undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,0 sur 5 étoiles
2
3,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Format: DVD|Modifier
Prix:38,92 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 10 janvier 2011
Ce coffret regroupe trois films de Nikita Mikhalkov, personnage adoré pour son talent mais également détesté pour ses idées politiques.
Proche de Poutine, Mikhalkov est président de la société des réalisateurs russes et du Fonds russe de la culture.
Il n'accorderait la plupart des subventions qu'aux personnes proche de lui ou de l'ex président Russe. En mars 2010, sa société de production Trité s'est vu attribuer, avec sept autres triées sur le volet, 80 % des fonds accordés par l'Etat au septième art.
Plusieurs jeunes cinéastes russes,ainsi qu'Alexandre Sokourov, ont décidé de claquer la porte de l'union des cinéastes et de faire une pétition contre les manières totalitaires de Mikhalkov.

Par contre, son cinéma est assez extraordinaire, souvent inspiré par Tchekhov, il aime utiliser de longs plans séquences magnifiques, ses histoires sont touchantes avec des pointes comiques, propre au cinéma d'Europe de l'est.

"Quelques jours de la vie d'Oblomov" est une très belle adaption du Roman de Gontcharov, "Oblomov". Le film s'attarde sur la première partie du livre. C'est l'histoire d'un propriétaire terrien paresseux habitant à St Petersbourg, il passe ses journées vautré sur son canapé.

"Sans témoin" est un magnifique huis-clos. Un homme rends visite à une femme qu'il a aimé et quitté il y a 9 ans. Elle élève seule Dimka, l'enfant qu'il a eu d'une autre femme. Après des évocations nostalgiques et de vaines tentatives de séduction, il opère un dernier chantage pour retrouver celle qu'il a perdue.

"La Parentèle" est un film qui part un peu dans tous les sens mais qui reste néanmoins très cohérent. On passe du drame à la comédie (limite burlesque) en une fraction de seconde. Mais c'est aussi une critique du Moscou des années 80.

Tous les films sont en VO sous-titrés en français et anglais et sont présenté par le critique Pierre Murat.
En bonus on retrouve plusieurs entretiens avec Mikhalkov, son scénariste Alexandre Adabachian, son chef opérateur, son compositeur et l'actrice de "Sans temoin".
33 commentaires| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 mai 2012
à part le barbier de Sibérie, je n'accroche pas avec ce réalisateur slave, dont je ne comprends pas la logique...."Les yeux noirs"...hum! bizarre! un peu déjanté...."soleil trompeur"...ça se termine en queue de poisson...malgré tout de fort belles images, une musique le plus souvent superbe...mais le fil de l'histoire....un peu "déjanté"!...on ne voit pas très bien où il veut en venir...bref, une culture cinématographique qui me reste "étrangère"..
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)