Commentaires en ligne


5 évaluations
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Je dis dingue de Doom., 20 août 2009
Par 
Vincent "The Chameleon" (Haute Savoie) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Death Magic Doom (CD)
Ce qu'il y a de formidable, lorsque l'on découvre un groupe, c'est que nos oreilles et notre cerveau ne seront jamais plus vierge qu'à l'instant de la première écoute. Par conséquent, sans références antérieures par rapport à l'oeuvre en question, on peut plus facilement laisser libre court à son imagination, à son ressenti, face à cette nouvelle découverte... Puisque sans comparatifs possible (...).

Certes, le commentaire d'Orion ainsi que les nombreux compléments d'informations qui m'auront été rapporté plus tard (ceux de Fifi également) m'auront été très utile pour cerner d'avantage ou je m'apprétais à mettre les pieds... Dans du LOURD mes amis ! Dans du très très lourd. Et pas seulement au travers de ses seuls tempos. D'ailleurs, d'entrée de jeu le groupe trompe son monde. Comme pour mieux nous garder prisonnier de ce temple peuplé de chimères, "Death magic doom" démarre sur les chapeaux de roues avec un morceau typiquement Heavy metal. On oublie aussitôt la promesse des débuts, sans s'en offusquer d'avantage, puisque Candlemass semble nous convier à la fête et la gloire du Metal. Voilà comment se faire prendre au piège: Comme de simples papillons attirés par la lumière. C'est alors que le deuxième morceaux nous plonge violemment dans l'obscurité la plus totale, telle une éclipse de lune (wooooh !). "Hammer of doom" le bien nommé nous écrase par sa lenteur et sa lourdeur maléfique. Nul échappatoire n'est désormais possible, le pouvoir venimeux de la veuve "Candlemass" a déjà commencé son travail d'addiction et de dépendance sur son nouvel auditoire. "The bleeding baroness" et Demond of the deep" renforce le pouvoir de son Maître. Dès lors tout espoir est perdu. Et pourtant ! L'araignée est loin d'en avoir fini avec moi. La diabolique bestiole a décider de se jouer de ça victime jusqu'au bout, le temps du refrain de "Death angel" qui me laisse reprendre une dernière fois ma respiration. Diantre ! Comment avec un titre pareil me suis-je laissé aller à penser que j'allais pouvoir m'en sortir vivant ?!!... Mais voilà ! Du métier, la bête en avait... Sacrément en plus.
Porté par la voix théatral de son formidable nouveau chanteur (oui chanteur !), "Clouds of démentia" et "My funeral dream" finiraient de me mettre le coup de grâce, à coup de rythmiques sculptées dans l'acier.

Impossible évidemment de ne pas évoquer le Black Sabbath des grandes heures ("Hammer of doom"), mais il serait tout aussi indescent de ne pas saluer de la même façon l'univers si personnel de Candlemass. Ténébreux à souhait, les solis de guitares sont paradoxalement d'une inspiration digne des plus beaux feux d'artifices... Lumineux ! Soulignons le, car ils ne sont pas si nombreux, les guitaristes de Metal, à savoir exprimer et apporter véritablement quelque chose d'aussi créatif tout au long d'un solo. Mappe Björkman est en tout cas bel et bien de ceux là.

"Death magic doom" est excellent ! (merci encore de cette découverte).
18,5/20
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Doom Magique., 7 avril 2009
Par 
orion (Vinland) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Death Magic Doom - Edition Limitée Digipack + Bonus (CD)
Comme d'habitude, la pub annonçait le meilleur album de Candlemass depuis "Nightfall" (1987). Ce discours, on le connaît et il vaut mieux s'en méfier.
Mais cette fois-ci, je ne peux pas donner tort à l'annonce. Quel chef-d'oeuvre ! J'irai même plus loin, c'est le meilleur album de Candlemass, tout simplement.
3ème album depuis la reformation du groupe, second avec l'américain Robert Lowe au chant (ex Solitude Aeternus) et je peux vous certifier que le choix de ce chanteur en lieu et place de Messiah Marcolin n'était pas une erreur. Sa voix, puissante et lyrique, colle bien au style du groupe suédois. Un grand chanteur !
Sur ce "Death Magic Doom", Candlemass nous délivre son Doom épique de très haut niveau tout au long de ses 9 titres. L'âme du grand Black Sabbath traine un peu partout sur cet album. Les compos sont bien lourdes (exception faite du "Dead Angel", plus rapide avec son refrain qui vous trotte dans la tête pendant un moment et du dernier titre, le bonus track "Lucifer Rising", tiré du mini cd sorti l'année dernière).
L'album forme un véritable bloc de marbre. Je ne peux pas citer un titre plus qu'un autre, ils sont tous excellents.
9 titres, 9 hymnes au metal apocalyptique et dévastateur. La messe est dite.
Sans doute l'un des meilleurs albums de metal pour cette année (au moins...)

p.s. : Encore un DVD bonus qui n'apporte pas grand-chose (ça devient une habitude). Mais l'album se suffit à lui-même. Préférez quand même cette version limitée avec le bonus track, "Lucifer Rising", surtout si vous n'avez pas fait l'acquisition du mini cd du même nom.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Massif Intense, 29 avril 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Death Magic Doom - Edition Limitée Digipack + Bonus (CD)
Un peu à la manière de ces romans qui nous prennent en otage, nous privent de toute liberté, certains disques ont la fâcheuse manie de nous rendre captifs après nous avoir captivé. Ainsi, si ce fut le cas pour beaucoup avec Epicus Doomicus Metallicus. Album qui donna au Doom ses lettres de noblesse. Depuis lors, il semble que Candlemass se soit mis entre parenthèses. Non pas au niveau qualité et succès, il va sans dire. Car nombre d'enregistrements produits par la formation de Leif Edling valent largement le détour (Nighfall, Kings of the Grey Islands, par exemple) Mais étonnamment parce que l'alchimie qui nous avait saisie en son temps ne s'est jamais renouvelée. Du moins, le croyait-on encore jusqu'à hier. Juste avant que les suédois décident de procéder à un nouvel équilibre des forces avec ce Death Magic Doom. Encore une fois, ne nous méprenons pas, rien de nouveau sous la robe de bure. Simplement une formule réinventée. Classique pour le genre. Mais quelle formule ! Celle dont on revient avec fièvre. Récompensé par tant d'attente et avec un seul mot à l'esprit « emprise »

Comme souvent, c'est le retour aux fondamentaux qui fait la différence. Aussi, rien d'étonnant à ce que suite à l'offensif If I Ever Die, le ciel se couvre de tragique dès le premier riff rampant de Hammer Of Doom. Désespéré, monumental, possédé, séquence au cours de laquelle chaque seconde semble s'étirer plus que la précédente, ce titre est un véritable plongeon dans le passé. Mais un passé digéré, revu, synonyme d'accomplissement. Sur le coup. L'espace d'un moment incarné. Ce sont les eaux pourpres du moulin de Mapledurham et les battements familiers d'un tocsin mangeur de vie que l'on réanime. Que l'on ressuscite, pourrait-on dire. Mais en arrière plan. Car Candlemass s'est depuis longtemps affranchi de cette matrice originelle en allant au-delà de l'ombre. Précisément, en signant une musique aux accents aussi insondables qu'uniques. Conséquence : bien plus sombre qu'un morceau à l'âme errante, ce marteau de Doom s'impose d'emblée comme la référence ultime pour tout chercheur d'oubli.

Habituellement, lorsqu'un morceau crée l'évènement, soit il élève l'album dont il est tiré au statut de secondaire, soit il en décuple la dimension. Et c'est exactement dans le cadre de cette dernière éventualité que ce disque se situe. Riche, mettant savamment en opposition climats tendus et défis à la noirceur, Death Magic Doom n'aura cesse de nous éblouir qu'une fois l'humeur symphonique de My Funeral Dreams apaisée. Effectivement, nous éblouir ? Car si les riffs, breaks, solos, voix ou claviers écrasent l'atmosphère sur House Of Thousand Voices et ne souffrent aucune comparaison avec le commun des mortels dans Demon of the Deep. Ce sont grâce aux quelques nuances progressives d'une certaine baronne, la slide guitar de Dead Angel, entres autres, que les gardiens du temple nous prennent définitivement en otages. Par ailleurs, que dire de Robert Lowe, dont le phrasé versatile emprunte autant au sacré qu'à l'enfer, si ce n'est : impressionnant.

Porté par un groupe qui a su puiser dans son histoire pour en faire un nouvel élan, Death Magic Doom nous offre l'occasion de renouer avec un Candlemass plus actuel que jamais. Construit sur un terrain fertile, imposant et épique, si l'exercice déjoue aussi bien tous les attendus, c'est surtout parce qu'il arrive parfois que d'une gangue connue puisse s'extraire un minerai imprévu.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 DANS LA CONTINUITE, 7 avril 2009
Par 
Hellblazer (Nice) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Death Magic Doom - Edition Limitée Digipack + Bonus (CD)
1er opus intronisant Lowe au poste de chanteur sur un LP, cette nouvelle livraison de Candlemass, si elle ne renouvelle pas le style pour 2 sous, se pose en disque qui deviendra incontournable dans la discographie du groupe. Lourd, lourd, lourd... voilà le mot d'ordre ! Prince du doom depuis 20 ans, le groupe n'a aucune raison de changer son fusil d'épaule et nous balance donc une galette sombrissime consacrant le petit nouveau, Lowe, à son poste de maître de cérémonie. Il relève le défi haut la main et s'il ne peut faire oublier son illustre prédécesseur, Messiah Marcolin, il n'a en revanche rien à lui envier. Les titres sont noirs comme le charbon et ténébreux à souhait, dans la grande tradition du doom de Candlemass. Que dire de plus, sinon que ce disque ravira les fans du groupe... foncez !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Doom magnétique de génie !, 22 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Death Magic Doom - Edition Limitée Digipack + Bonus (CD)
Candlemass nous reviens en 2009 avec un nouveau chanteur (exit Messiah Marcollin, bonjour Robert Lowe (ex-Solitude Aeternus!), mais surtout un nouvel album tout en lourdeur, digne du doom le plus dantesque ! Après l'EP Lucifer Rising qui préfigurait ce skud, nous voici plongé dans du métal très lourd dont on ressort difficilement ! Le titre (en 3 mots) rappelle un certain Doomicus Epicus Metallicus. Des breaks et des rythmiques de plomb, en veux-tu en voilà, le disque en est truffés et c'est ce qui fait sa qualité. La voix de Robert Lowe sied à merveille à la musique que nous sert le groupe de Leif Eidling, le bassiste et en meme temps leader du groupe. En clair, un missile que tout amateur de doom se doit d'avoir dans sa collection. Killer track : s'il faut en choisir qu'une : If I Ever Die.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit