undrgrnd Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles4
3,5 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:19,23 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Molly Hatchet ça doit causer à certains, probablement ayant déjà bien entamé leur quarantaine, et amateurs de southern metal, le bon vieux metal sudiste des Etats du Sud des USA qui fleurent bon la bouse et les vraies "valeurs" (les armes, Dieu, les Harley, la bière ... what else?). Le groupe fut fondé au début des années 70 à Jacksonville, Floride, et certains des membres d'origine sont aujourd'hui décédés (Duane Roland, Danny Joe Brown) d'autres sont partis former Gator Country, de sorte que seul Dave Hlubeck (guitare) revenu en 2005, reste aujourd'hui, un des fondateurs du groupe toujours présent. Pourtant Molly Hatchet (du nom d'une prostituée qui décapitait ses clients, oops !) a toujours existé, avec par moment plus aucun membre d'origine, une sorte de marque déposée en quelques sortes, une institution pour certains. D'autres reconnaitront peut-être les fabuleuses pochettes qui ont toujours accompagnées leurs treize albums studio, celui-ci compris. Aujourd'hui cette "institution" est menée de main de maître par Bobby Ingram, un guitariste qui avait bossé avec eux et qui a finalement racheté en 2000 tous les droits sur le nom. Autour des deux guitaristes on trouve John Galvin (claviers), Phil McCormack (chant), Shawn Beamer (batterie) et Tim Lindsey (basse).

Leurs premiers albums furent des cartons, notamment Molly Hatchet en 1978 et Flirtin' with Disaster en 1979, à l'époque, leur line-up à trois guitares impressionnait par sa puissance de feu. Aujourd'hui ils n'ont plus trois guitaristes, certes, mais leur style n'a pas vraiment changé d'un pouce, fidèle au son Molly Hatchet des premiers opus. Si vous aimiez ceux-là, il n'y franchement aucune raison de ne pas aimer ce nouvel album.

Si vous ne connaissiez pas, mais que vous aimez le style rock sudiste alors cet album a quelques atouts pour séduire.

On trouve en effet tous les ingrédients classiques d'un groupe de metal sudiste. Les gros riffs de guitare. Pour ça le vieux Dave sait y faire, depuis trente-cinq ans, faites lui confiance. Sur Been To Heaven Been To Hell, qui démarre c'est clair. Sur Deep Water, même si l'intro est menée par les claviers, les riffs de gratte qui démontent sont bien là. Sur les plus bluesy I'm Gonna Live 'Til I Die, American Pride ou bien Safe In My Skin, les guitares sont omni présentes, épaulées par le fameux piano honky-tonk (style saloon). Le piano, justement, qui est aussi un des ingrédients du metal sudiste est plutôt bien représenté ici aussi. Soit en version saloon, soit en version grand piano comme dans la ballade pompeuse As Heaven Is Forever.
A noter aussi la ballade Fly On Wings Of Angers (Somers Song). Somer c'est le prénom d'une petite fille de sept ans sauvagement assassinée en Floride. C'est sa grande sœur qui chante l'intro. La chanson est très émouvante, gros piano, chœurs de femmes, magnifique solo de guitare. L'album entier pourrait bien être considéré comme un mouvement de soutien envers la famille de Somer. Avec cette chanson, mais aussi Vengeance, et le titre éponyme de l'album Justice.

Il y'a pas vraiment de mauvais morceau sur cet album même si je trouve Tomorrows And Forevers, un peu banal et en deçà du reste. Par contre il y des trucs qui me plaisent moins. La voix de Phil McCormack par exemple. Le genre assez grave, rocailleux pour faire le méchant biker, moi c'est pas mon truc. Une autre remarque serait aussi la production globalement assez fade de tout l'album. Quand on le compare par exemple au dernier God & Guns, y'a pas photo. En parlant de Lynyrd, on remarque dans les paroles des similitudes dans les grands sujets des rockeurs du sud. Justice, nombrilisme, fierté de l'Amérique. Bref quelques grands moments de poésie réac : I'm Gonna Live 'Til I Die (comme aurait pu dire La Palice)

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mai 2010
Ce nouvel album est une bombe, un retour aux sources, du sudiste rageur et des riffs ravageurs, bref du Molly Hatchet comme on l'aime....
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juillet 2010
Meme si je les préférais avec Danny Joe Brown, ils faisaient partie d'un groupe de sudistes que j'apprécie. Mais la , chant souvent braillard, claviers qui dégoulinent, et guitares pas au top. Bobby Ingram devait etre fatigué lui à qui l'on reproche de trop en faire. Allez au suivant!
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 août 2010
ayant acheté cet album pour le retour de Dave Lubeck
dont j'ai un excellent souvenir dans no guts, no glory,take no prisonners...
je trouve cet album trop métal!trop speed, par le son et faiblard dans la compo
il manque ces riffs sudistes stratocasterisés dés Ier albums et ses duels gibson/fender comme sur no guts
enfin, je n'arrive toujours pas à me faire à ce chanteur Mc cormack, je crois
il module sa voix comme Danny Joe Brown, mais ça le fait pas!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

23,78 €
14,00 €
10,13 €
21,83 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)