undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

2
3,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 7 novembre 2012
Disque reçu CE MATIN 7 Novembre 2012.

J'ai comparé "Les donneurs de sérénades..." avec plusieurs autres...Gérard Souzay, par exemple.

Eh bien je ne serai pas aussi sévère, ni pour DFD, ni pour Hartmut Höll que je pense connaître assez bien.

Par ailleurs, et cela tombe bien, je suis en train de lire "Am I too loud ? " de Gérald Moore.

Mais pour en revenir à Dietrich Fischer-Dieskau (Gerald Moore dit "Dieter"), je pense en avoir entendu assez (et VU,aussi,puisqu'il a interprêté Mandrika dans
Arabella de Richard Strauss au Covent Garden à Londres en 1967 SOUS MES YEUX - j'étais au 1er balcon - ),

pour pouvoir dire que j'ai BEAUCOUP apprécié , post-mortem,hélàs, et c'est bien triste , la découverte d'une sorte de nouvelle facette de ce génie !

Certes, ce n'est pas Hugo Wolff, Schubert ni NON PLUS Almaviva, et encore moins ses interventions sous la Direction de Karl Richter.....

MAIS CELA FAIT DU BIEN A ENTENDRE....et j'aurais donné cher pour être dans le Studio en 1989 lors de l'enregistrement !

Amicalement à tous .
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Je dois d'abord avouer que je préfère les voix de femmes dans ce répertoire.
Malgre tout ce n'est sans doute pas le cd idéal pour faire connaissance avec Dietrich Fischer Dieskau, ni avec les mélodies debussystes.
Ce disque date de février 1989, sans doute un peu tard pour DFD.
Dietrich FD s'est "frotté" à Debussy à plusieurs reprises (voir discographie dans le très bon site de Jacques Navech: [...])
Côté qualités, signalons la bonne tenue du français de DFD, par exemple dans "Fleur des blés" ou "Green" (cette dernière mélodie est une franche réussite)
Mais le baryton de DFD n'est, une fois n'est pas coutume, pas convaincant (écouter le "Chevaux de bois" qui fait presque frémir),
C'est aussi le sentiment français qui n'est présent que par intermittences; ainsi, l'atmosphère est parfois un peu pesante, ce que rien
ne justifie chez Debussy (ce n'est pas Schumann !).
Le piano de Hartmut Höll fait son travail très honnêtement (écouter "En sourdine" par ex.), mais sans plus..
La mélodie française, c'est un monde à part.. et ce n'est pas celui des lied allemands..
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus