undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,0 sur 5 étoiles1
3,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Dans les années 80, à plus de 60 ans, Ernst Haefliger a gravé quatre albums Schubert: celui-ci, Winterreise,Schwanengesang et Lieder. Or, tandis que les trois autres sont des réussites profondément marquantes, celui-ci est un peu moins convaincant. C'est que la voix de Haefliger, désormais voilée, usée par les ans, convient moins bien à l'atmosphère nettement juvénile de la Belle Meunière. Bien sûr, la mélancolie désespérée de la fin du cycle est admirablement rendue, mais le début est moins heureux et l'ensemble moins homogène. Malgré son caractère historique (il s'agit de la 1ère version accompagnée par un pianoforte) et ses incontestables moments de beauté, cette Belle Meunière ne s'impose donc pas comme une priorité.

En 1991, Diapason écrivait dans son dictionnaire des disques: "Haefliger est sans doute moins convaincant ici que dans les autres cycles: la voix accuse un manque de jeunesse, est parfois instable ou détimbrée dans l'aigu et paraît désormais inapte à traduire les émois d'un jeune amoureux. Dähler est par contre passionné et ardent, parfois même heurté, d'une vivacité incessante qui accentue l'effet de contraste avec les difficultés que rencontre Haefliger."
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)