undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles7
4,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
6
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoile
0
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 10 novembre 2006
Première question qui s'impose: Comment fait-il ? Et je fais référence notamment au premier allegro du Concerto RV 190. Carmignola fait de la haute voltige, utilisant tout ce qui est possible d'imaginer, techniquement, en terme de prouesses au violon. Son savoir faire est inimaginable. Il semble flotter au dessus des notes, tel un magicien, possédant une maîtrise sidérante ou la démesure règne. Le récital proposé -tous les concertos sont inédits- est un véritable raz de marée virtuose; à l'extrême- les mouvements lents sont par ailleurs d'une rare beauté, hypnotisant...

Petite mise au point : lors de mes premières écoutes de cet album, j'avais l'impression de «déjà entendu»; honnêtement, on ne peut nier une certaine parenté avec les deux précédents albums consacrés aux inédits sur label SONY.

Cela étant, la prise de son ARCHIV est à la hauteur du programme proposée: phénoménale. Amis audiophiles, vous serez ravis et conquis. Cet album a en effet une plus value : on peut se permettre de mettre la pédale à fonds !

En réalisant ce disque, Carmignola s'est hissé au sommet des violonistes baroques du moment. Fabio Biondi aura fort à faire pour nous étonner autant que son éminent collègue !
0Commentaire40 sur 41 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 janvier 2011
Depuis que les italiens ont enfin investi l'espace baroque, et malgré tous les mérites de Fabio Bondi ou d'Enrico Onofri, Carmignola est indiscutablement le plus grand violoniste vivaldien du moment. Sa technique époustouflante reste en effet au service d'une musicalité sans faille. Poète diabolique, en somme... Pour découvrir 5 concertos inédits de Vivaldi -qui en aurait écrit 240 !- on ne peut rêver meilleur guide. Je vous recommande particulièrement le RV 190 : lumière crue insolente mais un adagio crépusculaire à pleurer...
0Commentaire11 sur 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Commençons par quelques suppositions pas trop gratuites : si, comme moi il y a quinze jours encore, vous ne connaissiez Giuliano Carmignola que de nom; si, comme Stravinsky, puisque c'est à lui qu'on attribue généralement cette mauvaise boutade, vous pensiez que Vivaldi a composé 230 fois le même concerto; si vous trouvez à sa musique quelque chose d'hystérique et d'artificiel, d'inutilement énervé dans les mouvements rapides, et de lascif dans les mouvements lents, ce CD d'inédits du rouquin de Venise est pour vous. Et dites-moi s'il y a une musique plus neuve, plus originale, si on peut trouver plus de noblesse dans la grâce et la méditation, et plus de virilité dans l'expansion ou l'alacrité ! Dites-moi également si Carmignola n'est pas né pour cette musique comme il semble naître d'elle, s'il n'est pas une sorte de Prince de Machiavel virtuose, fier et raffiné, violent et gracieux, sanguinaire et caressant, oui, César Borgia au violon ! Il en a le physique d'ailleurs, beau, séducteur et inquiétant...

De plus, à côté du brio, tant célébré, de Carmignola, à côté de la dextérité extrême de son jeu, sans rien de racoleur, jamais, (c'est en cela qu'il est prince), il y a aussi, et même avant, une beauté du son incomparable, une musicalité jamais en défaut. Quel artiste ! Quant au Venice Baroque Orchestra, avec ses cordes âpres et chantantes, d'une étonnante capacité émotionnelle, sous la conduite d'Andrea Marcon, il l'accompagne - jamais l'expression n'a si bien convenu - admirablement.

Souhaitons longue, longue vie à Giuliano Carmignola, et de nous offrir beaucoup de CDs aussi inépuisables que celui-ci.
11 commentaire9 sur 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 janvier 2011
Vivaldi avec un son explosif et subtil : un "duel" orchestre-soliste somptueux où l'orchestre rend coup pour coup à un interprète d'une acuité et d'un tranchant remarquables. Voilà du baroque qui réveille!
0Commentaire3 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 février 2007
Du grand Vivaldi. On se plaît à imaginer le Red Priest en train de prendre son pied devant une interprétation digne de son talent. Je dois reconnaître qu'il faut prendre le temps d'aimer, peut-être, pour certaines oreilles; Carmignola est un violoniste Alien, avec des capacités de jeu qu'un humain ne peut atteindre. En conséquence de quoi, l'oreille humaine tend parfois à vouloir calmer certaines envolées rebondissantes par lesquelles l'archet semble ne plus s'occuper des cordes, mais d'autre chose... sans doute la Musique! Mais seulement à la première écoute pour qui ne connaît pas Carmignola. Après, c'est la plongée dans un Baroque digne de ce nom. Et il n'y a pas que le "Vivaldi that rocks", d'ailleurs, puisque les mouvements lents sont dignes d'éveiller votre âme spirituelle. Ecoutez bien. Et achetez, il vous le faut.
0Commentaire19 sur 24 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mars 2013
très belle interprétation de ces deux concertos que l'on entend rarement sauf dans les concours. L'interprète apporte une touche très personnelle à cette oeuvre.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 janvier 2013
Je voulais compléter ma collection des concertos pour violon de Vivaldi par cette interprétation que je possède dans les 4 Saisons et qui est unique. Grosse déception non pas des interprètes mais de Vivaldi
0Commentaire0 sur 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus