Commentaires en ligne 


1 Evaluation
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un disque pour Audiophile Mélomane, 30 mai 2009
Par 
HERVÉ Thierry "Audiophile Mélomane" (France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach : les 6 Suites pour violoncelle seul (BWV 1007 à 1012) (CD)
Il n'est presque pas de mois qui n'ait droit à une nouvelle traduction des Suites pour violoncelle de Bach. Alors que dans ce flot continu certaines ne génèrent que de simples vaguelettes, d'autres, assez nombreuses il faut le dire, ont l'ampleur suffisante pour venir inonder nos discothèques. Malgré cette fréquence, un regard neuf sur une telle partition est toujours excitant. Dans le meilleur des cas, l'expérience peut même devenir assez grisante. C'est le cas avec l'enregistrement de Tatjana Vassilieva. Il n'est donc pas nécessaire d'attendre la marée suivante pour le voir venir s'échouer à côté de celui, entre autres, d'Anner Bylsma, de Pieter Wispelwey et de Jean-Guihen Queyras. Comme elle l'explique fort bien dans le livret de présentation - un livret au contenu très intéressant -, en jouant ces pièces, elle se livre à une forme d'introspection : « je crois que l'on enregistre ces Suites non pas pour le public, mais pour soi. » Là-dessus, on ne peut que lui donner raison ; que doit-on vraiment attendre de ces chefs-d'aeuvre, sinon qu'ils lèvent aussi le voile sur une partie de la nature de leurs interprètes ? Disposant d'un violoncelle de la fin du XIXe siècle, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle ne perd pas en conjecture. Elle ne cache pas son jeu : la distinction, la sérénité, le dynamisme et la transparence ont clairement sa préférence. Aussi, il paraît plus spontané que médité, plus mathématique que littéraire. En guise de provocation, on pourrait dire qu'il semble plus authentique. En tout état de cause, si l'interprétation de Tatjana Vassilieva devrait ravir les admirateurs d'André Navarra - et ils sont nombreux -, elle risque toutefois de décourager une partie des mélomanes nourris aux seins baroques. Ne serait-ce que pour cela, bienheureux sont les adeptes des deux courants. L'instrument étant d'une lisibilité exemplaire, adressons une mention particulière à Nicolas Bartholomée qui, en plus de ses fonctions de directeur artistique, nous gratifie d'un enregistrement très soigné.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit