Commentaires en ligne


17 évaluations
5 étoiles:
 (16)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

94 internautes sur 96 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Inclassable, inusable, incontournable : Sviatoslav Richter, géant du XXe siècle, 26 octobre 2009
Par 
Olivier de Basire "Olivier" (Midi-Pyrénées) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce coffret volumineux de 14 CD à un prix dérisoire devrait figurer dans toutes les discothèques comme le témoignage d'un extraordinaire instrumentiste, tout comme celui consacré au violoniste - son compatriote ! - David Oïstrakh.
Car Richter n'est pas un pianiste comme les autres : sa personnalité, mélange improbable de force physique et de failles psychologiques, sa double culture (allemande et russe), son parcours artistique, tout atteste de son originalité et fait de lui un musicien unique en son genre.
Le grand mérite de cette compilation est de nous faire entendre tous les aspects de l'artiste : pianiste soliste du baroque au moderne, concertiste, accompagnateur dans la musique de chambre ou le lied.
On trouvera parfois des versions plus marquantes dans d'autres éditions - par exemple le 2e concerto de Brahms avec Leinsdorf à Chicago (RCA) ou le 5e concerto de Prokofiev avec Rowicki à Varsovie (DG) - mais on ne peut imaginer de portrait plus complet dans des conditions acoustiques très acceptables car EMI a effectué un bon travail de remastérisation (à comparer avec les archives russes).
Le livret, intéressant, nous livre le parcours de ces enregistrements pour la firme au logo rouge et blanc.
Analyser chaque CD serait un peu fastidieux, il me semble plus judicieux de mettre en valeur quelques "pépites", à commencer par le coeur du répertoire du pianiste, la Fantaisie Op.17 et les autres oeuvres présentes de Schumann, d'une poésie et d'un romantisme inégalés, la Wanderer Fantasie de Schubert, version qualifiée naguère par un critique de "colossale et orageuse".
Plus inattendu, les demi-suites pour clavier de Haendel (car partagées avec Andreï Gavrilov), même si elles ne correspondent plus aux standards actuels, sont d'une rigueur intellectuelle et artistique admirables.
Revenons à l'époque (post-)romantique avec une très grande version du concerto de Grieg, l'inventivité créatrice et les fulgurances du pianiste sont accompagnées (et non bridées) par le lyrisme attentif de l'excellent Lovro von Matacic - le mouvement lent est anthologique ! Le concerto de Schumann par les mêmes interprètes n'atteint pas ces cimes, il reste quand même à connaître.
Beethoven et Mozart (avec et sans orchestre) sont bien présents tout au long de ce parcours artistique, avec en particulier le duo complice que Richter formait avec le violoniste Oleg Kagan.
Terminons par le quintette "La Truite" avec les Borodine - à nouveau Schubert - là encore atypique et coloré, mais notre poisson se glisse et saute dans l'eau claire avec un délice irrésistible !
Pour tous ceux qui n'ont pas connu cet ami de la France (La Grange de la Besnardière et les Fêtes Musicales de Touraine), aussi populaire qu'un Cziffra, ce parcours de quinze heures pour quelques euros est une véritable aubaine à ne manquer sous aucun prétexte .....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Analyse d'un pett échantillon pour consolider ce qu'ont écrit les autres ...., 4 décembre 2014
Par 
Gérard BEGNI (Toulouse, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Comme le suggère un commentateur, on peut approche un commentaire raisonné en prenant deux des œuvres les plus extraordinaires du point de vue musical de cette impressionnante bombe de 14 Gt dont nous nous apprêtons à allumer le détonateur. Je pense aux deux grandes fantaisies en UT, celles de Schubert et Schumann.

La Wanderer Fantaisie est une œuvre qui me fascine depuis 40 ans, avec son télescopage de mouvements qui soit cependant un plan rigoureux et d'origine beethovénienne: Do, Do# relatif de Mi, Lab, Do, macrocosme que l'on retrouve dans l'exposition de sonate du premier mouvement, avec la très beethovénienne relation de tierce majeure DO/Mi substitut de dominante: vous retrouvez exactement cela dans la Waldstein Sonate op. 53. La transition lisse du 1° mouvement qui refuse la cadence conclusive de la réexposition pour glisser vers Ut# vient de la transition entre mouvement lent et finale du 5° concerto pour piano de Beethoven et son enchaînement enharmonique où une amorce du thème du rondo est présenté en fin de l'adagio, mais ici l'élève semble dépasser le maître en ce sens que la jonction reste articulée chez Beethoven, alors qu'elle est parfaitement lisse chez Schubert. On a une transition plus longue chez Beethoven dans la transition entre 3° et 4° mouvement de la V° symphonie, mais le troisième mouvement s'analyse comme un atypique scherzo, non comme une forme sonate. Cette 'perversion' du rôle de la réexposition est à m connaissance le première - en tout cas la première de cette ampleur et de cette force - dans la musique classique et préromantique. Les transitions avec les autres mouvements sont plus classiques. la cellule du 'Wanderer' unifie le tout avec une extrême rigueur. Franck et sa 'forme cyclique' étaient moins subtils, sauf peut-être dans la 'sonate pour piano & violon'. Il faudra attendre la Sonate de Liszt pour trouver une unification plus poussée et une sorte de forme sonate globale qui réunifie la partition, mais l'idée de cellule cyclique unificatrice y est bien plus lâche (elle est jouée par cette sorte de grondement que l'on entend après la descente modale du début): ce sont des retours de grands thèmes (un peu à la manière franckiste) qui jouent ce rôle. Cette œuvre est pleine d'ambiguïtés .la force affirmative de l'Ut majeur, de l’écriture en général, le fugato final, contraste avec le côté 'grâces viennoises rococo, du second thème en Mi majeur, l'aspect ludique viennois du scherzo, et la noirceur du mouvement lent en variation qui, de par le plan tonal adopté, se trouve être à la sous-dominante mineure du scherzo, ce qui est parfaitement logique. Cette polyvalence de la forme légimise des interprétations à cent lieues l'une de l'autre, mais malgré tout c'est la force qui domine à condition de laisser l'expression s'infléchir quand il le faut dans le sens qu'il faut et en maîtrisant la gradation qu'il faut. Richter est capable d'impulser cette force primordiale et de négocier ces infléchissements mieux que personne.

C'est donc une version fondamentalement volontariste et positive qui nous est livrée là, ce qui semble bien répondre à l'intention de Schubert, qui porte la plainte et la mélancolie du lied de son voyageur jusqu'à la forme la plus solide qui soit, la fugue, qui semble notamment absorber le second petit thème 'rococo' viennois du premier mouvement. Richter est donc extrêmement pertinent dans cette oeuvre, comme il l'est pour des raisons finalement assez semblables dans les 'sonates de guerre de Prokofiev.

Analyser son succès - d'une évidence éblouissante - dans la Fantaisie de Schumann (autre hommage à Beethoven) est plus difficile, car l'interaction entre la structure, le thématique et ses transformations, et l'expression, sont plus complexes et ambivalentes. La Fantaisie débute dans une énergie massive à la main droite et tourbillonnante à la main gauche, mais le jeu de masques propre à Schumann va vite troubler la scène. Les sections de la Fantaisie, bien marquées, contiennent des contrastes, des changements d'humeur très schumanniens, qui s'équilibrent et se répondent tant au sein des sections qu'entre sections, créant un équilibre plus subjectif que chez Schubert (non certes que Schubert ne le soit pas, mais ses signes sont plus traduisibles en éléments musicaux caractéristiques). Le seul point commun est l'existence d'un thème cyclique, moins mis en valeur que chez Schubert, extrait du cycle de lieder 'An die ferne Geliebte' de Beethoven. Richter sait merveilleusement le traiter et le mettre en valeur sans forcer le trait. Il y a peu d'interprétations pleinement convaincantes sur ce point: celle-ci en est une, magistrale. En dernière analyse, c'est sa qualité de force capable de s'attendrir ou de s'alléger qui fait que Richter est un interprète hautement convaincant des colossales fantaisies en Ut de Schubert et Schumann. ..... plus tout le reste ....................il faudrait parler des oeuvres concertantes, mais nous finirions par nous coucher tard ......
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


48 internautes sur 58 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Merveilleux !, 20 février 2009
Par 
Dear French friends : I beg your pardon for not writing in French.
Mon français est trop pauvre.
The Complete EMI Recordings of Sviatoslav Richter in 14 CDs is
simply breathtaking,wonderful. I already had some of these pieces
but I could not stop listening to all of them. Almost all piano genres
and composers are well represented : Sonatas, Fantasies, piano concertos,
including the less known Dvorak, Opus 33. From Handel to Alban Berg and Béla Bartok, including Schubert, Mozart, Beethoven and Brahms, everything becomes perfection in the performance of the Russian Master. I would strongly recommend this collection for any lover of piano pieces or student. And the price is very small, when compared to the treasure that you get.
Carlos Moura
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 De vraies perles pour quelques sous., 17 février 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Le coffret vaut évidemment pour son contenu musical. Les interprétations de Richter ne sont pas du type passe partout, lisses et musicalement correctes, comme on dit du politiquement. Au point que certaines choses étonnent: cf particulièrement les Mozart. Le contenu musical on l'a dit et redit est un incontournable pour le mélomane. Une forte personnalité au clavier ça vous rafraîchi les idées.

Mon commentaire s'arrêtera donc sur le plus superficiel de l'ensemble: la présentation. Le coffret, contrairement à ce que j'ai lu dans un commentaire, est des plus banal, et les pochettes cartons contenant les cd réduites à leur expression la plus ordinaire. Une couverture unique, et un dos ne mentionnant ni les orchestres ni les musiciens accompagnant Richter. On pouvait difficilement faire moins. D'ailleurs, selon moi, moins eût été presque mieux, parce que la présentation est pour le coup totalement insignifiante, à la limite même du Kitch. Vraiment un objet bon marché et impersonnel. Un comble! Le contenu du petit livret, qui situe les différents enregistrements est quant à lui succinct mais par contre tout à fait intéressant. Aucune photos ou image autre que celle du coffret sinon, évidemment, l'inévitable pub pour les coffrets de la même série.

Une merveille pour peu de sous, certes, mais qui se cache dans un emballage des plus fade.
Un peu dommage tout de même. Avec les mêmes matériaux , il eût été possible de faire bien mieux !
Ce commentaire uniquement pour éviter les déceptions à la réception!

Evidemment, mes quatre étoiles sont un peu pour la taquinerie. Le contenu mérite le maximum.

Ah oui, une dernière chose: techniquement, même restaurés, certains enregistrements font bien leur âge: ça sature quelques fois et plusieurs enregistrement manquent de profondeur. Mais là encore, rien de grave!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Du Titanesque au sublime, 10 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Les œuvres proposées sont si diverses et multiples dans leur inspiration - de Beethoven 'oh! la sonate "La Tempête" aux "petites pièces " de Haendel. 14 CD et sur chacun, plusieurs œuvres Oui, c'est un trésor pour un prix défiant toute concurrence: . Sviatoslav Richter est d'une maestria qui nous enlève et l'attention de l'auditeur sans cesse sollicitée reste sans relâche
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Tout est plus qu'excellent, 1 novembre 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
... de la sonorité à l'interprétation, le summum de l'art, quelles que soient les oeuvres écoutées.
Une pure merveille à recommander comme référence absolue et sans modération.
Richter s'est entouré des meilleurs, pour nous ravir.
La première fois que je m'extasie autant ...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Tout est bien!, 6 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Un artiste d'un tel talent méritait un enregistrement aussi bon. Quand on regarde les dates d'enregistrement, c'est stupéfiant: qualité, dynamique, respect des timbres...Tout y est.
Cette collection Icon est à recommander.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


51 internautes sur 66 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Richter, la passion et la grâce, 19 novembre 2008
Par 
Stan (Dieppe, France) - Voir tous mes commentaires
Un coffret de 14 cd et rien à jeter ! Diable, que ces musiciens russes nous transportent! J'ai également acheté le coffret Oistrakh et cela confirme mon appréciation. Il y a à la fois une sensibilité infinie et une violence dans ces interprétations qui n'appartiennent qu'aux pianistes russes(je pense également à Gilels pour les sonates de Beethoven). A croire que l'histoire et l'âme slave y font quelque chose. J'aime les grands pianistes, Rubinstein pour le bonheur, Horrowitz pour sa classe et sa légéreté, Pollini pour le velour, mais Richter les surpasse tous!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Merveilleux!, 18 août 2009
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Si vous voulez des heures de bonheur, n'hésitez pas...Achetez! Quelle émotion de redécouvrir cet immense pianiste que j'ai eu le privilège d'entendre il y a 45 ans: C'était le premier grand concert auquel j'assistais et je ne mesurais pas encore à quel point j'étais gâtée...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Superbe coffret à petit prix, 2 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Bravo pour votre efficacité, livraison ultra rapide et produit conforme et bien emballé. Un détail: les CD ne sont pas identifiés par l'iMac sur lequel je les écoute. Mais cela ne dépend pas du vendeur, bien sûr, mais de l'éditeur EMI. En tout cas, BOUQUIN SHOP a été parfait. Je recommande ce vendeur.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit