undrgrnd Cliquez ici Toys Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

  • Calmos
  • Commentaires client

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles20
3,7 sur 5 étoiles
Prix:12,23 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Brusquement pris de misogynie aiguë, un gynécologue (Jean-Pierre Marielle) plante là sa patiente, quitte son cabinet sans dire un mot et s'exile à la campagne, accompagné d'un inconnu compatissant (Jean Rochefort), croisé dans la rue. Le rejet que tous deux éprouvent vis-à-vis des femmes s'avérant partagé par une majorité d'hommes, ils initient une révolte que leurs compagnes d'hier entreprendront vite d'écraser.

Même sans être un grand fan de Bertrand Blier, on est bien forcé de reconnaître que, à l'instar d'un Lelouch ou d'un Mocky, cet homme réalise des films ayant de la personnalité. On ne peut dès lors que se réjouir de la sortie en DVD de celui-ci, réalisé en 1976, entre Les Valseuses et Préparez vos mouchoirs. L'ode à l'amitié virile du début glisse doucement vers le film d'anticipation, lorsque des femmes armées dominent les hommes par la force, et l'ensemble s'acheve sur une scène inoubliable dans laquelle se disputent science-fiction, message existentiel et kitsch absolu. Généralement considéré comme misogyne, Calmos contient un message plus nuancé qu'on ne croit, puisque les manières de soudards adoptées par les femmes accusent clairement le machisme de nos sociétés. Dommage que ce message féministe soit moins réussi que le reste, car du coup ce n'est pas celui qu'on retient !

Amusé, comme la plupart des spectateurs masculins, par les premières minutes du film, je déplore un essoufflement assez rapide : en effet, après une demi-heure de tirades louant la bonne chère contre la mauvaise chair, alors que le virage vers la SF s'amorce, l'ennui a déjà pointé et il faut se montrer persévérant pour mériter le dénouement, moment mémorable il est vrai. Disons que l'ensemble forme un film étrange, pour adultes, à conseiller un soir où l'on ne sait pas ce qu'on a envie de regarder.
44 commentaires|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 avril 2015
J'apprécie habituellement les Blier et je suis fan de Marielle et Rochefort. Autant dire que j'avais un bon a priori sur ce film. Au final, c'est le premier film que je n'ai pas pu regarder jusqu'au bout. Je n'aime pas parler de nullité, mais là je ne vois pas comment faire autrement. Même le jeu de Marielle et Rochefort n'a pu compenser l'ennui profond du scénario ni l'exaspération provoquée par la laideur des images. Ça n'est même pas un navet : on peut apprécier un navet, lui trouver du charme dans ses intentions. Là rien, c'est juste râté.
Faites comme vous voulez, mais personnellement je préfère revoir mille fois les délicieuses Galettes de Pont-Aven que de supporter à nouveau une seule minute de ce échec.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 avril 2010
En plein mouvement féministe Paul et Albert décident purement et simplement d'abandonner femmes et enfants.Alors que la gentes féminine appelle à un désir de reconnaissance et d'égalité, les deux hommes eux ne demandent rien d'autre que de vivre selon leurs envies.Paul tout d'abord, Gynécologue, n'en peut plus de voir s'allonger sur le siège dédié aux consultations, les femmes dénudées, jambes écartées, attendant qu'il vienne les exciter à l'aide de ses doigts gantés...Alors que l'une d'entre elles attends patiemment, allongée les cuisses ouvertes tout en se grattant le vagin, Paul, assis derrière son bureau, se prépare un gargantuesque sandwich.Alors qu'il s'apprête à l'engouffrer, il tombe nez à nez avec cette vision peu ragoûtante d'un sexe usé par les années et qui semble l'inviter à l'ausculter d'un oeil mort.Laissant tomber blouse blanche et patiente, il s'échappe du cabinet pour retrouver l'air de la ville, respirant un bon coup alors qu'il se retrouve enfin sur le bitume.Maintenant qu'il vient de réussir à fuir ses responsabilités, voilà qu'une femme s'approche de lui pour lui demander un service.Il se fera bien sûr un devoir de l'envoyer chier avant de croiser la route d'Albert...

Albert lui-même a fuit ses responsabilités.Sa femme fait déjà partie du passé mais il en a tout de même gardé un souvenir de valeur pécuniaire : Une forte somme d'argent.Lui et Paul, tergiversent sur leur condition d'hommes et décident très rapidement d'aller se réfugier à la campagne loin de toute civilisation et surtout loin des femmes afin de vivre enfin pour eux seul le genre d'activités propres aux hommes.

Manger, encore et encore.Et dans des proportions hallucinantes, comme une cure de jouvence que Paul se fera un devoir de faire suivre à un Albert pas tout à fait encore sevré de sa femme.Les repas ressemblent très vite à du gavage d'autant plus que la nourriture y est riche, très riche même.On se fiche d'attraper cholestérol et diabète à l'image des héros de "la grande bouffe" tant qu'on reste entre hommes et que l'entité féminine ne vient causer aucun désordre dans la vie paisible de nos deux hommes.Le pire, c'est que ça commence à se savoir et que derrière eux se rallient des dizaines, des centaines de leurs congénères qui fuient dans les campagnes tels les juifs de 39-45, les nazi(e)s en porte-jarretelles.

L'armée finit toutefois par venir prêter main forte aux femmes en chaleur qui n'ont jamais autant regretté l'absence de leurs conjoints (maris et (ou) amants).Une armée (re)composée exclusivement par un "beau" sexe agressif et surentraîné.L'homme a de quoi se faire du soucis d'autant plus que depuis quelques temps il semble s'être ramolli.Une solution de repli tout à fait inattendue va le voir se réfugier à l'abri d'une "grotte-vagin" aux proportions inimaginables, comme un retour dans le ventre maternel...

Film à mille lieues des conventions,"Calmos" ressemble au film d'un homme misogyne décidé à régler une bonne fois pour toute son compte à celle qui partage son existence depuis la nuit des temps.Halluciné, surréaliste, misogyne, guerrier, orgiaque, "calmos" l'est.Le film démarre de façon plutôt classique pour devenir au fur à mesure un délire presque totalement incontrôlé.Comique, dramatique, musical "calmos" l'est aussi.Les dialogues eux sont simplement irrésistibles comme à chaque fois chez Blier même si vers la moitié du film l'ennui s'installe.Mais même involontaire, ce petit passage à vide nous prépare à l'incroyable guerre que prépare la gentes féminine pour reconquérir l'homme.Certaines scènes ne peuvent avoir été pensées que sous certaines drogues telle celle ou les deux personnages principaux (interprétés par les géniaux Marielle et Rochefort) servent de cobayes sexuels à des myriades de femmes en manque de sexe qui les unes après les autres vont s'empaler sur ceux en perpétuelle érection des deux hommes.La fin elle même fait figure d'e classique puisque pour échapper de manière définitive à leurs chasseresses Paul et Albert ne trouvent rien de mieux que d'escalader une falaise pour enfin se réfugier dans une grotte que l'on reconnaîtra sans mal comme étant un immense vagin...

Un film dont le sujet fera peut-être encore malgré les années grincer les dents de certaines mais qui il faut l'avouer, avec ses dialogues incisifs et son interprétation magistrale sera un véritable moment de détente, jouissif et drolatique à vivre seul.................ou accompagné de sa moitié.....
0Commentaire|19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 août 2010
Une majorité qualifie Calmos de film mineur dans la filmographie de Bertrand Blier. Pourtant le film recèle de nombreuses pépites tant en terme de scènes truculentes (Marielle dégustant du pâté dans son cabinet de gynécologue avec la patiente sur les étriers, la grande bouffe chez Blier en curé de campagne, ...) que de répliques inoubliables ("tiens, bois une Tuborg, ça remet la bouche à neuf", "tu préfères la charlotte ou la Claudine ?", "vous voyez pas qu'il est à deux doigts du break !").
Alors peut-être que ce ne sont pas de bonnes scènes et répliques qui font un grand film mais quand des images et des mots vous accompagnent durant des années et qu'à leur seule évocation une folle envie de rigoler vous prend, on se dit que le film est devenu un compagnon. Et cela est malgré tout assez rare.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 avril 2014
A force de voir et revoir les extraits de ce film injustement oublié sur Youtube, j'ai fini par l'acheter pour pouvoir voir l'ensemble et je ne suis pas déçu.

Un film cru, très osé, spécialement pour l'époque, mais qui est un régal de drôlerie. Avec des super pointures : Jean-Pierre Marielle, Jean Rochefort, Bernard blier, Claude Piéplu et tous les autres, nombreux seconds rôles totalement immergés dans le délire de Bertrand Blier.

Quelques savoureuses références aux Tontons flingueurs : Pierre Bertin (le père d'Antoine dans les Tontons), jouant ici un chanoine bon vivant aux mêmes intonations drôlatiques, quelques scènes de bouffe et de beuverie aux répliques cultes tout à fait dans l'esprit de la fameuse scène de la cuisine et le fameux "Ca, d'la grive, y en a, c'est sûr", asséné par Rochefort lors d'une scène de repas pantagruélique concocté par Blier, truculent curé de village.

Le clou du film restant pour moi la scène de bouffe totale entre Rochefort, déprimé, et Marielle, déprimé aussi, mettant le réveil à Minuit pour bénéficier d'un deuxième "premier sommeil". Cette scène est un modèle de finesse, d'intelligence, de drôlerie et de talent de comédie.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 novembre 2010
Ravie de pouvoir enfin découvrir ce film...Marielle et Rochefort excellents et puis Blier, Piéplu et les autres! Certes le film part joyeusement en vrille mais on y trouve tout ce que j'aime chez Blier et la vision d'une époque. J'ai adoré et les personnes à qui je l'ai prêté aussi.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 12 décembre 2015
Réalisé en 1976 soit 2 ans après les valseuses, Calmos est un film typiquement Bertrand Blier.
Il se base d'abord sur l'excellent jeu des acteurs : Jean-Pierre Marielle (excellent), Jean Rochefort, Bernard Blier et un petit rôle de Brigitte Fossey.
Bertrand Blier reprend l'histoire de 2 potes (Marielle et Rochefort) qui abandonnent leur vie rangée pour partir à la campagne loin des femmes prendre du bon temps et faire de bons repas.
Mais les femmes ne tardent pas à réagir et à se lancer à la poursuite des 2 compères.
C'est un film comme on n'en ferait plus aujourd'hui.
Une claque au féminisme, des dialogues crus et machos, quelques scènes érotiques résument bien ce film.
Un bon Bertrand Blier mais pas le meilleur même s'il vaut la peine d'être redécouvert.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 février 2010
Quand le film est sorti, suite à l'énorme succès des Valseuses le film a beaucoup déçu. Sa misogynie triomphante passait mal. Avec le recul le film a pris des allure de canular et dégage une saveur d'ironie et un bonheur de dialogue rare. Complètement délirant et très abouti dans sa démesure, on peut se féliciter qu'en France on ait pu produire ce genre de film. Avec tous les fonctionnaire qui décident de la production dans les chaînes de TV et ailleurs, ces temps ont définitivement disparus.
Luc Béraud
0Commentaire|15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 avril 2015
bon film des années 70 dialogues crus avec du marielle excellent a ranger a vec comme la lune et les gallettes de pont aven du grand cru!!!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 décembre 2009
Inconditionnel de Bertrand Blier et de la plupart des interprètes du film, je ne m'ennuie pas une seconde. Merci à je ne sais pas qui d'avoir enfin édité ce DVD, ça faisait une trentaine d'années que j'attendais. J'ai vu CALMOS au cinéma à sa sortie ( détail amusant et qui prouve l'intelligence de ce film, un bonne moitié des spectateurs a quitté la salle avant la fin), j'y suis retourné le lendemain en emmenant tous mes aînés.
A part Canal qui l'a diffusé en 1984, il serait bon qu'une chaîne gratuite le diffuse maintenant ( peut-être ARTE ) Ce film mérite une nouvelle évaluation par le public d'aujourd'hui et par celui de l'époque qui a un peu vieilli.
11 commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,43 €
10,07 €
12,49 €
8,79 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)