undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères Cloud Drive Photos nav-sa-clothing-shoes cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles12
4,7 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Pietro Germi n'est pas le plus connu des réalisateurs italiens de la grande époque, et il n'est pas l'auteur que de comédies. Signore e Signori / Ces Messieurs dames en est une, et une des comédies italiennes majeures à mon sens. Dans la tradition des oeuvres satiriques épinglant la société dans son entier, Ces Messieurs dames est une perle. Sorte de ronde à la Ophuls (mais en plus sarcastique) où l'on passe d'une histoire de coucheries à une autre avec quelques personnages récurrents, le film fustige l'hypocrisie des notables et la collusion des pouvoirs (bourgeoisie d'affaires, juges, journalistes, clergé, etc.), sans parler de la veulerie des mâles, avec une parfaite bonne humeur.

Mais le film n'est pas que sarcastique. Comme le dit fort bien Bertrand Tavernier du film (dans son blog): " Il s''agit d''un chef d'œuvre d''invention, de drôlerie, de rythme au ton corrosif, noir, incisif qui réussit le prodige d'être impitoyable envers les tares des personnages, d''éviter le moralisme et la condescendance et faire preuve de compassion. Dans sa description digne de Mirbeau ou du meilleur Wilder, on sent la sympathie de Germi pour le personnage que joue superbement Virna Lisi et même pour celui de Gastone Moschin, deux victimes d''une société effroyable."

Ce film n'est pas que mal aimé, tant s'en faut, il a même eu une Palme d'or à Cannes. Mais on peut dire qu'il reste méconnu, au même titre que l'excellent Une vie difficile de Dino Risi. Sans doute parce que la France, toujours le pays du bon goût, n'apprécie pas toujours la caricature. Ce film est certes une satire, et certains des traits des personnages et des situations sont caricaturaux, mais il s'agit ici de la satire et de la caricature dans ce qu'elles ont de meilleures. Sans compter qu'il reste salutaire de voir des films qui tirent à vue, avec des pouvoirs qui en prennent tous pour leur grade.

Voici une excellente occasion de découvrir Pietro Germi. Surtout connu pour Divorce à l'italienne, que je ne trouve pour ma part pas complètement réussi même si quelques scènes sont savoureuses et surtout si Marcello Mastroianni y est extraordinaire, Germi signe ici une réussite totale, parfaitement rendue par l'édition Carlotta. Un documentaire retrace bien la carrière de Germi. Deux autres de ses films sortent en même temps, que je n'ai pas encore vus, mais dont Tavernier dit qu'ils sont eux aussi tout à fait réussis: Meurtres à l'italienne et Il Ferroviere.
66 commentaires|26 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Improbable palme d'Or à Cannes en 1966 (ex-aequo avec Un homme et une femme), cette comédie en trois volets de Germi a bien vieilli, même si elle m'apparaît mineure au regard des réussites contemporaines de Risi ou Monicelli.
Le film met en scène un groupe de bourgeois de Trévise, au sein duquel les hommes sont aussi veules et moches que les femmes sont belles et courageuses. Trois temps (avec les mêmes personnages) : un médecin ne sait pas taire sa langue quand un ami lui confie son impuissance sexuelle ; un cadre de banque souhaite quitter son épouse pour vivre avec une caissière; nos bourgeois abusent à tour de rôle d'une ingénue débarquée de sa campagne. Comme souvent chez Germi, l'affaire prend la tournure d'un jeu de massacre un peu trop systématique et n'est pas exempt de vulgarité. Mais la classe folle de la mise en scène, un noir et blanc somptueux, de magnifiques acteurs relativement peu connus (Virna Lisi exceptée) emportent l'adhésion.
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 novembre 2010
Comédie italienne par Pietro Germi : trois histoires dans la même ville. Il y a le désir inassouvi, qui se heurte à la morale et l'hypocrisie. Des acteurs pas connus, mais tous excellent. La première partie est en faite une adaptation d'une pièce de théâtre anglaise du 18° siècle: The Country Wife de Wycherley.
Une comédie amère, sans pitiè. Ce n'est pas du De Sica, c'est beaucoup plus percutant.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 13 décembre 2010
Pietro Germi, cinéaste italien qui gagnerait à être redécouvert, réalise ici un portrait au vitriol de la moyenne bourgeoisie provinciale italienne. Le film se situe dans le cadre de la comédie italienne et se place au niveau des meilleures films de Mario Monicelli ou de Dino Risi. Il est construit autour de trois histoires plus ou moins indépendantes dans lesquels on retrouve des personnages récurrents. Le film, bien qu'il obtint la palme à Cannes, fut considéré comme "vulgaire" à sa sortie. Le film est présenté en version originale sous-titrée italien, avec une présentation de Jean Gili et un documentaire de 60 minutes sur la carrière de Germi, avec des extraits de ses autres films.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 août 2013
Par où commencer ? Je dis cela car ce film est une comédie incontournable du cinéma Italien des années 60 et malgré le fait d'avoir remporté une palme d'or ( ex æquo ) à Cannes en 66 , il reste trop inconnu du public Français qui se cantonne aux classiques Italiens au demeurant grandioses des Scola, Visconti ,Fellini.
Piétro Germi a dépeint un tableau honnête et sans user de fanfaronnade excessive en réalisant cette comédie de moeurs à l'Italienne oh combien réussie !!! Il faut savoir qu'il s'agit dans ce film Italien d'une vision micro sociologique sur les relations entre hommes et femmes à travers plusieurs histoires et dans diverses classes sociales....Nous somme en Italie, dans un pays profondément latin ou petitesse et grandeur d'esprit vont de pair. Les latins sont des êtres passionnés qui ne retiennent pas leurs ardeurs, quitte à se rendre parfois pathétiques à nos yeux dans leurs élans passionnels, mais il n'en reste pas moins qu'il expriment tout autant leur joie de vivre, et quand on se plonge réellement dans ce film on peut remarquer qu'il est aussi rempli de joie de vivre et de fraîcheur. Bien sûr pour un Français ou un nordique cela parait complètement irrationnel voire terriblement infantile, il faut être initié et imprégné pour comprendre cette culture et c'est avant tout cela les latins, entre exubérance et provocation parfois vitale, ils peuvent s'entretuer et s'affectionner passionnément dans un court espace de temps, c'est une tout autre culture bien étrangère à la nôtre. La scène se situant à Trévise dans la province de Venise, image réellement les moeurs de la classe moyenne de l'époque, ou traditionalisme religieux et émancipation des moeurs ( nous sommes dans les années 60 ) jouent hypocritement au chat et à la souris, et c'est un régal d'un bout à l'autre du film, tant sur le coté grotesque que sur le coté tragi-comique qui reflètent inévitablement à eux deux des situations parfois pitoyables mais terriblement hilarantes. Les cinéastes Italiens n'ont pas leur pareil pour imager leur société à travers le cinéma, ils ont cette qualité incontestable de fuir l'hypocrisie face à leur véritable raison d'être, et de s'afficher tels qu'ils sont dans la vie .Et quand ont affectionne leur cinéma ,on ne peut que rêver de connaître de plus près ce peuple si proche et à la fois si différent de nous...A travers ce film ,Piétro Germi a réalisé une oeuvre culte qui fut également interprétée à merveille, pas de temps morts ou de scène maladroitement bouclées pour meubler le film, ce cinéma possède un rythme cadencé et effréné, beaucoup de metteurs en scène contemporains devraient observer d'un peu plus près ce cinéma possédant une véritable fibre artistique,on reste prématurément sur sa« fin « en pensant qu'il y a une autre série de sketches, on en redemande.... Un film culte et une véritable oeuvre d'art du cinéma Italien des années 60 que tout passionné de pellicule Italienne doit absolument posséder dans sa collection personnelle.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 janvier 2012
Une bourgeoisie provinciale, en 3 histoires Pietro Germi raconte la vie de cette bourgeoisie sur un ton d'une rare ferocité, virulent, brillant qui dénonce bien des comportements et l'hypocrisie triomphante, un film au vitriol, justement couronné à Cannes, un tres grand film de Germi.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 avril 2016
Un remarquable film de Pietro Germi, sorti en 1966, qui s'appela "Belles dames, vilains messieurs" avant le titre retenu aujourd'hui de "Ces messieurs dames". Après ses deux chefs d'oeuvres siciliens ("Divorce à l'italienne" en 61 puis "Séduite et abandonnée en 64, avec une belle brochette de talents au scénario), Germi nous entraîne au Nord, dans une Vénétie du boom, industrieuse et prospère, terre de PME qui cartonnent à l'export. Le générique est déjà un commentaire : partant des toits de Trévise avec ses cheminées à la vénitienne, la caméra voyeuse plonge sans relâche dans les vies privées à la recherche du détail croustillant. Radiographie des turpitudes de la "bonne société", poids de l'église, alliance du sabre et du goupillon, c'est une sorte de "dolce vita" de province où la "piazza grande" remplace la Via Veneto. A ras du sol, en terrasse et sous les arcades, les notables zézaient à tout va et cancanent à mort. Secret professionnel pour de rire, commérages pour faire souffrir, lettres anonymes pour séparer ceux qui s'aiment pour de vrai, faisant passer les conventions bourgeoises avant les raisons du coeur. Amoral, cynique et sarcastique, le comique du film est cruel et le ton le plus souvent celui du sarcasme. Ce sont les femmes, de la plus sotte à la plus fine, qui mènent la danse et portent la culotte, l'enlevant quand ça leur chante ou leur rapporte. Les hommes sont immatures, égoïstes, soumis à leurs instincts de prédateurs sexuels. Des "monstres" comme aurait dit Risi.
Le seul à se montrer honnête, courageux et bon, le seul à prendre de la hauteur au sens propre comme au figuré, est Bisigato, incarné par un Gastone Moschin trouvant ici son meilleur rôle. C'est lui qui aura le dernier plan du film, résigné, sourd à l'hypocrisie qui l'assaille.
Ces trois histoires de couples et de cornes restent bien dans l'esprit d'un Boccace (fausse impuissance au début, vraie rouerie à la fin où le paysan se fait rouler par plus maligne que lui).
La distribution est excellente avec (pour des raisons de budget) beaucoup d'acteurs alors peu connus, hormis Franco Fabrizi et Virna Lisi aux grands yeux de poupée de porcelaine. A distinguer, Scarabello (le casse-pieds patenté) interprété à merveille par Gustavo d'Arpe, déjà apprécié dans "Séduite et abandonnée" et que l'on retrouvera notamment dans "Satyricon" de Fellini (1969). La plupart des bougresses, elles, sont fort décoratives, créatures de peplums, genre alors en grande vogue du côté de Cinecittà. "Blanche comme le lait et dure comme le marbre", Patrizia Valturri fait sa première apparition à l'écran. Tout cela se déroule sur une musique allègre de Carlo Rustichelli, avec de faux airs viennois.
Merci à Johan Thielemans (précédent commentateur) d'avoir aussi indiqué une source anglaise encore à découvrir : "The Country Wife" ("La Provinciale"), pièce de théâtre de William Wycherley (1675).
NB : ce film partagea la Palme d'or 1966 avec "Un homme, une femme" de Lelouch. Avec le recul, difficile de ne pas préférer l'Italien caustique au Français cosmétique.
Belle édition vidéo avec un documentaire utile de 60 mn sur Pietro Germi (1914-1974) qui fut un peu au cinéma transalpin ce que Maurice Pialat fut au nôtre. La mort l'empêcha de diriger "Mes chers amis", repris fidèlement par Monicelli.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 février 2012
Tout simplement jubilatoire, un chef d'oeuvre où le genre humain s'en sort avec quelques légères égratignures ! Bonne humeur garantie. A voir et à revoir !
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juillet 2014
J'ai vu ce film dans les années 80 dans le "Cinéma de minuit" de Patrick Brion à la télévision. je l'avais beaucoup aimé à l'époque... Je suis ravi de pouvoir bientôt le revoir grâce à ce DVD. Merci beaucoup pour votre envoi rapide et impeccable. Merci beaucoup pour la qualité du service. Je n'hésiterai pas à commander d'autres articles.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 janvier 2012
Commentaire uniquement destiné à approuver les 4 précédents commentaires 5 étoiles. C'est un film d'utilité publique, qui devrait être au programme des collèges et des lycées.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

21,19 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)