undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles15
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
10
4 étoiles
5
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:6,89 €

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 28 janvier 2010
L'excellent commentaire de ''Philou '' m'a décidé à racheter ce disque ! Je l'avais à l'époque en vinyl , mais les
multiples écoutes ont eu raison de la galette !. Même trente années plus tard ( quand on connait le disque par coeur), le plaisir de remettre le plat est immense ! je reconstitue peut à peut mon ancienne discographie , les
nouveautés je les laisse à ma fille ! A vrai dire , j'aime autant ''Straight Shooter '' que le premier !
A REDECOUVRIR D'URGENCE !
33 commentaires|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 avril 2013
Deuxième album aussi convaicant que le précédent (éponyme) avec la motié de FREE aux manettes . Paul Rodgers chante très bien mais moins qu'avec FREE . Les compositions,elles aussi, n'offrent pas le même intérêt que celles du duo Fraser-Rodgers
même si elles sont bien partagées entre les rocks ("Good lovin gone bad", "Deal with the preacher") et les balades émouvantes
("Feel like making love" et "Shooting star" qui seront longtemps reprises en public . Les compositions de Simon Kirke appraissent
plus gentilles . Rien de révolutionnaire mais de la belle ouvrage tout comme "Bad company" et Run with the pack" . Les albums suivants offriront une musique plus "légère" (dans tous les sens du terme) .
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
La aussi, comme le premier album, belle ré-édition en double cd de ce STRAIGHT SHOOTER
cd 1 l'album original( remaster)
CD 2 versions alternatives et b-sides de singles comme Easy on my soul, différentes versions
ou Whiskey Bottle, un inédit SEE THE LIGHT TONIGHT , il y a aussi ALL NIGHT LONG
indispensable aux fans de Paul Rodgers et sa bande, vraiment une belle édition,
`on attend la suite ;;;;;;
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 décembre 2012
Cet album de Bad Company est parfait , il représente cette qualité inimitable des années 70.Les compositions sont de haut vol , les musiciens maitrisent totalement leur art, inutile de rappeler que Paul Rogers est l'un des plus grands chanteur de rock.
Par conséquent Straight Shooter est absolument incontournable pour tous amateurs de trés bonne musique.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'aime beaucoup la pochette du deuxième album de Bad Company, mais je préfère leur premier album, plus rentre-dedans.

Straight Shooter est un bon album mais ce n'est pas un grand album. Il ne comporte aucun très grand morceau, juste une collection de jolis titres dont les plus réussis sont de puissantes ballades mid-tempo aux guitares gentiment saturées.

Ma préférée est la bluesy-classisante Weep No More, avec la toujours très belle voix de Paul Rodgers et la non moins belle guitare de Mick Ralphs dont les chorus et le son rappellent diablement ceux de Brian May d'un Queen qui ne va pas tarder à surpasser ses modèles.

Deal With The Preacher par exemple annonce déjà les succès de groupes hard-fm dont Foreigner sera un des plus éminent représentant. Anna, où l'on se surprend presque à imaginer Don Henley au chant, est une jolie ballade qui n'aurait pas dépareillé un Hotel California à venir.

Pour finir l'album, Call On Me, composition plutôt moyenne, possède un final très très inspiré de While My Guitar Gently Weeps (même harmonie, même ligne de basse) et l'on croirait entendre Eric Clapton dans le solo final avec ce vibrato pleureur uniquement dû à l'origine aux doigts du divin guitariste, mais qui ici est somptueusement joué par Mick Ralphs, un guitariste trop souvent absent du panthéon des héros de la six cordes (ouf!)

En résumé, un album qui n'a rien de génial mais qui reste très sympathique. A noter que la rythmique est encore en progrès, beaucoup plus efficace que dans Free, avec un très bon travail à la basse de la part de Boz Burrell.
44 commentaires|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 octobre 2014
Le groupe est toujours homogène et même si l'album sonne moins hard que l'album éponyme 'bad co', les mélodies soignées sont toujours aussi bien chantées grace à un Paul Rodgers au top de sa forme. A noter que Le batteur Simon Kirke signe 2 morceaux aux sonorités pop et rock-ballade. Ce CD régalera les amoureux de rock bien balancé et mélodique. La créativité et les riffs de guitares de Mick Ralphs emmènent les auditeurs à chantonner, à taper en rythme et contribuent à passer un agréable moment. A l'écoute de cet opus on prend du plaisir 'Feel like makin' love ' !
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 octobre 2011
Celui-ci je l'ai gardé en vinyl depuis le jour ou il est sorti,donc il m'arrive de le réecouter avec bien d'autres galettes pour me mettre un petit coup de nostalgie!!!Et c'est bon de repartir 30 ans en arriere avec des groupes oubliés mais qui sont toujours presents en nous;Le cd c'est pour la voiture uniquement ou pour faire connaitre a quelques amis mélomanes qui savent apprecier les bons groupes.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Formé en 1973, sur les cendres du regretté Free, par deux de ses membres d'origine, Paul Rodgers et Simon Kirke (plus Ralps, ex Mott The Hoople et Burrrell, ex King Crimson), Bad Company n'a pas attendu longtemps pour faire parler de lui. Premier groupe à intégrer l'étiquette Swan Song (Led Zep), Bad Company sort l'époustouflant Bad & Co (1974), reçu, on-ne-peut-plus-favorablement, par l'ensemble de la famille du rock, presse et public confondus. Straight Shooter (avril 1975), enregistré à Londres dans le studio mobile du Faces Ronnie Lane et doté d'une excellente substance, n'est pas en reste et reprend là où le Bad Company précédent nous a laissés. Toutefois, il ne rencontre pas le même succès que son prédécesseur, d'où ma surprise, car selon moi, il le devance en valeur intrinsèque. Dans l'esprit des fans, une piste forte supplémentaire, aspirant ce superbe disque dans son sillage, aurait changé le cours des événements. Comme si une place de N°1 aux States et de 3 au Royaume-Uni, ne suffit plus désormais... Bien construit, s'appuyant sur les mêmes bases énergiques que Bad & Co, alimenté par un rock puissant, spontané, solide et bien gaulé, Straight Shooter, à l'instar de son prestigieux devancier, met le feu d'entrée via Good Lovin' Gone Bad. Feel Like Makin' Love, son suivant, laisse penser que Bad Company joue l'alternance entre heavy et douceur. Cette ballade trompeuse, démarrée à l'acoustique, cache bien son jeu et se morcèle méchamment et bien vite, sous la conduite d'un riff électrique déchirant qu'une batterie nerveuse achève de hacher qui font monter la température. Weep No More est un bon répit, le calme avant une tempête qui se devine proche. Shooting Star peut être vue comme une des pièces maîtresses de l'écriture de Paul Rodgers. Ecrite en hommage à ces rock stars alors disparues, comme Morrison, Hendrix, Joplin, on aperçoit, en filigrane, le rapport au junkie ami, Paul Kossoff (Free), dont l'état précaire du moment inquiète de jour en jour. Cette ballade st une petite merveille. Le chant de Rodgers, la ligne de basse discrète mais omniprésente de Burrell, le solo de Ralphs, excellent musicien, le grondement des fûts façon Burke installent une ambiance mélodramatique avant de retourner le vinyle qu'un Deal With The Preacher replonge dans la lourdeur qui fait la caractéristique première de cette formation. Très bon également, Wild Fire Woman qui nous révèle un Rodgers pas loin de cracher le sang tant il rugit. Ce titre précède le slow Anna (de Kirke et qu'il ressort, pour la circonstance, après avoir figuré sur l'album de 1972 de Kossoff, Kirke, Tetsu et Rabbit). Avec le final plutôt pop qu'est Call On Me, il est vraisemblablement la raison pour laquelle le Straight Shooter de 1975 ne s'est pas élevé au niveau de Bad & Co. Ce final assez soft n'est pas pour me déranger, aussi ne voyez pas d'inconvénient à ce que je le place à 5 étoiles, comme Bad & Co. Ces deux premiers albums élèvent Bad & Company au rang de monstres sacrés du heavy rock.
22 commentaires|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Deuxième opus de Bad Company donc et peut être le meilleur.
Cet album est plus hard que le précédent : les indomptables "Good Lovin' Gone Bad" et "Deal with The Preacher" cassent la baraque pendant que "Feel Like Makin' Love" et "Wild Fire Woman" un peu moins tempétueux sont tout aussi rugueux.
Bad Co allait avec cet album poser les bases d'un hard rock de grande classe, terriblement efficace mais mélodieux, novateur mais toujours respectueux de ses racines bluesy (la voix magnifique de Paul Rodgers y est pour beaucoup).
La production parfaite signée Ron Nevison l'ancien assistant d'Eddie Kramer (Led Zeppelin) met la batterie de Simon Kirke en avant ce qui donne une impression de puissance rarement égalée.
La dessus Mick Ralphs peut nous servir ses chorus tendus et colorés dont il a le secret.
Malheureusement malgré le très réussi "Run with the Pack" Bad Co ne devint jamais le géant qu'il aurait du être, ses concerts furent trop rare et l'entente entre les musiciens très limité. On s'aperçut que ce super groupe n'était que la reunion de quatre super musiciens mais pas un vrai groupe.
Du coup de fût Foreigner, avec un peu moins de classe mais plus de présence qui remporta le pompon.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 juillet 2015
ENFIN bien remasterisé, ce 2e album du groupe de Paul Rogers est un must, d'autant qu'il contient deux titres inédits et des versions alternatives, au son plus BRUT que les versions connues.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,99 €