Commentaires en ligne 


10 évaluations
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:
 (5)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


47 internautes sur 49 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'Homme Qui Se Vendit Au Monde.
« The Man Who Sold The World »* est la deuxième collaboration avec le producteur Tony Visconti (qui produit également Tyrannosaurus Rex**) ; le travail de Visconti s'avèrera considérable sur ce troisième opus de David Bowie : en plus de ses fonctions de production, il y contribuera d'une part en tant que bassiste (son instrument de...
Publié le 8 mars 2004 par damien

versus
3.0 étoiles sur 5 L'homme qui s'offrît les modes
Ne nous leurrons pas et évitons d’emblée les poncifs en vigueur : David Bowie n’a jamais rien inventé ! Sans oser s’aventurer sur le terme de suiveur, il faut bien avouer que l’homme est le plus grand malin de toute la rock music. Les années 60 le verront à la tête de divers groupe de British Blues, puis bifurquer...
Publié il y a 6 mois par Dr. Rock


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

47 internautes sur 49 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'Homme Qui Se Vendit Au Monde., 8 mars 2004
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Man Who Sold The World (CD)
« The Man Who Sold The World »* est la deuxième collaboration avec le producteur Tony Visconti (qui produit également Tyrannosaurus Rex**) ; le travail de Visconti s'avèrera considérable sur ce troisième opus de David Bowie : en plus de ses fonctions de production, il y contribuera d'une part en tant que bassiste (son instrument de prédilection), d'autre part en tant qu'arrangeur en compagnie de Mick Ronson*** à partir des mélodies et grilles d'accords fournis par David qui ne se rend aux studios que par intermittence (en partie pour des raisons personnelles dont une d'importance : son récent mariage avec Angie).
Mais si David travaille « à l'arrache » sur l'album, dont il écrit les paroles assis dans un coin du local (à l'inspiration du moment comme il le fera souvent) et enregistre les parties vocales en une seule journée, cela ne s'en ressent nullement sur la qualité générale des différents titres.
Pour ce qui est des textes, dont nombres sont parmi les plus inspirés de David, Bowie puise tout autant dans sa vie privée dans ce qu'elle a de plus tourmentée (père décédé, mère sévère, frère interné****, séparation d'avec son ancien manager Ken Pitt, abus de haschisch,...) que dans ses diverses lectures (« Le Prophète » de Khalil Gibran, « Also Spratch Zarathustra de Nietzsche, divers écrivains de Science-Fiction dont peut-être Robert Heinlein auteur de « The Man Who Sold The Moon » et Murray Leinster auteur de la nouvelle « A Logic Named Joe »). David nous fait ainsi évoluer dans un monde angoissé et violent : voyage intérieur et rencontre avec « un monstre qui n'est autre que moi-même » dans « The Width Of A Circle », internement dans « une maison froide et grise » dans « All The Madmen », l'insaisissable et optimiste ( ?) « Black Country Rock » au son très Bolan ne semble pas vraiment à sa place sur cet album, thème existentialiste désabusé avec « After All », histoire d'un soldat victime du « Running Gun Blues » qui revient de la guerre (du Vietnam ?) et qui a l'intention de faire un carton sur tout ce qui bouge car on « lui a laissé sa carabine », « Saviour Machine » nous parle du rêve de President Joe sur une machine à la panacée universelle qui en donnant le bonheur total à l'humanité transformerait cette dernière en troupeau asservi et méprisable, dans « She Shook Me Cold » Bowie nous parle d'une entité féminine qui l'a subjugué et annihilé sa volonté (une/sa femme, la drogue ?), le grand classique « The Man Who Sold The World » nous permet de rencontrer le solitaire « homme qui vendît le Monde », l'album se terminant avec la chanson « The Supermen »***** qui narre la vie triste et éternelle de créatures supérieures ne rêvant que d'une seule et unique chose : la mortalité.
Quant au son, hormis « After All » et «The Man Who Sold The World » (singles potentiels), la production de Tony Visconti est très marquée « heavy » (style musical datant fin 60 début 70 popularisé par des groupes tels que Black Sabbath, Blue Cheer, Hawkwind et Uriah Heep, pour ne citer qu'eux), Mick Ronson ayant demandé à Visconti « d'emprunter » le jeu de basse de Jack Bruce du groupe Cream (guitariste : Eric Clapton, batteur : Ginger Baker), pendant anglais du « son » Hendrix. L'ajout de l'étrangeté du synthétiseur, très rare à l'époque, et d'un maniérisme volontiers grandiloquent et « wagnérien » donneront une touche progressive et futuriste à l'ensemble qui fait de « The Man Who Sold The World » l'un des albums les plus S-F de David Bowie et de toute l'histoire de la Rock Music.
Poussé par son nouveau management très ambitieux (peut-être plus que leur poulain) qui organise un « plan communication » surtout tourné vers les U.S.A., Bowie se rend donc principalement en Amérique à sa plus grande joie car il est fasciné par ce pays et certains de ses artistes (Dylan, Kazan, Kerouac, Sinatra, Stooges, Velvet Underground, Warhol...). Voilà les diverses influences d'un David Bowie qui commence à goûter au plaisir du succès et dont on retrouvera la quintessence sur l'album suivant intitulé « Hunky Dory », expression signifiant « tout va bien », en somme.
Le Coin du Collector :
*L'édition originale chez Mercury existe en 3 pochettes : la célèbre « drag cover » pour l'Angleterre où l'on voit Bowie habillé en femme nonchalamment allongé sur un canapé, la pochette US est un dessin style B.D. sur lequel figure le personnage de la chanson « Running Gun Blues » se tenant devant « Cane Hill » (lieu de séjour psychiatrique de son frère Terry ) et pour l'Allemagne de l'Ouest ce fut aussi un dessin S-F avec une pochette ronde qui s'ouvre pour faire un poster. RCA rééditera l'album en 1972 avec une pochette en noir et blanc époque « Ziggy ».
**groupe avec Marc Bolan, ami et « concurrent » de Bowie, qui deviendra par la suite T-Rex toujours produit par Visconti.
***futur « Spider From Mars », membre fondateur de « The rats », qui entrera dans la légende comme guitariste de « Ziggy Stardust » et arrangeur émérite de Bowie sur la période « glam ».
****Terry Jones, frère aîné de David, qui se donnera la mort en se jetant sous les roues d'un train. Terry a fait découvrir la lecture et la musique venant d'Amérique a son petit frère qui lui consacrera au moins trois chansons : « All The Madmen », "The Bewlay Brothers », « Jump (They Say) ».
*****une version alternative de « The Supermen » a été enregistrée pour l'album commémoratif du festival de Glastonbury de 1971. « Memory Of A Free Festival » (de l'album « David Bowie », 1969) est réenregistrée avec Ronson dans une version « heavy » et sortira deux parties sur un single paru en 1970.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 toujours aussi bon, 2 février 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Man Who Sold The World (CD)
un album qui laisse deviner sans mal le génie de Bowie, des chansons infiniment riches et mélodieuses, des paroles profondes qui ne peuvent que toucher, d'excellent musiciens... Cet album mérite vraiment d'être acheté.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Pas encore du grand Bowie, pas encore..., 20 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Man Who Sold The World (CD)
le 3ième de cette icône du glam rock des années 70, cet album n'est pas encore un monument mais il en pose les premières briques. Attitude provocatrice, ambigüité sexuelle, outrance vestimentaire et rock scintillant, jeu torturé, paroles torturées, tout n'est pas simple dans cet opus, mais les thèmes principaux des futurs bijoux que sont "Hunky Dory" ou "The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars" sont déjà là. A noter l'excellente prestation de la guitare de Mick Ronson, hargneuse à souhait dans "All the Madmen" et "The Width of a Circle". Si vous voulez découvrir Bowie ou le faire figurer dans votre cédéthèque, ce n'est pas l'album à acheter, mais il est pourtant une charnière particulièrement importante dans l'évolution de ce géant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un album de légende, 1 août 2010
Par 
Gicquelais Gerard (France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Man Who Sold The World (Téléchargement MP3)
Un album de légende,ici avec son visuel d'origine (visuel interdit par la reine à sa sortie,ce qui explique l'autre en noir & blanc avec la guitare)! Du très grand Bowie.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Bientôt la maturité..., 10 novembre 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Man Who Sold The World (CD)
Cet album de David Bowie n'est pas très connu. Sa petite popularité vient plus de sa pochette censurée que de sa musique, pourtant d'un bon niveau général. En effet, il n'est pas facile de succéder à un album comme "Space oddity" avec son tube ultra-planétaire, si j'ose dire... Dans ce "Man who sold the world", David Bowie devient lpus rock n' roll, un peu plus lourd et moins folk, les arrivées de Mick Ronson et de Mick Woodmansey n'y sont pas pour rien dans ces changements. Les atmosphères propres à Bowie sont présentes, tout comme savoix toute pleine de naïveté. L'album comporte quand même des titres assez dispensables à mon avis ("After all" et "Saviour machine" principalement) sans aucune comparaison possible avec les joyaux que sont "The width of a circle", "All the madmen", "The supermen" ou encore "The man who sold the world" qui donne son titre à l'album et qui a été popularisé il y a de cela une petite dizaine d'années déjà grâce à Nirvana. L'ascension de Bowie ne fait que commencer, et cet album prépare le futur chef d'oeuvre que sera l'année suivante l'exceptionnel "Hunky dory".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 L'homme qui s'offrît les modes, 22 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Man Who Sold The World (CD)
Ne nous leurrons pas et évitons d’emblée les poncifs en vigueur : David Bowie n’a jamais rien inventé ! Sans oser s’aventurer sur le terme de suiveur, il faut bien avouer que l’homme est le plus grand malin de toute la rock music. Les années 60 le verront à la tête de divers groupe de British Blues, puis bifurquer sur une carrière solo inspirée par ses maîtres du moment (Ray Davies et Syd Barrett), qui virera prog dès 1969 (SPACE ODDITY), lorsque le vent l’y portera. Sachant s’entourer des meilleurs et illuminé par ses nouveaux modèles (Velvet et Stooges), Bowie va se stabiliser avec ce 3ème album (qui est considéré comme l’un des piliers fondateurs du mouvement glam) et se révéler pour ce qu’il est : un singer-songwriter de génie. Point.
Entouré par l’équipe qui formera la légende Bowie (le producteur Tony Visconti et le guitariste-arrangeur Mick Ronson), il va poser ici les premiers jalons de son style d’écriture ambigu et réaliser son album le plus rock. Si les derniers stigmates progs sont encore de mise (THE WIDTH OF A CIRCLE), le disque voit Bowie à la tête d’un vrai groupe qui dépote, fusionnant un rock lourd au service de son songwriting inspiré et délivrant, au milieu d’atmosphères pesantes ou tristes, un vrai hit qui n’en fût pas un : le génial morceau-titre.
Tops : THE MAN WHO SOLD THE WORLD, ALL THE MADMEN, AFTER ALL, BLACK COUNTRY ROCK
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 disque à posséder, 23 octobre 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Man Who Sold The World (CD)
Même s'il n'y avait que cette voix unique et exceptionnelle du David Bowie des années 70, ça suffirait pour considérer ses 5 ou 6 premiers albums comme incontournables. Mais en plus la musique est bonne, et avant-gardiste. "The Man" est dans le même style que le mythique "Ziggy Stardust", quasiment aussi bien et un peu plus rock-blues (on note une influence de Led zep II). Donc voilà, si vous aimez Ziggy, "The Man who sold the world" doit faire partie de votre discothèque.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'homme qui fut le meilleur !, 16 mai 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Man Who Sold The World (CD)
Je ne disserterai pas longuement sur Bowie comme tous les apprentis chroniqueurs que l'on rencontre quand il s'agit de donner un avis; bref, je vous recommande tous les albums de Bowie de Space Oddity à Scary Monsters. Qui d'autre a été aussi novateur ? beaucoup de groupes actuels donneraient beaucoup pour pondre un seul album comme Hunky Dory, Ziggy, Station to station, Heroes. Hélas, pas un encore ne possède à la fois son sens de la mélodie et surtout une voix inimitable comme la sienne ! Portez-vous bien ;-)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 FAROUCHE, 12 septembre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Man Who Sold The World (CD)
Troisième volet des aventures d'un David Bowie qui se cherche encore, The Man Who Sold The World est un album qui s'avère souvent plus connu pour sa pochette que pour les divers courants qui en font un objet tendu vers le futur. Sans aucun doute plus homogène que ses prédécesseurs, affirmant de réels traits de caractère, ce disque n'est pas à prendre à la légère car il contient déjà les recettes et fruits défendus qui feront le Ziggy de demain. Orientés heavy pour coller à la tendance du moment, si la plupart des morceaux s'emploient à fouiller dans la vie personnelle de leur créateur, les diverses formules utilisées ici affirment, sans nulle doute, les prétentions à venir d'un glam rock à multiples paillettes.

Allongé, look de drag queen hypothétique nous proposant l'incarnation parfaite d'un rock en plein trouble, si Bowie semble avoir les cartes en main de son avenir androgyne, au niveau musical comme de l'interprétation, ses intentions aussi deviennent plus claires : avant tout, surprendre, se jouer de l'envers du décor, faire de l'étrangeté sa particularité. Si pour cela, toutes les inflexions électriques ou vocales qui habillent cette performance semblent d'un à propos, d'un intérêt discographique non négligeable, c'est principalement à l'écoute de trois titres d'une audace plus colorée - The Width of a Circle - The Man Who Sold The World - All The Madmen - que se précise le destin du prochain leader des araignées de mars.

A l'époque, Bowie est amoureux et les séquences studio sont vite expédiées, ce qui laisse une large plage de créativité au duo Tony Visconti et Mick Ronson. Tandis que sous la responsabilité du premier, production, basse, ainsi que piano en dessinent le relief, pour le second, qui restera avec notre visionnaire excentrique jusqu'à l'album Pin Ups, c'est sous une fièvre de guitares flamboyantes que doit s'inscrire ce disque. Une fièvre, mais pas n'importe laquelle. Plutôt une température choisie, influencée par les accords trempés d'urgence d'un certain dirigeable en pleine ascension. Réalisée sous l'emprise d'un tel cahier des charges, la performance n'en est que plus arrogante de créativité et s'impose, en premier lieu, par sa dimension historique.

Antichambre d'une épopée glam qui connaîtra son apogée lors de l'arrivée sur terre d'un singulier alien, David Bowie profile son image, mais ne séduit pas encore les foules. Malgré plusieurs textes à fleur de peau mélangeant science-fiction, crise existentielle ou folie curieuse, ce disque ne recueillera musicalement qu'un succès d'estime, alors que le scandale du à son visuel en fera une sorte d'icône. Néanmoins, quelques détails survivent encore largement à celui-ci. Comme cette façon de chanter, cette voix affectée que l'on retrouvera en d'autres occasions.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le premier chapitre de la grande tetralogie bowienne, 19 janvier 2001
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Man Who Sold The World (CD)
ca y est! apres un premier album ('space oddity') pour s elancer, Bowie arrive au sommet. Il atteindra l apogee avec 'hunky dory' puis 'ziggy stardust' pour ensuite redescendre avec l encore tres bon 'alladin sane'. On trouve du rock sur ce 'man' et meme du hard parfois (bowie precurseur)surtout en face b (du vinyl). sinon c est du brillant bowie... avec "the man..." bien sur. mais il y a aussi le single "black country rock"... "the width of.." est plus epique... "all the madmen" efficace, et enfin on note l etonnant "after all"... bref un bon disque... avec une moitie plus apprecie par les fans de bowie-rocker que bowie-mélodiste et vice versa...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit