Commentaires en ligne


35 évaluations
5 étoiles:
 (11)
4 étoiles:
 (7)
3 étoiles:
 (8)
2 étoiles:
 (4)
1 étoiles:
 (5)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 le crime pour seul horizon
Oubliez "Le Parrain", "Les Affranchis" et "Les Soprano"! Ici, on est au plus près de la réalité mafieuse, ou plutôt camorriste, dans les barres HLM et les rues de Naples, là où la vie ne tient qu'à un fil, et encore pas bien solide. "Gomorra", c'est l'histoire d'une ville gangrenée par le monstre qu'elle a engendré,...
Publié le 3 août 2009 par Gwen

versus
10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Ni une oeuvre, ni un film, ni un documentaire...
Je ne m'attarderai pas longtemps sur ce qui semble être une pale contrefaçon d'un tournage en zone trouble, sale, misérable et hors du temps.
Des quartiers insalubres où règnent une délinquance omniprésente (mais identique à celle de nos quartiers sensibles) sont filmés sur le vif mais sans réels histoire ni...
Publié le 27 janvier 2010 par David Hammer


‹ Précédent | 1 2 3 4 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 le crime pour seul horizon, 3 août 2009
Par 
Gwen - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (COMMENTATEUR N° 1)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gomorra [Édition Collector] (DVD)
Oubliez "Le Parrain", "Les Affranchis" et "Les Soprano"! Ici, on est au plus près de la réalité mafieuse, ou plutôt camorriste, dans les barres HLM et les rues de Naples, là où la vie ne tient qu'à un fil, et encore pas bien solide. "Gomorra", c'est l'histoire d'une ville gangrenée par le monstre qu'elle a engendré, un monstre qui n'épargne personne, même pas les femmes ou les enfants. Un monstre sans visage, sans scrupules, sans limites, qui ne connaît qu'un langage, celui de l'argent, et qu'une loi, celle des kalashnikovs. Plusieurs histoires s'entremêlent ici, et chacune développe sa petit musique, un peu comme les thèmes d'une symphonie se croisent et se recroisent, mais toutes dégagent la même impression de désespoir et de nihilisme. Un vrai coup de poing dans l'estomac!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Ni une oeuvre, ni un film, ni un documentaire..., 27 janvier 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gomorra [Édition Collector] (DVD)
Je ne m'attarderai pas longtemps sur ce qui semble être une pale contrefaçon d'un tournage en zone trouble, sale, misérable et hors du temps.
Des quartiers insalubres où règnent une délinquance omniprésente (mais identique à celle de nos quartiers sensibles) sont filmés sur le vif mais sans réels histoire ni dialogues. Le triste quotidien des gosses et des familles de la banlieue napolitaine.. les descentes énigmatiques des carabiniers, les deals, les règlements de compte avec la Camorra en filigrane mais jamais rien de spectaculaire- chaque minute me laisse sur ma faim.
En résumé, pour tous les amateurs du "Milieu", de détails croustillants, d'une plongée en eaux profondes au sein de la pègre et de ses multiples visages et activités- je vous conseille chaudement de LIRE l'oeuvre "GOMORRA" de Roberto Saviano.
Dommage que ce DVD vienne ternir cet ouvrage hallucinant de précisions!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


14 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 la mafia, la vrai, 25 mai 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gomorra [Édition Collector] (DVD)
Si vous attendez un film de gangsters à la sauce Scorsese, Tarantino ou Brian De Palma, passez votre chemin. Gomorra nous révèle le véritable visage de la mafia. Aucun romantisme, pas de violence esthétisante. La mafia est une machine à broyer les gens. Elle salit tout, les relations de voisinage, la confiance dans notre système démocratique. Non, les mafieux n'ont aucun panache, tant pis pour ceux qu'ils faisaient rêver.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 l'anti-parrain. Description d'un système TOTAL de corruption, 6 avril 2009
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gomorra [Édition Collector] (DVD)
Il aura fallu 30 ans pour que l'anti-parrain voit le jour au cinéma.

Ce film décrit le fonctionnement d'un système de corruption et de terreur est remarquable et loin de l'image médiatique des maffieux bien que le côté terreur rappelle certains personnages de Scorcese (Goodfellas,mais sans le glamour hollywoodien). Si Françis Ford Coppola associait la famille maffieuse à l'Histoire de de la famille américaine, le cinéaste montre avec un aspect naturaliste et documentaire cette machine à broyer que constitue le système maffieux sur les familles et les individus. Le système met en place des rôles (chef local, entrepreneur véreux, collecteur et distributeur de fond, petites frappes)avec au bout de l'histoire des faits-tragiques que l'on peut lire dans la presse (mort, destin brisé, corruption, ..)

Nous suivons des trajectoires individuelles et nous découvrons les liens qu'elles peuvent entretenir avec les maffias, car ce que montre le film c'est bien le côté pluriel de cette machine à broyer.

Trajectoire 1: 2 jeunes en marge du système. braqueurs et voleurs d'armes qui appartiennent à la maffia locale. Malgré leurs esprits rebelles, la maffia essaie de les canaliser. Sans succès : sentence mort.

Trajectoire 2: un entrepreneur maffieux à la conquête du marché de recyclage des dossiers toxiques. son avantage vis à vis de ces concurrents: ne respecte pas l'environnement ni ses employés.dégat, pollution à la clé.

Trajectoire 3: un tailleur au service d'un entrepreneur maffieux. fait des journées supplémentaires chez un concurrent chinois. Sentence : mort du concurrent chinois mais le tailleur au vu de sa compétence peut re-intégrer les rangs. il quitte son job et devient camionneur

Je ne vais pas décrire toutes les histoires du film mais je ne peux que encore une fois que le recommander.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Bonne qualité mais..., 11 mai 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gomorra [Blu-ray] (Blu-ray)
Outre la qualité vidéo du BD qui est présente, le film si on peut l'appeler comme cela est déconcertant.
En effet, il est très réaliste tant sur les sujets traités qui sont tous réels à Naples que sur la réalisation très "reportage" qui renforce ce soucis de réalisme.
Mais car il y a un gros mais, il n'y a pas de fils conducteur, que des anecdotes qui s'entrecoupent sans liens et sans grand intérêt au final, on ne voit pas vraiment la gestion et l'organisation de cette mafia et pire encore, un des chefs n'est pas crédible en tant que tel, mal rasé et surtout mal habillé etc... Pas vraiment représentatif de mafia italienne, plutôt de briscard braqueur de fourgons.
En définitive l'interview de l'auteur( car il s'agit d'un livre a la base) est plus interressante que le film lui même.
Donc 2 étoiles par principe de réalisme conceptuel.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Vaste sujet...on ne dirait pas comme ça..., 9 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gomorra [Édition Collector] (DVD)
Déjà sur le sujet en général, si vous ne connaissez pas le problème, vous regardez le film et vous vous dites Naples c'est pire que Beyrouth !!! Et en plus ils sont trop cons de polluer leur propres terrains agricoles.

Lisez d'abord le livre, ensuite vous regarderez le film.

Le fin du fin, c'est de se rendre sur place. Très con à dire mais essayé et vous ne serez pas déçu. Faites vous la côte amalfitaine.

Sinon, dans l'immédiat, l'idéal c'est encore de regarder quelques reportages (et pas ceux du JT...Arte et des Racines et des ailes sur France 3 en ont fait des très bons) et autres articles car ce film c'est trop de condensé d'un coup pour encore une fois quelqu'un qui ne connait pas le problème et qui essaie de le ramener au Parrain de Coppola...rien à voir.

Pour bien comprendre la différence, c'est comme cet épisode des Sopranos où Tony part à Naples avec son équipe et qu'un gamin se fait taper pour des feux d'artifices...lui-même comprend que s'ils ont les mêmes origines, la Campagnie, ce qu'il se passe à Naples n'est pas la même chose de ce qu'il se passe aux US et dans le Parrain.

Pour mon avis sur le film uniquement, j'ai adoré le passage où l'on entend chanter Gigi d'Alessio (giusto o sbagliato) mais malheureusement, et c'est mon regret, il n'y a pas assez de chansons napolitaines (pas les vieilles avec mandolines hein !!! je parle des chanteurs récents comme Gigi d'Alessio) alors que ça transpire dans le livre et dans la ville quand on s'y promène.
En plus, par quartiers il y a un certain accent en napolitain...et oui c'est spécial...le réalisateur aurait pu leur demander de faire l'effort de parler avec un napolitain audible et compréhensible par tous car ici il est très marqué des lieux où se tournent les scènes. Dans l'immédiat ça colle à la réalité, maintenant si même un autre napolitain est obligé de regarder les sous-titres (!) ça devient galère (!).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Est-ce ainsi que les hommes vivent?, 7 mars 2009
Par 
LD (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 10 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gomorra [Blu-ray] (Blu-ray)
C'est la question que l'on peut se poser à la vision de Gomorra. Bien sûr, c'est une question passe-partout si l'on veut, que l'on pourrait se poser devant bien des films. Mais on ne peut s'empêcher de voir Gomorra comme une oeuvre plus lestée de réel que d'autres. On sait ce qui menace l'écrivain Roberto Saviano, auteur de l'enquête d'anthologie éponyme (qui a participé à l'élaboration d'un scénario qui ne retient que quelques histoires de son gros ouvrage et les entrelace tout au long du film). On sait également que le film a été tourné non loin du coeur de la gangrène maffieuse, plus ou moins avec la bénédiction des "autorités" du cru, les populations locales donnant leur avis sur la véracité de ce qu'ils voyaient représenté, les acteurs professionnels se mêlant aux habitants de la cité. Le résultat est souvent criant de vérité. Pour autant, Gomorra est pleinement une oeuvre scénarisée (de façon très serrée, d'ailleurs), extrêmement tendue. Distinction de moins en moins opérante dans un cinéma contemporain de plus en plus hybride, la vieille dichotomie entre cinéma documentaire et cinéma de fiction ne peut ici avoir cours. Le film est évidemment documenté, montre un certain nombre de phénomènes et d'événements qui sont parfaitement connus ou qui ont été révélés par Saviano. Mais les scénaristes et le réalisateur ont donné une forme cinématographique à cette matière documentée qui se veut au plus près du réel, ce dont attestent aussi bien la façon de filmer que de travailler le son, qui vont de l'effet de réel (typiquement, la caméra à l'épaule) au très élaboré (par exemple, le jeu sur le son à plusieurs reprises). Autrement dit, Gomorra choisit, très intelligemment, de ne pas choisir entre le réel et la fiction, tout simplement parce qu'il ne cherche pas simplement à montrer le réel - ce qui est de toute façon impossible, voire vain - mais à lui donner une forme, qui n'oublie pas d'être spectaculaire, au meilleur sens du terme. On a beaucoup dit que Gomorra contribuait à aller contre la vision romantique de la maffia, qu'il était un anti-Parrain. C'est évidemment vrai - on s'intéresse aux petits et aux intermédiaires, et l'on montre les ravages du système et de ce qu'il produit sur les uns et les autres, ainsi que le milieu pathogène qu'il a contribué à créer ou à entretenir. On lui a en revanche reproché de ne pas montrer les gros poissons, les parrains et les politiques avec qui ils sont de mèche. Etait-ce vraiment la peine? C'est ce que le cinéma a montré déjà tant et plus, jusqu'au cliché, et Gomorra se distingue par cette attention qu'il porte aux rouages d'un système que personne ne semble contrôler mais qui semble susceptible de broyer tout le monde. C'est sans doute ce qu'il fallait démontrer, que la machine se nourrit toute seul et menace de dévorer tous ceux qui l'alimentent. Les seuls qui s'en sortent (mais à quel prix, on ne le sait pas ou peu dans le cadre du film) sont ceux qui s'en vont, par dégoût, avant que de voir leur humanité détruite. Est-ce ainsi que les hommes vivent? Est-ce la réalité de notre monde? On ne peut s'empêcher de se poser ces questions à l'issue de ce film, choc mais intelligent, poignant et tapageur mais pas putassier. Et dont la vision est de ce fait d'autant plus terrible.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 La Camorra au quotidien, 24 janvier 2012
Par 
Semper Victor "FB" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 10 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gomorra [Édition Collector] (DVD)
« Gomorra », de Matteo Garrone est un film, tiré de l'œuvre de Roberto Saviano. Il qui nous plonge, presque documentaire dans sa réalisation (et sans doute d'ailleurs un peu trop), dans le quotidien du crime organisé à Naples.

Alors que la camorra règne discrètement sur les quartiers difficiles de la ville, le scénario nous fait suivre le destin de quelques personnages, qui chacun à leur manière, font partie du système maffieux et en vivent. On découvre un tout jeune garçon en quête de premiers boulots, qui sert de livreur ou d'indicateur ; un « caissier » chargé de distribuer ou ramasser l'argent noir et qui se retrouve pris entre deux bandes rivales ; un jeune diplômé qui entre dans le système corrompu des attributions des marchés, et des subventions européennes, liés aux ordures et au stockage des déchets ; un chef d'atelier de haute couture enchaîné aux intérêts de la camorra, mais tenté par la liberté et une juteuse « collaboration » avec les ateliers chinois de la ville ; enfin, deux jeunes écervelés, apprentis truands, qui veulent jouer leur propres cartes dans un univers dont la violence impitoyable va rapidement les dépasser.

Le film de Garonne est effrayant de réalisme. On y voit aussi peu les parrains que la police et l'on comprend ainsi combien la mafia a infiltré la société napolitaine dans ses moindres recoins au point d'en faire la nouvelle Gomorrhe.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Excellent document, 2 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gomorra [Édition Collector] (DVD)
Ce film, totalement inspiré de la triste réalité est excellent. Il montre comment la mafia puise ses ressources dans la misère, au sein même du peuple italien victime du chômage et du populisme de ses gouvernants.Chacun doit méditer sur ce qui peut advenir de notre "liberté" si nous ne sommes pas suffisamment vigilants, en "amont", afin que ne s'installent pas les conditions économiques et sociales de l'épanouissement de la pieuvre. En France, à force de supprimer les droits sociaux des travailleurs si difficilement acquis au cours des dernières décennies, on devrait faire très, très attention à cette "dérive"!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 INVISIBILE NAPOLI, 23 mai 2010
Par 
Mafalda "guaglione a napule" (une italienne de Marseille) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gomorra (DVD)
Invisibile Napoli. Si é proprio il titolo che avrà dovuto avere questo film. Mi dispiace qui in Francia di scrivere in italiano, pero che pizza questo film.

Oui ce film m'a profondément déçu, il est sensé se passer à Naples mais il pourrait se passer aussi bien à Marseille, à Moscou ou à Bergerac parce-que de Naples nous n'en voyons pas une rue, pas meme une ombre. Et comment rendre un film réaliste si on ne voit rien de la ville ou il est sensé se passer. Si quand on la connait l'on n'en reconnait rien.
En fait le film est basé sur un passage assez court du livre lui trés bon de Roberto Saviano ou l'on voit opérer deux jeunes garçons de Scampia bien que le film ne le précise pas, mais lorsque l'on voit la cité ou ces deux jeunes inconscients opérent, un endroit plat, planté d'immenses immeubles (en napolitain scampia se traduit par un champ sans arbres).
C'est là qu'aprés le tremblement de terre du 23 novembre 1980 qui toucha l'Irpina et la Basilicate et fit cinquante six morts à Naples l'on relogea les gens qui n'avaient plus de maison. Mais Scampia ou Secondigliano ce n'est pas Naples, certes les médisants s'empresseront de dire Napoli comincia a Scampia (Naples commence à Scampia) mais Scampia comme Secondigliano ce ne sont que deux quartiers de la banlieue nord de Naples.
Ces deux jeunes garçons donc pour en revenir à eux; n'ayant pas grand chose dans la tete croient qu'ils peuvent rouler la camorra la terrible mafia napolitaine et bien sur ils finissent comme finissent tous les gens qui se croient plus fort que le loup, ils se font dévorer.

Gomorra le livre de Roberto Saviano est un ouvrage un peu touffu mais intéressant à lire, ou aux fils des pages l'on voit revivre certains des quartiers de Naples. Incontestablement un ouvrage tres instructif à lire ou un napolitain, Roberto Saviano est né à Naples en 1979 dénonce la coruption à tous les niveaux dans la ville qui l'a vu naitre et dans la région de Campanie ou il a grandi. Par contre le film de Matteo Garrone né à Rome le 15 octobre 1968 est comme l'on dirait en Italie un polpettono, c'est à dire un navet. Mais c'est le film qui l'a fait connaitre et notamment à l'étranger, parce-que jusque-là à par en 2000 Estate Romana (ete romain) et en 2002 l'Imbalsamatore (l'étrange monsieur Peppino titre en français et que je traduis moi par l'embaumeur), il n'avait rien fait de bien terrible jusque-là et n'était guére connu qu'en Italie.
Les malheurs de Naples ont fait son bonheur et l'ont rendu célèbre. Je suis désolée d'etre aussi dure, mais moi je suis née à Naples et j'y ai passé mon enfance et en tant que napolitaine, c'est avec mon coeur que je parle et c'est en toute sincéritè que je le dis ici, vraiment ce film m'a déçu au plus haut point.
Garrone aurait pu faire quelques chose de beaucoup mieux, comme par exemple montrer Naples et ses problémes qui ne sont pas malheureusement que ceux de la drogue, de la prostitution ou de la contrebande des cigarettes. Mais ceux de la crise du logement, du chomage qui oblige beaucoup de napolitains à se débrouiller comme ils peuvent et il est bien connu que l'honnétetè se trouve souvent du coté de celui qui n'a pas de problémes et surtout du ramassage des ordures qui dans les actualités du monde entier montre Naples comme une ville sale et corrompue. Et apres toutes ces médisences dites sur sa ville que lui reste-t'il au bon peuple napolitain, ce peuple si fier, mais aussi si génèreux pour oublier un moment tous ses problémes, à aller à Fuorigrotta au stade San-Paolo entonner la célèbre chanson napolitaine O Surdato 'Nnammurato pour soutenir le SSC Napoli son équipe de football et à parier au totocalcio sur leur victoire.
Il n'y a pas que des truands et des voleurs à Naples, il y a aussi, il y a surtout des gens qui quelques soit le quartier de Naples ou ils habitent Scampia ou ailleurs se lévent tot le matin pour partir travailler la journée durant et souvent tres dur pour subvenir au besoin de leur famille.

Les voyoux de Scampia et d'autres quartiers de la ville descendent souvent dans le centre ville, la preuve en est qu'un samedi soir le 27 mars 2004 dans la via Forcella deux tueurs en vespa poursuivaient pour l'executer le fils d'un ancien parrain trop bavard avec la police. Ils lui tirérent dessus et le ratérent, mais malheureusement pas Annalisa Durante une jeune petite napolitaine de quatorze ans qui discutait avec deux de ses amies sur le pas de la porte, devant chez elle et qui reçut une balle en pleine tete. Mais curieusement de cela le film ne parle pas.
Et aujourd'hui que reste t'il d'Annalisa ? Pour calmer les esprits le maire de Naples Rosa Russo Iervolino a fait donner son nom à une école de la via Forcella, celle ou elle allait quand elle était enfant, dans la rue ou elle habitait et ou on l'a tué. Il y a encore bien d'autres choses dont le film aurait pu parler comme l'assassinat de Don Peppino Diana un pretre catholique qui denonça le pouvoir des parrains de la camorra, le 19 mars 1994 le jour de sa féte, le matin à la premiere heure, Don Peppino n'avait pas encore revétu sa soutane. Un homme entra et lui demanda "qui est Don Peppino ? C'est moi repondit-il" ce fut sa derniere réponse, l'homme lui tira cinq balles dans le corps. Quand on l'abbatit il allait dire sa premiere messe, le jour ne s'était pas encore levé, il avait trente six ans. Si je parle de ce prétre, c'est que en Italie du Sud peut-etre aujourd'hui moins que par le passé, la preuve la plus flagrante pourrait etre cet assassinat, un prétre est un homme écouté, respecté et craint car, l'Italie du sud est profondémént catholique. Encore une chose dont le film ne parle pas et il y en a encore beaucoup, beaucoup, d'autres comme le probléme des ordures, il y en a plein les trottoirs à Forcella, à Sanita, vers la via Cesare Rosaroll, la piazza Garibaldi et tout autour de la gare, mais ce sont des quartiers pauvres, par contre il y en a beaucoup moins vers Mergellina, Chiaia et encore moins vers le Posillipo, beau quartier chic de Naples ou les impots sont tres élevés et ou habitent de nombreux camorristes.
Choses encore dont le film ne parle pas.

Point important Naples comme Marseille, Hambourg ou Barcelone ses soeurs est un port ou arrivent les bateaux, il y passent beaucoup de monde en transit, lieu de tous les trafics et de toutes les affaires on y trouve des survétements de marque à vingt-cinq euros, si par exemple on en achéte quatre soit cent euros au marché de Forcella.
Et puis il y a un peu de jalousie de la part des gens du nord de l'Italie pour le sud dont Naples est la capitale.
Milan est la capitale economique du pays, Turin posséde un quasi monopole de l'industrie automobile italienne dont le patron Agnelli à coup de millions subventionne l'équipe de la Juventus alors que la grande majorité des turinois travaillant chez lui soutiennent le Torino qui est la vrai équipe de Turin Noi i GRANATI disent les turinois et les murs de la ville sont couvert d'inscription pour la squadra granata, la juve etant l'équipe d'Agnelli et donc de la Fiat.
Et Naples qu'a telle cette ville des amoureux, pleine de si beaux paysages, qui a donné naissance à tant de grands hommes qu'ils soient peintres, chanteurs, écrivains et que les mauvaises langues ne cessent de salir et de rabaisser; Ma é ffritto'o fédato! é llora d"a tiella, puparuo' (l'omelette est faite, c'est l'heure de passer à la poele piment) et Naples, NOSTRA BELLA NAPOLI y passe regulierement, les medias semblant y prendre un plaisir certain. Pourtant il n'y a pas plus de voleurs à Naples qu'ailleurs il suffit de faire attention et de ne pas sortir des liasses de billets pour payer une boite d'allumettes et je parle en connaissance de cause, je retourne tous les ans à Naples à noel, à Paques et en étè.

Pour les napolitains l'on peut bien médire de leur ville, la salir et toujours la rabaisser, Naples restera toujours Naples leur ville chérie ou meme ceux et celles qui ont du la quitter pour partir au loin travailler, revent toujours de revenir ne serait-ce comme le dit la belle chanson napolitaine Santa-Lucia Luntana que pour y mourir.

Si, ce film aurait pu etre beaucoup mieux et nous faire une denonciation beaucoup plus claire de la malavita à Naples et dans sa proche region, c'est pour cela que j'ai dis que ce film était un navet, tout au plus un banal film de gangster, pas meme digne d'un reportage sur la camorra.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 4 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Gomorra
Gomorra de Matteo Garrone (DVD - 2007)
EUR 9,99
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit