Commentaires en ligne 


3 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Beauté divine !, 9 juin 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Haydn : Quatuors à cordes op.20 n° 5, op.33 n° 3, op.76 n° 5 (CD)
Voici un disque que je place sans hésitation dans mon palmarès des meilleurs disques que j'ai entendus. Tout d'abord, le programme est d'une rare homogénéité tout en proposant des œuvres étalées sur plus de 25 ans.
Toutefois, homogénéité ne rime pas avec monotonie. Les trois quatuors sélectionnés sont splendides et regorgent de sève et d'inventivité. Le premier de ce programme est d'une inspiration mélodique extraordinaire et d'une intériorité constante même si austère (menuet sombre et peu dansant ; fugue finale, hommage très clair aux fugues de Bach). L'Oiseau baigne dans une lumière plus radieuse mais non moins intense (Adagio). Enfin l'opus 76 n°5 est merveilleux de bout en bout, classique de forme mais gorgé de saveurs, chatoyant : allegretto retenu puis subitement plus agité et dansant, adagio alla Schubert (musique qui semble se prolonger jusque dans le silence) qui a dû inspirer Beethoven (premier Razumovsky), menuet noble et élégant, au trio plus élégiaque avant la cavalcade époustouflante du finale. De la magnifique musique, qui nous fait prendre conscience de la place importante qu'occupa Haydn dans la Musique.
Les Jérusalem avaient déjà prouvé leur affinité pour cette musique. A un tel degré de perfection, on peut pratiquement parler d'une communion spirituelle intense. Ils réinventent cette musique, la transfigurent par le seul pouvoir de la musique. La cohésion des pupitres, leur beauté, la lisibilité extrême du discours, la souplesse, le travail sur la dynamique (quels pianos !) l'élégance et l'aisance fabuleuse (finales de l'Oiseau et de l'opus 76) rendent à cette musique son pouvoir séducteur mais surtout émotionnel (sublimes adagios, surtout celui de l'opus 76 !) On vit cette heure d'écoute tel un rêve !
Un bémol à tout cela ? Quelques effets de loupe qui eussent pu être gommés tant les musiciens sont remarquables. Nonobstant cette réserve, voici le plus beau disque de musique de chambre qui m'ait été permis d'entendre (environ 200-250). Un grand merci à Haydn et ces magnifiques musiciens !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un disque pour Audiophile Mélomane, 24 mai 2009
Par 
HERVÉ Thierry "Audiophile Mélomane" (France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Haydn : Quatuors à cordes op.20 n° 5, op.33 n° 3, op.76 n° 5 (CD)
Peut-on tout attendre d'un disque de quatuors de Haydn ? Lorsqu'ils sont joués et captés comme ils le sont ici, alors la réponse est oui. Reprenant le principe établi lors de son premier volume, le Quatuor Jerusalem construit son programme en fouillant parmi trois cycles bien distincts. Sur des critères purement pédagogiques, cet examen chronologique nous enseigne que l'écriture la plus ancienne n'est pas forcément la moins aboutie. Mais les bénéfices de cet enregistrement ne s'arrêtent pas là, car, pour ce qui relève de l'interprétation, nous touchons là au sublime. Tout en finesse, les quatre musiciens manifestent une nouvelle fois leur attachement à cette musique. Sans trop céder aux convenances, il apparaît néanmoins que leur style est plus classique que zélé. Il privilégie l'émotion à la surprise, mais ne nous prive pas pour autant de moments intenses. En cela, la fugue en fa mineur qui clôture l'opus 20/5 est extrêmement bien négociée. Autour d'eux, règne un sentiment d'harmonie et d'homogénéité, une atmosphère que la prise de son de René Möller rend presque palpable. Dynamique, spacieuse et d'une extrême clarté, celle-ci ne cache, en effet, aucune de leurs intentions. Lorsqu'on en connaît l'ampleur, cela tient de l'exploit.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du problème des anthologies, 3 janvier 2010
Par 
Gérard BEGNI (Toulouse, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Haydn : Quatuors à cordes op.20 n° 5, op.33 n° 3, op.76 n° 5 (CD)
J'ai écouté ce spendide disque chez un ami mélomane. Je partage pleinement l'avis esthétique des deux précédents commentateurs.
Cependant ...
Vous avez artistiquement entièrement raison, mais derrière toute anthologie de ce type, je vois un problème. Tous les quatuors de l'op 20, tous les qutuors de l'op 33 (Haydn proclamait lui même qu'ils étaient absolument nouveux dans leur genre, et dans un best-seller musicologique, Charles Rosen explique brillamment pourquoi), et bien entendu tous les quatuors de l'op 76 sont des chefs d'oeuvre. En choisir un sur six n'a pas grand sens. Alors de deux choses l'une. Ou on est hyper fana de Haydn et on n'hésite pas à acquérir deux, trois, quatre fois la même oeuvre, ou on veut équilibrer les grands compositeurs, et en ce cas soit on n'a finalement pas grande estime pour Haydn et on choisit une anthologie de 3 puis on passe à autre chose, ou on essaie de construire sa discothèque rationnellement sachant qu'à moins d'avoir ds hangars (ventilés) dans des déesrts reculées et un compte en banque dans un mina... pardon dans une banque suisse, on ne peut multiplier à l'infini les doublons. Personnellement en CD noir j'avais l'excellente version du quatuor danois pour l'op 76 (je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaÏtre: de mémoire, ces disques datent de 1967). J'ai récemment racheté les op. 76 et 33 par le quatuor Mosaïques (ils sont excellents, la lecture est très transparente et bouscule un peu certaines visions un peu naÏves). Je n'ai pas encore acquis l'op 20 (je les connais sur partition: [...]) )mais si les Jérusalem en publiaient l"intégrale, je l'acquerrais vontiers.
IL va de soi que ce problème de l'anthologie es pose pour bien des compositeurs: orgue de Bach, sonates de Beethoven, tout Chopin, Schumann, Liszt, Scriabine, sans parler des opéras, car pour trop de gens, un opéra, c'est un chanteur / une chanteuse avant d'être une partition musicale.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit