undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles6
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
3
2 étoiles
0
1 étoile
0
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1000 PREMIERS RÉVISEURSle 25 février 2010
LA COMTESSE DE HONG KONG est le dernier long métrage réalisé par Charlie Chaplin, en 1966. J'ai toujours rechigné à le visionner. Je voue une telle admiration pour cet homme-là, que je préférais rester sur les souvenirs de ses grands chefs d'oeuvres passés, plutôt que d'affronter une dernière et médiocre réalisation, me sentir gêné, détourner les yeux, faire semblant d'entendre le téléphone sonner (le combiné carillonne, Kato) pour m'éclipser cinq minutes, revenir devant l'écran et prétexter : inutile d'aller plus loin, j'en ai raté trop... Cela allant bien sûr à l'encontre de toute déontologie cinéphilique. Raison contre émotion, acte manqué, désir refoulé, un psy m'aurait sans doute aidé à y voir plus clair en moi, à raison de 50 euros la séance pendant trois ans... Par souci d'économie, j'ai pris mon courage à une main (pas bien épais mon courage) la zapette et mon DVD de l'autre, et choisi de faire face à mes démons.

Bien m'en a pris. Ce film n'a rien de honteux, et on passe plutôt un bon moment.

L'intrigue est comme toujours limpide : le diplomate Ogden Mears, de retour vers les Etats Unis, fait une escale en paquebot à Hong Kong. Un ami fait monter à bord trois charmantes jeunes femmes pour la soirée. Le lendemain matin, Mears découvre qu'une des trois filles, Natasha, est restée cachée dans sa cabine, pour rejoindre clandestinement l'Amérique.

La première scène est réjouissante. Des marins en goguette sont invités à venir passer du bon temps dans les bras de comtesses, pour 2 dollars de l'heure. « Vous êtes une véritable comtesse ? » demande un marin intéressé. « Bien sûr mon chou... » lui répond la michetonneuse décatie.

Chaplin filme pour la première en couleur, et sur écran large. Au début, ça surprend. Mais ce qui ne trompe pas, c'est la musique. Chaplin composant lui même ses partitions, on retrouve intact son univers, au travers du thème principal, comme au travers des ponctuations musicales, qui accompagnent un gag, ou une fin de séquence. Certains gags nous sont familiers, comme ces rombières dans la salle de bal, qui trimballent des cavaliers épais comme des allumettes. La première partie du film s'apparente à un vaudeville, se déroule dans un décor unique pendant une demie heure (la cabine de Mears) où le diplomate cherche désespérément à se débarrasser de son embarrassante passagère, tout en cachant sa présence à ses collaborateurs, ou membres d'équipage, qui ne manquent pas de frapper à sa porte toutes les trois secondes. Ce qui nous vaut une série de gags assez classiques, un rythme soutenu, et des réparties amusantes, comme celle-ci :

Mears : vous semblez bien silencieuse ?
Natasha : il paraît que ça donne l'air intelligent... ou très bête.
Mears (flatteur) : je dirais que ça vous donne l'air intelligent.
Natasha : alors je vais continuer à me taire !

Le principal problème du film vient selon moi du casting. Natasha est interprétée par Sophia Loren, qui y est d'une beauté et d'une sensualité rarement égalée. La voir évoluer dans sa robe fuseau blanche, soyeuse, est un spectacle en soi. Elle est pétillante, prend des faux airs d'Audrey Hepburn, et semble avoir compris comment construire son rôle. Quand Mears lui demande ses mensurations mammaires pour renouveler sa garde robe, il faut la voir répondre l'oeil brillant : « ma modestie m'interdit de répondre... ». Bref, elle est épatante. Ce qui n'est pas le cas de Marlon Brando, dans le rôle de Mears. Comédien introspectif, adepte de « la méthode », il s'empêtre dans des effets comiques qui lui sont tout à fait étrangers. Chaplin lui indiquait chaque geste à faire, mais la fibre comique ne s'apprend pas dans une école. On le sent mal à l'aise, gauche, un peu lourd. Cary Grant ou James Mason auraient certainement tenu son rôle de bien meilleure manière.

On retrouve un peu de Charlot dans chaque personnage. Sophia Loren bien sûr, qui dans un pyjama trop grand, rappelle la silhouette du vagabond, Brando parfois, qui sursaute à chaque claquement de porte (même quand c'est lui qui les claque !) ou Patrick Gardill (dans le rôle du majordome) qui avec un coup dans le nez, s'empêtre dans ses draps. Chaplin lui même fait une courte apparition en steward qui à le mal de mer, comme ses filles Victoria et Géraldine, et bien sûr son fils Sydney. On retrouve aussi Margaret Rutheford, célèbre pour avoir interprétée Miss Marple au cinéma.

Si la mise en scène de Chaplin est simple, souple, élégante, on regrette de repérer parfois des défauts qu'une bonne scripte ou un bon monteur n'aurait pas du laisser passer. On sent Chaplin moins pointilleux qu'à l'ordinaire, moins précis, avec des fautes de raccords dans le mouvement un peu agaçantes. Lorsque Brando sursaute devant une porte en plan serré, et qu'il re sursaute en plan large dans la même seconde, il y a un sursaut en trop. Le comédien double son effet au tournage, normal, mais au montage on n'en garde qu'un. De même, l'acteur Patrick Gardill exécute un gag avec une couverture, qui n'est pas tout à fait parfait, faute à un angle de caméra trop accentué. Encore une fois, il y a trente ans, Chaplin aurait refait cent fois la scène jusqu'à la perfection...

Mais dans l'ensemble, LA COMTESSE DU HONG KONG est une bonne surprise, une comédie agréable, sans génie certes, mais dont les développements sont amusants, avec l'apparition de Tippi Hedren dans le rôle de madame Mears. Un Capra ou un Hawks auraient poussé la spirale vaudevillesque jusqu'à la folie pure, Chaplin reste paradoxalement assez sage. A l'origine, cette histoire avait été écrite pour Paulette Godard, et devait se tourner en lieu et place du DICTATEUR. Le film peut sembler anachronique à côté de BONNIE AND CLYDE ou PIERROT LE FOU qui sortent la même année. C'est un film modeste, voulu comme tel, mais qui ne déshonore pas son metteur en scène, qui n'avait plus rien à prouver.

Charlie Chaplin devait tourner en 1970, THE FREAKS, avec sa fille Victoria, mais sa santé physique déclinante après une banale entorse à la cheville, l'empêchera de revenir sur un plateau de cinéma.
1010 commentaires|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 octobre 2009
Avec l'un de ces derniers opus, Charles Chaplin signe là une belle comédie romantique avec deux acteurs (Brando et Loren) au meilleur de leur forme. Des jeux de portes assez drôles et une apparition remarquable du maître lui-même.
Seul regret (de taille) la couleur retravaillée - vraisemblablement à la post-production ou encore plus tard - rend les teintes particulièrement surréalistes et ... bizarres en certaines circonstances, notamment la carnation de peau des acteurs. Sophia Loren et Marlon Brando semblent ainsi grimés de façon outrancière.
Ca m'a dérangée pour pleinement apprécier ce film qui par ailleurs mériterait 4 étoiles...
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 mars 2014
Le film de trop? Sans doute pas mais il est si différents de ce que l'on connait de Chaplin...Du burlesque désuet hélas sans charme. On ne sent pas de plaisir à jouer de la part des acteurs.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 novembre 2015
pour se distraire ,acteurs excellents ,belle musique de Chaplin.Cela dit ce n'est pas un grand film juste un bon divertissement.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 novembre 2014
DVD de bonne qualité.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 septembre 2014
j'apprécie ce genre de film et mon film est arriver en bon état chez moi aujourd'hui vers 10h00 ce matin
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

13,70 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)