undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

4
4,0 sur 5 étoiles
Destined Solitaire
Format: CDModifier
Prix:12,65 €+2,49 €expédition

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Destined Solitaire est le cinquième album des "Poissons Barbus", le groupe suédois nous avait habitués sur ses précédents albums à un son vintage plein de surprises et de fantaisies, mélangeant rock progressif, jazz funk, blues... Et bien les ingrédients restent les mêmes!

Comme pour ses prédécesseurs plusieurs écoutes vous seront nécessaires pour vous approprier toutes les subtilités de cette pépite de 76 minutes.
L'album commence par "Awaken The Sleeping", un instrumental qui rappelle un peu le thème principal des deux "Sleeping in traffic".
"Destined Solitaire" titre de l'album est dans un genre plus hard avec des relents métalliques, Rikard Sjöblom y place même quelques mesures de growl.
"Until You Comply" qui inclus "Entropy "(tout est dit dans le titre entropie veut dire conséquence du désordre ) est un vrai bordel progressif de 15 minutes, un moment vraiment jouissif !
Suit "In Real Life There Is No Algebra" qui groove à donf, "Where The Rain Comes In" est dans un style académique et "At Home... Watching Movies" un petit interlude qui lui, nous amène à la 7ième plage... Une perle entièrement instrumental intitulée "Coup De Grâce" (or How I Was Killed By An Accordion - Motown Style) ce morceau à tiroir révèle une construction alambiquée menée par de l'accordéon et une batterie le plus souvent sur le 2ème temps de la mesure... à 3 temps sur le thème principal, ce qui donne un effet jazz garanti, un vrai bijou !
Encore un grand moment avec "Abigail's Questions (in An Infinite Universe)" un titre aux émanations jazz funk où Rikard place des lignes vocales dignes d'Al Jareau...The Stuff That Dreams Are Made Of clos avec merveille cette album qui est mon coup de coeur du mois et sera sûrement dans mon top ten 2009 .

Aprés Från En Plats Du Ej Kan Se (2003) The Sane Day(2006) Sleeping in Traffic : Part One(2007)et Part two(2008), Beardfish prouve que sa discographie ,en y ajoutant ce merveilleux "Destined Solitaire", est indispensable aux amateurs de musiques sincères!

Retrouvez cette chronique de PhilippeC (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 9 juillet 2012
Opus qui fleure bon les envolés lyrique époque 70 et les sons bizarroïde, les mélodies, les breaks et une ambiance psychédélique... Voilà un bon cocktail pour rafraichir sa mémoire des années passées à écouter NICE ou GENESIS, YES et autres inventeurs de mondes oniriques... Je ne l'ai assimile pas à ces groupes représentant l'archétype du genre (Progressif) BEARDFISH a son propre univers fait de multiples ambiances, comme à l'époque où l'on pouvait faire absolument tout en musique...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 14 décembre 2012
Qu'on se le dise; plusieurs écoutes seront forcement necessaires avant d'assimiler et surtout d'apprecier ces 76 minutes de musique brillante, cérebrale et joyeusement bordelique! Mais passé cette phase d'assimilation vous ne pourrez que tomber sous le charme de ce groupe et n'aurez q'une envie................decouvrir leus autres albums tous aussi jouissifs que delicieusement torturés!
L'effort en vaut la chandelle!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 15 octobre 2009
Nouvelle coqueluche scandinave du rock progressif nostalgique, Beardfish rabâche les glorieuses années du genre d'une manière nettement moins rébarbative que les Flower Kings. Munis de leurs instruments d'époque, les suédois produisent deux premiers disques prometteurs avant d'être recruté par le label spécialisé InsideOut. La solide paire constituée par les deux parties de Sleeping in the Traffic permettent au groupe d'attirer une plus large attention et de partir en tournée aux cotés des grands mandarins du style que sont Dream Theater et The Tangent. La démarche de ce nouveau disque reste globalement la même, à savoir celle d'un hommage éclectique adressé aux formations progressistes de la première moitié des années soixante-dix. Si les suédois semblent affectionner tout particulièrement les prestations délurées de Frank Zappa, ils n'oublient pas pour autant les élans symphonico-mélodiques de Yes, les riffs baroques de Gentle Giant, le théâtre médiéval de Genesis ou encore le groove moelleux de la scène de Canterbury. Le Religionnaire apprécie évidemment ces ritournelles virevoltantes jouées à l'orgue Hammond, ces interludes facultatifs de guitare classique, ces changements de tempo intempestifs, voire même certaines cocasseries façon bal musette, le vieux prog bien chantourné restant l'un de ses plus grands délices. Cependant, ce même Religionnaire constate à nouveau avec un grand désarroi le paradoxe narcissique constitué par ce genre de rock rétrospectif : ces musiciens vénèrent cette musique très audacieuse à un tel point qu'ils ne peuvent l'être eux-mêmes.

Ce Destined Solitaire est bien long, mais heureusement suffisamment aéré et varié pour ne point susciter l'indigestion. Les titres se basent pour la plupart sur les effets de surprises, les mélodies jazzy et les traits d'humour popularisés par Frank Zappa, le tout étant arrangé avec la propreté caractéristiques des groupes scandinaves du genre. Ce soin lissant probablement appliqué lors du mixage atténue malheureusement la violence et la lourdeur des passages les plus appuyés, notamment sur le titre éponyme. Bien qu'approchant systématiquement les dix minutes, ces neuf échantillons demeurent perpétuellement fringants et enthousiasmants, au point d'aboutir à un résultat fort consistant. Le Religionnaire distingue tout de même "In Real Life There Is No Algebra" pour son succulent groove associé à d'insaisissables déclinaisons mélodiques ainsi que "Destined Solitaire" qui semble revisiter le hard rock de ses fondations psychédéliques et progressives jusqu'à son débouché death metal. Parmi les nombreux voyages dans le temps dirigés vers cette époque du rock sophistiqué, celui-ci demeure sans conteste l'un des plus agréables et soignés. En puisant dans ce réservoir inépuisable, Beardfish peut continuer à satisfaire son public très longtemps. Ces aimables suédois peuvent également choisir une autre voie : arrêter de singer Frank Zappa et utiliser leur talent pour développer une signature propre. Comme le Religionnaire le dit souvent : il faut prendre des risques pour marquer l'histoire...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Mammoth
Mammoth de Beardfish (CD - 2011)

The Sane Day
The Sane Day de Beardfish (CD - 2005)