Commentaires en ligne 


16 évaluations
5 étoiles:
 (9)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (5)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 J'achète !
On écoute pas assez les premiers disques des Beatles, trop souvent éclipsés par les tubes emblématiques. Pourtant les merveilles s'enchaînent, alternant de magnifiques compositions originales et des reprises bien senties. "I'm a loser" et "Baby's in black" sont des trésors mélodiques, touts en chausses-trappes et dérobades...
Publié le 23 janvier 2004 par john_smith_wesson

versus
1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Un coup de moins bien.
Après trois LP probants, Beatles For Sale marque un premier couac dans la carrière des « quatre garçons dans le vent », surnom hérité de leur premier film, A Hard Day's Night, dont la transposition discographique est le reflet de leur fulgurante ascension artistique. Paul McCartney et John Lennon s'approprient l'écriture et signent...
Publié le 24 mai 2012 par JEAN-CLAUDE


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 J'achète !, 23 janvier 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beatles For Sale (Cassette)
On écoute pas assez les premiers disques des Beatles, trop souvent éclipsés par les tubes emblématiques. Pourtant les merveilles s'enchaînent, alternant de magnifiques compositions originales et des reprises bien senties. "I'm a loser" et "Baby's in black" sont des trésors mélodiques, touts en chausses-trappes et dérobades. "I'll follow the sun" est une charmante ballade bucolique et "I don't want to spoil the party" rappelle avec plaisir ces 45 tours américains d'avant le Merseybeat. Les reprises sont exécutés avec brio, de "Rock'n'roll music" au medley avec une mention particulière pour l'angélique "Words of love" qui tient la dragée haute à l'original. Les harmonies vocales des quatre garçons sont à pleurer...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 peut etre le plus beau!, 30 août 2009
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beatles For Sale (CD)
connaissant et ayant disséqué depuis l'age de 11 ans (et j'en ai 44) tous les titres des beatles,étant musicien guitariste,
cet album sorti en novembre 1964 est le moins connu, c'est sur, mais que de perles, baby's in black, loser, no reply, et j'en passe
manque un titre qui aurait couronné le tout "I'll get you" face B d'un 45 tours qui doit dater de début 1964.
contrairement aux détracteurs, si tous les groupes de rock avait leur meilleur disque de ce niveau là ! ça serait bien
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un des tous meilleurs, 26 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beatles For Sale (Enregistrement original remasterisé) (CD)
La confusion règne quand on parle des "premiers disques des Beatles": ils ne seraient pas à la hauteur (de la suite, donc). Le constat peut s'appliquer aux 2 premiers albums, mais à partir de "A Hard Day's Night", ils décollent définitivement, et le disque suivant, "Beatles For Sale" sorti à la fin 64, est presque aussi fabuleux. Un seul bémol: 6 reprises. Frustrant quand on songe à la qualité d'écriture atteinte par Lennon & Mc Cartney à l'époque.

Donc, l'album commence par LE chef d'oeuvre, le viscéral NO REPLY, peut-être mon morceau de Lennon préféré (toutes périodes confondues) suivi de 2 originaux d'excellente facture (notamment I'm A Loser). Arrive alors le ventre mou de l'album, à savoir beaucoup de reprises, parfois très bonnes mais anecdotiques, et trop peu d'originaux (I'll Follow The Sun et Eight Days A Week).
C'est à l'avant-dernière - et meilleure - reprise de l'album, Honey Don't (chantée par Ringo), que les choses sérieuses reprennent, avec le monument folk-rock EVERY LITTLE THING (deuxième plus grand morceau de l'album), suivi des 2 derniers originaux. Ultime frustration: une dernière reprise en guise de conclusion, qui tombe un peu à plat après le trio parfait qui précédait.

La grandeur d'un album ne se mesure pas forcément à sa constance: les quelques sommets du disque justifient sa place au panthéon du rock des 60's.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 les fabs "a vendre"?, 27 juin 2009
Par 
bluesy guy "pascal 49" (maine et loire france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beatles For Sale (CD)
Apres leurs tournees fatiguantes,les beatles doivent sortir un album pour la fin de l'annee 64,"beatles a vendre" comme son nom l'indique est moins bouleversant que "a hard day's night"mais n'est pas a negliger dans la carriere des fabs,l'ambiance se fait tres folk-pop-rock influence par dylan "i'm a loser" "no reply" "i don't want to spoil the party" ou john lennon se devoile de plus en plus,il y aussi la belle ballade de mac cartney "i'll follow the sun" et quelques bonnes reprises rock a se mettre sous la dent"kansas city"pour paul "rock'nroll music" pour john "everybody's trying to be my baby"pour george qui execute ici 2 solos tres country-rock et le "honey don't" aussi de carl perkins pour ringo.
le seul regret est que le groupe n'ait pas retenu "leave my kitten alone"qe l'on peut entendre dans l'anthology 2 qui etait un rock tres bien interprete a tous niveaux et que george n'est pu vraiment finaliser "you know what to do",a noter que le 45t sortit en parallele de l'album etait excellent avec "i feel fine/she's a woman".
Un beatles a redecouvrir d'urgence pour ceux qui l'on neglige.pascal49
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 For Sale, 8 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beatles For Sale (Enregistrement original remasterisé) (CD)
Album des Beatles,For Sale,en cd ,ecoute toujours avec autant de plaisir, a chaque album il ya des trouvailles musicales,Toujours au top de la creation.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Le son/comparatif, 22 mars 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beatles For Sale (Enregistrement original remasterisé) (CD)
L'acquisition de cette version remastérisé est tout à fait justifiée. Les harmonies vocales y sont magnifiées, avec une spatialisation accrue qui permet de bien différencier les voix. Beaucoup de détails musicaux ressortent plus finement, et l'album s'en trouve bel et bien renouvelé. Le mauvais coté de la chose est une écoute plus fatigante à l'oreille que la version précédente qui, si elle est moins précise, garde plus d'homogénéité et une meilleure dynamique pour un ensemble au final plus chaleureux. Il faut être fan, mais le comparatif est intéressant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Du bon Beatles, 30 avril 2010
Par 
Bertrand Mathieu (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beatles For Sale (Enregistrement original remasterisé) (CD)
La version remasterisée est bonne. Cet album est un des meilleurs album de cette période des bealtes
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Gods of pop, 10 décembre 2009
Par 
Jlenjo (toulouse, france) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beatles For Sale (Enregistrement original remasterisé) (CD)
Fini l'enthousiasme juvénile des débuts, on arrive à un moment d'introspection et au summum de la Beatlemania qui a encore de beaux jours devant elle avec les magnifiques albums à venir. Celui-ci nest pas des moindre. Disque charnière, mais essentiel. Lennon de sa voix magnifiquement incisive, dès la première plage, nous jette un No Reply comme une prière, une supplique, juste avant d' enchainer par une confession, un aveu aux accents country : I am a looser. On reste scotché tant les harmonies vocales sont divines (words of love, i don't want to spoil...), la mise en place et les arrangements parfaits. Le ton est donné, quelque chose est définitivement en train de changer, quelque chose qui nous éclaire sur un album qui sortira plus tard : Help. Certes, il fallait sortir ce "for sale" rapidement entre deux tournées. Quelques reprises (comme dans Help, à mon avis pas moins bon, mais moins intéressant malgré ce coup de génie qu'est Yesterday) figurent encore parmi une majorité de signatures Lennon/MacCartney. Peu importe, le magnifique et quasi religieux Mister Moonlight (souvent détesté !) et ses harmonies à tomber nous transporte sur les hauteurs de leur savoir faire vocal (John est encore aux avant-postes avec sa voix plus éclatante que jamais entre supplique et cri primal... oui, déjà). Bref, tout est beau dans ce disque mais, comme la perfection n'est pas de ce monde, on glissera rapidement sur Honney don't en se pinçant le nez (qui aime bien châtie bien). Et Paul me direz vous ? il nous invite à le suivre avec un intimiste I Follow the sun, nous entraine dans un superbe et désabusé What your doing et fait son rocker déjanté sur Kansas City. Mais c'est quand même John le maitre des lieux avec 2 superbes titres Eight days a week (à moins que ce ne soit Paul ?) et le délicat Every little thing reprit en 1968/1969 par le groupe Yes alors à ses débuts. Bref, un très très grand Beatles qui certes se cherchent et continueront à le faire avec Help pour aboutir à ce modèle d'équilibre qu'est Rubber Soul. Beatles for sale est sans doute le disque le plus intéressant de la période 63/65, Help (début 65) en sera le couronnement et Rubber soul (fin 65) une scission d'avec le passé vers un nouveau départ.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 oui c'est un des plus faibles des Beatles..., 16 juillet 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beatles For Sale (CD)
Mais il est génial quand même !
Les Beatles, épuisés par la première tournée mondiale qui leur a fait découvrir l'Amérique de leurs rêves et traverser toute la planète à une allure folle (totalement inimaginable de nos jours où n'importe quelle tournée d'une vingtaine de dates se prépare un an à l'avance...), trouvent quand même le moyen de poursuivre leur progression artistique, même s'il manque ici (et pour cause) la quantité (6 titres sont ainsi des reprises).
L'influence de Dylan sur le groupe, et Lennon en particulier, qui sera éclatante un peu plus tard sur des titres comme You've got to hide your Love away, Run for your Life ou Norwegian Wood, est déjà présente sur le magnifique No Reply ou le plus modeste I'm a Loser, qui vaut surtout par le vers savoureux de John "although I laugh and I act like a clown" (il était tout content d'avoir placé le mot "clown" dans une chanson !). Baby's in Black est un très joli blues à trois temps (ils expliqueront qu'ils voulaient imiter le rythme de la valse), I don't want to spoil the Party est magnifiquement chantée par notre duo si complémentaire (les harmonies y sont vraiment magnifiques), et What you're doing sonne je trouve particulièrement bien aujourd'hui, et doit être réhabilitée d'urgence !
Bien sûr le disque est fait dans l'urgence : I'll follow the Sun est une vieillerie d'adolescence sortie des cartons par McCartney car il manque des titres pour l'album, et Eight Days a Week a toujours été complètement méprisée par John (Paul en raconte la genèse : "je viens de voir le chauffeur de taxi, il m'a dit qu'il bossait dur, huit jours par semaine... Ca va être notre titre... Allez on y va : Ooh I need you looove babe...", et hop c'était dans la boîte !).
Bien sûr il y a quelques moments plus faibles, certaines reprises n'étant pas forcément très intéressantes (MrMoonlight par exemple ; on peut en dire autant de Honey don't, mais elle laisse l'occasion à Ringo de chanter, ce qui est très bien pour la cohésion du groupe !). Mais d'autres sont excellentes, en particulier Rock'n Roll Music, Kansas City (souvent chantée en concert par McCartney depuis), ou Everybody's Trying to be me Baby pour George.
Beatles for Sale est donc un album écrit par des Fab Four fatigués, inquiets de ne plus avoir assez d'énergie pour trouver l'inspiration nécessaire à sa création (d'autant qu'on leur demande en parallèle de pondre un single à part, ce qu'ils font magnifiquement avec I feel fine), hésitants (ils préfèrent ne pas y inclure le mythique Yesterday, qu'ils considèrent comme une chanson de Paul et non des Beatles - ils changeront heureusement d'avis quelques mois plus tard). Tout ceci donne un album un peu moins puissant que A Hard Day's Night, dont le seul problème aujourd'hui au vu de leur discographie est d'être en dessous de toute cette montagne de chefs-d'oeuvre qu'ils nous auront proposés ensuite...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Un coup de moins bien., 24 mai 2012
Par 
JEAN-CLAUDE "les années rock 60/70" (france) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beatles For Sale (Enregistrement original remasterisé) (CD)
Après trois LP probants, Beatles For Sale marque un premier couac dans la carrière des « quatre garçons dans le vent », surnom hérité de leur premier film, A Hard Day's Night, dont la transposition discographique est le reflet de leur fulgurante ascension artistique. Paul McCartney et John Lennon s'approprient l'écriture et signent quelques perles mémorables dans la foulée. Mais l'année 1964 se termine moins bien qu'elle n'a commencé. Les Beatles se dispersent trop, veulent tout bouffer dans l'élan de cette réussite artistique, porté aveuglément par la Beatlemania qui les force à toujours en remettre une couche. Au final, c'est tout l'inverse qui se produit et les Fab Four, trop sollicités, usés jusqu'à la corde par les plateaux TV, les tournées (deux, en 1964, pour le seul compte des Etats-Unis), le cinéma, la radio, pris dans l'éreintante l'hystérie collective qui accompagne leur triomphe, ont un sérieux coup de moins bien, au moment d'aborder, entre août et septembre 64, ce qui est leur quatrième LP. C'est l'album de trop, les Beatles laissent leur inspiration au vestiaire, composent avec des reprises, ce qui est généralement annonciateur du syndrome de la page blanche. Prévu pour une publication pour les fêtes de fin d'année et pour respecter le rythme de deux albums par an, Beatles For Sale marque un retrait dans la qualité et de ce fait, ne répond pas aux attentes générées par l'opus précédent. Le résultat est moins heureux et c'est évidemment une grosse déception pour les fans. Sur les 14 titres, 6 morceaux sont repris à autrui : Words Of Love à Buddy Holly, Rock `n' Roll Music à Chuck Berry, le medley Kansas City (Jerry Leiber et Mike Stoller)/Hey Hey Hey Hey (Little Richard), le controversé Mr Moonlight à Roy Lee Johnson, Everybody's Trying To Be My Baby et Honey Don't à Carl Perkins. Toutes appartiennent à un répertoire que les Beatles connaissent sur le bout des ongles, puisqu'interprété régulièrement à l'époque du Cavern Club. Outre ces reprises, Beatles For Sale proposent quelques nouveautés composées spécialement pour cet album à savoir I'm A Loser, Eight Days A Week ou I Feel Fine, mais au final, rien de vraiment emballant, ce qui en fait un opus dispensable, pas essentiel, mais comme les Beatles en sont les auteurs, il est difficile de faire l'impasse. Heureusement, ce n'est qu'un passage à vide et, dès Help, les Scarabées remettent l'église au milieu du village, et avec Rubber Soul qui se profile à l'horizon, on s'apercevra que, finalement, Beatles For Sale n'est pas si anodin que ça: 3,5 (PLO54).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit