undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles26
4,5 sur 5 étoiles
Format: DVDModifier
Prix:20,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 22 février 2009
Le film d'Ari Folman est plus qu'autobiographique: c'est une oeuvre thérapeutique.En effet par ce film d'animation Folman parvient à nous révéler ses souvenirs les plus enfouis,les plus sombres et les plus insupportables.Ce voyage au tréfond d'une mémoire plutôt retorse va nous replonger dans le Beyrouth-Ouest de septembre 1982 et surtout dans les massacres de Sabra et Shatila.Neuf quarantenaires israéliens,anciens compagnons d'armes du réalisateur, nous dévoilent ainsi leurs traumatisants passés.Une animation magnifique(merci à David Polonsky et Yoni Goodman),des images fortes orchestrées par une musique plus que troublante nous montrent des jeunes perdus,tirant sur n'importe qui, se faisant tirer dessus par des inconnus,puis qui rentrent chez eux pour tenter d'oublier...mais le passé ne les oubliera pas.
L'animation est le médiateur idéal pour nous évoquer l'insoutenable:on peut ainsi regarder en face l'horreur et mieux saisir l'absurdité de la guerre.Quelle remise en question et quel courage de la part d'Ari Folman.On est loin par exemple d'un Spielberg trop formaté et manichéen.
Avec Battle For Haditha(jamais édité en DVD...trop dérangeant),Valse avec Bachir est une oeuvre boulversante qui à la manière d'un Guernica(Picasso) ou d'un Machin Gun(Hendrix)nous dénonce sans détour l'abérration de tout conflit armée.
11 commentaire32 sur 33 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
VINE VOICEle 28 avril 2009
A la fois film d'animation, drame psychologique et documentaire de guerre sans jamais oublier son rôle de divertissement, Valse Avec Bachir explore des thèmes profonds en prenant le contre-pied de bien des films actuels : il secoue un peu et fait réfléchir beaucoup.

C'est sans aucun doute le film le plus passionnant que j'aie vu depuis longtemps, autant dans la forme (l'animation est excellente, originale et évoque un peu les meilleures heures de Metal Hurlant, en mélant l'horreur à l'onirisme) que dans le fond!
Valse Avec Bachir m'apparaît alors clairement comme un incontournable, humain, poignant et avant tout un véritable devoir de mémoire (pour une fois, l'expression est parfaitement adaptée!).

Et une fois n'est pas coutume, un mot pour parler du packaging : inclus dans un boîtier en présentation à l'italienne, le DVD, bien sûr, avec quelques bonus très intéressants, mais aussi des cartes postales reprenant la première séquence du film, sous forme de BD. A posséder de toute urgence!
0Commentaire11 sur 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 mars 2009
Valse avec Bachir aurait pu être un simple film mélant l'histoire individuelle à l'histoire collective; la petite histoire dans la grande. C'était sans compter sur l'ampleur avec laquelle Ari Folman nous emmène à ses cotés dans les restes de sa mémoire et de celle du Liban. Le pari de l'animation est réussi: des choix très surs sur la composition du cadre et une inventivité qui compense quelques imperfections. Le choix de l'animation est lui aussi pertinent: il épouse parfaitement les aléas de la mémoire avec le temps, ses zones d'ombre, les traumas et c'est peut-être aussi grace à l'animation qu'on a pu échapper à tous discours partisans et discours religieux moralisateurs. La voix off est judicieusement utilisée en n'étant pas dirigiste et en renforçant le sentiment d'un homme étranger à lui-même. On est dramatiquement ému. En 1982, je regardais déjà le journal télévisé et je n'avais aucun souvenir de ce massacre. Ma mémoire à moi aussi revient...et dans le même ordre d'idée de guerre qu'on se remémore, je ne peux que conseiller le livre de Georges Hyvernaud "La peau et les os" mis en musique par S. TeyssotGay sur l'album "On croit qu'on en est sorti".
0Commentaire14 sur 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 février 2009
J'étais très sceptique quant à aller voir ce film, car je craignais que le côté "Dessin Animé" me gène. Résultat : j'ai été emballée !!l La facon dont le réalisateur raconte son histoire déroutante, remonte dans ses souvenirs enfouis dans sa mémoire, évoque de facon crûe les faits véridiques de l'époque : c'est bouleversant et extrêmement intéressant. Un film anti-guerre. Définitivement. Chapeau à Ari Folman.
0Commentaire10 sur 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 avril 2009
Comment passer par l'animation pour rendre compte de sa relation à la mémoire et à l'Histoire. Fort et littéralement sidérant dans la dernière séquence.
review image
0Commentaire3 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 août 2009
Les massacres de Sabra et Chatila sont arrivés lorsque j'étais encore enfant.
Ce très beau film permet de mieux comprendre la guerre du Liban.
Images, musique, personnages: tout est parfait.
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 janvier 2010
De belles planches de BD accompagnent cette édition collector. Très beau documentaire qui marque par son originalité et nous rappelle la dure réalité des faits de manière brutale... A voir !
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
VINE VOICEle 24 juin 2012
Ce serait à mon sens un contresens que de voir dans ce film uniquement une dénonciation de la guerre et de ses horreurs. Il s'agit de cela mais surtout de la façon dont un individu peut "ne pas imprimer" et ne se souvenir de rien. C'est le point de départ, son ami fait des cauchemars récurrents liés à la guerre, Ari ne fait pas de flash-backs dit il. Il n'a pas "imprimé" ce qu'il a vécu durant la guerre du Liban. Suite à cette rencontre, il a un flash back du Liban, la guerre et le massacre de Sabra et Chatilah et décide de partir à la recherche de sa mémoire, intrigué de s'en souvenir si peu.

Cette quête part de son seul souvenir, hallucinatoire, fait de baignade en mer sur une plage de Beyrouth, dans une nuit zébrée de la lumière orangée des fusées éclairantes. Il y est avec un ami, désormais installé aux Pays Bas, qui a réussi dans le falafel. Cet ami ne se souvient de rien non plus du massacre.

Ari Folman découvre alors que la mémoire protège, retient ou efface ce qui pourrait être dangereux pour le psychisme et son équilibre. Il découvre en interviewant son ami de régiment Frankel qu'il a complètement oublié des épisodes de combat. Une spécialiste du stress post traumatique (PTSD) raconte ce patient qui s'était protégé en ne voyant la guerre qu'il vivait que comme un reportage dont il serait seulement spectateur, jusqu'au jour où "la caméra a cessé de fonctionner".

Air Folman montre à quel point la guerre, le trauma peuvent déstabiliser et mener dans des territoires où l'on ne sait plus ce qui est vrai de ce qui est hallucination, ce qui est folie et ce qui est normal. Le passage qui a donné son titre au film est un petit bijou. Son ami Frankael décide de faire quelque chose, un truc alors qu'ils essuient des rafales de balles tirés d'un immeuble de l'autre coté d'une rue de Beyrouth ouest. Il saisit le fusil mitrailleur de son voisin et part valser sous les balles, au milieu de la rue, sous les portraits gigantesques de Bachir Gemayel au mur des immeubles.

La mémoire est dynamique et pas un livre, elle se construit, se déforme, se reconstruit. Il va retrouver ses souvenirs de la guerre et comprendre avec l'aide de son ami psy pourquoi sa mémoire a tout effacé parce que c'était émotionellement insupportable pour lui.

Ce film ne donne pas de leçon de morale, de distribue pas de bons ou de mauvais points. Il pose sans détour la question de la responsabilité israélienne dans le massacre et celle de Ariel Sharon en particulier mais donne des faits, des témoignages ne cherche pas (uniquement) à faire oeuvre politique ou contestataire. Il cherche juste à montrer à quel point la guerre peut rendre fou.

Ce film est juste, sans pathos, sans excès. Il est bouleversant.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 novembre 2010
Ari est appelé par un ami qui lui parle de ses cauchemars récurrents. Ari, lui, a tout oublié sur la guerre du Liban et les massacres de Sabra et Chatila;il part à la recherche de ses souvenirs.

La bande-son qui mélange Enola Gay, Bach, Chopin et Schubert est très réussie et accompagne très bien le film.

Je trouve que l'utilisation de l'anime est un réel atout pour l'onirisme et les nombreux flash backs.
La forme est très soignée. Le fond est aussi bien traité mais je regrette un peu l'aspect documentaire (exemple l'interview de l'officier ou les vraies scènes d'archive)

A ne pas manquer !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 avril 2009
Film documentaire sublime. Je l'ai déjà regardé 2 fois, la musique également qui vous prend aux tripes. Ce film me donne une autre forme de réflexion par rapport aux informations données par les médias sur les conflits israelo-paslestiniens.
0Commentaire4 sur 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,99 €
32,50 €
9,99 €
11,80 €