Commentaires en ligne 


3 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Non sans raisons, 6 juillet 2013
Par 
GERARD Dominique "KANTATEN" (Alpha du Centaure) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Haendel : Samson (CD)
Certes existent des versions plus récentes et plus célèbre de cette oeuvre un peu méconnue de Handel.
Mais que voulez vous, celle ci a de loin ma préférence.
On y retrouve un Harnoncourt imparable et impayable enthousiaste au plus près de la partition, sachant diriger mais laisser une indicible mais entendue part de liberté.
Le Concentus Musicus Wien, n'est jamais aigrelet ou romantique, mais baroque et charnu dans une matière sonore boisée.
"L'Arnold Schoenberg Choir" est radicalement au plaisir d'un chant complice et soutenu par l'orchestre. Et que dire des solistes !
Un vrai bonheur musical, loin des "prises de tête" sur des captations récentes de compositions baroques qui seront rapidement oubliées.
Recommandé pour le plaisir, une des rares raisons recevables d'aimer la musique!
Bonne écoute.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Notre meilleur Samson, 23 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Haendel : Samson (CD)
Je suis en accord complet avec Monsieur Dominique Gérard : malgré de plus récentes versions (Harry Christophers et Nicholas McGegan surtout), ce Samson reste la référence.
Tout d'abord parce que nous sommes assez pauvres en Samson de qualité, comme en Rodelinda d'ailleurs : malgré une ouverture assez réussie et un très beau violon solo dans "Ye men of Gaza", McGegan est un peu prosaïque et empêtré dans un discours orchestral qu'il n'anime que d'une façon assez caricaturale voire métronomique, c'est selon (ah ces tempi froids comme un soir d'hiver ... Ces déplacements dignes d'un robot ... Ce clavecin inaudible ...). Ses chanteurs passent un peu à coté aussi, soit en donnant trop de brillance tape à l’œil, soit en dramatisant d'une manière assez fausse (le "Total eclipse" est un peu trop construit ...). De plus, le ténor qui chante Samson est à la peine la majeure partie du temps et s'en tire en hurlant ses appogiatures ("Why does the God of Israel sleep"). En Micah, Gottwald fait ce qu'elle peut malgré une voix un peu coincée et raide, mais manque de pot, l'ami fidèle de Samson devient un individu pleurard et remarquablement plat... Tout juste bon à prier comme une bonne femme apeurée, alors que Micah est aussi un guerrier ... ("Return oh God of Hosts").
Le duo Samson - Dalila ("Traitor (Traitress) to Love") atteint des sommets de platitude : une mégère et son bellâtre qui se disputent, toute la dimension de mépris et de regret (Samson) et d'hypocrisie et de manipulation (Dalila) s'exprimant simultanément est noyée dans une vacuité existentielle remarquable.
On pourrait multiplier les exemples, mais il ne faut pas etre accablant : McGegan n'est pas si épouvantable, il mérite deux voire trois étoiles.
Christophers ne démérite pas non plus mais le timbre de Randle dans le rôle principal n'est pas beau ; il poitrine et "barytonne" si j'ose dire ... Par ailleurs l'orchestre est un peu lourd dans les attaques, et les phrasés sont parfois brutaux.
En fait, dans les deux cas, faire chanter Micah par une mezzo-soprano est un contre-sens complet. Certes, Kowalski n'est pas formidable au regard de nos contre-ténors actuels, mais au moins il joue un vrai Micah ... Un guerrier, un croyant, et un personnage compatissant et humain, certainement pas féminin !
Mais Harapha ... Quand aurons-nous enfin autre chose qu'un grossier balourd qui braille ses arias d'une voix rocailleuse dans ce rôle ?
Bon, je suis trop dur avec McGegan et Christophers, ils ont réalisé des versions honorables, il y a de beaux passages dans chacune des deux, des lectures parfois originales et (moins souvent) approfondies, mais elles n'atteignent pas la qualité de celles d'Harnoncourt, loin de là.
Et puis d'un point de vue pécuniaire, cette dernière version est moins chère que les autres ... Et meilleure, une affaire !
Ce qui fonde vraiment la qualité supérieure de cette interprétation c'est, outre l'orchestre et la lecture dynamique et profonde d'Harnoncourt (malgré le contraste permanent des tempi, contraste qu'il aime tant pratiquer, et qui nuit un peu aux phrasés des chœurs), la prestation d'Anthony Rolfe-Johnson, hélas décédé il y a quelques années, et exceptionnel de legato ; sa diction est d'une clarté qui pourrait en remontrer à nombre de ténors d'aujourd'hui ! A titre d'exemple le "Total eclipse", souvent bramé ou braillé (contre-sens interprétatif complet) est ici parfait de retenue et de noblesse. Pas de héros romantique mais un héros biblique juif ... Un vrai Samson ...
Par ailleurs il convient de signaler le très beau concert au Proms en 2012 (voir le lien ci-dessous). La distribution n'est pas optimale : Padmore notamment passe à coté de son personnage, il se fourvoie en chantant Samson comme un ténor dramatique, alors qu'il nous a donné, aidé de son métier de haute-contre (voir Hippolyte et Aricie et Castor et Pollux de Rameau avec Christie)qui lui conférait des aigus superbes, tant d'airs magnifiques, de Haendel notamment. Ici il force sa voix, le résultat manque d'harmonie. Iestyn Davies en Micah sonne un peu petit malgré un très beau timbre Gritton en Dalila est vulgaire (mais après tout c'est Dalila ...) et surjoue son personnage, Purves en Harapha présente un timbre gris et dur comme de la pierre, ingrat au possible, Neal Davies en Manoah n'a pas de legato, mais ce n'est pas nouveau.
Reste que la direction de Bicket est absolument formidable, sa lecture est dramatique, précise, claire, lumineuse. Et puis, il y aussi la belle Lucy Crowe et son timbre très pur en Femme Israélite et en Philistine(a contrario dans les mêmes rôles masculins, Johnson est effroyablement nasal). On attend avec impatience un DVD ou un CD ... Et en attendant on écoutera toujours Harnoncourt avec grand plaisir ...
[...] (Harry Bicket, The English Concert, The New Company, 2012).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 appreciation, 19 février 2014
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Haendel : Samson (CD)
j'aime ce cd qui m'a fait connaitre une œuvre de Händel , mon compositeur préféré, et je l'écoute souvent. très bonne interprétation la marche funèbre est retrouvée dans une autre oeuvre
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Haendel : Samson
Haendel : Samson de Georg Friedrich Haendel (CD - 2009)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit