Commentaires en ligne


3 évaluations

4 étoiles
0

3 étoiles
0

2 étoiles
0

1 étoiles
0

 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La perfection et le contrôle, 30 juillet 2014
Par 
Pèire Cotó (Occitània) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven:Symphonies Nos.2 & (CD)
On peut aussi acheter l'intégrale des symphonies George Szell dirige Beethoven : Symphonies n° 1 à n° 9 - Ouvertures.

Les caractères de la direction de George Szell sont les mêmes dans ce disque que dans les autres de cette série : classicisme, perfection de la forme et même perfectionnisme, mais aussi réserve émotionnelle, voire froideur. Les contrastes d'intensité sont souvent atténués, les accompagnements, les soli des vents et la perception claire de tous les niveaux de l'orchestre ne sont pas soumis à la ligne mélodique. En évitant tout pathos, en dirigeant les symphonies impaires de la même manière que les symphonies paires, Szell permet du moins au texte d'apparaître dans toute sa clarté et donne une fine élégance au discours musical. D'autre part, sa sobriété, qui n'est pas strictement métronomique, met en valeur le moindre accident, la moindre intention de sa direction.

SYMPHONIE N°2
Comme à son habitude, Szell allège l'introduction Adagio molto qui devient moins impressionnante ou majestueuse qu'avec d'autres. Ensuite, en étant très attentif car ce n'est pas du tout spectaculaire, on s'aperçoit qu'il donne un poids à certains moments stratégiques. Je préfère néanmoins ce premier mouvement par Karajan (première intégrale DG) ou par Jochum (DG). Le Larghetto est doté d'une couleur "chaleureuse" (j'avais envie d'écrire "laineuse"), c'est affaire d'équilibre entre les pupitres; il est plein de détails intéressants dans les phrasés; il est plus réussi à mon goût que le premier mouvement. La sobriété n'empêche pas à l'élément rythmique du Scherzo de s'exprimer; la perfection de cette lecture culmine dans l'élan donné au Trio. Le Finale est moins prude que le premier mouvement, mais l'élégance reste !

SYMPHONIE N°5
Je commente à partir de l'intégrale, mais j'ai eu l'information que la 5e publiée ici est celle des 11 et 25 octobre 1963, qui bénéficie des qualités de précision du chef, mais les pousse jusqu'à la raideur et le manque de vie, alors que l'intégrale de 2013 choisit celle du 26 novembre 1955, où Szell est aussi pur, sobre et élégant qu'à son habitude, mais plus puissant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Beethoven dans toute sa splendeur..., 28 décembre 2010
Par 
L' AIGLE (Paris France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven : Symphonies N° 2 et N° 5 (CD)
Beethoven dans toute sa splendeur... et son authenticité.
Les Beethoven que Georges SZELL avait enregistré de 1957 à 1963 à Cleveland représente un des très rares et un des plus bel accomplissements des symphonies de toute l'histoire du disque jusqu'à nos jours et n'est pas près d'être égalé. La perfection à tous les niveaux : direction, instrumentistes, prise de son stéréo, clarté et transparence, vigueur et subtilité des nuances... bref s'il ne fallait garder que deux intégrales discographiques, ce serait celle-ci avec celle de René LEIBOWITZ. ( Avis d'un musicien professionnel )
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Beethoven dans toute sa splendeur..., 28 décembre 2010
Par 
L' AIGLE (Paris France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven:Symphonies Nos.2 & (CD)
Beethoven dans toute sa splendeur... et son authenticité.
Les Beethoven que Georges SZELL avait enregistré de 1957 à 1963 à Cleveland représente un des très rares et un des plus bel accomplissements des symphonies de toute l'histoire du disque jusqu'à nos jours et n'est pas près d'être égalé. La perfection à tous les niveaux : direction, instrumentistes, prise de son stéréo, clarté et transparence, vigueur et subtilité des nuances... bref s'il ne fallait garder que deux intégrales discographiques, ce serait celle-ci avec celle de René LEIBOWITZ. ( Avis d'un musicien professionnel )
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit