undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles2
3,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoile
0
Format: Téléchargement MP3Modifier
Prix:5,49 €

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 10 juillet 2009
Pour réagir à l'autre commentaire, il faut bien préciser que nous parlons effectivement du PREMIER album de DT qui date de 1989! Autant dire qu'à cette époque-là, à part Queensryche et Fate's Warning, personne d'autre n'officiait dans le registre que DT s'offrait d'aborder. En cela, écouter cet album après tous les autres peut certes décevoir, je le conçois, mais il faut bien savoir qu'à sa sortie (que j'ai connue), c'était déjà une bombe en puissance. Les morceaux sont impeccables : Fortune in lies est un chef d'oeuvre, the Ytse Jam un classique absolu du groupe, et les autres compos furieusement addictives. Je préfère la production de cet album à celle, plus froide et trop métallique par moments, de Images and Words. Quant au chanteur d'alors, s'il n'a pas le côté intimiste de Labrie (indépassable dans ce type de registre), il est techniquement bien meilleur (n'oublions pas que Labrie ne tient souvent pas la route en live).

Quoi qu'il en soit, on peut aller en toute confiance vers cette première borne, qui reste passionnante et d'une grande densité vingt ans après (ce qui n'est pas le cas de tous les albums de cette année-là, souvent datés) : reste à n'avoir aucun a priori et à prendre cette oeuvre pour ce qu'elle est, sans la comparer d'emblée aux albums postérieurs, qu'elle pourtant porte bel et bien en germe lorsque l'on y fait bien attention.
0Commentaire5 sur 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ah, il faut bien commencer un jour, n'est-ce pas? Et non, Dream Theater n'a pas démarré sa carrière discographique avec un chef-d'oeuvre! Le groupe a attendu le deuxième album pour ça... Alors, c'est sûr, si on a connu "Images and Words" (1992) ou "Awake" (1994) avant ce "When Dream and Day Unite" (1989), l'écoute de ce dernier peut s'avérer décevante.

"When Dream and Day Unite" n'est pourtant pas un mauvais album. Mais il souffre d'une production très en dessous de celle des albums suivants, et surtout, d'un chanteur (Charlie Dominici) qui est à des années lumières de James LaBrie... mais pas dans le bon sens! Les compositions ne sont pas toutes démentes non plus, mais certaines sont tout de même assez remarquables ou intéressantes. D'ailleurs, quand on les entend "live" chantées par James LaBrie, elles s'avèrent tout à fait convaincantes. Ceux qui ont le "Live at the Marquee" savent à quel point "A Fortune in Lies" ou "The Killing Hand" participent à la qualité de ce disque. L'instrumental "The Ytse Jam" n'est pas mal non plus, et "Afterlife" ou "The Ones Who Help To Set The Sun" (qui contient quelques belles idées) sortent également du lot sans totalement nous éblouir non plus.

Du potentiel donc... et une maitrise instrumentale déjà remarquable. Mais en 1989, le groupe démarrait et était encore tout jeune. Le temps leur laissera le soin d'améliorer leurs compositions, d'affiner leur style, de gagner en maturité... et de se trouver un chanteur autrement plus impressionnant (sur album du moins)! En 1992, la bombe "Images and Words" allait mettre tout le monde d'accord... et le groupe se retrouvera alors propulsé à la tête du mouvement prog metal.
33 commentaires6 sur 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €