Commentaires en ligne


7 évaluations
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La roue du destin.
1980. La New Wave Of British Heavy Metal toute naissante va lâcher à la face du monde les premiers albums de Iron Maiden, Def Leppard, Angel Witch, Diamond Head et Tygers of Pan Tang ainsi que le second album de Saxon (mais dont la qualité n'a aucune commune mesure avec le premier essai), "Wheels of Steel".
C'est avec cet album que le groupe va...
Publié le 27 décembre 2011 par orion

versus
Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 un début encourageant
J'adore le Heavy Metal, Hard Rock, et grand nombre de ses styles dérivés; aussi c'est avec enthousiasme que je lance ce Wheels of Steel, d'autant plus confiant car Denim & Leather, Strong Arm of The Law sont d'excellents disques.
Je suis étonné (déçu?) : les mélodies sont faibles, les duels de guitares sans relief; et le...
Publié il y a 20 mois par Dante


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La roue du destin., 27 décembre 2011
Par 
orion (Vinland) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wheels Of Steel (CD)
1980. La New Wave Of British Heavy Metal toute naissante va lâcher à la face du monde les premiers albums de Iron Maiden, Def Leppard, Angel Witch, Diamond Head et Tygers of Pan Tang ainsi que le second album de Saxon (mais dont la qualité n'a aucune commune mesure avec le premier essai), "Wheels of Steel".
C'est avec cet album que le groupe va véritablement exploser et entrer dans la légende.

Le groupe britannique a vu le jour à la fin des années 70. Tout d'abord baptisé Son of a Bitch (je vous passe la traduction), les Anglais optent rapidement pour Saxon, ce qui leur ouvre un peu plus de portes (on est quand même en Angleterre et même si le Punk est passé par là... shocking !)
On retrouve dans ce groupe la configuration classique du Metal de l'époque, à savoir deux guitaristes (Paul Quinn et Graham Oliver) qui officient aussi bien en rythmique qu'en solo, un bassiste (Steve Dawson), un batteur (Pete Gill, futur batteur de Motörhead) et un chanteur (le grand Biff Byford).
Saxon se trouve tout de suite un créneau porteur : les bikers. Sur "Wheels of Steel", on trouve deux titres à la gloire de la mécanique à deux roues : "Motorcycle Man" et évidemment "Wheels of Steel" et un de plus sur le plaisir de conduire une grosse cylindrée : "Freeway Mad". Bref, le groupe anglais est vite catalogué. D'ailleurs, Motörhead (autre groupe adoré des bikers) va prendre Saxon sous son aile (de bombardier) et faire pas mal de tournées avec lui. Même si les deux groupes ne jouent pas franchement dans le même registre (Saxon est tout de même bien plus mélodique), le package fonctionne bien.
L'album commence par deux titres bien saignants : Le speed "Motorcycle Man" et le plus groovy "Stand Up and Be Counted". Les guitares hurlent, la basse rugit, Pete Gill frappe ses peaux comme pour les faire éclater et Biff Byford ne s'économise pas. Et puis bam ! "747 (Strangers in the Night)", pause hyper mélodique au refrain qui tue. Le single va faire un petit carton à l'époque. Byford change de registre et chante de manière plus mélodique. L'autre facette du groupe en quelque sorte, que l'on retrouve un peu plus loin sur l'album avec le morceau "Suzie Hold On". Un morceau qui pourrait aisément être qualifié de Hard FM si ce style avait existé à l'époque.
Après, place au rouleau compresseur "Wheels of Steel". Rythme lourd, riff entêtant qui tourne en boucle. Et son refrain : "She's got Wheels, Wheels of Steel"... un classique de chez classique qui, en général, est le moment où Biff fait participer le public lors des concerts du groupe.
Après ce titre bien Heavy, on repart sur les chapeaux de roues (of Steel) avec des morceaux plus rapides comme "Freeway Mad" (vroum !), "Street Fighting Gang" et surtout le ravageur "Machine Gun" qui termine cet album, où nos deux gratteux se lâchent comme il faut.
"See the Light Shining" est un morceau plus nuancé, qui pourrait être découpé en deux parties : speed dans la première et un peu plus heavy dans sa seconde partie et qui se voit doté finalement de deux refrains ("show me the way" pour la première partie et "I can see the light shining" pour la seconde). Et, comme pour prouver l'accointance avec Motörhead, ce titre est dédicacé à "Fast" Eddie Clarke, guitariste du bombardier à l'époque.

Cet album de Saxon va avoir un bel impact sur la carrière du groupe. Grâce au succès rencontré, les Anglais vont avoir le vent en poupe. Ils vont sortir dans la foulée cette même année un "Strong Arm of The Law" tout aussi ultime et devenir ainsi l'un des groupes phare de la NWOBHM. Rien que ça.
Saxon est d'ailleurs l'un des rares groupes de cette fameuse NWOBHM (avec Iron Maiden et Def Leppard) à avoir traversé les époques sans trop de dommages (et sans s'être arrêté) et être toujours en activité aujourd'hui.

Retrouvez cette chronique sur le webzine "auxportesdumetal" dans la rubrique "back to the past".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un classique, 10 février 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wheels Of Steel (CD)
Un album pour entrer dans la légende. Rien à jeter. Que des hymnes inoxydables. Un incontournable pour tout fan de heavy
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Là on frise la perfection..., 27 juillet 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wheels Of Steel (CD)
Il ne s'agit peut être pas du meilleur Saxon. Ce n'est sans doute pas le plus mature. Mais cet album reste excellent et est devenu une référence dans le domaine du métal.
Cependant on sent que le groupe à encore du mal à se détacher de ses influences blues et motorhead, mais cela n'est pas pour nous déplaire !
Il ne s'agit donc pas de la meilleure introduction possible au monde de Saxon, mais tous les fans de hard trouveront leur compte.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Heavy Metal de grande classe!!, 9 janvier 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wheels Of Steel (CD)
Saxon nous livre,encore un superbe album,comme d'habitude!!Des titres qui deviendront des classiques,par la suite!!
Quels titres?tous!!!!!!!!!!!!Aucuns titres "faibles"
Saxon,est toujours,et,même encore maintenant,un très grand du HEAVY METAL!!!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Saxon passe la 6ème, 31 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wheels Of Steel (CD)
Bien qu'ayant tiré les premiers avec un album auto-intulé paru dès 1979 chez Carrere, la maison de disque de Sheila, les Anglais de Saxon n'en ont pas tiré avantage et voient débouler de tous côtés de féroces combattants sur ce nouveau champ de bataille qu'est la NWOBHM. Leur premier effort, trop respectueux des aînés Deep Purple, UFO et AC/DC, ne leur a pas permis de s'imposer en fer de lance de ce mouvement musical qui s'apprête à balayer les dinosaures ronronnants du hard rock des années 70. Mais en 1980, alors que les groupes les plus prometteurs du genre délivrent leur premier LP, le chanteur « Biff » Byford et ses comparses sont bien décidés à remettre les pendules à l'heure avec la sortie de Wheels of Steel.

Pour ce faire, le quintette de Barnsley a décidé de miser sur l'imagerie biker initiée sur le titre "Stallions of the Highway" figurant sur le premier album. L'intitulé du disque, sa pochette et la plupart des titres font directement référence à l'asphalte et aux grosses cylindrées, ce qui va leur attirer le prestigieux parrainage de Motörhead et la ferveur des motards adeptes de heavy sans chichis. Les Britanniques ont en effet recentré leur propos – finis les envolées blues et les chœurs délicats qui parsemaient leur enregistrement précédent. Désormais, on fait dans le carré, le direct et le sévèrement burné. Bien aidé par le producteur Peter Hinton, Saxon adopte un son à la fois plein et tranchant qui lui permet d'être autant à l'aise sur les tempos lourds que les séquences rapides. Tous ces ingrédients viennent transcender l'indéniable potentiel d'un collectif qui ne renferme pas de virtuoses en son sein mais dont la cohésion est déjà bien affirmée – le groupe existe depuis 1976 – et qui détient avec Byford une signature vocale qui les distingue de la plupart de leurs contemporains. Évoluant dans un registre aigu sans pour autant atteindre la stridence, celui-ci fait songer à un Bon Scott en un peu moins éraillé, un peu moins bluesy aussi. La généreuse dose de réverb' confère à son chant une (relative) froideur qui s'accorde à merveille avec l'ambiance délibérément metal instaurée par le reste du groupe. Les interventions de Byford s'inscrivent cependant dans une veine très mélodique, comme en attestent les couplets mélancoliques de "Suzie Hold On".

Le premier titre, l'explicite "Motorcycle Man" avec ses vrombissements liminaires, pose le décor : un riff simple et nerveux, des vocaux puissants et une section rythmique musclée – la partie de batterie sur le second solo faisant songer à "Overkill" de Motörhead, groupe que le cogneur Pete Gill rejoindra quelques années plus tard. La complicité des deux guitaristes Quinn et Oliver est évidente, mettant leur force de frappe au service d'un morceau rigoureux au tempo soutenu. À ce futur classique s'ajoutent deux autres plus lents - "747 (Strangers in the Night)" qui tire un peu en longueur malgré l'astucieuse accalmie sur le refrain et l'hymne "Wheels of Steel", véritable appel au headbanging dont le motif basique à la six-cordes est répété jusqu'à plus soif, évoquant une version pépère du "Suzie Smiled" que les Tygers of Pan Tang sortiront quelques semaines plus tard. Mais lorsque les membres de Saxon attaquent les titres rapides, on change de braquet. Frondeuses et speedées, "Freeway Mad", "Street Fighting Gang" et dans une moindre mesure "Stand Up and Be Counted" ne donnent pas dans le bavardage inutile et prouvent que ces metalheads n'ont pas complètement squeezé le punk. Oui, les mecs de Saxon peuvent (encore) être dangereux et la jouer petites frappes, l'affolant "Freeway Mad" s'achevant d'ailleurs dans les sirènes des bagnoles de flics.

Mais pour faire un grand disque, il faut des coups de génie. Ce dernier terme est sans doute un peu exagéré s'agissant de types qui inspireront Spinal Tap mais il faut bien admettre que la rupture totalement imprévisible au mitan de "See the Light Shining" constitue un des moments les plus savoureux de l'album, permettant de fondre deux excellents morceaux en un et ce en toute fluidité. On est loin du leitmotiv un peu bas du front de la chanson-titre. Et puis on doit absolument parler de "Machine Gun". Présentant de troublantes mais fortuites similitudes avec "Steeler" qui clôt le British Steel de Judas Priest paru un mois auparavant, ce final apocalyptique explose dans une folie jubilatoire : introduit par un court solo décadent, un riff brûlant ravage les neurones et envoie son petit frère râblé défier un Byford poussé dans ses retranchements. Le refrain n'a jamais été aussi simple mais la « machine » est implacable. Le métronome s'affole – on en attendait pas moins avec un intitulé pareil. Déboule alors une première séquence déchiquetée au vibrato tandis que la section rythmique bastonne comme jamais. Un solo plus construit remet le morceau sur les rails, le riff de ouf' reprend avant que le monstre ne s'abîme dans un nouveau maelström de grattes en fusion d'où surnage l'imperturbable duo basse-batterie. Gill fouette ses cymbales puis c'est l'ultime explosion.

Si le débat afin de désigner le meilleur album de Saxon entraîne souvent les (nombreux) fans du groupe dans des discussions sans fin, tous s'accordent cependant sur la très haute qualité de ce Wheels of Steel qu'aucun d'entre eux ne saurait négliger – le groupe en joue encore des extraits sur scène plus de 30 ans après sa sortie. Loin d'imposer un mode d'expression unique, le gang du Yorkshire module son heavy tour à tour carré, fiévreux, sauvage et exalté. Sans fioritures mais gorgée de bonnes idées, la deuxième livraison des ex-Sons of Bitch permettent à ces derniers d'intégrer avec panache le peloton de tête du metal britannique. Et ils n'ont pas l'intention de se faire lâcher au prochain col.
Retrouvez cette chronique et toutes ses copines sur leseternels.net, le webzine metal 100% indépendant !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 parfum d'antan, 1 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wheels Of Steel (CD)
Ca faisait longtemps que j'avais envie de retrouver les sons de ma jeunesse! C'est fait. Les Cds sont complets avec livret et tout et tout
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 un début encourageant, 10 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wheels Of Steel (CD)
J'adore le Heavy Metal, Hard Rock, et grand nombre de ses styles dérivés; aussi c'est avec enthousiasme que je lance ce Wheels of Steel, d'autant plus confiant car Denim & Leather, Strong Arm of The Law sont d'excellents disques.
Je suis étonné (déçu?) : les mélodies sont faibles, les duels de guitares sans relief; et le chanteur hurle plus qu'il ne chante. C'est un album qui sent le 'jeune', une énergie mal canalisée, une écriture pas très consistante... les chansons bonus en fin de CD sont des live, et mettent en évidence le côté explosif et brouillon du groupe à ses débuts.
Bref; un album à ne pas avoir en premier lieu pour découvrir le groupe.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Wheels Of Steel
Wheels Of Steel de Saxon (CD - 2009)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit