Commentaires en ligne


20 évaluations
5 étoiles:
 (14)
4 étoiles:
 (5)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


16 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mr Reed & Mr. Jones
Lou Reed est un sale type. Quelqu'un d'humainement infréquentable et indéfendable. Mais il a du talent. Beaucoup de talent. Pour écrire des chansons. Et signer des textes, parmi les plus sulfureux jamais mis en musique. Avec le Velvet Underground, il a laissé une des oeuvres les plus cruciales du rock.
Mais au début des...
Publié le 1 février 2010 par Lester Gangbangs

versus
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Le meilleur de Lou Reed ?
Transformer est le deuxième album solo de Lou Reed, il sort en 1972 et est produit par David Bowie et Mick Ronson un de ses guitaristes de route, ces deux là jouent aussi dans cet opus histoire d’assurer complètement leur participation. Lou Reed a écrit la totalité des compositions dont le fil conducteur tourne autour des...
Publié il y a 11 mois par gégé-blues


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

16 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mr Reed & Mr. Jones, 1 février 2010
Par 
Lester Gangbangs - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Transformer (CD)
Lou Reed est un sale type. Quelqu'un d'humainement infréquentable et indéfendable. Mais il a du talent. Beaucoup de talent. Pour écrire des chansons. Et signer des textes, parmi les plus sulfureux jamais mis en musique. Avec le Velvet Underground, il a laissé une des oeuvres les plus cruciales du rock.
Mais au début des années 70, personne ou presque ne connaît les disques du Velvet Underground, qui n'a guère survécu à son départ en 1969. Lou Reed a sorti un premier disque solo, une des pires ventes de sa maison de disques RCA. Lou Reed est un has-been anonyme à même pas trente ans.
En 1972, en Angleterre, David Bowie triomphe avec son « Ziggy Stardust », déposant les statuts du glam-rock ... Bowie est un vampire, s'abreuvant du talent des autres pour créer sa propre légende. C'est un fan de Warhol, du Velvet et de Lou Reed. Et surtout un gars qui a toujours renvoyé l'ascenseur. Signé lui aussi par RCA, il propose donc à sa maison de disques de travailler sur le prochain de Lou Reed, qui, on ne sait trop pourquoi, accepte. Bowie se pointe en studio pour produire le disque, emmenant dans ses bagages son guitariste Mick Ronson et le producteur de « Ziggy Stardust » Ken Scott...
Connaissant la bonne humeur légendaire de Lou Reed, on imagine l'ambiance. Le résultat de ces séances, « Transformer », sera un des meilleurs disques de Lou Reed, et son plus gros succès commercial. Il faut dire que la fine équipe a fait fort. Difficile de dire qui du Maître ou de l'élève surdoué a le plus pesé sur le résultat final. Lou Reed a écrit les textes et la musique et les Anglais ont échafaudé un improbable écrin sonore mélangeant stridences urbaines du Velvet, ambiances cabaret décadent, et paillettes auditives glam.
« Vicious » et son tempo lourd ouvrent les hostilités avec un Lou Reed qui assume sa voix inexpressive et va même lui faire supporter tout le poids de la mélodie. Une chanson dominée par l'Américain. « Satellite of love » est aussi du pur Lou Reed, avec sa mélodie dérivée du doo-wop, le drolatique intermède « New York conversation » aussi.
On peut supposer que les British sont pour beaucoup dans le son du « Hangin' round », boogie très voisin du « `Round & `round » de Chuck Berry repris par Bowie lors des séances de « Ziggy Stardust ». « Just a perfect day » avec son intro au piano ressemble par sa construction à « Lady Stardust », et « I'm free » typique tournerie glam, repose sur la guitare très reconnaissable de Ronson.
Tout cela ayant du donner lieu à des ratiocinations interminables autour de la console. Les autres titres témoignent davantage de trouvailles communes, « Andy's chest » hommage (c'est pas vraiment le genre de la maison) du bout des lèvres de Reed à son ancien Pygmalion Warhol, « Make-up » et « Goodnight ladies » par leurs ambiances très « Cabaret » (le film) préfigurent « Berlin » et abordent des rivages sonores jusque-là inexplorés par les protagonistes.
Enfin, « Walk on the wild side » et son évocation de la faune interlope que côtoyait Lou Reed à New York vaudra à l'Américain son plus gros succès commercial, un bon classement dans les hit-parades, et un gros paquet de dollars quand les rappeurs de A Tribe Called Quest reproduiront sa célébrissime ligne de basse pour leur « Can I kick it », énorme succès aux USA en 1991.
Après l'enregistrement, la suite sera conforme à ce qu'on peut attendre de Lou Reed. Il épanchera son fiel en remarques assassines sur Bowie, minimisant son rôle, l'accusant d'avoir dévoyé son disque, et autres joyeuses amabilités du même genre. Le même sort sera d'ailleurs réservé à quiconque (à de très rares exceptions près) travaillera avec lui ou reprendra ses chansons.
Reste le résultat. « Transformer » fait avec « Berlin » et le tardif « New York » partie du trio des meilleurs disques de Lou Reed (ceux du Velvet sont hors-concours).
Indispensable...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 N'hésitez pas, il vous le faut !, 10 septembre 2000
Par 
Mathieu Schlegel (Rambouillet) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Transformer (CD)
Lou Reed va voir son copain David Bowie et lui joue quelques petites chansons préparées il y a quelques temps déjà avec le Velvet Underground. David écoute et lui dit : "Génial, mais il manque un truc... Je vais produire tout ca à la sauce Ziggy Stardust, avec mes musiciens et mon saxo et je te promet le meilleur album que tu ait jamais fait" . Les chansons superbes de Loulou sont donc enrobées de la magie d'un Bowie au sommet : subtilité et justesse, féerique. Il n'y a rien à jeter, c'est un album magistral et éternel.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


16 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 le lou reed insipensable, 3 février 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Transformer (CD)
s'il est un lou reed à posséder, c'est lui-là...
Son meilleur album à en croire la critique et ses fans, directement dans la lignée du velvet underground... (Beaucoup de chansons de l'album n'avaient pas été acceptées par le groupe, et il les reprend ici pour débuter sa carrière solo)... C'est sur l'initiative de D. Bowie, que lou Reed va accepter cet enregistrement, alors qu'il parcourait les USA en tournée dans les clubs américains... Il reste à ce jour son album le plus abouti, avec entre autres le tube Walk on the wild side, mais encore satellite of love, perfect day, et d'autres encore... Un de ses deux essentiels avec BERLIN...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Ambigü mais bon !, 26 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Transformer (CD)
2ième album solo après la fin du Velvet Underground, et tout premier succés de ce monstre du rock underground et alternatif, on y trouve un Lou Reed ambigu, provocateur, entretenant à volonté une ambiance glauque, dérangeante, et s'exprimant déjà dans un mode parlé/chanté qui s'affirmera au long de sa carrière.

Des titres universellement connus comme "Vicious" ou "Walk on the Wild Side" campent un personnage trouble, à l'homosexualité revendiquée. On retrouve dans l'élaboration de cet album la présence active d'un autre personnage ambigu de la rock musique, David Bowie, à la trajectoire bizarrement parallèle à celle de Lou, "Aladdin Sane" faisant le pendant à "Vicious".
Transformer est peut-être THE album incontournable de l'un des plus grands poètes urbains de la rock musique.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Le meilleur de Lou Reed ?, 17 novembre 2013
Par 
gégé-blues (FRANCE-Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Transformer (CD)
Transformer est le deuxième album solo de Lou Reed, il sort en 1972 et est produit par David Bowie et Mick Ronson un de ses guitaristes de route, ces deux là jouent aussi dans cet opus histoire d’assurer complètement leur participation. Lou Reed a écrit la totalité des compositions dont le fil conducteur tourne autour des transsexuels et de leurs problèmes existentialistes dans l’Amérique puritaine. Cet opus a été disséqué par de nombreux commentateurs en extase, pour ma part je dirai qu’à part le hit planétaire qui me plait bien « Walk On The Wild Side » et à la rigueur les morceaux les plus rock « Vicious » « Hangin’Round » ou « Wagon Whell », cet album ne m’a guère emballé. Un chanteur à textes surtout, au ton nonchalant qui ne s’énerve pas et qui, musicalement, a su s’entourer d’excellent musiciens pour des arrangements sucrés (violons, chœurs harmonieux, etc…). Et de ballades intimistes en morceaux un peu plus nerveux en passant par cette ritournelle dispensable« New-York Telephone Conversation », le triste Lou Reed, a réussi à captiver les intellectuels du rock de l’époque pour faire de ce Transformer, un de ses albums les plus populaires. (13 titres / 45mn40).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 l'unique ultime, 11 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Transformer (CD)
a posseder dans toute collection rock qui se respecte je suis pas fan des autres albums mais celui la produit par bowie est incoutournable
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 lou reed, 26 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Transformer (CD)
Ce disque est tout simplement divinement inspiré... non seuleument c'est le grand album de lou reed , mais c'est Un des ou Le grand album de la pop musique également ...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Mutation glam en direction des étoiles, 22 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Transformer (CD)
Suite à son départ du Velvet Underground en août 1970, Lou Reed se réfugie chez ses parents à Long Island et se consacre à l’écriture de poèmes qu’il lira lors de ses seules apparitions publiques. Déjà une légende du rock, il cédera aux multiples sollicitations en signant avec RCA et va s’envoler pour l’Angleterre où il enregistrera, début 1972, un premier album qui sera mal reçu et restera sous-estimé (LOU REED). RCA décide alors de faire produire son prochain disque par deux de ses poulains, David Bowie (ultra-fan déclaré) et le guitariste Mick Ronson des Spiders, afin de le rattacher à la vague glam émergeante. Riche idée !
En parant les démos du décadent New-yorkais des attributs de ZIGGY STARDUST, les deux Anglais vont faire de Lou Reed une star. Projetant ses nouvelles visions (orientées hype perverse de la Grosse Pomme) dans leur cabaret européen (MAKE UP, GOODNIGHT LADIES), ils vont fantasmer à outrance le personnage qu’il est en train de jouer (VICIOUS), quitte à monter ses vessies comme des lanternes (PERFECT DAY), le mettant en scène tel un Pierrot livide auquel ils vont permettre de décrocher la lune (SATELLITE OF LOVE) et de prendre son envol sur des voies que le succès rendra moins sauvages grâce à la ligne de basse éternelle d’Herbie Flowers (WALK ON THE WILD SIDE). Et la transformation en public d’une idole par ses fans fût une immense réussite.
Tops : WALK ON THE WILD SIDE, SATELLITE OF LOVE, VICIOUS, PERFECT DAY, HANGIN’ROUND, ANDY’S CHEST, MAKE UP
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Il n'avait pas mieux fait depuis, 1 janvier 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Transformer (CD)
Album de légende.Tout est très bon,je l'écoute toujours avec le même plaisir,que lors de son achat en 33t (que j'ai toujours)en 1972 ( j'avais 16 ans ) et ce jour là pour couronner le tout j'avais pris en même temps Ziggy Stardust de Bowie et tout ça sans connaitre, rien que par hasard.Et pour la fameuse ile déserte ces 2 albums y seraient OBLIGATOIRE;
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Un grand classique maintenant !, 21 décembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Transformer (CD)
Indémodable ! A réécouter pour les nostalgiques de l'époque, moi j'aime. Tout est bon.
Walk on a wild side à faire découvrir à vos ados !!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit