undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 30 août 2014
Le quatuor Belcea est décidément, avec le quatuor Ebene, un de mes jeunes quatuors préférés. Les deux "classiques" de Debussy et Ravel sont parfaits et le quatuor de Dutilleux a reçu l'approbation du compositeur : c'est tout dire !
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 mai 2009
Henri Dutilleux est né à Angers (Maine-et-Loire) en 1916. Il est tout d'abord élève au Conservatoire de Douai, avant d'entrer au Conservatoire de Paris, où il a comme professeur Maurice Emmanuel (1862-1938), Henri Büsser (1872-1973), Jean Gallon (1878-1959), Noël Gallon (1891-1966) et Philippe Gaubert (1899-1941). Il remporte en 1938 le Premier Prix de Rome avec la cantate « l'Anneau du Roi ». En 1942, il assume pour quelques mois les fonctions de chef de choeur de l'Opéra de Paris et, en 1944, il est au service de la Radiodiffusion française où il est responsable du service des Illustrations Musicales, qu'il quitte en 1963 pour se consacrer entièrement à la composition. En 1961, il est appelé comme professeur de composition à l'École Normale de Musique de Paris puis, en 1970, il devient professeur associé au Conservatoire. Dutilleux compte parmi les compositeurs majeurs de ces cent dernières années. Parmi les oeuvres les plus importantes qu'il a composé à ce jour, on peut noter sa Sonate pour piano (1948), deux Symphonies (1951, et « Le Double » en 1959), le ballet « Le Loup » (1953), « Métaboles » (1965), le Concerto pour violoncelle et orchestre « Tout un monde lointain... (1970), inspiré par des poèmes de Charles Baudelaire, « Trois strophes sur le nom de Sacher » (1976) pour violoncelle seul, le Quatuor à cordes « Ainsi la Nuit » (1977), « Timbres, espace, mouvement » ou « La Nuit Étoilée » (1978) pour orchestre, inspiré du tableau éponyme de Vincent van Gogh, le Concerto pour pour violon et orchestre « L'Arbre des Songes » (1985), « Mystère de l'Instant » (1989) pour cymbalum, orchestre à cordes et percussions, « The Shadows of Time » (1997) pour orchestre et voix d'enfants, « Sur le même accord » (2002), nocturne pour violon et orchestre, « Correspondances » (2003) pour voix et orchestre, cycle de cinq mélodies sur des textes de Prithwindra Mukherjee, Alexandre Soljenitsyne, Rainer Maria Rilke et Vincent van Gogh, ou bien encore « Le Temps l'horloge » (2007) pour voix et orchestre, sur des textes de Jean Tardieu et Robert Desnos.
11 commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus