Commentaires en ligne


1 Evaluation
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "From Dream to Dream we have always been...", 13 mai 2012
Par 
Emmanuel Gautier (Strasbourg, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Like an everflowing stream (CD)
Groupe suédois fondé en 1988, Dismember est une entité intimement liée à la naissance du son death suédois. Il rassemble initialement Fred Estby, Robert Sennebäck et David Blomqvist.
Le groupe sort plusieurs démos jusqu'en 1990, avant que l'attention de ces membres soit accaparée par le projet Carnage avec Michael Amott, puis le vocaliste Matti Kärki.
Comme on le sait, ce projet éphémère mais à l'influence déterminante sur la scène suédoise ne sort qu'un seul album, le désormais culte "Dark Recollections" qui voit le jour fin 1990 quelques mois après le non moins culte "Left Hand Path" des Entombed -Blomqvist avait d'ailleurs été bassiste dans le groupe auparavant.
Après le split de Carnage, Amott part jouer chez les anglais de Carcass, Blomqvist et Estby retournant quant à eux chez Dismember en embarquant le vocaliste Kärki.
Le line-up est complété par Sennebäck et Richard Cabeza, alors bassiste/chanteur d'Unanimated.
Le groupe décroche un contrat avec Nuclear Blast, label de plus en plus orienté death metal (Master, Benediction, Opprobrium/Incubus), et enregistre au studio Sunlight avec Tomas Skogsberg "Like an everflowing Stream".

L'album reprend la recette de "Left Hand Path" et "Dark Recollections", à savoir un son de gratte caractéristique, une musique sombre et brutale mais aussi mélodique. Dismember invite d'ailleurs Nicke Andersson d'Entombed à jouer les solos -à noter qu'il a même dessiné le logo du groupe.
"...Stream" se situe donc dans la continuité des œuvres précitées et enfonce un peu plus le clou en livrant des compositions particulièrement inspirées, à l'image du titre d'ouverture aux riffs fulgurants et variés, dosant subtilement les accélérations et les tempos lents qui font ressortir la lourdeur des guitares accordées en si.
Sur les quarante minutes de son propos, Dismember fait preuve d'un savoir-faire éblouissant et possède un côté provocateur qu'ils vont continuer à cultiver sur l'album suivant. Personnellement, j'ai une préférence pour le dernier morceau "In Death's Sleep", sans doute le plus ambitieux de l'album.

Voilà un album essentiel du death suédois, réédité récemment donc facilement trouvable. Cette réédition reprend les bonus précédemment inclus, à savoir des titres des premières démos et une "reprise" de Carnage.
La magnifique couverture est signée Dan SeaGrave.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit