels, dont Springsteen n'a nul besoin pour imprégner sa musique de lyrisme, d'émotion, et de vérité.

Mais gageons, que sur scène, il boostera tout ça, car c'est définitivement devant un public qu'il reste le patron.
0Commentaire| 24 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Bon, alors ? Il est comment le nouveau springsteen ?
Ben, il est très bien. Les chansons sont vraiment bonnes. ça faisait longtemps qu'un album du boss n'avait pas contenu autant de bonnes chansons. Evidemment, il reste le son, qui est souvent le problème des disques de Springsteen. Souvenez vous du son boueux de ses deux premiers albums (même Born To Run n'échappe pas complètement à cela). Essayez de réécouter Born in the USA et ses synthés pompiers, très typés années 80.
Finalement, celui-ci est plutôt au dessus de la moyenne.
La chanson d'ouverture est une fresque cinématographique de 8 minutes, avec des variations d'intensité assez remarquables. Les autres chansons sont une synthèse des influences de Bruce. De la pop façon Beach Boys, des titres façon Roy Orbison, du gros rock à la Springteen. Et à chaque fois avec la générosité qui a fait la réputation du bonhomme.
A croire que la campagne électorale d'Obama, qu'il a activement soutenu, lui a redonné l'inspiration.
Toutes les chansons sont excellentes et on prend un vrai plaisir à les écouter ... encore et encore.
11 commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 avril 2009
Ce nouvel album de Springsteen est nettement meilleur que le précédent mais à mon avis inférieur à l'excellent The Rising qui a pourtant été pas mal décrié.
à écouter plusieurs fois avant de l'apprécier pleinement car au premier abord il n'accroche pas immédiatement ça semble être du déjà entendu.
Working on a dream contient de trés bonnes chansons qui restent dans la tête longtemps aprés leur écoute . Quelques morceaux acoustiques également de trés bonne facture. Je reprocherai seulement la production de l'album qui est trop fouillée , trop dense comme sur le précédent Magic , avec des enregistrements superposés de guitares et autres ce qui rend le son trop confus,trop épais , un manque de clarté évident . peut être un changement de producteur car dans The rising le son par contre était trés clair. Je vous conseille la version de luxe avec le DVD des sessions d'enregistrements car on découvre en quelques accords de guitare acoustique tout le génie de compositeur de Bruce et on peut regretter de nouveau que l'album n'ai pas été plus direct, plus spontané dans sa réalisation.
A classer parmi ses meilleures albums et enfin on entend notre cher Bruce enfin sourire aprés toutes ces années post 11 septembre ou il nous avait paru bien triste .
Continue de nous faire plaisir Bruce on a besoin de toi !
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 août 2009
Premier objet de satisfaction pour le fan que je suis : Springsteen n'a jamais été aussi prolifique qu'en cette première décennie du 21ème siècle. Jugez par vous-même : 5 albums studio depuis 2002 contre 3 dans les 90's et 4 dans les 80's et les 70's. Certes, ses dernières livraisons n'égaleront jamais en qualité les albums des 70's, classiques parmi les classiques que sont Born To Run, Darkness et The River mais la sortie d'un nouvel album du Boss est toujours un événement.

Passée l'émotion et l'excitation des premiers instants, le jugement est sans appel : Working On A Dream, le petit dernier, le 16ème, est moins bon que la grande majorité des albums de Springsteen. Moins percutant et moins rock que son prédécesseur, Magic, il offre néanmoins quelques beaux morceaux de bravoure, à commencer par le titre d'ouverture « Outlaw Pete » qui, tout en crescendo et en plus de 8 minutes, rappelle d'entrée une évidence : Springsteen a toujours été et restera un grand auteur-conteur-compositeur. La mélodie est imparable, les arrangements lumineux et la construction du titre innovante et au service de cette histoire de hors la loi traqué par un chasseur de primes.

Suivent 3 titres d'une efficacité redoutable : My Lucky Day, Working On A Dream et Queen Of The Supermarket. What Love Can Do, This Life et Good Eye sont un peu plus faibles. On perçoit d'ailleurs ici une des principales limites de ce disque : un léger manque de constance et de cohérence souvent propre aux albums écrits et conçus en tournée.

Life Itself, tout en tension retenue, Kingdom Of Days et Surprise Surprise relancent quelque peu le disque qui s'achève sur deux titres acoustiques : The Last Carnival et un titre bonus, le magnifique The Wrestler composé pour la BO du film du même nom (The Wrestler [Blu-ray]).

Au final, ne nous le cachons pas, ce Working On A Dream est trop inconsistant et pas assez cohérent pour être considéré comme un grand album du Boss. Trop pop, honorable mais pas mémorable, il vaut surtout pour ses 4 premiers titres. C'est un peu juste, nous en conviendrons...
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 janvier 2009
que ceux qui ont noté ce disque 2 étoiles fassent vérifier leurs conduits auditifs, supérieur au très bon ''magic" le seul "outlaw pete" vaut l'achat de la galette, le reste séduit très rapidement. ce n'est pas "born to run"" mais quel artiste peut encore nous étonner et nous séduire après 36 ans de carrière? qui? god save the boss.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 février 2009
Décidément, les intégristes de tous poils sont toujours à s'écrier (s'écrire?) que plus rien n'est comme avant, que c'était mieux quand ceci, quand cela...Même le fait de nous proposer des bonus (DVD très interressant au demeurant, et CD d'Antoine De Caunes pour retracer la carrière du boss pas si connue que çà des moins de 30 ans!), même cela, ça prouverait que l'album n'est pas bon...!
Allez, si vous le désirez, vous pouvez rester sur "River" ou "Born to run" mais vous manquerez de bien belles choses.
Les arrangements sont certes un peu trop alambiqués à mon goût, le son ne rend pas hommage au grand Springsteen, mais le reste, l'essentiel, est là. De la belle et bonne histoire comme le boss sait nous en conter.
Et puis, tout le monde sait que pour le son, faut se bouger les fesses et aller le voir et l'entendre sur scène.
Dans l'ensemble, je dirais que cet album s'il n'est le meilleur qu'il ait enregistré, est un très bon cru et que j'y retrouve tout plein de raisons de le mettre et de le remettre dans ma platine CD....En attendant la tournée !
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le Boss fait partie de ces très rares artistes à finir une carrière (si tant est qu'il soit plus proche de la fin que du début...) aussi bien qu'il ne l'a débuté. Ce nouvel opus ne déroge pas à la règle. Le retour en forme avait déjà été amorcé il y a quelques années avec les somptueux 'The Rising', 'Magic' et même le 'We Shall Overcome' de reprises de Seeger, il se confirme ici. Entamé dans la foulée de 'Magic' au prétexte qu'il possédait beaucoup de matériel, cet album sonne pourtant différemment de son prédécesseur. Avec ce disque, Springsteen convie des arrangements qui ne sont pas sans rappeler ceux déjà initiés sur 'Born to Run' et qui avaietn mystérieusement disparu entre temps. Les titres sont audacieux ('Outlaw Pete', 'Queen of the Supermarket') et sa musique toujours aussi authentique. Après plusieurs écoutes, le titre gagne d'autant plus en épaisseur. Bref, il s'agit une nouvelle fois d'un superbe album délivré par l'artiste. Ca ne surprendra pas grand monde.
11 commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Bon, alors ? Il est comment le nouveau springsteen ?
Ben, il est très bien. Les chansons sont vraiment bonnes. ça faisait longtemps qu'un album du boss n'avait pas contenu autant de bonnes chansons. Evidemment, il reste le son, qui est souvent le problème des disques de Springsteen. Souvenez vous du son boueux de ses deux premiers albums (même Born To Run n'échappe pas complètement à cela). Essayez de réécouter Born in the USA et ses synthés pompiers, très typés années 80.
Finalement, celui-ci est plutôt au dessus de la moyenne.
La chanson d'ouverture est une fresque cinématographique de 8 minutes, avec des variations d'intensité assez remarquables. Les autres chansons sont une synthèse des influences de Bruce. De la pop façon Beach Boys, des titres façon Roy Orbison, du gros rock à la Springteen. Et à chaque fois avec la générosité qui a fait la réputation du bonhomme.
A croire que la campagne électorale d'Obama, qu'il a activement soutenu, lui a redonné l'inspiration.
Toutes les chansons sont excellentes et on prend un vrai plaisir à les écouter ... encore et encore.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
En revenant de chez mon disquaire lundi avec le paquet sous le bras j'avais un pressentiment, le Boss venait de voir paraître son nouvel album dont le single éponyme Working on a Dream entendu à la radio ne m'avait pas emballé outre mesure et même la pochette du disque était tarte, sans parler de son format bâtard qui vous interdira de le ranger sur l'étagère dédiée aux CD car trop haut de 3,5 cm. Bruce Springsteen est entré au Panthéon de mes héros musicaux depuis bien longtemps, depuis toujours ou presque, disons de puis 1975 avec son Born to run et quoiqu'il arrive il y restera. Néanmoins ce n'est pas une raison pour tout accepter les oreilles fermées et la première écoute fiévreuse de son nouveau disque m'a anéanti, tant je l'ai trouvé sans intérêt. Depuis j'ai réécouté plus d'une fois le CD et je crois honnêtement que c'est l'un de ses plus mauvais, en tout cas le moins intéressant, tous les titres son issus du moule du « tour de main » du « savoir faire » springsteenien mais manquent de ce petit plus qui fait les chefs-d'aeuvre. Pas de titres particulièrement forts dont on est certain qu'ils entreront dans la légende, le disque est dans la lignée du précédent Magic mais sans un Radio Nowhere qui explosait les baffles de ma stéréo. Bien sûr avec Queen of the Supermarket Springsteen retrouve son écriture qui le rend proche des gens et de leur vie quotidienne et Good Eye est un méchant blues rocailleux (comme le Ventilator Blues des Stones sur Exile On Main Street) enfin l'album se clôt avec un titre bonus,The Wrestler, où l'on retrouve Bruce seul aux commandes, guitare et piano, pour un titre intimiste et il y excelle comme toujours. Avec la scène certains morceaux remonteront peut-être dans mon estime (il sera en France en juillet) mais en tout état de cause l'année 2009 débute réellement mal, d'ailleurs la maison de disques française l'a certainement compris puisque avec le disque est joint un second CD où Antoine de Caunes nous narre la carrière de Springsteen avec des extraits musicaux pendant 74 minutes (sans intérêt aucun pour les fans) certainement pour dire aux acheteurs, ne vous contentez pas de ce Working on a Dream que nous savons tous très moyen mais allez piocher dans le reste de sa discographie vous y trouverez des merveilles. Je n'oublierai pas de signaler qu'un DVD est aussi joint au colis. Je vais mettre et remettre cent fois la galette dans le lecteur et tout comme à l'école je m'étonnais de connaître ma leçon après l'avoir rabâchée, je vais finir par me convaincre que finalement le disque n'est pas si mauvais, déjà je trouve le single plaisant ...
11 commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Bon, alors ? Il est comment le nouveau springsteen ?
Ben, il est très bien. Les chansons sont vraiment bonnes. ça faisait longtemps qu'un album du boss n'avait pas contenu autant de bonnes chansons. Evidemment, il reste le son, qui est souvent le problème des disques de Springsteen. Souvenez vous du son boueux de ses deux premiers albums (même Born To Run n'échappe pas complètement à cela). Essayez de réécouter Born in the USA et ses synthés pompiers, très typés années 80.
Finalement, celui-ci est plutôt au dessus de la moyenne.
La chanson d'ouverture est une fresque cinématographique de 8 minutes, avec des variations d'intensité assez remarquables. Les autres chansons sont une synthèse des influences de Bruce. De la pop façon Beach Boys, des titres façon Roy Orbison, du gros rock à la Springteen. Et à chaque fois avec la générosité qui a fait la réputation du bonhomme.
A croire que la campagne électorale d'Obama, qu'il a activement soutenu, lui a redonné l'inspiration.
Toutes les chansons sont excellentes et on prend un vrai plaisir à les écouter ... encore et encore.
11 commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,00 €
7,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)