undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

  • Opus 3
  • Commentaires client

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles6
4,0 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:19,73 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 10 avril 2010
Très bel enregistrement de Sophie Alour (comme la pochette d'ailleurs), même s'il manque, à mon goût, un peu de la sauvagerie du précédent (Uncaged)... La comparaison des versions de Haunted qui figurent dans ces deux disques est, à ce titre, très illustrative. Ceux qui aiment le sax avec un son caressant, les climats intimistes' y trouveront de très jolies balades ("En ton absence" par exemple). Mais on retrouve aussi, comme dans Uncaged, des titres où la batterie et la basse ont un jeu beaucoup plus rock (le magnifique « mystère et boule de gomme » par exemple). La qualité de l'enregistrement est excellente, la durée du disque un peu courte (44 min).
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 avril 2010
J'aime ce disque. Il y a à mon sens et mes oreilles ici tout ce qu'il faut. Dès les premières notes, les premiers sons, tout est en place. Il y a le d'abord le son (merci la production), l'âme de la musique et l'histoire. On écoute du début à la fin, emmené morceau après morceau par 3 musiciens au diapason, parfaitement intéressants dans leurs jeux,aux sonorités denses, contributeurs isolés et ensemble à la fois. C'est simple, efficace, poétique et raffiné à la fois. La nudité du jazz comme j'aime la trouver. Ce disque fleure bon un jazz anti marketing, sans prétention affichée, mais qui fait mouche et qui touche juste. C'est parfait.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Depuis quelques années, Sophie Alour semble se tailler une belle réputation dans le monde très masculin du jazz. Au rythme d'un album par an et de quelques concerts dans l'hexagone, elle semble creuser son microsillon sans se décourager. Son tout dernier album (La Géographie Des Rêves, Plus Loin Music, 2012) apparaît même comme sa plus belle réussite discographique. L'ayant découvert il y a quelques années dans Insulaire (Nocturne, 2006), un album de jazz plutôt sympa (son très FM) avec une foule d'invités dedans (et non des moindres puisque s'y croisaient Stéphane Belmondo, Pierre de Bethman, etc.), je ne pouvais manquer cet opus trouvé à la médiathèque (merci le service public). La voici donc en 2010 dans un beau disque digipack en noir et blanc (bravo Plus Loin Music) et mettant en valeur la belle personne qu'elle est. Dans ce projet hyper risqué et très ambitieux, notre musicienne s'offre le luxe d'un album sérieux, la présentant dans la configuration du trio tout acoustique de saxophone/contrebasse/batterie. Disons-le tout net : c'est une assez bonne surprise même si l'on ne sera pas toujours enthousiaste. Sophie Alour fait ici preuve de bravoure et de beaucoup de courage. Et si Opus 3 ne "révolutionne" pas le genre (le mot "révolution" m'apparaissant d'ailleurs de plus en plus comme un abus de langage), de jolis moments délicats et métissés me donnent le sentiment que l'on tient là un disque attachant.

Alors, bien sûr, il y apparaîtra ici et là quelques moments purement anecdotiques (les compos n'étant pas toujours inoubliables de mon point de vue) mais la sincérité des trois musiciens ne saurait être négligée ici. Entourée de à la contrebasse et de Karl Jannuska à la batterie, Sophie Alour nous donne pas mal de tranchants quand elle enfourche son ténor. Le son est clair et ample, et notre artiste n'hésite pas à mélanger les genres avec beaucoup d'à propos. Ce collectif très soudé fait preuve d'une belle cohésion, c'est indéniable. Le puzzle se met en place sans difficulté au fil des plages et la solidité du groupe renforce toujours ce sentiment d'avoir à faire à un collectif et une musique bien compacts. Les climats sont variés, grâce à des arrangements raffinés (« Mystère et boule de gomme ! » nous entraînant parfois dans une spirale déstabilisante), mais aussi de par une rythmique flirtant avec l'Afrique (« Éloge du lointain » nous ramène sur un terrain plus organique). Le contrebassiste fait preuve de beaucoup d'imagination en caracolant par exemple au milieu des harmonies sinueuses et en enrichissant les breaks.

Alors bien sûr, on ne trouvera pas par ici de walkin' bass à la Ray Brown, mais qu'importe! Le travail est extrêmement bien peaufiné. Le batteur n'est pas en reste, lui non plus. Jannuska est irréprochable du début à la fin, très attentif, toujours prêt à rebondir sur une idée ou à proposer de nouvelles couleurs. Parfois brutal ou sec (« Untitled »), il sait se faire plus nébuleux sur « Mystère et… », où il s’amuse à brouiller les pistes, avant de redevenir plus fougueux sur un « Karlstone » aux accents très be-bop. Mais après Insulaire (2005) et Uncaged (2007), ce troisième opus enregistré sous son nom ne tient pas toujours ses promesses. Les audaces sont encore un peu timides : jouer dans un style personnel est bien sûr très difficile et Sophie Alour s'y essaie avec plus ou moins de réussite. Disons que si ses sonorités sont parfois émouvantes et fragiles, voire viriles, c'est au niveau des improvisations et des compositions que l'ensemble paraît moyen, sans jamais se démarquer de ce qui s'est fait dans cette formule (je ne citerai pas les trios de Sonny Rollins, de Joe Henderson ou encore de Joe Lovano). Bref, l'entreprise est ici courageuse en adoptant la formule nue, et si au final, j'y trouve encore bien peu de surprises, je me dis que Sophie Alour est une musicienne à suivre d'assez près...
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 avril 2010
simplicité , sobriété , prouesse .un cd que l 'on écoute en vaquant a ses occupations et qui a la premiere lecture apparait commun .a écouter attentivement au casque pour apprécier l 'album .plus je l 'écoute plus je l 'apprécie .chroniqué choc ( jazman-jazzmagasine ) pour ceux qui ont besoin d 'être rassurés .
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mars 2010
Sophie Alour est une jeune saxophoniste ténor et soprano (mais aussi clarinettiste, flutiste) qui évolue entre jazz et rock, ici en trio avec Yoni Zelnik, contrebasse et Karl Jannuska, batterie, sur son troisième opus... Cette compositrice, saxophoniste qui a déjà collaboré avec Rhoda Scott, Wynton Marsalis, Stéphane Belmondo, Alexandre Saada et Aldo Romano, dispose déjà d'une courte mais riche expérience saluée par la critique et le public.... Cette musicienne propose onze thèmes de "Grekerna"," Mystère et boule de gomme", "Eloge du lointain", "Ode à Arthur Cravan", "Haunted", "En ton absence", " Why people always laugh about serious things ?", "Pensée vagabonde", "Caprice", "Karlston" à "Petite anatomie du temps qui passe"... Une sonorité, rêche et tendue, une belle interprétation, sensuelle, généreuse, débordante de charme et de poésie. Un bon album engagé et féminin (et qui n'est pas vocal!) dans la lignée des précédents....
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 août 2013
Je vous conseille cette artiste qui est géniale et pour moi personnellement et c'est son meilleur album a acheter et a écouter
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)