undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

3,4 sur 5 étoiles9
3,4 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:13,63 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

gamma ray avait commencé sa carrière très fort: pour ne pas se retrouver catalogué helloween bis, kai hansen a su se démarquer de son ex groupe en expérimentant en mâtinant son heavy metal d'influences diverses et variées. bref, avec ses trois premiers albums, gamma ray se forge son propre style.
ces albums, riches en couleurs musicales m'ont longtemps scotché et c'est encore le cas aujourd'hui: rien qu'à regarder les pochettes de mes vieux vinyles, je suis déjà transporté ailleurs avec la puissance d'évocation de ces disques! bon, ok! ces albums ont bercé mon adolescence, ça aide aussi!
land of the free, premier du nom, fut une transition entre le gamma ray des débuts avec ralph scheepers au chant, et le gamma ray new look avec kai hansen au retour derrière le micro. land of the free voit aussi gamma ray se recentrer sur le heavy pur et dur (mais toujours mélodique)et délaisser les expérimentations. s'ensuivent deux albums vraiment bien foutus, somewhere out in space et powerplant. là encore, je trippe sévère avec ces albums là:
nous pouvons jusque là parler d'un parcours sans faute, ce qui va changer dès new world order, un album sur lequel kai hansen louche ostensiblement vers les cadors que sont judas priest, iron maiden ou encore accept. manque d'inspiration? hommage déguisé? quoi qu'il en soit il aura fallu attendre quatre ans avant d'avoir un majestic sur lequel gamma ray se renouvelle quelque peu en proposant une musique plus sombre bien que toujours de facture mélodique.
et puis vint land of the free deuxième du nom, et là, je ne peux m'empêcher de constater que non seulement gamma ray ne se renouvelle pas (ne veut pas ou ne peut pas?) et louche à nouveau sur ses aînés mais en plus plagie ses propres morceaux au risque de tomber dans l'auto-parodie!
et ce n'est pas ce to the metal qui remet le groupe sur les rails. ce disque, pas mauvais pour autant, est juste prévisible, gamma ray capitalisant sur ses acquis et se reposant sur son indéniable savoir-faire. dommage qu'il n'y ai plus la petite étincelle...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 7 février 2010
Depuis quelques albums, Gamma Ray évolue dans un nouveau concept : le recyclage.
En effet, Mr Hansen et ses comparses collent dans leurs compos des riffs et des mélodies piqués à Maiden, Accept, Black Sabbath, Judas Priest ou même Helloween, l'ex-groupe de Kai Hansen. Ce qui fait qu'il recycle même ses propres riffs ("Time to Live" = "I Want Out").

Cette année, c'est Judas Priest qui est à l'honneur puisque c'est tout le titre "To the metal" qui a été fortement inspiré par le "Metal Gods" des britanniques. Pour fêter dignement les 30 ans de British Steel, peut-être...
Certains recyclages sont composites comme "Shine forever", mélange Judas (encore) et un vieux titre de Gamma Ray. L'intro de "Mother Angel" sent l'intro d'Accept à plein nez... Mais, prenons les choses du bon côté, ça peut devenir un jeu : écoutez l'album et retrouvez d'où proviennent toutes les idées. Attention, il y a des pièges...
Bon, blague à part, maintenant, c'est vrai que c'est très bien fait. On est tout à fait dans la continuité des albums précédents et donc, ceux qui les ont appréciés ne seront pas déçus. Certains le trouveront peut-être même meilleur que les dernières livraisons du groupe (l'effet nouvel album).
Il y a heureusement des titres plus originaux qui envoient bien ("Rise" ou "All you need to know", dans lequel on retrouve avec grand plaisir la voix de Michael "je ne ferai plus jamais un album de Metal" Kiske). Enfin, quand je dis originaux, ça reste complètement du Gamma Ray mais on n'a pas l'impression d'avoir déjà entendu quelques passages ailleurs. Les titres passent très bien, Gamma Ray a assurément suffisamment d'expérience pour ne pas rendre un album ennuyeux.
C'est pourquoi je mets tout de même 4 étoiles. Mais cette étoile qui manque, c'est peut-être celle qui fait la différence entre l'album qu'on réécoute avec autant de plaisir pendant des années et celui dont on va petit à petit se lasser.

Néanmoins, je commence sérieusement à me poser des questions sur la créativité de ce groupe. A quand un album entièrement fait de riffs piqués ailleurs ?
Devant une concurrence de plus en plus rude (au niveau du Metal au sens large), le père Hansen devrait se méfier de ne pas tomber rapidement dans la parodie. Ce serait vraiment dommage car j'aime beaucoup Gamma Ray et son leader, personnage sympathique et icône de la scène Metal depuis plus de 20 ans.
55 commentaires|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 mars 2013
Aujourd hui je vais vous presenter la recette du gamma ray ,prenez un grand plat et vous mettez 40 pour 100 de judas priest 25 d iron maiden 15 d accept 5 de manowar 5 de black sabbath 5 de queen et pour finir 5 d helloween mixer et melanger bien faite cuire 1 heure a 140 degrés un peut de sel pas trop de poivre et c est partie un bon cotes du rhone pour accompagner, attention quand méme a l indigestion.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 juillet 2014
KAi HAnsen nous a habitué a bcp mieux...la on tombe vite dans la monotonie, on sent le manque le manque d'inspiration générale...quelques morceaux tire leur épingle du jeu tout de même dont Rise...par contre, il faudrait que le groupe arrête d'inviter Mickael KISKE (titre "all you need to know") pour faire croire à la recomposition d'un titre d'Helloween période "Keeper" car on tombe plutôt la dans la période "Chaméléon", les connaisseurs comprendront...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 janvier 2010
Ha je m'étais préparé à le défoncer cet album ! Il faut dire qu'après l'écouté en avant-première de la bouse intergalactique du morceau titre "To the metal", il y avait de quoi.
Un titre repompé sur Metal Gods, avec des textes à la Manowar : ça la foutait mal pour un album qui se voulait celui de renouveau et de l'inspiration retrouvée !
Une bonne grosse bouse donc, bien ridicule, bien bas de plafond comme l'affectionne un peu plus Gamma Ray au fil des albums. Elle semblait bien loin la classe et la majesté de Land of the Free ou de Insanity and Genius...

He ben pas si loin que ça finalement ! On s'attendait au pire après les nauséabonds/dispensable/inutiles New World order, Majestic et Land of the Free 2 ; le pire a justement été évité, et même plus que ça !

Bon attention, bien sûr Gamma Ray comme tous les grands groupes est un ex-grand groupe. Comprendre : ses meilleurs albums sont derrière eux, et c'est comme ça, jamais ils ne resortiront de chef d'oeuvre capables de rivaliser avec leurs classiques.
Le meilleur à faire dans ce cas là, c'est de retrousser ses manches et de faire de son mieux pour tenter de se rapprocher de son ex-statut.

Gamma Ray l'a fait indéniablement. Je n'y croyais pas, mais si.
- Première réussite : les teutons se souviennent que GR, c'est un groupe de speed ! L'album est globalement véloce, même si on en parle pas de Ride the Sky non plus. Cinq, voire six titres rapides sur 10, ça fait du bien.
dès le début 3 chansons qui avancent bien s'enchainent.
- Deuxième réussite : arrêter (enfin réduire) les refrains "fête de la bière". Le metal c'est méchant. Quand c'est pas méchant, ça doit être classe et épique.
- Troisième réussite : BEAUCOUP moins de fautes de gouts et de Manowareries que pour les dernières offrandes. On retrouve même parfois le souffle épique d'un land of the free, des ambiances un peu magiques et classieuses.
- Quatrième réussite : Michael Kiske. Non ok je déconne, mais même s'il ne chante qu'un refrain (pas mémorable du tout d'ailleurs), c'est quand même sympa sympa de l'entrendre, qui plus est sur une bonne chanson (indépendamment du refrain) avec du vrai metal dedans.

Bon alors bien sur, il y a la ballade lourdaude (no need to cry) ou les allemands (en général, pas seulement GR) se plantent dans les grandes largeurs, malgré les expérimentations intéressantes. Il y a aussi le single pourri (To the metal sus-mentionné plus haut), et quelques mélodies/arrangements/synthés douteux.
L'album n'échappe pas non plus à l'ombre de Judas Priest et même d'Helloween (l'intro de Deadlands semble calquée sur Sole Survivor !)

Mais l'impression globale est très positive.
Faute de concurrence, c'est le meilleur Gamma Ray depuis Powerplant, et intrinsèquement un album de qualité que je n'attendais pas, mais alors pas du tout de la part d'un Kai que je pensais vidé de toute créativité depuis bien logntemps !

Haiiiiiil to the metaaaaal....ah non j'y arrive pas là quand même !
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 février 2010
Avec une chanson éponyme aussi mauvaise, nous pouvions craindre le pire pour ce nouvel opus de Gamma Ray : un refrain d'une lourdeur sans nom, une véritable parodie de Manowar, en résumé une grosse faute de goût !
Heureusement tout le reste de l'album est bien meilleur et dépasse même la moyenne des dernières compositions du groupe. On fera l'impasse sur la dernière piste, la traditionnelle ballade qui plombe un peu le sentiment positif qui ressort à l'écoute de l'album. Alors bien sûr, rien de bien original au niveau des riffs et des refrains toujours très chantants et joyeux, Gamma Ray ne propose rien de nouveau, mais les morceaux sont bons et efficaces.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 février 2010
Après le moyen Majestic, le plutôt pas mal du tout Land of the free 2, voilà donc To the metal.

10 titres pour 48 minutes de musique; et là force est de constater que Gamma Ray nous revient en forme. Des rythmiques bien speed, des relents de power métal, un chant impeccable, et des riffs de guitare bien lourds.

Bizarrement, le titre éponyme est sans aucun doute l'un des moins bons de l'album avec un refrain assez pénible ('hail to the metal'). La dernière chanson de l'album 'No need to cry', typée ballade, n'est pas non plus indispensable.

On retiendra aussi quelques sonorités façon Iron Maiden déjà entendues sur Land of the free 2 (il suffit d'écouter l'intro de Rise (titre 5).

On reconnaitra aussi des influences happy métal façon Freedom Call (on chante tous en choeur le refrain façon hymne); il suffit d'entendre Shine Forever (titre 7) ou encore Rise par exemple (titre 5) pour s'en convaincre. Mais on ne sera qu'à moitié surpris étant donné que le batteur Dan Zimmermann officie dans les 2 groupes.

En terme d'efficacité, on retiendra surtout le premier titre Empathy, qui commence doucement pour partir dans une rythmique métal très réussie. Le 2ème titre All you need to know est lui aussi, très efficace tout comme le 8 et 9 ème (Deadlands et Chasing Shadows).

Le dvd fourni avec l'édition dite 'limitée' est plutôt intéressant, mais pas non plus trancendant; 1h30 durant lesquelles les membres du groupe interviennent pour nous expliquer le making of de l'album. On voit quelques séances d'enregistrement, de mixage dans leur studio; honnêtement tout n'est pas super intéressant mais c'est quand même pas mal d'avoir pensé à le proposer pour les fans. Rajoutons à cela 30 minutes d'interview de Kai Hansen (dont certaines parties sont d'ailleurs reprises dans le reportage du making of).
On remarquera aussi le soin apporté aux menus du dvd, sympathiques, et au fait d'avoir bien chapitré le long making of de 1h30.

Au final, si le groupe ne signe clairement pas son meilleur album, To the metal reste néanmoins un très bon retour en force de Gamma Ray.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 mars 2011
Après 3 albums froidement reçus par les fans et la presse, Gamma Ray revient avec un album de qualité.
On reste cependant en dessous d'un "land of the free" ou d'un "powerplant", mais "to the metal" s'écoute avec un plaisir certain, et c'est déja pas si mal.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 janvier 2013
Reçu le 24 Décembre !
Destiné à être offert donc difficile à évaluer !
Néanmoins, ce CD semble satisfaire la personne qui l'a reçu.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

18,69 €
18,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)