Commentaires en ligne


2 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magnifique interprétation.
C'est avec une grande émotion que j'ai découvert cette superbe interprétation de l'opéra Didon et Enée de Purcell. Je ne peux que la recommander chaudement à tous les mélomanes, ainsi qu'aux autres qui auront ainsi l'occasion de découvrir une des oeuvres les plus accessibles du XVIIème siècle.
Publié le 8 mars 2007 par Pascal Beraud

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Entre agacement et tendresse
William Christie est un grand continuiste, et son plus haut fait d'armes reste d'avoir accompagné le grand Alfred Deller sur son enregistrement mythique des Songs de Purcell pour Harmonia Mundi en 1979, soit quelques mois avant la mort du contre-ténor.

Il serait totalement vain et inepte d'accuser Christie de manquer de connaissance stylistique et...
Publié il y a 6 mois par Luis Cajaroy


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magnifique interprétation., 8 mars 2007
Par 
Pascal Beraud (Périgny sur Yerres, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Purcell: Dido & Aenaes (CD)
C'est avec une grande émotion que j'ai découvert cette superbe interprétation de l'opéra Didon et Enée de Purcell. Je ne peux que la recommander chaudement à tous les mélomanes, ainsi qu'aux autres qui auront ainsi l'occasion de découvrir une des oeuvres les plus accessibles du XVIIème siècle.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Entre agacement et tendresse, 18 juin 2014
Par 
Luis Cajaroy - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Purcell: Dido & Aenaes (CD)
William Christie est un grand continuiste, et son plus haut fait d'armes reste d'avoir accompagné le grand Alfred Deller sur son enregistrement mythique des Songs de Purcell pour Harmonia Mundi en 1979, soit quelques mois avant la mort du contre-ténor.

Il serait totalement vain et inepte d'accuser Christie de manquer de connaissance stylistique et musicologique : il maîtrise parfaitement l'esthétique de Purcell, et chacun de ses choix est réfléchi.
En revanche, on peut questionner leur pertinence.

Ainsi, l'ouverture et une bonne partie du premier acte sont jouées tambour battant. Les tempi rapides ne me dérangent absolument pas d'une manière générale : on sait de source sure que Bach et Vivaldi appréciaient que l'on joue leurs œuvres de cette manière, donc pourquoi pas Purcell aussi a priori ?
Cependant, parler de tempi rapides ou lents ne résout rien : des tempi lents peuvent porter une interprétation musicalement intéressante (ainsi, quand Malgoire joue l'ouverture du Giulio Cesare de Haendel avec lenteur et majesté, il rend justice au caractère cérémonial et grandiose de cet opéra), des tempi rapides aussi (l'ouverture de Giulio Cesare peut être exécutée rapidement avec des contrastes vifs rendant plutôt justice à la construction typique de l'ouverture à l'italienne : vif - lent - vif).

Mais les tempi choisis par Christie ne prouvent rien, ne portent rien, ne semblent être que l'actualisation d'une volonté rhétorique de virtuosité et d'originalité ; comme souvent, Christie se noie dans les détails et vise trop l'accentuation pour donner une vision globale solide de l'oeuvre.
Ce tic est frappant ici : Christie semble déballer tout son attirail d'interprétation rhétorique, mais il le fait sans l'élégance d'un Gardiner, un peu à la manière du René Jacobs d'aujourd'hui : en résulte une impression d'exhibition herméneutique un peu dérangeant.

Le manque de continuité dramatique en résultant est criant dans la scène de l'Esprit. Malgré la belle performance de Jean-Paul Fouchécourt (également excellent dans l’entraînant "Come away fellow sailor") l'orchestre, désespérément en retrait, est d'une platitude sommeilleuse. Quand Nathan Berg prend la parole pour s'égosiller, quelques staccati faiblards visant probablement à impressionner la galerie sortent l'auditeur de sa sieste, mais aucune réelle proposition construite n'est développée, on ne trouve aucune articulation véritable entre la déclaration de l'Esprit à la réaction d'Enée. Ou plutôt si, on en trouve une, mais elle est d'une consensualité post-romantique désolante : les staccati soutenant le discours d'Enée traduisent son bouleversement intérieur et son dilemme (alors qu'il n'y a pas de dilemme ! Il y a ennui momentané). Le "Away / I stay" vient infirmer complètement cette proposition des interprètes : le "I stay" ("je reste") d'Enée s'opposant au "Away" ("dehors") de Didon vise simplement à préserver les apparences (aucune conviction dans le chant de Berg, on dirait qu'il hésite entre accepter de commander une pizza pour le dîner ou refuser en faveur d'une aventure dans un bar de nuit).

Le "Wayward sisters", emblème même d'une certaine musique baroque et surtout, d'un baroque anglais (goût pour l'étrange et le surnaturel, virtuosité vocale très particulière, intérêt pour la laideur ...) est raté : si les sorcières Sophie Daneman et Gaëlle Méchaly sont tout à fait dans le ton (malgré le timbre de princesse de Daneman) et chantent exactement dans le style voulu, surtout Méchaly(les intonations des sorcières doivent en effet être nasalisées), la laideur du timbre de Claire Brua (la Magicienne) n'est aucunement affectée : son timbre pointu, rêche et raide fait de la Magicienne une caricaturale mégère de basse taverne (comparer avec l'hallucinante prestation de Damien Guillon sous la direction de Philippe Pierlot, sur You Tube) et rappelle fâcheusement l'épouvantable Trudeliese Schmidt dans la vieille version d'Harnoncourt.

Véronique Gens est superbe de legato et de déclamation : une vraie tragédienne évidemment. Une réserve cependant : son "When iam laid in earth" est trop brillant : trop d'ornementations, de colifichets, pas assez de naturel et d'intériorité, malgré une incontestable beauté de timbre. Le devoir de mémoire qu'elle transmet à Belinda ressemble du coup un peu trop à une auto-épitaphe romantique nombriliste (mais j'exagère un peu).

Correcte Belinda de Sophie Marin-Degor.

En dehors de cela et du manque total de charisme du lourd Nathan Berg, le reste fonctionne : les passages instrumentaux notamment permettent une expression optimale du clavecin (Master Christie himself) et des violes de gambes. Le choix d'un orchestre et d'un chœur réduits est excellent : la musique de l'intime (qui caractérise le baroque anglais selon Nikolaus Harnoncourt) trouve par-là une sonorité élégiaque (le "When iam laid in earth" évidemment) et lointaine : le pari est réussi ; pour nous rapprocher du baroque, il faut l'éloigner. L'étrangeté de Dido and Aenas est une vertu.

On peut donc remercier William Christie d'avoir si bien compris la nature personnelle et feutrée (dans le sens : étranger au bruit et proche de nous par l'acuité de l'attention auditive que nous lui portons) de cette partition. On peut également trouver rageant de ne ressentir finalement qu'une impression mitigée à l'écoute (ou à la réécoute) de cette version, qui ne s'impose pas comme une priorité malgré ses indéniables qualités, instrumentales notamment, qualités hélas noyées dans des défauts assez gênants.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Purcell : Dido & Aeneas
Purcell : Dido & Aeneas de William Christie
Acheter l'album MP3EUR 4,49
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit