undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles107
4,1 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:20,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

« District 9 » est un OVNI (sic), un film inclassable qui touche à la science-fiction, à l'anticipation, à la satyre politique et au film d'action.

Un vaisseau extra-terrestre s'échoue dans le ciel de Johannesbourg pour des raisons inconnu. Plus d'un million d'aliens obtiennent le statut de réfugiés sur Terre. Ils sont ainsi maintenus pendant vingt ans dans un township, dans un contexte qui rappelle celui de l'apartheid. Le gouvernement, devant le mécontentement de la population devant un nombre si important d' « immigrants » sous-traite à une société privée leur expulsion vers un District 10, situé à 200 km du centre-ville. Wilkus est chargé de conduire cette mission, dans le cadre des conventions international, en faisant respecter un semblant de droit. Même les choses ne se déroulent pas comme prévue, loin s'en faut !

Réalisé avec efficacité, sur un mode semi documentaire (à partir d'un reportage télévisé sur l'histoire de Wilkus), le film dévoile progressivement une réelle profondeur, un véritable suspense et des qualités a priori insoupçonné. Malgré quelques faiblesses dans le scénario, parfois trop prévisible, parfois trop improbables, le film se révèle convaincant, avec, ce qui ne gâche rien, un bonne dose de dérision et d'humour au second degré sur un sujet pourtant très sérieux.
11 commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 octobre 2014
La SF s'est trop souvent cantonnée à des films de vilains extra-terrestres ou de supers héros ces dernières années, et la vision de ce film produit par Peter Jackson m'a remémoré ce qui fait partie de l'ADN de la SF, à savoir une extrapolation et une métaphore de ce qu'est la réalité.
Le démarrage du film sous forme de reportage CNN a de quoi décontenancer tout comme le "héros" benêt au service de l'ONU...non, pardon de la MNU, Nations Unies reconverties en multi-nationale de l'humanitaire (le logo et les blindés sont un hommage appuyé à cette organisation).
Les extra-terrestres sont ici les réfugiés, et tout comme dans la réalité, la misère, le grand banditisme qui gravite autour, et le rejet de la population lambda donnent un côté très réel à cette fiction.
Là où Neil Blonkamp fait très fort, c'est dans l'art de mélanger la satire corrosive avec une ambiance série B, le tout accompagné de scènes d'actions efficaces et ne donnant pas dans la surenchère à la Indépendance Day ou Armaggedon.
Bref, un film qui ravira les fans de SF mais pas que... car la réflexion est présente tout au long du film sans que la morale ne s'invite. La fin ainsi que les nombreuses questions mises de côté laissent penser qu'il y aura une suite, et ça semble plutôt bien parti après un Elysium décevant. Reste à ne pas lasser le spectateur avec ce style Reportage TV qui s'il surpend au départ peut vite ennuyer et rendre le film décousu.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Fiction ou documentaire?

Blanc bonnet ou pas, Neil Blomkamp nous largue une bombe comme c'est pas fréquent d'en voir. Si McTiernan avait réussit à faire une long métrage filmé comme un documentaire avec "Une Journée en enfer", sa relève est assurée. District 9 est le premier film a réussir une telle alchimie des genres. Entre vrai/faux docu sur un homme pas forcément sympathique, et fiction de SF basé sur l'Histoire (en Afrique du Sud, avec l'Apartheid et son District 6 (quartier "blanc" du Cap, dynamique et économiquement fort fondé en 1966, un quartier dont les non-blancs ont été expulsé, et raser en 1996), le film trouve un équilibre impressionnant. Surtout que ce film a été tourné en Afrique du Sud.

En débutant sur un ton volontairement explicatif documentaire, avec interview à l'appui, le spectateur est immergé instantanément. Les scènes se suivent sans temps mort jusqu'à la fin, entraînant et faisant subir les pires horreur à un homme qui n'a rien demandé de ce qui lui arrive. Le film est très manichéen, et pourtant, son approche réaliste rend certaines scènes glaçantes de réalisme. Neil Blomkamp réussit à donner à son film une empreinte documentaire qui sait prendre du recul pour éviter les effets grand-guignol. Le besoin de réalisme a poussé le réalisateur à aller tourner dans un bidonville. Jusqu'à une conclusion qui laisse un goût formidablement amer. Entre une histoire simple et percutante, évocatrice en diable, une réalisation exceptionnelle (attention, la caméra porté est omniprésente, ceux qui déteste ça auront mal au crâne), des effets spéciaux qui n'ont rien à envier aux blockbuster estivaux (mais alors RIEN), District 9 se pose là, comme un film appelé à devenir culte. Et dire qu'il n'a coûté que 35 millions de dollars (5 fois moins que Transformers...) et que c'est mieux fait.

Rappelons que Neil Blomkamp était pressenti pour faire l'adaptation de Halo au cinéma. Il y a des studios qui vont regretter'

J'espère que les DVD et bluRay nous apporterons des vrais documentaires intéressants.
0Commentaire|54 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 janvier 2013
Le scénario de ce film est brillant. Des extra terrestres insectoïdes sont tombés en panne au dessus de Johannesburg il y a 20 ans. De nouvelle du siècle, ils sont devenus une épine dans le pied de l'Afrique du Sud et de l'organisation internationale qui gère leur présence. Car depuis leur arrivée (sur laquelle on n'aura jamais d'explication), il ne s'est rien produit de passionant et les "crevettes" sont passées du statut prestigieux d'alien à celui moins clinquant de naufragés de l'espace, voire de parasites. Ils vivent désormais dans un bidonville, le district 9, à l'ombre d'un immense vaisseau spatial qu'ils sont dans l'incapacité de faire fonctionner. Inutiles, sales, détestés de tous, ils subissent dans l'indifférence générale un traitement... inhumain.
Le héros du film, Wikus van der Merwe, est le sujet d'un reportage télé au moment où débute l'histoire. (Seul point négatif du film, le côté caméra à l'épaule est un peu lassant, même si sur la fin elle est moins présente). Petit fonctionnaire pusillanime sans envergure, raciste et bête, il est nommé à la tête d'une opération qui vise à exproprier les "crevettes" de leur bidonville pour les parquer dans un nouveau camp...
Pour lui, ce qui était une promotion va tourner au cauchemar, sous les yeux des caméras du reportage. Le sentiment de décalage procuré par ce documentaire très prosaïque qui filme des aliens comme de simples réfugiés est très réussi. On s'habitue à tout !

Avant de monter sur mes grands chevaux et vous assener une phrase comme : "ce film est l'illustration brillante du racisme ordinaire, il nous montre la nature humaine sous son plus mauvais jour avec une profondeur sidérante de vérité", il faut d'abord dire que ce film est une comédie de science fiction. Et pour peu que vous preniez le film dans le sens du poil (ou plutôt de la poilade) vous allez passer un moment hilarant. Car s'il peut être vu au premier degré (pas par des trop jeunes, c'est tout de même un peu gore) c'est évidement un film à message, et quel message ! Il va de soi que le fait d'avoir situé le script en Afrique du Sud est tout sauf un hasard, et le film fait d'ailleurs écho à l'évacuation d'un "district 6" de sinistre mémoire. Mais le film va bien au delà de la référence à l'Apartheid, il cible toutes les ignominies inventées par l'homme, sans oublier l'oppression administrative en illustrant le côté ordinaire des petits fonctionnaires mettant en oeuvre benoîtement des lois ignobles.
J'ai trouvé les acteurs formidables, Sharlto Copley en tête, j'ai rarement vu un acteur aussi bon. Son personnage d'imbécile, de fat, de scribouillard minuscule pourtant éperdument amoureux de sa femme est vraiment exceptionnel de justesse. Rares sont les rôles dans lesquels le héros malgré lui parvient à susciter consécutivement le mépris, le dégout, la pitié et enfin l'admiration, sans oublier de nous faire bien rigoler.
Certes, le film cède à des ressorts plutôt facile et la fin ressemble à un film d'action classique. Mais la jolie conclusion, cruelle et poétique, illustre bien la qualité globale de ce film pas comme les autres. Des rumeurs ont couru sur une suite hypothétique (District 10) mais pour le moment il semblerait que Neill Blomkamp s'occupe d'autre chose, comme Elysium qui va sortir en 2013.

Un de mes films de SF préférés de ces dernières années.
77 commentaires|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 août 2013
Je viens de visionner ce film et je dois dire qu'il a réussi à me scotcher. C'est un des meilleurs films de SF que j'ai pu voir ces dernières années : c'est un mélange de réalisme et d'inventions époustouflantes.

Je vous le recommande chaudement.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 22 janvier 2014
J'en sors à l'instant. Pas mal d'aprioris au début sur cette grosse production mais infondés car le résultat est surprenant. Une story à l'envers, des humains offensifs et des aliens captifs, ça bouscule les passifs en la matière. Ce film est singulier dans le genre SF, sans volonté de jeu de mot, c'est un pure ovni. Par ailleurs, l'anti héros est volontairement présenté comme un benêt vitaminé carriériste, ce qui contraste également avec le protocole. Il va devenir le sacrifié, le mutant sauveur de la communauté des crevettes malgré lui. Le doublage en français n'est par contre pas à la hauteur et une version en VO est préférable.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 février 2014
Je sais plus où je l'ai pêché celui là mais c'est un grand film de S.F., rien à voir avec "Elysium" dont le scénar était prévisible et connu, très bon moment pourtant.
Non, ce qui m'enquiquine c'est encore une fois la notation "tous publics", alors que nos voisins le classent -16, la France décide que nos chères têtes blondes n'ont rien à craindre de cette histoire très violente et compliquée; à croire que les censures de l'hexagone ne s'appliquent qu'aux films de fesses (c'est pourtant moins dangereux qu'une balle en pleine tronche).
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Tout le monde connait le jeune réalisateur Blomkamp ... indirectement.

La voiture de marque française qui se transforme en robot et danse le moonwalk, c'est lui.

Ce que l'on sait moins, ce sont les origines sud africaines du réalisateur. Et tout naturellement, c'est dans ses contrées familières qu'il pose la toile de fond d'une parabole de science fiction pour le moins originale et culottée.

Réussite technique à bien des égards, District 9 repose sur une trame classique mais remet au gout du jour la science fiction celle qui nous interroge mais reste caustique, profonde et ludique.

A voir en VO pour savourer l'accent Sud Africain.
0Commentaire|37 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Il y a de véritables bonnes idées au niveau de la réalisation, le rapport entre les humains et les aliens est intéressant, le réalisme est bien rendu pour un film de science fiction.
J'ai passé un bon moment de cinéma dans l'ensemble avec un petit bémol au niveau du scénario auquel on s'attend forcément et qui manque donc un peu d'originalité.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 octobre 2009
Je ne reviens pas sur le scénario et sur la façon dont le film est monté, tout a déjà été dit, mais je me joint aux voix des internautes précédents pour dire à quel point ce film est réussi. District 9 est une oeuvre intelligente, qui ne verse jamais dans le manichéisme ou la gratuité et qui offre en plus une bonne dose de suspense et d'action. Je pense qu'un cap a été franchi.
0Commentaire|40 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus