undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles20
4,6 sur 5 étoiles
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:11,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 15 février 2005
C'est un des grands disques, si ce n'est LE disque à posséder pour comprendre l'évolution du rock et du punk depuis 30 ans.
Le disque le plus sauvage, le plus sincère que j'ai pu écouter. Les 8 titres de The Stooges sont tous uniques et inimitables. Si il ne devait en rester qu'un, ce serait cet album, ce chef d'œuvre de créativité et d'arrogance, de rage et de détermination.
Pas un instant le doute n'est possible. Depuis 1969 qui ouvre superbement ce disque, puis I Wanna be your dog, chanson mythique qui nous plonge directement dans la fosse, au cœur du réacteur Stooges.
Cette musique semble si simple, elle est pourtant inégalée depuis 1969. A posséder, à vénerer. Ceci est la plus belle réussite du groupe, la plus belle pièce du rock tel qu'il devrait être : déjanté, incontrôlable, violent !
11 commentaire|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 février 2003
Produit par John Cale, ce premier album des Stooges est evidement celui du punk avant l'heure.
Iggy Pop hurle comme personne, les guitares sont les instruments de cette guerre sonore et le message est clair: I wanna be your dog, No fun...Si le son semble tout droit sorti d'un garage, leur rock n'est jamais brouillon mais au contraire épuré.
Iggy s'est inspiré de Jagger pour la voie, de Jim Mrrison pour l'attitude scenique et du Velvet underground pour l'integrité musicale et le résultat est historique!
0Commentaire|17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 novembre 2005
On ne chronique pas un album culte qui appartient depuis longtemps au Panthéon (toujours vivant !) du Rock sans y laisser quelques plumes !!
Disons seulement le son, l'enregistrement, le grain de la guitare d'Asheton, la rythmique sèche et économe, le dandysme désabusé d'un Iggy encore juvénile, mais aussi le SON, la qualité d'un enregistrement minimaliste, à la fois sale et clair, sonnaient résolument avant-gardistes en leur temps.
Et toujours d'une actualité exemplaire dans le notre.
(et qu'on se le dise).
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 novembre 2005
On ne chronique pas un album culte qui appartient depuis longtemps au Panthéon (toujours vivant !) du Rock sans y laisser quelques plumes !!
Disons seulement le son, l'enregistrement, le grain de la guitare d'Asheton, la rythmique sèche et économe, le dandysme désabusé d'un Iggy encore juvénile, mais aussi le SON, la qualité d'un enregistrement minimaliste, à la fois sale et clair sonnaient résolument avant-gardistes en leur temps.
Et toujours d'actualité exemplaire dans le notre.
Qu'on se le dise.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 7 décembre 2013
A peu près au même moment où le MC5 militait pour un rock révolutionnaire, les Stooges, eux, inventaient le rock barbare. Et leur premier méfait, s'il ne comportait réellement que 4 très bons titres sur 8, n'en constitua pas moins une révélation pour beaucoup. S'adressant aux instincts primaires de l'homme, il nous renvoyait direct à la decouverte de notre nature profonde, de notre surmoi primitif de bête sauvage, enfouie sous 20 siècles de pseudo vernis civilisationnel...Nul doute que Rahan, Attila, Erik le Rouge, Gengis Khan, Ivan le Terrible, Hitler ou Staline auraient adoré les Stooges....

"1969", "I wanna be your dog", "No fun" et "Real Cool Time"...Autant de titres formant un tout cohérent et inquiétant, une musique dangereuse pour des temps incertains, hésitant entre barbarie généralisée et holocauste nucléaire...

Les Stooges : Une certaine vision du futur...un avant-goût de l'Apocalypse !
77 commentaires|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Pour certains, 'Raw Power' constitue le point d'orgue des Stooges, à travers l'émancipation et l'affirmation d'Iggy sur ses comparses. A l'inverse, cet album éponyme est celui qui récupère mes faveurs tant l'énergie est puissante, la musique fraîche et portant en germe l'essentiel du punk-rock. Sans compter que ce disque contient sans doute les meilleurs morceaux du groupe ('1969', 'I Wanna be your Dog'). Un indispensable pour toute discothèque rock qui se respecte.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Sortis de nul part en 1969 en plein mouvement"peace and love",quatre déjantés débarquant des bas fonds de détroit sortent un premier disque qui changera à tous jamais la face du rock.Le groupe s'appelle"the stooges"(les crétins),et leurs champs d'action:un rock sale,destroy et totalement rentre dedans.Mené par un chanteur d'éxception en la présence de iggy pop,ce premier pavé est une bombe nucléaire lachée puissance 11,sur un monde en décomposition.D'entré les classiques sonts déjà présent:"i wanna be your dog""1969"no fun""real cool time""little doll".Soit 5morceaux intemporels sur 8titres,pas mal pour une premiére galette.Mais les 3autres morceaux,ne sonts pas en restes:l'hypnotique"we will fall",la ballade"ann"et le génial"not right",sonts à marqués d'une pierre blanche(ou noire)dans l'histoire de la musique.Les riffs et solos de ron asheton sonnent les prémices du punk,et la rythmique signée dave alexander(basse)etscott acheton(batterie)est totalement démente.Vous l'avez compris,ce disque est essentiel pour comprendre l'évolution du rock des 44derniéres années...sans compté que la méme année,un groupe anglais inventera le heavy metal!!!Quelle année!!!69"année électrique"!!!18sur20.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 juin 2012
Album de référence, c'est l'un des fondamentaux du rock bruitiste qui a cotoyé le punk presque depuis sa création. Avec un sérieux côté "trip sous acide", la bande à Iggy Pop passe de morceaux bien musclés, très rudimentaires, à des délires psychotropiques ultra planants.
Probablement pour faire plaisir au producteur à l'époque, on a même droit à notre petit slow de derrière les fagots, limite cucul la praline.

Néanmoins, ça reste un album d'anthologie, qui bouscule plus qu'un peu les conventions de son époque, s'affranchissant de la plupart des protocoles musicaux pratiqués alors, avec un son brut, rudimentaire, primaire qui devrait satisfaire les amateurs de leurs descendants, qu'il s'agisse de Nirvana, Sonic Youth, The White stripes et autres Pixies.

Petite anecdote: le morceau "Not right", sert d'introduction, tel quel, en fond sonore, au titre "I love her all the time" de Sonic Youth.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 1 septembre 2015
Entre la froideur sonique du Velvet Underground et l'énergie sexuée des Rolling Stones, il restait une case à occuper. Ce sera celle des Stooges. En alliant la folie bruitiste des premiers au sens du riff obsessionnel des seconds - avec adjonction d'un chanteur qui multiplie par dix tous les poncifs jaggeriens - ces quatre délinquants sortis d'Ann Arbor (Michigan) vont accoucher du punk. Et rester ses plus brillants représentants pour l'éternité.
Créant leurs morceaux à partir de suites de deux ou trois accords répétées jusqu'au mantra, soutenues par un unique motif rythmique induit par la batterie de Scott Asheton et la basse de Dave Alexander (qui suit machinalement la guitare), les Stooges atteignent l'essence du rock dans ce qu'il a de plus tribal et qui remonte aux racines du blues le plus vaudou : la plainte par la transe. Celle des Stooges se rapporte à cette jeunesse américaine des villes industrielles qui erre entre ennui existentiel et crainte du Vietnam. Entre désirs exacerbés et conformisme rigoureux. La musique du groupe est l'expression même de cette explosion contenue, de cette tension palpable. Ron Asheton ne sera jamais Jimi Hendrix (rien dans la technique, tout dans l'expressivité), Iggy Pop ne sera jamais Bob Dylan (peu de mots, tout dans les tripes) et pourtant ce disque est un chef-d'œuvre. Car les hurlements se font toujours mieux entendre que les cantiques...
Tops : 1969, I WANNA BE YOUR DOG, NO FUN, ANN, LITTLE DOLL
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 mai 2010
Un album essentiel, certes, d'autant que les Stooges n'en ont que trois à leur actif (je ne tiens pas compte de l'auto-parodique "The Weirdness"). Un album qui compte surtout des titres aussi fantastiques que "I Wanna Be Your Dog" ou "No Fun". Mais aussi un album inégal, très loin de la perfection.

C'est que les Stooges, à l'époque, se font surtout remarquer par leurs performances bruitistes, le jeu de scène torride d'Iggy, et le chaos qu'ils provoquent sur scène. Et tout cela est un peu difficile à transcrire sur un album. Il y a des contraintes à respecter. Du coup, les Stooges font ce qu'ils peuvent. Il suffit de voir la pochette pour comprendre à quel point ils sont encore profondément marqués par certaines influences (en l'occurence les Doors), peinant à trouver leur propre image.

Du coup l'album se partage entre des titres grandioses, directement entrés dans la légende, et des choses moins bonnes, voire franchement affreuses. "We Will Fall" est une horreur d'autant plus pénible à l'écoute qu'on comprend ce que le groupe a essayé de faire (puisqu'ils y arriveront par la suite avec "Dirt"), vainement. "Ann" est un ratage du même genre. "Not Right" est franchement faiblard.

Mais bien sûr, tout le reste est génial. Et puis cet album a un avantage sur ses grandioses successeurs : le son, un son garage, brut, pas encore de la lave en fusion mais des guitares rêches, abrasives.

Néanmoins, c'est avec Fun House, leur deuxième album, que le groupe va réussir à produire en studio ce qui faisait sa force sur scène, et graver par la même occasion une des pages les plus importantes du rock'n roll. C'est aussi avec ce disque qu'Iggy donnera sa pleine mesure vocale, loin de la gentillesse presque prude avec laquelle il s'égosille sur "1969".
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,72 €
11,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)