undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:9,99 €

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 26 juin 2006
ELIZIUM est le troisième et dernier album studio de la formation originelle des Fields of the Nephilim et constitue sans conteste le point culminant de leur discographie, au point que leur leader charismatique Carl McCoy a longtemps pensé - de son propre aveu - qu'il lui serait impossible d'atteindre à nouveau un tel aboutissement au niveau du fond - sinon de la forme ; ce qui explique, sans doute, la dissolution du groupe peu de temps après sa sortie.

Opus complexe aux multiples entrées, à la construction incroyablement travaillée, ELIZIUM navigue en permanence entre la pensée ésotérique (Aleister Crowley notamment, que l'on entend réciter son poème « At Sea » en arrière-plan du morceau « At the Gates of Silent Memory »), l'univers d'HP Lovecraft (le fameux « Dead but Dreaming », référence explicite au Grand Ancien Cthulhu, ainsi que l'ambiance définitivement onirique de l'album) et la nostalgie du peuple sumérien (« Sumerland », « Wail of Sumer »), avec comme trait d'union constant dans ce grand maelström l'idée de rêve, de la recherche constante d'une sphère éliséenne échappant aux cruelles morsures du Réel. De fait, l'album se présente comme un véritable parcours initiatique divisé en quatre grands mouvements, qui nous invite à partager la vision de McCoy : la quête de cette sphère onirique - peut-être la fameuse Kadath de Lovecraft ?- qui constitue l'aboutissement d'une vie.

La seule véritable faiblesse de cet album est probablement, sur un plan musical, une production un peu trop ancrée dans son époque (rythmique en retrait, large place faite aux aigus, reverb et chorus utilisés à l'excès) qui a tendance à lui donner un petit côté « rétro » qu'il ne mérite certainement pas, et dont l'auditeur averti devra savoir faire abstraction.

Un album majeur pour un groupe unique et - malgré son statut de groupe culte dans une mouvance « gothique » souvent peu portée sur la subtilité - à peu près aussi injustement incompris que le très controversé Aleister Crowley...
0Commentaire|14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 septembre 2008
Le dernier album studio de la première formation des Fields of The Nephilim est véritablement fascinant. Les Nephilim ont su élever le niveau de leurs compositions : Elyzium n'est pas seulement un chef d'oeuvre du Gothic Rock, mais un chef d'oeuvre du Rock tout court. Les deux derniers morceaux, d'ambiance très planante, font penser aux meilleurs titres de Pink Floyd, rien de moins. Une fois les dernières notes entendues, l'on comprend pourquoi le groupe s'est séparé quelques mois plus tard... Ils n'auraient sans doute pas enregistré de meilleur album ensuite. Tout était dit.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)