undrgrnd Cliquez ici Baby ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,9 sur 5 étoiles8
4,9 sur 5 étoiles
5 étoiles
7
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Téléchargement MP3Modifier
Prix:8,99 €

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Quesaco, The Band? The Band, avant d'être The Band et de croiser la route de Bob Dylan dont il va devenir le groupe attitré était un groupe de bars (The Hawks) d'une cohésion remarquable, une des plus belles associations de musiciens mais inconnue au bataillon. Constitué aux 4/5 de canadiens, The Band va devenir, en quelque temps, un des groupes majeurs de l'histoire du rock. L'album éponyme The Band, leur deuxième, sorti en 1969, aurait dû éveiller les soupçons. Il est vrai que la pochette de l'album n'incitait pas à l'achat. On était en droit de se demander qui étaient ces gars aux gueules pas très inspirées. Pas inspiré, mon c... ! Et comment qu'ils nous ont bluffé les gaillards, des musicos hors normes qui jouent de tous les instruments et se les échangent même. Leurs chansons sont de toute beauté et leur musique puise ses racines dans le folklore, le rock, le blues et la country sur des compositions fignolées, des harmonies magiques. C'est original, concis, plein d'émotions. The Band ne ressemble à aucun autre groupe que je connaisse. Groupe mythique et uni comme les doigts de la main, il aura fallu la drogue et l'alcool pour les séparer (1976) mais avant cela, il y aura eu ce chef d'oeuvre dont huit des douze titres reviennent à Robbie Robertson. Les autres s'appelaient Gerth Hudson, Richard Manuel, Levon Helm, Rick Danko, John Sumon. 45ème du Rolling Stone magazine, ça vous parle ?
0Commentaire9 sur 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 novembre 2000
A la vue de la pochette, on se demande qui sont ces ringards au regard hagard et fatigué. J'ai acheté cet album parce qu'il était chaudement recommandé dans toutes les dicothèques idéales et je ne le regrettte pas. Dès la première écoute c'est un classique. Un classique d'une autre Amérique, celle de l'acoustique et des harmonies populaires. Robertson est allé chercher dans le folklore pour en ressortir des mélodies intemporelles servies par des musiciens d'exception et des harmonies magiques.
Le morceau de choix, c'est The night they burnt old Dixie down, sur la chute des Etats sécessionistes du Sud : poignant, on a vraiment l'impression d'y être.
11 commentaire22 sur 25 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
100 PREMIERS RÉVISEURSle 1 novembre 2014
Aujourd'hui : The Band !

Je me souviens, étant môme, avoir vu l'affiche du film "the last waltz" (1978) au fronton du cinéma de quartier, c'était assez lugubre, le Band se séparait, tout le monde était triste. Alors, impressionné, je m'imaginais Robbie Robertson allongé dans son cercueil et Bob Dylan qui pleurait....The Last Waltz

Le Band ne faisait pas partie des groupes retenus alors pour illuminer ma morne existence. Je lui préfèrais de loin Creedence Clearwater Revival, John Fogherty était l'un des mes héros, Robbie Robertson... bof.. ?!? Ce n'est que longtemps après que j'ai découvert leurs disques et je dois reconnaitre aujourd'hui que leur musique ne me laisse pas indifférent car, même si ces gars là sont en partie canadiens, on y ressent très fort tout le poids de l'histoire et de la culture américaine, le violon cajun, le folklore des Appalaches, sans oublier l'héritage folk et country. Une tranche d'Amérique à part entière ni plus ni moins !

De fait, ce disque éponyme sorti en 1969, leur second après "Music from Big Pink" a acquis rang de monument de la culture populaire américaine, au même titre qu'un "The Circle Will Unbroken" du Nitty Gritty Dirt Band ou "Orange Blossom spécial" de Johnny Cash . En 12 titres réjouissants, enjoués et plein d'espoir, c'est toute l'histoire d'une certaine Amérique que l'on voit défiler, celle des pionniers, voguant sur leur charriot au travers des plaines de l'ouest à la recherche d'une vie meilleure, celle des villes champignons, rustiques et bouilonnantes, avec leurs saloons tapageurs. La photo qui figure au dos de l'album en dit long sur l'importance de ces racines dans l'état d'esprit et la musique du groupe.

Incontestablement un grand disque....même si je ne l'écoute pas souvent !
2929 commentaires2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 14 septembre 2007
C'est vrai qu'à la vue de cette pochette, on se demande ce que THE BAND peut nous réserver... Et d'ailleurs qui sont-ils ? THE BAND est un des groupes les plus mythiques de l'histoire du rock, sans pour autant être le plus célèbre ! Originaire du Canada, les membres de THE BAND ont commencé par accompagner des vieilles star du rythm' n' blues, avant de rencontrer Bob Dylan. Leur collaboration fut fructueuse, l'un composant, les autres arrangeant, ce qui a donné l'album THE BASEMENT TAPES. Ils jouèrent aussi sur scène avec Dylan, ils étaient donc "LE GROUPE" de Dylan. Pressés de toutes parts d'enregistrer pour eux-mêmes, THE BAND a produit quatre ou cinq album, inégaux, et un live.

Leur musique revient aux sources du rock, au blues, à la country, les compositions sont extrêmement travaillées, les harmonies subtiles, les textes ciselés, leur sonnorité ne ressemble à aucun autre groupe. THE BAND fait partie de l'élite du rock. En studio c'est formidable, sur scène moins, et THE BAND traîne aussi derrière lui une piteuse réputation de performer ! Le groupe s'est séparé en 1976 (dissensions, gros problèmes d'alcool, de dopes, succès commercial absent), la séparation ayant été fêtée avec plein d'amis (Clapton, Dylan, Muddy Waters...) sous les caméras de Martin Scorcese : LA DERNIERE VALSE, film-concert célébrissime.

Cet album est sans doute leur meilleur, à mon sens, faites de compositions originales (car ils feront aussi beaucoup de reprises). Robbie Roberston est à l'origine de tous les titres, très à l'aise pour créer des ambiances nostalgiques, en demi teinte. Les chansons de THE BAND ne sont pas des brûlots rock, pas de solos brillants ni de hurlements, mais des petits films, des sensations, des émotions, comme dans « The night they drove old dixie land ». Bref, c'est... très spécial. A mon sens, on adhère ou pas ! Mais les amateurs de rock se doivent de posséder un album de THE BAND, est celui-ci reste le plus représentatif.
0Commentaire10 sur 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 17 décembre 2015
Deuxieme du nom intitule tout simplement 'the band" en 1969 ,cet album malgre le grandiose " big pink" restera la pierre angulaire du groupe,il faut avouer que la qualite est vraiment exceptionnelle tant au niveau des chansons ,arrangements ,interpretations et production qui tout comme "abbey road" de la meme annee des "beatles" ne souffre aucunement des epreuves du temps,roberston touche par la grace nous compose des chansons inoubliables "across the great divide" ""the night the drove old dixie down" "the unfaithful servant" "up on cripple creek" "king harvest "sans oublier les co-composes "when you awake" et surtout "whispering pines" de toute beaute ou manuel excelle en lead, ainsi que "rag mama rag" du pur folkore americain ,du rock bien execute "jemima surrender" "look at cleveland" (bien pechu) du folk avec mandoline "rockin' chair" ,chaque chanson illumine ce sublime album et qui demontre la force du band a cette epoque de leur parcours en tant que groupe et interprete sur la planete rock .pascal49
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juillet 2011
C'est l'album qui m'a fait connaître The Band et, le temps de saisir se qui s'y passe, l'aimer pour toujours. Je suis assez vieux pour les avoir vu et entendu à l'Olympia peu de temps après la sortie du disque, dans une salle à moitié vide (honte !) mais enthousiaste, jouer ce disque et d'autres chansons, aussi parfaitement que ce que l'on entend ici.
Outre que c'est leur disque qui m'est le plus cher, c'est pour moi leur meilleur car le plus cohérent (plus que le - également mythique - Music From Big Pink) et le plus habité.

J'imagine que c'est à cause de ce disque et de "The night they drove Old Dixie down" que B. Tavernier a distribué Levon Helm, le batteur de The Band qui chante cet hymne dans l'album, dans le rôle du fantôme du général sudiste du film "Dans la brume électrique" : clin d'œil malicieux et on ne peu plus émouvant.

Le remastering CD est très bien fait.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 août 2012
Tout simplement un album de référence dans l'histoire du rock ! Des mélodies qui vous prennent, un bon vieux son, des mines patibulaires... Que demander de plus ?
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juin 2014
Bien que la nostalgie soit de mise il y a "de beaux restes" dans ce disque mythique. Oui vraiment magnifique.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles