undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

30
4,6 sur 5 étoiles
News of the World
Format: Album vinyleModifier
Prix:15,60 €+2,49 €expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
On ne le présente plus celui-ci, n'est-ce pas ? Rien que pour sa légendaire doublette d'introduction, cet album a indéniablement marqué durablement les mémoires et ceci va bien au-delà de l'auditoire habituel du groupe comme vous le savez certainement. Enfin, il ne faudrait pas non plus - erreur trop souvent constatée - que ces deux baobabs cachent la luxuriante forêt surtout quand, sur le coup, Queen repousse encore un peu plus les limites de son propre style.

1977 donc. Une année à risques pour les groupes qui se sont imposés depuis le début de la décennie, le début d'une période de récession pour les experts de l'arrangement alambiqué et des prouesses techniques. Queen n'en a cure et continue d'aller son petit bonhomme de chemin recueillant l'opprobre de ceux qui savent ce qu'il faut écouter (le bon goût et tout ça...) et le soutien d'un public de plus en plus nombreux et enthousiaste.

Il faut dire que Queen n'est pas un dinausore comme les autres et le prouve dès la saillie punk (made in Roger Taylor, en grande forme sur ce coup) qu'est Sheer Heart Attack. Ils n'y sont pas moins convaincants que les Sex Pistols ou les Clash et prouvent au passage qu'ils savent le faire afin de mieux passer à autre chose. Evidemment, l'ordre naturel des choses reprend vite et bien avec un beau rock tout en nuances de Brian May (All Dead, All Dead) et un de ces machins hybrides mais si glorieusement épiques dont Freddie Mercury a le secret (Spread Your Wings) et, finalement - en conclusion de la face A-, un bon gros rock groovy encore signé Taylor décidément très à la fête sur cet album.

La face B, ne contenant aucun tube avéré de la Reine pourrait, sur le papier, paraître faible. Quelle erreur ! Du furieux psyché-rock made-in-Mercury (Get Down Make Love) à la ballade Jazzy qui le clôt (le magnifique et trop peu souvent cité My Melancholy Blues), il n'y a pas le moindre titre faible ici. Peut-être tout ceci n'est-il pas aussi essentiel que ce que certains l'eût espéré mais, quelle tenue ! Et quel plaisir que d'entendre May blueser tranquille (Sleeping on the Sidewalk) ou Deacon nous offrir une composition savoureusement latino qu'il a confié à Mercury John ne donnant de la voix que pour des chaeurs et encore, sur scène. Et puis il y a It's Late où Queen réinvente sa façon de faire de la chanson-opéra. Ce n'est donc pas une resucée de Bohemian Rhapsody mais bien son propre animal, et quelle belle bête, puissante, fine, racée !

Pour toutes ces raisons - et quelques autres encore - ceci fait de News of the World le second grand classique du groupe seulement deux petites années après l'énorme A Night at the Opera. Peu de groupes sont capables de ce genre de performance, il faut le souligner, d'autant que ce qui précédait et ce qui suivra nous révéla et révèlera encore de nombreux motifs d'enthousiasme extatique.

A noter que le cd bonus de la présente édition s'il est bon à prendre ne nous propose rien de particulièrement exceptionnel. Un inédit (démo ?) et quatre live, c'est bien mais je suis sûr que le Queen Estate avait plus dans ses tiroirs... Enfin, c'est toujours mieux que rien et ça ne diminue en rien l'immense mérite d'un album (presque) parfait et, donc, obligatoire.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 mars 2011
Sorti en 1977, le sixième album de Queen est un peu différent des précédents (le son est plus rock et plus moderne), mais reste très créatif et inspiré, avec comme toujours, différents styles musicaux se chevauchant: les 2 premiers morceaux, archi-connus et hymnes des sportifs ("We will rock you" & "We are the the champions"), du hard-rock avec "Sheer heart attack", des ballades au piano ("All dead, all dead", "My melancoly blues"), un morceau rock un peu décalé ("Get down, make love"), du rock-blues ("Sleeping on the sidewalk"), de la pop-salsa (!)("Who needs you") et des morceaux plus conventionnels, tous excellents ("Spread your wings", le très rock "Fight from the inside" et le magnifique "It's late").
Avec cet album, Queen prouve encore une fois tout son talent (aucun morceau moyen). Pour moi, le second meilleur Queen aprés "A night at the opera".
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 février 2012
Que dire de plus sur cet album légendaire (mon préféré de Queen)... Que cette remasterisation est tout simplement exceptionnelle !!! Quel son ! L'intro de "We Will Rock You" et ses battements de mains m'a fait sursauter: je croyais que c'était mes enceintes qui crachotaient !!! Que nenni: je ne les avais jamais entendu comme ça !
On lit bien trop souvent sur les livrets que les "remastered" ont été faites avec le meilleur matos; et puis, à l'écoute, on est déçu.
Ici, c'est vrai ! Je garde mon vinyle juste pour la superbe jaquette !
Comme pour la plupart des albums de Queen, chacun y va de sa (ou ses compos), ce qui donne un univers musical très diversifié: la marque de fabrique de Queen !
Pour ceux qui serait passer à côté.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
1977: "Giscard à la barre" était le slogan de l'élection présidentielle de 74... Trois ans plus tard, ironie du sort, un dénommé Barre est Premier ministre! Le bonhomme, rabat-joie et peine-à-jouir à souhait, gagnera vite le surnom de "Babar" à la fac de médecine!...

En cette année de "rigueur", heureusement Queen nous gratifie de deux succès planétaires "We are the champions" et "We will rock you". le rythme féroce de "We will rock you" réveillerait un mort, et "We are the champions" deviendra l'hymne universel des arènes sportives!

"News of the world"? Un album historique!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Si Queen n'a jamais été un chantre de la légèreté (on ne risque pas la confusion avec les Beach Boys !), c'est à partir d'ici qu'il va faire monter la chantilly d'un étage et, sans pourtant céder à un hard rock dont il s'éloigne de plus en plus, devenir l'un des groupes les plus lourds de la planète ! Qui, de plus, ne craint jamais de tomber à doses régulières - la mythique pochette de ce disque le prouve - dans le mauvais goût.
Queen délaisse donc ici toute sa part empirique et aventureuse au profit d'une efficacité recentrée sur la mélodie de base des chansons, et le résultat oscille entre le chaud et le froid en permanence. Le groupe vaque depuis entre ces deux mondes, alternant idées de génie (la mise à nu de WE WILL ROCK YOU, due à Brian May, l'a rendu immortel et en a fait le tout premier arena-rap !), exercices de styles inédits (le funk martial de GET DOWN MAKE LOVE, le latino WHO NEEDS YOU), et réponse directe aux punks qui avaient fait du groupe une de leurs têtes de Turc favorite (SHEER HEART ATTACK de Roger Taylor, qui les haïssait). Mais Queen, ici, invente aussi la ballade pénible gonflée aux guitares saturées - inspirant au passage Scorpions & cie (SPREAD YOUR WINGS) ! - conçue pour allumer les stades de foot du monde entier (WE ARE THE CHAMPIONS, grande chanson tout de même), et inaugure une série d'albums que tout le monde a acheté, mais auxquels, il faut bien le dire, il est difficile de vraiment s'attacher.
Tops : WE WILL ROCK YOU, GET DOWN MAKE LOVE, WE ARE THE CHAMPIONS, SHEER HEART ATTACK, WHO NEEDS YOU
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
9 sur 11 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 juin 2002
Voila l'un des albums qui ont marqué l'histoire du rock....Ce fut d'ailleurs le 1er album de Queen à connaitre le succès aux Etats Unis....Succès consecutif à 2 titres devenus hymne des stades de football dans tous les pays, We are the Champion, et We Will Rock you...Mais personnellement ca n'est pas ces 2 titres qui m'ont vraiment plu....du fait de leur consonnance commerciale....
My melancholy Blues, Spread your Wings, Get Down MAke Love, ou encore Sleeping on the Sidewalk, chanté par Brian May, démontrent les qualités du groupe qui savait déjà explorer plusieurs styles....
Grand groupe, grand album....
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
50 PREMIERS REVISEURSle 28 décembre 2010
On va chanter en japonais annonçaient-ils ("let me entertain You" sur l'album Jazz).

De fait, ils l'avaient déjà fait ("Teo Torriatte" sur l'album "A day at the races").

Entre les 2, voici l'édition japonaise de "News of the world".

Pochette intérieure réplica avec les textes version Liliput, pochette plastique pour abriter le CD, paroles des chansons avec traduction en japonais (Gulliver chez les Géants cette fois)...Merci, Messieurs.

Et le disque ?

Avec un son à se damner, on retrouve nos 4 lascars dans leur période faste : le binôme "We Will Rock You/We Are the Champions", qui a beaucoup fait pour leur réputation d'arrogance, "Sheer Heart Attack" (à cette époque, l'épiphénomène punk est là et Queen n'est pas leur ennemi -si même les crêtus connaissent le second degré alors...), on se calme avec "All Dead", "Spread Your Wings", on se refait une petite poussée d'adrénaline avec "Fight From the Inside", on bizzaroïdise avec "Get Down Make Love", on bluesifie sur "Sleeping on the Sidewalk" et un peu plus loin, "My Melancholy Blues", on se salsaïse avec "Who Needs You" et comme il se fait tard (mais pas trop tard) on mixe tout dans "It's Late".

Ce qui frappe aujourd'hui c'est, outre la diversité des influences, le fait que chacun trouve aussi naturellement sa place dans le parfait équilibre des compositions et que Brian May n'a pas encore renoncé à chanter.

Pour le reste : "no synths" ! comme d'habitude, mais plus pour longtemps. Freddie parade en costume d'Arlequin, et les nouvelles du monde annoncent que Queen prend son envol en France, jusque là réfractaire.

We will rock you ? Mais c'est qu'ils l'ont fait, les bougres ?!

Champions !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 13 février 2013
L'album débute en force avec deux références "We will rock you" et "We are the champions" (#2 UK) suivi d'un bon rock hard "Sheer heart attack". Après une superbe ballade ""All dead, all dead" prend le relai avant un succès moyen avec "Spread your wings" (#34 UK). Rock hard de nouveau avec "Fight from inside" et slow hard avec "Get down, make love" qui rappelle vraiment "Slade". "Sleeping on the sidewalker" est un très bon blues qui nous ramène quelques années en arrière. Les trois derniers morceaux sont tous excellents, "Who needs you" avec un rythme plaisant, "It's late" du pur Queen et "My melancholy blues" un blues langoureux avec accompagnement au piano. Un album qui mérite son succès de 1977 (#4 UK & #3 US).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
50 PREMIERS REVISEURSle 6 février 2012
La remastérisation des albums de Queen est relativement décevante en termes de bonus, mais satisfaisante au niveau du son. Aussi cette édition simple fera amplement l'affaire (même si à mon sens, le son de l'édition Japonaise est encore meilleur et la présentation plus raffinée) .

Rappelons d'abord aux plus jeunes qu'il était un temps où tout bon rock critique sévèrement burné mettait un point d'honneur à mépriser royalement la Reine. Alors, à l'heure où les poignards punks dépeçaient les dinosaures, qu'allait donc faire Queen, proie favorite de cette presse musicale moutonnière (qui venait à peine de retourner sa veste Glam pour un blouson décoré d'épingles à nourrice) ?
Poursuivre dans la veine lyrique ? Se mettre au disco ? Faire profil bas ?

Rien de tout ça.

Le changement d'inspiration démarre au niveau de la pochette de Frank Kelly Freas, illustrateur de SF (et de Mad aussi) qu'appréciait notre blondinet de batteur. Fini le logo décliné sur des titres de Marx Brothers, place au rock avec du sang et du métal !

Question musique, avec le binôme "We Will Rock You/We Are the Champions", Queen enfonce d'emblée le clou de sa réputation d'arrogance, tout en fournissant un nouveau chant de stade.

Claps (boum, boum, blam !) et solo d'anthologie pour la Red Special de Brian May sur le 1er titre contrebalancé par le cynisme railleur de Mercury sur le 2ème ("Vous m'avez apporté la gloire et la fortune et tout ce qui va avec, je vous remercie tous"!) : une des meilleures entames d'albums qui soit et qui allait se retrouver telle quelle sur le 45 T.

La suite : "Sheer Heart Attack" rappelle aux crêtus de l'époque, que Queen n'est pas leur ennemi tandis que la paire rythmique Roger Taylor/John Deacon fait parler la poudre.

On se calme avec "All Dead" et Brian May au chant et "Spread Your Wings" : 2 magnifiques ballades. Puis on se refait une petite poussée d'adrénaline avec le presque funk "Fight From the Inside" chanté par Taylor. On bizzaroïdise avec "Get Down Make Love", on blues/jazzifie sur "Sleeping on the Sidewalk" et un peu plus loin, "My Melancholy Blues", on salsaïse avec "Who Needs You" et comme il se fait tard (mais pas trop tard) on mixe tout dans "It's Late" (but not too late).

Ce qui frappe aujourd'hui encore, c'est outre la diversité des influences, le fait que chacun trouve aussi naturellement sa place dans le parfait équilibre des compositions et que Brian May n'a pas encore renoncé à chanter. Pour le reste, no synths ! comme d'habitude, mais plus pour longtemps, hélas. Queen a simplifié le propos, la fin de sa 1ère époque s'annonce.

Freddie parade en costume d'Arlequin, et les nouvelles du monde annoncent que Queen prend son envol en France, terre jusque là réfractaire.

We will rock you ? Mais c'est qu'ils l'ont fait, les bougres ! Champions !
77 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 décembre 2005
Qui peut dire qu un titre est plus faible que l autre? qui connait un album aussi complet et réussit? seul les beatles peuvent rivaliser en terme de maitrise de bout en bout , en terme de compositions, d arrangement sur la globalite d un album. Oubliez la banalisation de certains titres ( qui sont par ailleurs vraiment forts) et redecouvrez comment un groupe de rock s' investissait sur l'ensemble de son album? Une pierre angulaire du rock? Peut etre? Plus certainement, un réel plaisir a redecouvrir 30 ans apres sa sortie. BIG, BIG
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé

Innuendo
Innuendo de Queen (Album vinyle - 2009)