Commentaires en ligne 


9 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (2)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 High-fantasy noire
Dans un style gritty très proche de la Compagnie Noire ou du Trone de Fer, Erikson décrit un univers d'une richesse impressionnante, en proie à des guerres sauvages - tant temporelles que spirituelles. L'empereur est mort, l'impératrice est au pouvoir, et les guerres de conquête ne se passent pas comme prévu. La sage, très...
Publié le 27 juin 2005 par Munin

versus
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un livre dense d'accès difficile
Voici un livre-univers dont pourraient se régaler les amateurs de Georges R R Martin. La profondeur historique de l'univers est remarquable, le nombre d'acteurs dans cette histoire aussi, hélas, il vaut mieux être doté d'une bonne mémoire. Il y a cependant beaucoup trop de passage d'exposition de cet univers où manque la présence...
Publié le 30 novembre 2007 par Kallisthène


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 High-fantasy noire, 27 juin 2005
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gardens Of The Moon (Poche)
Dans un style gritty très proche de la Compagnie Noire ou du Trone de Fer, Erikson décrit un univers d'une richesse impressionnante, en proie à des guerres sauvages - tant temporelles que spirituelles. L'empereur est mort, l'impératrice est au pouvoir, et les guerres de conquête ne se passent pas comme prévu. La sage, très complexe, n'est pas très facile d'accès mais passées les 300 premières pages on en redemande... et le meilleur est à venir !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le début du grande saga, 9 novembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gardens Of The Moon (Poche)
Premier tome de la saga en 10 volumes de Malazan book of the fallen, Gardens Of The Moon est un joyau de la dark fantasy.
Ici pas de manichéisme ni de héros au grand coeur mais un monde déchiré par la guerre, des personnages tiraillés entre les luttes politiques humaines et divines.
Tout simplement énorme.

Attention, l'auteur n'explique que peu de chose quant à l'historique, le pourquoi et le comment mais présente les faits de façon assez abrupte (ex: qu'est-ce qu'un warren)
Les réponses viendront avec le temps

Pour information j'ai tout repris depuis le début (je n'ai lu que les 5 premiers tomes) en apprenant que le dernier devait sortir début 2011
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un livre dense d'accès difficile, 30 novembre 2007
Par 
Kallisthène (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gardens Of The Moon (Poche)
Voici un livre-univers dont pourraient se régaler les amateurs de Georges R R Martin. La profondeur historique de l'univers est remarquable, le nombre d'acteurs dans cette histoire aussi, hélas, il vaut mieux être doté d'une bonne mémoire. Il y a cependant beaucoup trop de passage d'exposition de cet univers où manque la présence d'un fil rouge, d'un ou des personnages auxquels on pourrait s'attacher et permettrait de ressentir quelques émotions à la lecture de ce pavé. Je m'y suis repris à deux fois sur ce livre mais à chaque fois je me suis enlisé et retrouvé dans un état d'indifférence vis-à-vis de la suite.
Ce livre a cependant suscité un petit cercle de fans, je pense qu'il doit être accessible aux lecteurs persévérants gratifiés de longues heures de temps de lecture ininterrompu (veinards ...)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Simplement étourdissant, un chef d'oeuvre du genre !!, 23 janvier 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gardens Of The Moon: (Malazan Book Of The Fallen 1) (Poche)
Grand lecteur d'heroic-fantasy, j'avoue être resté sans voix devant l'oeuvre d'Erikson qui, non content de créer un univers cohérent et fascinant, manipule ses personnages (et ses lecteurs) de manière surprenante, nous évitant tout sentiment de déjà vu. Non, vous n'aurez aucune certitude sur le triomphe du héros. Vous n'en aurez même pas sur l'identité de ce héros ... Qui est vraiment le personnage principal ? Découvrez le en plongeant dans le fracas des batailles et l'intimité des dieux de Genabackis.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Les Brûleurs de Pont, 7 mai 2013
Par 
Winter "Just A Word" (Valenciennes, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gardens Of The Moon (Poche)
Sur Genabackis, la guerre bat son plein. Devant l’immense ville de Pale, les soldats de la seconde armée Malazéenne n’en finissent plus de tenir le siège. Alors qu’ils sont en grande supériorité numérique et menés par un officier de talent en la personne du High Fist Dujek Onearm, les troupes de l’Empire ne peuvent avancer face à la forteresse volante alliée à Pale, celle de Moon's Spawn et de son seigneur légendaire, Anomander Rake. Pendant ce temps, la fameuse escouade des Bridgeburners, menée par le fameux sergent WhiskeyJack, tente de saper les fondations des remparts. Mais lorsque l’affrontement éclate et que Pale finit par tomber, ce sont les Bridgeburners qui en payent le prix fort, tout comme la magicienne Tattersail.
Épuisés et étrillés, les troupes de la seconde armée laissent un vent de révolte parcourir leur rang à l’égard de l’impératrice Laseen. C’est dans ce contexte que l’adjoint Lorn et le noble Ganos Paran arrivent, la première pour mener une quête mystérieuse dans le but de vaincre les adversaires de l’hégémonie malazéenne sur Genabackis, le second pour prendre la tête des Bridgeburners et partir en mission derrière les lignes ennemies dans la plus grande cité du continent, le joyau Darujhistan. Mais dans l’immense ville, dieux, sorciers, démons et hommes vont s’entrechoquer pour changer le cours de l’histoire.

Il existe peu d’écrivains fantasy dont le nom a, au fil du temps, dépassé les limites du genre grâce à leurs talents de conteurs, d’écriture et de faiseurs de mondes. On pensera forcément à J.R.R Tolkien ou encore plus récemment à George R.R. Martin ou Glen Cook. Mais dans le petit milieu de la fantasy, le nom de Steven Erikson circule depuis un petit moment comme étant un de ces grands maîtres. Déjà publié en France sous la bannière de Calmann-Levy, le premier tome de sa décalogie n’a malheureusement pas rencontré le succès suffisant pour aller au-delà de la traduction française du deuxième volume. Connu sous le nom de Malazan Book of The Fallen, cette immense saga compte donc dix ouvrages comprenant chacun entre 600 et 1200 pages. Conçu en collaboration avec un de ses amis, Ian C. Esslemont (qui a d’ailleurs écrit dans le même monde plusieurs romans), le monde malazéen n’a pourtant rien à envier à ses illustres aînés. Voici donc l’heure du jugement pour ce premier volume intitulé Gardens of The Moon.

Contrairement aux idées classiquement retenues, non, Garden of The Moon n’est pas un roman difficile à suivre. Certes, Erikson aime faire des ellipses, des allers retours entre ses protagonistes et ne pas raconter chronologiquement les choses, mais le lecteur attentif n’aura que peu de mal à suivre. Ce qui frappe d’abord, c’est l’énorme richesse du vocabulaire d’Erikson qui écrit quelque chose de très fluide mais aussi très précis. Les descriptions ne s’étendent pas outre mesure, et l’auteur sait très bien doser action/dialogues et background. Ensuite, le lecteur se trouve plongé dans un monde qui pourrait être décrit comme un anti-Martin dans le sens où dans l’univers Malazéen, la magie, les dieux et toutes les choses surnaturelles sont choses courantes.

C’est là plutôt que se situera la difficulté pour le nouveau venu. Foisonnant de curiosités, de divinités (organisées en « maisons ») et de magie, Gardens of The Moon fait la part belle aux éléments imaginaires. Pour le mieux. Erikson semble avoir mûrement réfléchi son univers et impressionne dès les premières pages, ne cessant d’étonner par la suite. On découvre d’abord différentes races, des insectoïdes Moranth ou mystérieux Tiste Andii, en passant par les imposants Barghasts. Et rapidement viennent les Dieux, individus qui ne se contente pas d’être mais participent à l’histoire, la façonnent et se permettent toutes les ruses. Rapidement, la présence de ces créatures immensément puissantes (mais pas invincibles, ce qui fait tout le sel de la chose) rend le récit palpitant et passionnant. Erikson a un don pour façonner des figures qui passionnent. C’est là certainement le plus gros point fort de Gardens of The Moon.

Comptant une pléiade de personnages tous plus charismatiques les uns que les autres, Gardens of The Moon offre surtout une profondeur à chacun. Le plus formidable et le plus mémorable restera bien entendu le Tiste Andii colossal, Anomander Rake, et son épée magique, Dragnipur (dont la présentation de son « pouvoir » relève du total génie). Toute l’équipe des Bridgeburners s’avère épatante au possible, entre Quick Ben magicien au lourd passif, Kalam, ancien Claw (sorte de chasseurs de sorciers pour le compte de l’empereur), ou encore l’excellent sergent Whiskeyjack, tous passionnent réellement. On pourra dire la même chose de tous les autres nombreux individus qui parcourent le récit, Erikson a une capacité quasi-surnaturel à bâtir des personnalités fortes et intrigantes.

Mais pas que. L’autre grand point fort, c’est sa maîtrise du récit, réglé comme du papier à musique et qui monte crescendo une fois l’ouverture magistrale du siège de Pale passée. Le tout finit en confrontation générale du meilleur effet avec quelques morceaux d’anthologie (le face-à-face entre Anomander Rake et un immense démon au cœur de Darujhistan, la bataille entre les cinq dragons et le Tyrant Jaghut…) et les moments où les personnages se penchent sur le passé de leur monde s’avèrent encore plus réussis. Grâce au background très étudié et finalement ultra-convaincant élaboré par Erikson. Quelque chose d'extrêmement vaste qu’on ne fait qu’entrevoir et qui reste stupéfiant. De même, le système de magie par les Warrens s’affirme comme une magnifique trouvaille de par les possibilités qu’il ouvre mais aussi par les images qu’ils suscitent dans le bouquin. Étroitement lié aux Dieux, nombreux et avec des liens complexes, l’addition des deux régale et la large description de la Maison Shadow (Rope et Shadowtrone, excellents) ajoute un plus indéniable à l’aventure.

Bien entendu, comme tout premier roman, Gardens of The Moon n’est pas parfait et Erikson manque encore d’émotion dans son écriture, on a du mal à s’attacher aux personnages à ce niveau puisque parfois le récit fait trop froid et trop distant. Une erreur mineure et nullement destructrice pour l’ensemble du récit. De fait, Erikson a encore près de neuf romans pour s’améliorer. En l’état, il manque encore dans cette critique bien des choses comme toute la partie avec Caladan Brood qui laisse entrevoir une foule de bonnes choses, où la multiplicité des retournements de situations qui ne cessent de garder le lecteur en haleine. Mais concentrons-nous simplement pour finir sur la conclusion de l’aventure qui laisse un goût d’inachevé, à raison d’ailleurs puisque le reste de l’aventure prend place dans les deux opus suivants.

Premier roman de haute volée, souffrant certes de mineurs problèmes de jeunesse, Gardens of The Moon attire l’attention sur un auteur trop ignoré sous nos latitudes en la personne de Steven Erikson. Si l’étendue de son imagination n’est qu’entrevue ici, nul doute qu’il tarde aux lecteurs fermant la dernière page de ce roman de poser la main sur ses suites, Deadhouse Gates et Memories of Ice. Une magnifique découverte.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Dense et difficile, mais un premier tome indispensable, 1 juillet 2009
Par 
Aliette De Bodard (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gardens Of The Moon (Poche)
L'empire Malazan, plus grande puissance du monde connu, ne comprend pas que des amis... Pendant que les troupes de l'Impératrice Laseen assiègent Pale, cité indépendante soutenue par le démiurge Anomander Rake, d'autres conspirations occultes se traments: dans l'ombre se cachent des forces qui n'ont pour autre but que de faire tomber Laseen...

Steven Erikson présente ici un univers riche, très dense (rien que la liste de personnages fait plusieurs pages). Le roman lui-même est assez fouilli, sautant d'un personnage à un autre, et ne se décidant réellement sur son intrique qu'à la mi-parcours. Ceci dit, l'univers est grandiose, et les tomes suivants (à partir de Memories of Ice) valent largement le détour: cela vaut le coup d'investir à l'origine de l'histoire pour mieux comprendre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Another disappointing fantasy epic., 25 février 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gardens Of The Moon (Poche)
As a long-standing fan of fantasy with a collection dating back more decades than I care to remember I had great hopes for this series of books given the rave reviews. I was, however, destined to be sorely disappointed again (I recently suffered the same fate at the hands of Robert Jordan).

The much overused word ‘epic’ when applied to a work of modern fantasy should be read as ‘long winded, tedious and weighed down with superfluous detail’. The start of the story is a deliberate attempt to confuse and disorientate the reader and it takes real staying-power to even bother to get beyond the first couple of hundred pages. The characters, did, however, have a tiny bit more depth than Jordan’s and there were more glimmers of originality, but the lamentable pace, profusion of ‘main’ characters and the quicksand of pointless detail kept dragging any chance the reader had of enjoying the story back into a Jordan’esque mire. I’m ashamed to admit that I gave up about three quarters of the way through the book.

Why do modern fantasy authors have to produce epic series’ rather than writing a pacy and readable single volume (or even stick to a trilogy)? Maybe they have only sufficient imagination for one novel so endeavour to stretch out that one idea into a career spanning epic, or perhaps it is the fault of the publishers for demanding multi-volume epics to provide ‘reliable’ repeat sales from the ever more gullible public. Needless to say, I’m going to avoid ‘epic’ fantasy from now on.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un livre inoubliable !!!!!!!!!!, 28 mai 2002
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gardens Of The Moon: (Malazan Book Of The Fallen 1) (Poche)
Ce bouquin est vraiment une porte vers un monde à part, unique ! Rien à voir avec notre ami J.R.R pour ceux qui le classeraient dans la catégorie des "sous-tolkien". L'auteur possède un style à part et sapropre théorie de la magie. Une oeuvre monumentale à ne pas manquer !!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Confusion et distortions, 25 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gardens of the Moon (Relié)
Ce livre est bizarre.

C'est de la Fantasy, me direz-vous, donc il faudrait pouvoir s'attendre à tout. Là, je ne m'attendais à rien, ce qui est pareil, et j'ai été très déçu (faut le faire). La noirceur dont ce livre dégouline, et qui plait à certains, est aussi son plus grave problème, car elle frise le délire maniaque, et n'amène pas du tout l'originalité et l'intelligence promise par d'autres critiques. C'est un monde qui ne donne aucune impression de construction, avec une seule psychologie pour tous les personnages (allez, deux, mais de la même famille alors), et construit et raconté d'une façon désordonnée, aléatoire. Bref, on a l'impression que l'auteur a pris ses investigations dans son inconscient pour de l'art et qu'il nous l'a servi intact. Mon impression, en tout cas. Et il y en a 10 tomes en tout? A éviter.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit