Commentaires en ligne


10 évaluations
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


14 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Buggles et Yes, étonnant mélange.
Et oui, les deux Yoyos de Buggles (vous connaissez "Video "tube" the radio star"..) si, si, ce sont bien eux, ont rejoint la bande de Yes et font ensemble cet album étonnant en l'absence de Jon Anderson au chant. Les fans, à cette époque, étaient catastrophés par le départ de Jon et par cette idée de Trevor Horn et Geoffrey...
Publié le 5 mars 2003 par M. A. Weber

versus
3.0 étoiles sur 5 Drama : l'album de l'attirance-répulsion
Il est certain qu'il y avait de quoi être refroidi à l'époque lors de la première écoute de cet album ! Je me souviens bien de mes réactions, déçu par la voix et les sons criards des années 80, les mélodies un peu trop faciles d'accès, puis lassitude d'écoute après avoir été...
Publié il y a 2 mois par Arthurus


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

14 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Buggles et Yes, étonnant mélange., 5 mars 2003
Par 
M. A. Weber "awks" (Draveil France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Drama (CD)
Et oui, les deux Yoyos de Buggles (vous connaissez "Video "tube" the radio star"..) si, si, ce sont bien eux, ont rejoint la bande de Yes et font ensemble cet album étonnant en l'absence de Jon Anderson au chant. Les fans, à cette époque, étaient catastrophés par le départ de Jon et par cette idée de Trevor Horn et Geoffrey Downes dans un groupe comme Yes, référence du RProg de haut vol de l'époque 70. Résultat, au diable les a priori, c'est bien du Yes et du bon Yes, et même la voix absente mythique de Jon Anderson ne fait pas défaut. Essayez, vous verrez...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Yes, we want Drama !, 20 juillet 2014
Par 
T. Keller (Carros, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Drama (Expanded & Remastered) (CD)
Quand un groupe sort un ou deux albums absolument légendaires comme Yes avec Close to the Edge et Fragile, Pink Floyd avec Dark Side of The Moon et The Wall, etc, on a tendance a oublié trop vite le restes des discographies qui contiennent pourtant assez souvent des pépites. Drama c'est exactement ça, une pépite. Une cohésion du début à la fin, une production sonore nickel à la 90125 mais avec une créativité musicale plus intéressante, un chef-d’œuvre tout époques Yes confondus avec "Machine Messiah", et un tour de force avec Trevor Horn qui remplace Jon Anderson sans une goutte de sueur.
Le vrai drame de cet album serait de ne pas l'écouter.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Drôle de drame !, 5 février 2009
Par 
Hervé J. (Savoie,France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Drama (Expanded & Remastered) (CD)
1980(encore une annus horribilis pour le rock progressif!).Un bruit court: "t'es pas au courant? Yes et les Buggles ont fusionné!

_t'es taré,c'est n'importe quoi!"

l'année se déroule et le nouveau Yes arrive dans les bacs,je l'achète et on l'écoute avec les copains,et là, stupeur et tremblements:-"ouah! ça déchire sa race!"(bon c'est vrai on parlait pas comme ça à l'époque mais on le pensait quand-même.)

Machine Messiah à la limite du métal,White car sublime petite pièce symphonico-minimaliste,Does it really happen et Chris Squire a retrouvé sa Rickenbacker perdue,into the lens(groove and funk big influence Buggles),Run through the light(un peu mou de la patte,concession aux Policeries de l'époque) et Tempus fugit grand retour de l'épique dans Yes

_"ouais c'est super,mais Jon Anderson il chante quand-même mieux!
_d'accord, mais Geoff Downes il a des super sons,le vocoder qui fait yes-yes ,super!
_et la pochette de Roger Dean,géniale,ça change des machins de chez Hypgnosis!

Bon , à partir de là si Jon Anderson avait mis son égo dans sa poche et avait rejoint le groupe pour nous offrir la suite ,Yes n'aurait peut-être pas définitivement perdu son âme!(c'est vrai qu'Asia n'aurait pas existé,John Wetton et Bruford seraient retournés chez King crimson,évitant par ce fait le ridicule à un certain Robert,mais bon! tout ça c'est des contes de fées...)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Drôle de Drame, 27 juin 2015
Par 
STEFAN (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Drama (Expanded & Remastered) (CD)
Yes sans Jon Anderson ? Impossible, sacrilège même ! Et pourtant il y a Drama en 1980, un album typique des progueux britanniques où leur androgyne vocaliste est pourtant absent. Alors, Yes sans Anderson, ça marche ou ça ne marche pas ?
Etrangement, parce que l'arrivée des deux membres des Buggles (Video Killed the Radio Star, pour situer) paraissait tout sauf une évidence, surtout le remplacement de Jon Anderson par le lunetté Trevor Horn, ça marche ! Ca marche même très bien. Evidemment, une partie de l'album, comme attesté par les bonus de la présente édition, ayant été composée quand Anderson et Wakeman faisaient encore partie de la formation, et que, de toute façon, l'authentique détenteur du son Yes en est l'indéboulonnable bassiste Chris Squire, on retrouve le Yes que tout un chacun connaît, cette créature symphonico-progressive, se perdant parfois dans d'exagérées chansons épiques, mais, tout de même, l'authentique surprise de retrouver une formation finalement inchangée est réelle. Inchangée mais aussi revigorée après un très moyen Tormato où les anglais semblaient uniquement remettre sur l'ouvrage, avec moins de conviction et moins de grâce, ce qu'ils avaient accompli précédemment annihilant ainsi l'embellie Going For The One. Bref, le grand malheur d'avoir perdu deux membres supposés irremplaçables se transforma en bénédiction libératrice d'une inspiration retrouvée.
De fait, dès un extrêmement typique Machine Messiah où Trevor Horn s'approche tant de son prédécesseur qu'on peine souvent à détecter son absence sur une composition, puissante, mélodique et glorieusement progressive et ultimement rassurante prouvant que Yes, tel qu'en lui même mais en nettement meilleure forme que sur Tormato, sait toujours construire de théâtrales édifices où claviers et guitares (belle performance conjointe d'Howe et de Downes) mènent le bal sans qu'on n'en oublie la volubilité d'une section rythmique (Squire et White) dont le mérites ne devraient plus avoir besoin d'être vantés. Machine Messiah a, en vérité, tous les atours d'un classique en devenir et en serait sans doute devenu un s'il avait été créé par un line-up plus classique. La suite est une longue confirmation d'une identité réaffirmée par une forme compositionnelle qui ne se démentira jamais. Pas même sur un Into the Lens, remake reconnaissable si largement transformé, "progisé", du I Am a Camera initialement paru sur l'Adventures in Modern Recording des Buggles. et certainement pas sur un Tempus Fugit racé et accrocheur qu'on aurait bien imaginé sur Fragile tant il développe tous les aspects mélodiques et solistes du "vrai" Yes.
Un bel album donc mais carrément un indispensable si l'on considère l'édition remasterisée, ses généreux et utiles bonus et son impeccable restauration sonique. On y a même droit, donc, à l'embryon du successeur de Tormato, les Paris Sessions, un Drama préhistorique en somme, où Anderson et Wakeman font leurs uniques apparitions de la galette. Ca vaut surtout pour la curiosité parce que, franchement, on n'aurait pas voulu ce Drama autrement que porté par le vent de fraicheur apporté par les Buggles qui, d'ailleurs, sont des autres bonus, works in progress d'une aeuvre réussie. Parce que ce Yes-là est, malgré les apparences, un vrai Yes, un bon Yes, un Yes chaudement recommandé à tous ceux qui l'avait démis du fait de soi-disant handicapantes absences.

1. Machine Messiah 10:27
2. White Car 1:21
3. Does It Really Happen? 6:34
4. Into the Lens 8:33
5. Run Through the Light 4:43
6. Tempus Fugit 5:15
Bonus
7. Into the Lens (Single) 3:47
8. Run Through the Light (Single) 4:31
9. Have We Really Got to Go Through This (Drama Jam Sessions) 3:43
10. Song No. 4 (Satellite) (Drama Jam Sessions) 7:31
11. Tempus Fugit (Tracking session) 5:39
12. White Car (Tracking session) 1:11
13. Dancing Through the Light (Paris Sessions) 3:16
14. Golden Age (Paris Sessions) 5:57
15. In the Tower (Paris Sessions) 2:54
16. Friend of a Friend (Paris Sessions) 3:38

Trevor Horn - lead vocals, fretless bass on "Run Through the Light"
Steve Howe - guitars: Gibson Les Paul Gold Top, Fender Telecaster, Martin Mandolin, Fender Stratocaster, backing vocals
Chris Squire - bass, backing vocals, piano on "Run Through the Light"
Geoff Downes - keyboards, vocoder, backing vocals
Alan White - drums, percussion, backing vocals
&
Jon Anderson - lead vocals on the Paris sessions (13-16)
Rick Wakeman - keyboards on the Paris sessions (13-16)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


23 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Drama le mal-aimé, 10 octobre 2007
Par 
bruspell (moches-les-beaux-clapiers) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : Drama (Expanded & Remastered) (CD)
Espérons que cette réédition permettra la réablitation d'un album méconnu... En 1980, après un médiocre "Tormato", Jon Anderson et Rick Wakeman quittent Yes, et sont remplacés par les Buggles, horreur ! Video killed the prog stars? Pas vraiment ! C'est du très bon Yes, énergique à souhait (style "Going for the one" ou "The Yes album"), avec un son plus moderne, presque déjà néo-prog (80's obligent), des riffs costauds (l'intro de "Machine Messiah" pourrait être de King Crimson), des mélodies et des harmonies vocales comme on les aime : le très groovy "Does it really happen?", marqué par l'empreinte d'un Squire très en forme, "Into the lens" (que l'on retrouvera chez les Buggles, justement, sous le titre "I am a camera"), etc. Evidemment, les nostalgiques des grandes épopées des 70's n'y trouveront pas forcément leur compte (à part avec le morceau d'ouverture), et même si Yes reste encore aventureux sur cet album (cassures rythmiques en tout genre, sons étranges...), c'est quand même, par moments, du pré-Asia !Allergiques au rock FM s'abstenir !

Finalement, c'est Jon Anderson qui manque le plus car, même si le mimétisme de Trevor Horn est ahurissant par endroits, il ne fait pas illusion sur tout l'album. Sur les bonus, il chante même faux !

Et puisque je parle des bonus, allons-y : 40 minutes de démos, même pour un fan, c'est beaucoup, et en dehors de deux instrumentaux sympathiques, ça alourdit vraiment l'ensemble. Quant aux chansons qui avaient été enregistrées avec Jon Anderson, aucun regret à avoir : il a bien fait de partir !

Pour résumer, je dirais qu'il faut redonner une chance à cet album "bâtard", ni vraiment Yes-"Straship Trooper", ni vraiment Yes-"Owner of a lonely heart". Même s'il ne rivalise pas avec ses aînés, il est le dernier représentant d'une époque révolue, avant que le groupe ne s'américanise et, ma foi, ne finisse par se perdre dans ses désaccords internes. Mais ceci est une autre histoire...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pour moi, c'est un VRAI Yes, 8 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Drama (Expanded & Remastered) (CD)
Album assez controversé : c'est du Yes, c'est pas du Yes, quel gâchis, et patati, et patata ... bref, pour faire court, j'ai tous les albums de Yes (en vinyles) et pour moi, Drama reste un très grand album .. et tant pis pour les "puristes". Je n'ai qu'à leur dire qu'il faut évoluer et ne pas rester dans leur moule. Je dois avoir 11 albums de Rick Wakeman (vinyles), autant vous dire que je l'apprécie; il n'était pas dans DRAMA ... et alors ? Cette version remastérisée est très bien. Etant audiophile et ayant le matériel en conséquence, j'ai été cependant un peu déçu par la qualité sonore. Je maintiens pourtant mes 5 étoiles !!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 injustement sous-estimé., 5 février 2011
Par 
CAROSSI "Rockprog84" (Apt, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Drama (Expanded & Remastered) (CD)
"Drama" était le disque de l'année 1980 en matière de pronostics défavorables, pensez donc: après le déjà moyen "Tormato" en 1978, Anderson et Wakeman étaient partis, remplacés par les 2 guignoles des Buggles, Horn et Downes. Quand en plus, on a su que l'album s'appelait "Drama", on ne pouvait s'attendre qu'au pire! Grave erreur, "Drama" s'avère être excellent.
Les 3 morceaux "Machine messiah", "Into the lens" et "Tempus fugit" (qui d'ailleurs représentent les deux tiers de l'album en durée) sont pour moi parmi les tout meilleurs du groupe (n'en déplaise à certains fans qui ne jurent que par Anderson) et auraient pu figurer sans problème sur "Close to the edge" ou "Fragile". Les 3 autres titres, un ton en-dessous, demeurent intéressants et assez originaux (en tout cas meilleurs que ceux de "Tormato"). La voix de Trevor Horn est dans la lignée de celle de Jon Anderson, bien qu'un peu moins envoutante.
Un super album, sous-estimé par l'absence d'Anderson (idem pour le dernier Genesis sans Phil Collins), mais qui mérite de figurer dans la discographie de tout amateur de rock progressif (voir de rock tout court).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Très bon cru un YES nouveau et inédit (pour l'époque), 19 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Drama (Expanded & Remastered) (CD)
Excellent album "Machine Messiah" et "White car" suffit à l'achat de cet album mésestimé. Et pourtant, Trevor Horn est loin d'être une brêle. Bon de là à égaler le naturel de Jon Anderson il n'y a qu'un pas mais Horn fait un excellent boulot. Dommage que DRAMA n'ait pas donné lieu à un second album sous ce line-up. Sans égaler Fragile, Yes Album, Close to the Edge, Tales et Relayer, ce disque est d'un très bon cru.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Drama : l'album de l'attirance-répulsion, 28 mai 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Drama (Expanded & Remastered) (CD)
Il est certain qu'il y avait de quoi être refroidi à l'époque lors de la première écoute de cet album ! Je me souviens bien de mes réactions, déçu par la voix et les sons criards des années 80, les mélodies un peu trop faciles d'accès, puis lassitude d'écoute après avoir été hypnotisé par les effets chatoyants et tape à l'oreille, bref, quel choc si on le comparait avec toute la noblesse et la profondeur de certains des précédents albums.
Puis 30 ans passent et des souvenirs surgissent, on se surprend à fredonner des morceaux et...on rachète l'album, le rappel à l'écoute opère quand-même et on trouve ça très très bien, c'est juste autre chose à ne pas mettre en balance avec d'autres albums.
Ca m'a fait la même chose avec 90125, dernier album de bonne tenue avant la décadence selon moi.
Oui, YES était décidément LE groupe de RP avec ses compos hyper structurées.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 magnifique!, 14 juillet 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Drama (CD)
Magnifique album de Yes ! avec 2 titres fabuleux Machine Messiah et Into the Lens que je n'avais pas écouté depuis 20 ans. quel pied de les réécouter!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit