undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

15 sur 15 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 décembre 2007
Trois volets, le premier qui renferme un livret de six pages qui raconte l'historique du festival d'Atlanta, resitué dans le contexte utopique hippie peace and love phénomène de société des jeunes de l'époque en parallèle à la protestation contre le départ des jeunes appelés au Viet Nam. Une intro originale pour le moins! Les principaux festivals qui l'ont précédé: Monterey 67, Woodstock 69, le tragique Altamont en décembre de la même année et des dizaines d'autres. Suivent les circonstances de l'enregistrement du festival sur deux jours. Invités guitaristes de prestige parmi d'autres, Jimi et Alvin Lee et ses Ten Years After. Sorti en 1971 sous le titre de Les Premiers Grands Festivals Des Années 70.? Suis passé à côté!
Toujours les mêmes titres, jamais les mêmes concerts. Dommage pour ce musicien de génie que tous les enregistrements de concerts se limitent aux années 70-71.

Disque 1: 3 juillet 79'55! Les désormais classiques "Statesboro Blues", "Trouble No More" et "Don't Keep Me Wondering" qui justifient d'entrée l'achat, l'omniprésence de la slide agressive de Duane. Superbe "Dreams" les premières notes de basse de Berry Oakley ensemble avec l'orgue envoûtante de Gregg et les deux musical brothers qui ferraillent, faut l'oreille pour distinguer mais avec les années et une écoute régulière, c'est possible. "In Memory Of Elisabeth Reed." Dickey démarre son instrumental en douceur et Duane enchaîne, la différence de son est cette fois flagrante y compris lorsqu'il reprend après l'intermède Gregg à l'orgue. Dickey conclut de façon magistrale. Il est suivi d'un "Whipping Post" assez rapide dans la même veine, parmi les meilleurs que j'ai entendus. "Mountain Jam" part 1&2, courts donc corrects.

Disque 2: 5 juillet 74'40! "Don't Keep Me Wondering" débute plus lentement que d'habitude juqu'au solo de slide de Duane. "In Memory..." agressif du début à la fin, je ne m'en lasserai décidément pas. Plus jamais un tel dialogue de notes sur ce morceau après la disparition de Duane, exceptionnel! Derrière, l'attaque en finesse de "Stormy Monday" avec l'harmonica de Tom Doucette qui se glisse même par moments entre deux soli. 14'30 d'un "Whipping Post" classique. Pour finir un "Mountain Jam" de 28'20, j'appréhendais.... à tort. Bonne version rapide d'un titre dont ils ont conservé l'esprit jam impro mais expurgé la partie planante pour la modifier en blues rock étonnant avec beaucoup de guitares. Solo de batterie et reprise de Berry acceptables, la longueur, non la virtuosité irréprochable. C'est la suite qui change, la présence de Johnny Winter?. Well done.

Autre trés bon disque de l'époque, Boston Common 8/17/71, 79'27, avec une version de "You Don't Love Me" de 26' conçue pour les impros de Duane.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Absolument grand de bout en bout.
Formidable prestation. Bon il est vrai que l'on peut se dire " ouais, 2 fois les mêmes titres c'est nul, c'est l'arnaque". Ben non ce n'est pas 2 fois les mêmes. Duane, Greg et leurs fabuleux compères avaient une telle capacité à se renouveler, ou même à improviser, que rien ne se ressemblait chez eux.
Cd donc absolument indispensable pour qui aime ce genre de musique (sinon tu ne serais pas en train de me lire) avec "Live at Ludlow garage", "Live at Fillmore", "Eat a peach" et même quoiqu'il soit sous-estimé " One dollar gas ..."

Très long (+ ou - 2h 30 mn), son irréprochable; jaquette très bien faite.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
8 mois avant le mémorable concert au Fillmore East des 12 et 13 mars 1971, en partie immortalisée sur le fameux album live du même nom, le groupe se produisait sur la scène d'Atlanta les 3 et 5 juillet 1970. En 2003, un double CD nous confirme l'excellente prestation des frères Allman à cette époque. Parmi les nombreux albums live de cette riche formation, celui-ci reste un des meilleurs. Regorgeant de solos de guitares slidés délivrés avec feeling par Duane Allman et les attaques plus franches de Dickey Betts, les titres s'étirent au maximum pour aussi, laisser le champ libre à l'orgue de Gregg Allman. Une rythmique copieuse assurée par les deux batteurs Butch Trucks et J.Johnny Johnson, et le bassiste Berry Oakley soutient avec assurance les solistes inspirés. Nous avons la surprise d'entendre Johnny Winter qui nous gratifie d'un solo de guitare dans « mountain jam » version de 28mn dans le 2ème cd. Une fusion rock-blues-jazzy caractérise la musique de ce groupe sudiste qui continue, à ce jour, à nous combler, même si les péripéties de la vie ne l'on pas épargnée, des dissensions et la disparition de certains membres font que le groupe d'aujourd'hui ne ressemble plus à celui d'hier. En tout cas ce double cd live est tout à fait recommandable, le son est bon, le groupe est en forme et nous emmène pendant près de 2h30 dans son univers musical sudiste.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 6 décembre 2012
Toujours plus fort, voici un double album live encore plus
excitant que le double live au Fillmore East c'est peu dire.
Tout d'abord le son moins lisse et plus brut que celui du Fillmore,-je préfére-
ça me semble plus proche des concerts et moins studio, ensuite des versions différentes
de Stormy Monday,Whipping Post, et une version splendide de "Dreams" bluesy
et planante bluffant.
A noter une Mountain Jam avec la participation de Johnny Winter.
En conclusion un double live bourré de blues rock et superbement joué alors
que demandez de plus! (rien docteur)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 7 novembre 2014
Juste pour dire que ce live est une tuerie,beaucoup plus rock que le cultissime live de 1971 at Fillmore qui est une merveille entre jazz, blues et rock! le son d' abord est plus roots et l' ambiance du show en plein air ajoute un truc en plus que en tant qu'auditeur on ressent un peu comme si nous y participions de nous-même! Bon je vous parle pas de la musicalité, ça serait indécent, énorme dans toutes les sensations que l'on peut ressentir, du pur et du chef-d'oeuvre!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 31 juillet 2004
Disons que ce live n'est sans doute pas le premiers disque des Allman Brothers à acquerir, il se classe après le Live At fillmore east et One way out (le dernier en date). Mais pour celui qui aime les Allman l'interêt est certain. Deux live au mêmes endroit avec 1 an d'écart, montre la vertigineuse évolution en musicalité de se groupe difficilement classable. Ces deux disques sont du plaisir à n'en pas douté et l'édition et le booklet sont sympas. A avoir si l'on est déjà en possession des deux autre.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 24 décembre 2011
Annonciateur du Fillmore East , mais avec des longueurs; une fois partis, impossible d'arrêter ces mecs mais quelle technique:à part Dickie Best qui est plus agé, moyenne d'age:21-22ans en gros.L'équivalent aujourd'hui, dites moi et je prends de suite.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 13 avril 2013
Je suis fort satisfaite. Trebail très intéressant, une bonne interprétation et une bonne enregistrement. Aussi un dessin très curieux et singular.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
One Way Out
One Way Out de The Allman Brothers Band (CD - 2011)


Eat A Peach (Capricorn)
Eat A Peach (Capricorn) de The Allman Brothers Band (CD - 1998)