undrgrnd Cliquez ici Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Toys Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles5
4,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:9,99 €

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 23 novembre 2008
1983. Tom Waits quitte Asylum records et signe "Swordfishtrombones" chez Island records. Il ne changera pas uniquement de maison de disques, mais également de style musical, s'éloignant du piano-bar, du jazz et du blues "conventionnel". Cette rupture se fait ressentir par l'utilisation de percussions ethniques méconnues du grand public (influencé par le travail du musicologue Harry Partch) additionnées à d'autres instruments plus classiques, comme le piano, l'orgue, la guitare ou la contrebasse. En résultent des chansons géniales, éclectiques, qui toutefois peuvent surprendre voire même dérouter à la première écoute. La voix, forgée à l'alcool et au tabac au fil du temps, se durçit. Le style Tom Waits est né. Unique en son genre. Inégalable. Un style basé sur la déconstruction, le bruit, le bricolage, le théâtre et le cirque (incorporant des influences blues, jazz, rock, vaudeville, éthnique).
Swordfishtrombones est donc le premier album de cette deuxième période, beaucoup plus riche et innovante.
Dés le premier morceau, "underground", le ton est donné. Tuba, marimba, guitare électrique habitée, rythme primitif martelé, le tout servi par une voix rocailleuse. Tom Waits ne chante pas, il éructe.
Suit "shore leave", langoureux, rythme chaloupé, ambiance étrange et inquiétante. Les percussions en métal et les objets détournés font leurs apparitions. Sublime.
Première instrumentale avec "dave the butcher", duo orgue hammond B-3/percussions en bambou, rencontre improbable entre une bande son de film fantastique burlesque et une tribu africaine.
Passons la suivante, "johnsburg, illinois", ballade mélancolique piano/basse écrite pour sa femme (native du village en question), issue de sa première période, sans grand interêt.
"16 shells from a 30.6" est un blues entêtant. Son originalité vient du rythme inhabituel, joué sur les tomes, sans charleston, agrémenté d'une cloche plate. Trombone et contrebasse sont là pour appuyer la rythmique.
Avec son intro à la cornemuse, "town with no cheer" nous emporte, puis la cornemuse s'efface et les orgues prennent place pour nous livrer un morceau, certes agréable, mais un peu soporifique.
Avec "in the neighborhood" et sa section de cuivres à faire pleurer un dictateur, Tom Waits nous offre un de ces morceaux dont il a le secret, alliant la tristesse d'une marche funèbre et la féerie d'un chant de Noël.
Deuxième instrumentale avec le court mais magnifique "just another sucker on the vine", duo harmonium/trompette qui nous emmène sur le trottoir d'une rue pavée au début du siècle.
Ambiance piano-bar enfumé pour "frank's wild years" (l'orgue hammond à son apogée), où Tom Waits nous narre l'histoire de Frank qui, un soir de biture, las de sa vie monotone, met le feu à sa maison et la regarde brûler.
Arrive "swordfishtrombones", chef d'oeuvre hypnotisant, sensuel, sexuel, premisse du futur "temptation". La moiteur éxotique est palpable, accentuée par les percussions (marimba, conga, dabuki) et la ligne de basse jazzy.
"Down, down, down" est un grand moment de rock'n'roll. Un blues rapide faisant la part belle aux guitares et à l'orgue, se répondant mutuellement par petits solos interposés. On ne peut s'empêcher de taper du pied et de remuer la tête.
"Soldier's things" est une ballade jazzy, piano/contrebasse. C'est triste, c'est beau, mais ce n'est pas ce qu'il y a de plus intéressant. Une chanson comme Tom waits en a déjà écrite et en ecrira par la suite.
Encore un blues avec le terrible "gin soaked boy". Formation classique guitare/contrebasse/batterie. La voix et la guitare s'en donnent à coeur joie, ça swingue, ça slide et c'est diablement efficace. Sans jamais tomber dans la demonstration.
Avec "Trouble's braids", sa ligne de contrebasse effrénée et ses percussions syncopées, Tom Waits signe un morceau éxutoire et lorgne du côté de la musique contemporraine, du free-jazz. On a l'impression d'assister à une séance d'exorcisme, un rite tribal.
Dernier titre, "Rainbirds" débute par des notes d'harmonica de verre puis laisse place au duo piano/contrebasse pour une jolie ballade instrumentale. Un morceau touchant, aérien, pour cloturer l'album.
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Comme les grands peintres, Tom Waits a eu plusieurs périodes dans sa carrière. Celle qui commence en 1983 avec « Swordfishtrombones » est généralement considérée comme sa meilleure.

Avec ce Cd, Tom Waits explose son horizon musical habituel, délaisse ses ambiances piano-bar, pour explorer le jazz, le blues, le rock''n''roll, et toutes sortes de musiques traditionnelles ou ethniques. L''instrumentation devient souvent minimaliste et fait la part belle à l'' « exotisme » (banjo, clochettes, cornemuses ...'). La voix, instantanément reconnaissable se force moins à imiter celle de Captain Beefheart, dont l''œuvre de Tom Waits renvoyait trop souvent jusque-là l''image.

Les 15 courtes vignettes de « Swordfishtrombones » s''apprécient comme un tout (pas de morceau « travaillé » à visées mercantiles qui éclipse le reste), et posent les bases du chef-d''œuvre absolu « Rain Dogs » à paraître l''année suivante.
0Commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 juillet 2004
En 1983,le clochard céleste découvre de nouveaux chemins faits de cauchemars,d'electricité,de déviances...
Rage sourde et mélancolie désespérée sont présentes sur cet album difficile d'accés (mais sans aucun doute un de ses meilleurs) qui ouvrira la voie pour tous les Mick Patton,Tin Hat Trio,Primus et autres Sparklehorse.
Une chanson comme The Carny de Nick Cave aurait-elle exister sans Swordfishtrombones ?
Fanfare déglinguée et lunaire,fantômes d'êtres jamais nés que l'on rencontre au détours d'une rue sombre.
Album charnière,de transition entre 2 Tom Waits totalement différents mais pourtant si proches comme un Jekill et un Hyde.
La rencontre avec le guitariste génial qu'est Marc Ribot joue certainement une influence majeure dans l'évolution de la musique de Tom Waits.
Ribot est un musicien rare qui tire de son instrument des sonorités uniques, plus une tripotée de musiciens qui vont se charger d'orchestrer toutes ces chansons d'une ambiance de foire et de joyeux bric-à-brac.
L 'année 1980 marque un tournant décisif dans la carrière de Tom Waits. En effet, il travaille en collaboration avec Coppola et sa musique prend une nouvelle orientation, à la fois plus contrôlée et plus radicale. Il rencontre également celle qui deviendra sa femme, Kathleen Brennan qui écrit des scripts pour le réalisateur et avec laquelle il partagera non seulement sa vie mais aussi son aventure musicale puisqu'elle collabore désormais à l'écriture de certains de ces textes et la production des albums. Cette nouvelle émulation renouvelle l'inspiration de Tom Waits et aboutit en 1983 à l'étonnant "Swordfishtrombones". Bestiaire fabuleux à la Jérome Bosch, les instruments de musiques se métamorphosent véritablement et le son se fait à la fois plus brutal, plus discordant mais aussi plus introspectif. "Swordfishtrombones" est à la fois bruitiste, on y entend des marteaux frapper du métal creux, lyrique, avec un morceau comme "In the Neighbourhood", et novateur. En multipliant les genres, Tom Waits ne se perd pas dans le dédale de sa folie, au contraire, il se retrouve. La tendance se confirme d'ailleurs en 1985 avec la sortie de "Raindogs", un album qui va inspirer toute une génération de musiciens. Il se frotte avec des sonorités rugueuses, presque tonitruantes, une promenade décalée à souhait dans la contre-allée du rock.
C'est une période fructueuse pour Tom Waits qui entame une trilogie avec cet album qui se poursuivra avec avec le brillant Rain dogs et le plus intimiste Franck's wild years mais aussi au cinéma avec Jim Jarmusch avec qui il tourne Down by law que je ne peux que vous conseiller !!!
Bonne écoute sur cette route pavée de l'enfer ...
0Commentaire|19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 septembre 2000
Ce disque marque un tournant dans la carrière de Waits, la découverte du dépouillement et d'une réelle nature expérimentale. 'Swordfishtrombone' ne ressemble à rien de connu, par sa noirceur, son cynisme tendre et mélancolique, et surtout son génie qui rend inoubliable chaque pièce de ce puzzle déjanté. Un diamant noir trouvé dans une flaque de boue.
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 janvier 2014
Sans doute un de mes albums préférés de Tom Waits. Mais je suis injuste : je suis un inconditionnel du maître.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

11,99 €
5,19 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)