undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:14,33 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

TEMPLE DE LA RENOMMEE #1le 18 janvier 2010
Imperium Dekadenz est un groupe allemand de Black Metal Atmosphérique formé en 2005.
Il compte déjà trois albums à son actif, à savoir "...Und Die Welt Ward Kalt Und Leer", sorti en 2006, "Dämmerung Der Szenarien", sorti en 2007, et le petit nouveau, intitulé "Procella Vadens".

A travers ce nouvel album, Imperium Dekadenz nous propose un voyage passionnant dans des eaux mélancoliques, tourmentées et fascinantes, avec quelques aspects liés au Black Metal dépressif.

Plutôt que de privilégier la brutalité, Imperium Dekadenz favorise la mélodie et la diversité des ambiances. Durant près d'une heure, "Procella Vadens" fait se succéder des titres riches, variés et parfois longs (mais jamais ennuyeux), gorgés de superbes atmosphères et de passages épiques.

L'album nous offre de magnifiques compositions, comme par exemple les longs et grandioses "A Million Moons" et "An Autumn Serenade", qui développent de somptueuses ambiances et incluent notamment de magnifiques passages à la guitare acoustique et au clavier (comme dans l'excellent instrumental "A la Nuit Tombante"), l'ambiant et très réussi "The Descent Into Hades", avec ses vocaux féminins et ses tambours, ou les agressifs et brillants "Ocean, Mountains Mirror" et "Procella Vadens", qui optent pour un univers uniquement électrique.

Je pense que "Procella Vadens" est un album majeur du Black Atmosphérique, les compositions sont admirables, l'interprétation est impeccable, la production est parfaite et permet d'apprécier tous les instruments.

J'ai passé un formidable moment lors de l'écoute de cet album totalement abouti, que je vous recommande chaudement !

Liste des titres présents sur l'album :

01 - Die Hoffnung Stirbt
02 - Lacrimae Mundi
03 - A million Moons
04 - Ego Universalis
05 - A La Nuit Tombante
06 - An Autumn Serenade
07 - Ocean, Mountains Mirror
08 - The Descent Into Hades
09 - Procella Vadens
10 - Wenn Die Surm Beginnt

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Une intro au piano, mélancolique mais charmeuse, un peu tristounette, puis surgit un mur de grattes aux élans franchement épiques avant que la voix possédée d'Horaz viennent se noyer dans le riff faisant songer au meilleur d'un Isis énervé. Souffrance, tristesse et abandon, voilà de quoi semble être fait le quotidien de notre duo germanique multi-instrumentiste. Puis l'orage s'éloigne quelque peu sur un final en arpéges acoustiques.

Reculer pour mieux sauter dites-vous ? Sans aucun doute, car, à peine le second titre terminé, c'est aux 10 minutes du colossal (comment peut-il en être autrement venant d'un groupe allemand) A Million Moons qu'il faut se frotter et là on parle vraiment de monument. Evidemment double grosse caisse à tous les étages, mur de gratte épais comme un bunker et ce chant déchirant sans être inutilement suraiguë, les hostilités commencent plutôt sévèrement mais le groupe est assez futé pour savoir ménager quelques pauses bienvenues au piano et à l'acoustique avant de repartir vers de folles chevauchées hurlantes. Et l'auditeur pantois et peu familier de ce genre de musique de se demander : alors c'est çà de l'intelligent black metal ? c'est très loin d'être aussi horrible que ce que le nom pourrait laisser à penser. Même le chant, plutôt abrasif, trouve sa place au milieu des riffs bouillonnants. Les rythmes sont variés et, même les plus « speed » restent parfaitement suivables (à l'oreille j'entends, parce que pour ce qui est de les reproduire sur sa batterie de cuisine...n'est pas Vespasian (le batteur donc, à l'étrange pseudo qui sent bon le goût de chiot...) qui veut).

Pour le néophyte que je suis, on pense immanquablement à Isis, à Paradise Lost, pour la dimension épique, les changements d'ambiances, la maîtrise technique des 2 protagonistes mais il y a bien plus encore que ces références métal. Par exemple le très justement nommé A La Nuit Tombante tout acoustique n'a que peu à voir avec le genre précité., ouvrant en douceur le second morceau de choix de cet album qui n'en manque pas, An Autumn Serenade. Sérénade, sérénade, entendons nous bien, c'est toujours la scansion désespérée d'Horaz qui vient se mêler aux grattes, qu'on pourrait croire empruntés aux Thugs, qui arrive immédiatement après, puis le tempo se fait plus... « aérien » (impossible de dire léger, alors faut trouver quelque chose d'approchant) avant de se calmer tout à fait pour revenir en terre acoustiques à mi morceau. La suite est un décollage imparable, triste mais puissant, épique donc comme l'est tout l'album. Au milieu des cadavres et des ruines, le héros, qui vient de perdre son meilleur ami dans la bataille, aperçoit au loin sa saeur qui ne sait encore rien de la fin tragique de son aimé et court vers elle oscillant entre fureur, rage, tristesse et impuissance...la musique d'Imperium Dekadenz est la bande son idéal de ce final de péplum, genre cher au groupe qui revendique ouvertement sa passion pour l'empire romain et ses vespasiennes. Ne pouvant supporter plus longtemps l'idée de déchirer le caeur de sa saeur bien aimée, notre héros tombe à genoux et hurle de douleur, ivre d'une vengeance qu'il semble assouvir sur Ocean Mountains Mirror.

On pourrait sans mal poursuivre l'histoire avec les derniers titres mais vous l'aurez compris, même pour ceux qui ne goûtent que très modérément le death, black ou le dark métal, cet album se défie des étiquettes pour proposer une musique pleine de puissance et d'une beauté froide mais addictive. Le son des légions romaines en marche reproduit par 2 petits teutons. Tout simplement fascinant.
66 commentaires|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)