undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Au cours d'un trajet en voiture, j'ai eu la chance d'écouter à la radio une présentation du travail de John Eliot Gardiner sur les cantates de BACH, illustré par un extrait de la célèbre cantate BWV 147 « Herz und Mund und Tat und Leben » que je m'étais promis d'acquérir : c'est chose faite et je ne suis pas déçu !
Cet album est constitué de 2 CD d'environ 65 minutes, comportant chacun trois cantates, comme toujours remarquablement enregistrées et interprétées.
Il est illustré, comme tous les albums de la série, par un beau portrait photo (ici d'une jeune tibétaine de Shigatze), prise par Steve Mc CURRY, célèbre photographe de l'agence Magnum.
Le CD1, personnellement mon préféré, enregistré à Cologne le 3 décembre 2000, commence par les cantates BWV 61 et 62, qui semblent être deux versions différentes d'une même cantate : je dois avouer ma nette préférence pour la deuxième (principalement pour le superbe solo de la basse Dietrich HENSCHEL). Mais c'est surtout la cantate BWV 36 « Schwingt freudig euch empor » qui termine le CD1 qui vaut, à elle seule, l'achat de ce magnifique album.
Cette cantate de plus de 30 min, que je ne connaissais pas, comporte un moment de grâce incroyable, au cours de l'aria final, quand Joanne LUNN, la soprano, dialogue pendant près de 10 min, avec un violon. C'est d'une beauté à couper le souffle et c'est à mon avis, une des plus belles cantates (sinon la plus belle) de toute la série (j'ai acquis depuis, une quinzaine d'albums sur les vingt-sept sortis ou à sortir).
A côté de cela, le CD2, enregistré à Lünebourg le 10 décembre de la même année, avec une soprano et un alto différents et qui se termine par la célèbre cantate BWV 147, ne procure pas à l'auditeur, malgré sa qualité, l'intensité émotionnelle du précédent.
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Curieux double CD
- déception du second avec un Bach heurté, trop rapide, des chanteurs pas à la hauteur: surtout un Michael Chance épuisé et un Dietrich Henschel chanteur plébéien à la grosse voix haletante ( présent également dans le premier CD )
- par contre grande satisfaction du premier CD: cantates plus interessantes ( BWV 61,62,36 ) ?; équipe de chanteurs partiellement différente dans cette série enregistrée live ( il n'y a cependant qu'une semaine entre les deux enregistrements ). Partout le Monteverdi choir est à la hauteur de son excellente réputation. Le ténor Jan kobow ( parfait dans les 2 grands airs de la BWV 61 et 36 ) renouvelle le souvenir des excellents Equiluz et Pregardien.
Et toujours cette étonnante série de photographies élargissant la portée de cette musique s'il en était besoin.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)