Commentaires en ligne


4 évaluations
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 JEFFREY LEE PIERCE (1958-1996)
Non, "We Are Only Riders" n'est pas une compilation du légendaire chanteur du Gun Club, le regretté Jeffrey Lee Pierce, mais un album en forme d'hommage de différents artistes qui ont côtoyé ou admiré le chanteur décédé dans l'indifférence quasi générale, le dimanche 31 mars 1996 à...
Publié le 21 janvier 2010 par PHILOU

versus
9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Ressusciter JLP
Non, We're only riders n'est pas un de ces "tribute albums" pénibles, sur lesquels une foule d'artistes viennent "rendre hommage" à un des leurs en massacrant ses refrains les plus connus. Ce qui fait l'intérêt du projet, c'est bien - outre les intervenants - le fait de découvrir des morceaux de Jeffrey Lee Pierce, non seulement inédits,...
Publié le 26 mars 2010 par John Hardy


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 JEFFREY LEE PIERCE (1958-1996), 21 janvier 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Jeffrey Lee Pierce Sessions Project : We Are Only Riders (CD)
Non, "We Are Only Riders" n'est pas une compilation du légendaire chanteur du Gun Club, le regretté Jeffrey Lee Pierce, mais un album en forme d'hommage de différents artistes qui ont côtoyé ou admiré le chanteur décédé dans l'indifférence quasi générale, le dimanche 31 mars 1996 à l'hopital de Salt lake City (USA).
C'est Cypress Grove, le guitariste londonien, qui l'accompagnait en 1992 sur son magnifique album de Blues, "Ramblin' Jeffrey Lee & Cypress Grove With Willie Love", qui a eu l'idée du projet en trouvant une cassette de maquettes enregistrées par Jeffrey pendant l'enregistrement du disque.
Pour être à la hauteur des incantations du leader torturé et halluciné du Gun Club, "L'un des plus grands chanteurs de blues de tous les temps" selon le cinéaste Wim Wenders, Cypress Grove convoque les héritiers de JLP, des musiciens capables de s'investir le plus dignement possible dans son répertoire musical et son univers délabré.
Finalement, c'est Nick Cave, Debbie Harry, Mark Lanegan, Lydia Lunch, David Eugene Edwards, Mick Harvey, The Raveonettes, The Sadies, Johnny Dowd, Crippled Black Phoenix et bien sur Cypress Grove qui ressuscitent tout au long des 16 chansons de l'album (15 inédits), le fantôme de Jeffrey Lee Pierce, qui hante pour l'éternité les territoires perdus du Punk Blues Urbain et de la Country Crépusculaire du Bayou.

Retrouvez ce commentaire et bien d'autres sur : ledeblocnot.blogspot.com
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Ressusciter JLP, 26 mars 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Jeffrey Lee Pierce Sessions Project : We Are Only Riders (CD)
Non, We're only riders n'est pas un de ces "tribute albums" pénibles, sur lesquels une foule d'artistes viennent "rendre hommage" à un des leurs en massacrant ses refrains les plus connus. Ce qui fait l'intérêt du projet, c'est bien - outre les intervenants - le fait de découvrir des morceaux de Jeffrey Lee Pierce, non seulement inédits, mais inachevés, jamais enregistrés en studio.

Pour ce faire, Cypress Grove a réuni des proches de Jeffrey, amis, collaborateurs (et même Kid Congo Powers qui met ses guitares un peu partout), aussi bien que ses "héritiers". Le parti pris, donner vie à ses derniers morceaux, est assumé jusqu'au bout : trois d'entre eux sont proposés en trois versions différentes. Manière de montrer que la musique de Jeffrey était riche et susceptible de diverses approches ; manière aussi de permettre à l'auditeur, en les confrontant, d'en extraire la substance propre. Démarche intéressante et originale, mais qui a ses limites.

Rapidement, on s'attache à ces trois morceaux superbes et on oublie les autres ; rapidement, certaines versions se révèlent largement au-dessus des autres. Le "Ramblin' Mind" par Nick Cave qui ouvre le disque est tout simplement extraordinaire ; Mark Lanegan, les Raveonettes et Cypress Grove livrent de très belles versions. A côté, Lydia Lunch ou Johnny Dowd ne convainquent pas. L'ensemble est cruellement inégal.

Reste néanmoins que les objectifs sont atteints : rendre hommage au chanteur de Gun Club encore si méconnu, et ajouter dans le juke-box mental des fans quelques morceaux inoubliales. Rien que pour ça, il faut acheter ce disque.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Reprise d'inédits de Jeffrey Lee Pierce, 21 février 2011
Par 
KRIK "Last night a DJ saved my life" (Tulle, Corrèze (19)) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Jeffrey Lee Pierce Sessions Project : We Are Only Riders (CD)
Historique : Cypress Grove découvre une cassette de démos enregistrées par Jeffrey Lee Pierce, leader décédé du groupe The Gun Club. Trop dégradée, cette bande est inutilisable. Cypress Grove propose donc à des artistes proches de l'univers de Pierce de reprendre ces morceaux. Ce disque en est le résultat, et une sorte d'hommage.

Fiche technique : Sont présents David Eugene Edwards, Nick Cave, Lydia Lunch, Mick Harvey, The Raveonettes, Mark Lanegan & Isobel Campbell, The Sadies, Crippled Black Phoenix, Cypress Grove, Johnny Dowd et Debbie Harry. Certains interprètent ces morceaux en duo. Et plusieurs morceaux sont présents sous différentes interprétations.

Appréciation : David Eugene Edwards s'en sort parfaitement bien avec "Ramblin' mind", de même qu'en duo sur "Just like a mexican love" ; il est vrai qu'il est dans son registre habituel, Sixteen Horsepower (dont il était le leader) s'inscrivant dans l'héritage du Gun Club. Avec le même morceau "Ramblin' mind" (excellent, ça aide), Nick Cave fait merveille également. Parmi les très belles réussites, citons The Sadies, ainsi que The Raveonettes conciliant bien leur tendance aux guitares noisy et l'univers de Pierce. D'autres s'en sortent bien, mais il faut reconnaître qu'un certain nombre de morceaux n'ont guère d'intérêt, s'avérant même parfois déplaisants (certains accents country, trop de lourdeur, cabotinage). Donc, dans l'ensemble, mon impression reste mitigée.

(Krik, amazon.fr, 21/02/11)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Premier, 30 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Jeffrey Lee Pierce Sessions Project: We Are Only Riders (Album vinyle)
Ceci est le résultat d'enregistrement de Jeffrey Lee Pierce (surement inexploitable) repris par des artistes incontournable.
La question qui me turlupine "Qu'est ce que ça aurait donné si le Gun Club avait enregistré réellement ces morceaux ?"
Quel gâchis, parti trop tôt.
Mais d'un autre côté cela prouve ces talent de compositeur, l'album tient vraiment la route.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit