undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles4
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
2
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 1 octobre 2014
Cet enregistrement en public de 5° Symphonie de Mahler dirigée par Claudio Abbado il y a un peu plus de vingt ans est pout pour moi une révélation: dès les premières mesures on sent l'attention extrême de ce grand chef à chaque note, chaque silence, et de fait la Marche Funèbre est aux antipodes de ces effets de lourdeur, d'écrasement ou de pathos souvent de mise dans cette musique. Aucun excès, aucun effet, aucune violence romantique... Abbado nous fait glisser des cordes aux vents, passer de la nuit à l'aurore, de la grâce viennoise à la force désespérée, sans jamais accentuer les contrastes. L'adagietto rendu célèbre par "Mort à Venise" ne s'enlise pas dans un désespoir décadent mais vire, plane, descend à peine, remonte ensuite, sensible à chaque note de cette partition aérienne. Le scherzo joue avec la délicatesse viennoise, le Rondo et le Finale avec une joie, un dynamisme beethovéniens, Et, il nous emmène ainsi, avec une sûreté stupéfiante, dans une aventure musicale qui nous éblouit par sa diversité, son éclat, sa beauté sans jamais nuire à sa cohérence.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je précise tout de suite qu'on est en 2004, et que mon titre ne doit pas laisser penser que j'ai tout entendu sur la discographie de Mahler. Mais tout de même... l'oeuvre me possède totalement, de Bernstein à Rattle en passant par Barbirolli et Boulez, sans oublier Haitink et Chailly, les anciens de Walter à Tennstedt... en tout une vingtaine de versions toutes belles mais que dire de celle-ci... ci ce n'est qu'elle surclasse toutes les autres par son urgence même, sa frénésie (2nd mvt) et sa puissance colossale. Ecoutez simplement les percussions dans le deuxième mouvement; c'est sec, c'est droit, ça découpe le chaos orchestral magistralement emmené par un Abaddo furieux. Je passe sur le reste vous l'achèterez et comprendrez que je ne m'attarde pas trop en superlatifs. Le pire c'est le final, le souffle coupé, vous entendez la salle faire un triomphe à cette phalange divine... car eh oui... le miracle, c'est que c'est du Live. Amen.
11 commentaire|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 avril 2015
Dans un univers mahlérien ou la concurrence est rude , abbado ne parvient pas a se hisser au sommet avec cette 5éme qui posséde pourtant de grandes qualités . Abbado est concerné , cohérent , en grand Malhérien qu 'il est , et berlin reste berlin . même si le chef est plus inspiré qu 'avec son enregistrement avec Chicago , il n ' arrive pas a captiver l 'auditeur ( c 'est à dire moi même ! ) que la torpeur gagne réguliérement hélas , malgré de beaux passages tout de force et de puissance . Il ne parvient pas a faire oublier la splendeur Karajan , l ' analyse millimétrée d 'un Boulez en grande forme , l 'incandescence d 'un Rattle a fleur de peau , pour ne citer que ceux qui ont dirigé Berlin dans cette symphonie ......on peut cependant préférer abbado a Haitink , aux choix douteux ( un adagio de 14 minutes ! ) toujours avec Berlin . Mais ( toujours mais ....) la encore Haitink magnifie l 'orchestre de bout en bout et atteint une amplitude et une plénitude supérieure . C 'est un enregistrement de concert , ce qui est un exercice plus difficile qu 'en studio c 'est clair et il ne faut pas l 'oublier . mais ( encore ! ? kkk ) , nous avons au concert des témoignages autrement plus captivants ( kubelik entre autre )
un bon disque , victime de la grande qualité du patrimoine sonore disponible ....
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Les goûts et les couleurs ... J'ai trouvé cette version d'Abbado plutôt légère ; cela peut être une qualité pour ceux qui aiment. De la grâce, des airs dansants, mais le manque de puissance ne convient pas à la Cinquième. A noter qu'il s'agit d'un enregistrement public (mais la notice de Deutsche Grammophon ne donne pas la date.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)