undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles22
4,0 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:18,34 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 3 septembre 2011
après les années 70, où le label Barclay éditait des vinyles post-mortem avec pochettes complètement fantaisistes. après de faux disques d'Hendrix, guitare et voix contrefaites, le "Crash Landing" où le guitariste mort est accompagné de musiciens vivants, la bimbeloterie continue... que va t il arriver 50 ans après ? "Jimi rate son solo", "Jimi s'engueule avec les techniciens","Jimi donne sa recette de space cake" ? pour financer les ambitions de Janie ? En 1973, déjà, tout était dit : 3 albums solo + band of gypsys, + cry of love, + rainbow bridge. 3 films : Monterey, Berkeley, Woodstock visibles plus tard. basta cosi. on peut à la limite rajouter la compil "Blues". le reste ne sert qu'à donner de la substance des producteurs plutôt creux.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 mai 2013
La découverte d'un nouveau titre d'Hendrix est toujours un moment de grande excitation . En effet sa fulgurante et trop courte activité musicale (si riche fût elle) nous a laissé dans une insatiabilité aigüe et forcément nous en redemandons encore et encore mais toutes les bonnes choses ont une fin surtout 43 ans après sa mort .
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 27 février 2010
Oui, l'on pourrait donner même 6 étoiles à cette galette, car au final, même avec tout ce qui a pu être sorti du génie Hendrix, bien peu de matériel original existe en comparaison à son impact (3 disques + le "blues"). Alors dans ce contexte, toute nouvelle sortie est inévitablement appréciée des fans du monde entier.

Néanmoins, l'on peut aussi pencher de l'autre coté de la balance et crier au scandale marketing, car même si l'on nous vante plus d'une heure d'enregistrements studios "inédits" (enregistrés au printemps 69, au moment où le groupe préparait la suite du mythique «Electric Ladyland»), il faut bien avouer qu'au final ce ne sont pas 10 titres franchement neufs qui déboulent sur la platine.

Certes les versions jusque-là jamais entendues de « Red House », « Fire » et « Stone Free », et des reprises de « Bleeding Heart » et « Sunshine of your Love » feront des heureux chez les puristes, car elles traduisent une maturité forte chez un Jimi évoluant prodigieusement vite, et qui les a donc digérées et régurgitées à sa sauce. Le résultat vaut donc le détour. D'autant plus que c'est Eddie Kramer himself (doit-on le présenter ?) qui a supervisé le mixage et Janie Hendrix qui l'a produit.

Mais sommes-nous tous des puristes ?

Nombre d'entre nous trouveront que l'on spécule trop facilement sur la légende, ce qui n'est pas faux non plus. Pour ma part, je trouve que même si ce disque est autant appréciable par sa valeur historico-musicale que par son bon contenu (car aucun titre ne constitue un réel scoop hendrixien, mais est en revanche excellemment bien interprêté !), il est regrettable qu'il nous soit présenté sous une telle lumière, car Jimi Hendrix était un perfectionniste. Je doute qu'il aurait voulu que l'on sorte un tel disque. Son entourage (poussé par les maisons de disques) pense aujourd'hui le contraire... est-ce par devoir de mémoire ou par appât du gain ?

Il est néanmoins indéniable que ce disque constitue l'une des meilleures sorties posthumes de Hendrix, surtout car il a été enregistré au moment fatidique où il allait donner une suite à son 3ème opus, et rien que ça...
22 commentaires|68 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
A quel point faut-il être crédule pour ne pas s'apercevoir au premier coup d'aeil coup de filou qui se cache derrière ce Valleys Of Neptune de mars 2010 ? Comment peut-on encore tomber dans le panneau tendu par les maisons de disques ? Cette parution est une énième exhumation posthume du catalogue d'Hendrix. Cette fois-ci, c'est Sony Music qui s'y colle, en qualité de nouveau responsable du catalogue de l'artiste. Cette version supplémentaire affectée au répertoire lucratif du surdoué de la six cordes a pour elle l'avantage de la qualité, pas celle de la nouveauté comme l'acquéreur est en droit d'attendre sur la base de la promotion qui en est faite. On balance de l'inédit en veux-tu, en voilà pour accompagner la sortie du produit dans les bacs. Foutaise. Arrêtez de me faire rire, j'ai des crampes aux zygomatiques. Bravo Sony, mais ne nous prend pas pour des branques. Vends ta camelote, soit dit en passant, très honorable et d'excellente qualité, mais n'en fais pas trop pour un album qui sort, comme par hasard, pour honorer les 40 ans de la disparition du guitariste de Seattle. Valleys Of Neptune n'a d'inédit que le morceau titre (et qui n'est pas ce que le gaucher a fait de mieux), toutes les autres pistes étant de nouvelles moutures de chansons que l'on connaît déjà, enregistrées pendant sa période londonienne (Lover Man, Sunshine Of Your Love et Crying Blue Rain appartiennent à l'épisode daté du 16 février 69 à l'Olympic Studio) et à New York, dans les premiers mois de l'année 1969. Elles se partagent entre les ultimes enregistrements studio du JHE (après Electric Ladyland), à un moment où le torchon brûle grave entre Hendrix et Redding, et les sessions avec la mouture Cox/Mitchell. Appelons donc un chat, un chat. Malgré cette tentative d'entourloupe qui ne baisera pas les initiés, accordons, comme je l'ai reconnu, de la qualité au travail effectué. Dans le concert de daubes que la discographie post-mortem de notre génial gaucher a pu générer, il est rassurant de voir que certaines publications ont le sceau du bien faire. Ce Valleys Of Neptune tient largement la route et échappe au foisonnement des merdes qui, honteusement et sans le moindre respect pour son auteur, ont eu (et ont encore) une existence sous le label Hendrix. Mais parler d'inédit... faut quand même pas pousser mémère dans les orties, elle est en short ! Consultez le tracklist ci-dessous et vous aurez tout pigé de ce à quoi cet album vous convie. Rien que vous ne connaissiez pas, si vous en pincez pour Hendrix. Comme c'est encore bon, vous ne perdrez pas au change et on fermera les yeux. Mais inédit, mon cul ! N'attendez toutefois pas de ce disque qu'il révolutionne les choses : plus rien ne nous surprend sur cet extraordinaire artiste. A moins d'attirer avec des arguments à la mord-moi-le-naeud. Messieurs les promoteurs de maisons de disques, vous n'allez quand même pas faire le coup à chaque parution. D'autant plus que le catalogue est loin d'être épuisé, il me semble, depuis que les ayant-droits du guitar-hero ont flairé le jackpot à décrocher. Comme la Jackson Family depuis que Peter Pan est parti (PLO54).
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 septembre 2014
Jimi Hendrix était un artiste très très doué... il jouait de la guitare et composait comme personne ne pourra jamais le faire...sa famille et Eddie Kramer sont eux aussi très très doués...mais, pour faire de l'argent.
Si Jimi Hendrix entend ce disque il se retourne sûrement dans sa tombe.... ce sont des répétitions remixées et remasterisées pour faire du pognons auprès des fans... rien de plus.
Ecoutez LES VRAIS disques cautionnés par Jimi Hendrix (parce qu'il était encore vivant pour donner son avis): Are you experienced. Axis bold as love. Electric laidyland.....et peut-être Cry of Love....et ce dernier n'est pas sûr....Hé oui.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mars 2010
Biensur, quelques pisse-froids crieront au scandale : pas un inédit à part peut-être "VALLEYS OF NEPTUNES", le morceau qui donne son nom au disque; en effet, nous avons droit ici à une belle compilation de séances de travail du maitre sur des morceaux archi connus ( STONE FREE, BLEEDING HEART, HEAR MY TRAIN A COMIN', SUNSHINE OF YOUR LOVE, FIRE, RED HOUSE...)datant principalement de l'année 1969. Mais que demander de plus? l'essentiel des enregistrements studio ayant déjà été sorti, puis réédité puis remasterisé, puis compilé, puis recompilé puis coffré et repris par des centaines d'artises, quel plaisir de retrouver JIMI dans ces "nouvelles" versions au son fantastique pour l'époque (la production et le mixage étant signé Mr Eddie KRAMER),comme on a pu les écouter dans de nombreuses et différentes versions live de ces nombreux concerts (édités en CD ou pas). La magie opère toujours comme si on trouvait dans ces travaux d'enregistrement "live" et répétitions(?) une nouvelle fraicheur et une spontanéité chez ce génial guitariste gaucher qui renaîtrait de ses cendres quatre décennies après sa disparition. Et si vous croyez que c'est l'un des derniers enregistrements du "VOODOO CHILD", vous faites erreur: sa demi-soeur adoptive, Janie, maintenant détentrice des droits de l'artiste nous propose, outre une réédition remasterisée de l'oeuvre (quatre albums)complétée par des vidéos, documentaires et autres bonus, d'autres albums pour la décennie à venir, ainsi qu'un documentaire audio et vidéo sur la vie en tournée du guitar-héros, prévu cette année en DVD, peut-être pour le 40 ème anniversaire de sa mort.

Longue vie artistique à toi, JIMI.
11 commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Et voici une énième compilation de titres du maître de la Stratocaster ! on nous avait annoncé "Valley of Neptune" comme un album inédit, bien sur, c'est un nouveau best of avec un titre jamais entendu, celui qui porte le nom de l'album justement. Bon, on ne va pas négliger les versions dépoussiérées des géniales compositions de Jimi mais à vouloir faire trop propre, on finit par aseptiser le son qui s'en trouve dénué de profondeur, d'amplitude, et du coup, le feeling de notre guitariste est moins perceptible. Les inconditionnels du guitariste ne feront pas la fine bouche, personnellement je préfère me régaler avec le best of "Experience Hendrix" dont le son reste profond et chaud, pour rester dans la compile. Autrement, bien sur, les 3 premiers albums de Jimi et quelques live comme le splendide "Live at Berkeley" me comblent de bonheur ! Jimi Hendrix semble représenter un filon inépuisable, attention à l'overdose !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 mars 2010
je viens d'écouter l'album: rien de nouveau; j'étais déjà parti sur cette idée et donc pas déçu. Enièmes versions de ces morceaux; à l' époque, ils enregistraient la plupart des boeufs entre musicos, diverses demos et ainsi de suite; dans quelques temps, ils nous feront encore le coup avec d'autres versions "inédites" des mêmes morceaux. En plus le son est mauvais comme pas possible et ces morceaux sont plutôt rock première période d'hendrix. J'aime ces morceaux mais ceux de "band of Gypsis" montrent ce que Hendrix a fait de mieux; des morceaux où son génie explose encore plus. Il y a une alchimie qu'on ne retrouve pas dans "Valleys of Neptune". Ils feraient mieux de tout remastériser ( idem que les Beatles) pour écouter les subtilités des compositions et magnifier encore plus ce musicien. Que sa frangine et autres nous éditent des lives, là OK car hendrix en concert offraie encore plus que sur les disques et ça, on ne s'en lasse pas. Ce CD est destiné aux
iconographes, à ceux qui croient aux extraterrestres. Pour ma part, j'invite tout le monde à investir dans la discographie réalisée de son vivant uniquement (4 albums) et deux ou trois post mortem ou live (ile de Wight , Woodstock ou Berkeley)Le reste, je pense finira par ternir le musicien.
33 commentaires|21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Jimi Hendrix est décédé en septembre 1970 mais en mars 2010 sort un nouvel album du génial guitariste. Certains souriront d'un air entendu, d'autres y verront une nouvelle magouille du show-business, moi j'y trouve matière à me régaler de musique.

Ce nouveau disque, donc, Valleys of Neptune contient douze titres tous enregistrés avec son groupe l'Experience à savoir Noël Redding (1945-2003) à la basse et Mitch Mitchell (1947-2008) à la batterie, le trio qui révolutionna le rock en explosant les limites connues jusqu'à cette époque de la guitare. De son vivant Hendrix n'aura duré que quatre ans - 1967 à 1970 - et trois albums studio, Are You Experienced, Axis : Bold As Love et Electric Ladyland. C'est tout ! Les piles de CD que nous trouvons aujourd'hui dans les bacs des disquaires sont tous des disques posthumes. Mais rien que ces trois CD suffisent pour qu'on crie au génie.

On nous annonce Valleys Of Neptune rempli d'inédits et là il pourrait y avoir polémique car si je cite Stone Free, Bleeding Heart, Hear My Train A Comin', Lover Man, Fire et Red House nous avons là six titres archi-connus. Par contre ce sont les versions proposées qui le sont moins, comme ce Hear My Train A Comin' en version électrique et non acoustique. Ajoutons à cette liste un Sunshine Of Your Love, une reprise du groupe Cream.

Les titres inédits, Valleys Of Neptune, Lullaby For The Summer qui deviendra Ezy Rider, Ships Passing Throught The Night devenant Night Bird Flying, Mr Bad Luck qui est une ébauche de Look Over Yonder ne le sont donc que partiellement.

En fait tout cela n'a aucune importance, chaque note lâchée par Hendrix m'arrache un soupir de bonheur, chaque version d'un titre connu me cloue de stupeur bienheureuse dans mon canapé, ses poubelles sont un festin pour mes oreilles. Dans ces conditions, ce nouveau CD au son ahurissant remet Jimi au centre de mon salon pour mon plus grand plaisir, sa Stratocaster m'explose le cerveau une fois de plus, Mitch martèle ses peaux comme un damné et Noël fait gronder sa basse tout en assurant les chœurs. Alors, heureux ? Arrrrrrrgh !
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mars 2010
Comment faire la fine bouche sur un album de Jimi Hendrix ? Impossible, simplement impossible, tant il domine encore le monde du blues rock de sa stature de commandeur, et tant il dégage de fraicheur et de tonus, par contraste avec le monde actuel, amorti, blasé, éructant tant de stupides revendications, d'exigences égoïstes et de credo arrogants et dérisoires.
Même s'il s'agit de morceaux déjà entendus pour la plupart, le fait de pouvoir jouir d'interprétations inédites est un vrai bonheur en soi. D'autant que la qualité acoustique est plus qu'acceptable. Après tout combien de versions de Summertime, de St louis Blues, de Sweet Home Chicago, par les grands maitres du Jazz et du Blues réunis ?
Derrière une jaquette psychédélique en diable, on retrouve donc un trio ravageur associant Noel Redding à la basse et Mitch Mitchell à la batterie, livrant toute la substance musicale inspirée qui leur sortait des tripes. Parmi les perles ressurgies du passé, un titre totalement inédit Valleys of Neptune et des moments extatiques, Red House, Crying Blue Rain, « Où, teignant tout à coup les bleuités, délires et rythmes lents sous les rutilements du jour, plus fortes que l'alcool, plus vastes que nos lyres, fermentent les rousseurs amères de l'amour ! »
22 commentaires|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €
7,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)