undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles23
3,9 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:15,87 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 30 août 2010
Le premier des chroniqueurs de seconde zone qui pullulent sur internet tenterait sans hésiter de ne point citer, ne serait-ce qu'une fois, le célèbre groupe australien auquel Airbourne rend hommage depuis ses débuts. Le Religionnaire s'est au contraire mis en tête de rembourser AC/DC dont les prélèvements n'ont toujours pas été crédités, bien qu'il ne puisse prétendre qu'AC/DC soit particulièrement à plaindre financièrement. AC/DC demeure effectivement l'un des groupes les plus riches de la planète et ne semble pas devoir connaitre le déclin avant que ses membres décèdent ou dégénèrent sur un mode Alzheimer. Le recyclage sans fin de son catalogue représente l'antithèse de la prise de risque artistique et aurait dû provoquer depuis longtemps déjà l'épuisement du public. Or AC/DC n'a cessé d'agrandir son emprise sur le monde, bénéficie de plus d'une aura quasi-religieuse, grand emblème des bonnes vieilles valeurs du rock misogyne dont les taches bien grasses et spermatiques sont chaque jour bénites. Lorsque le Religionnaire constate le succès ahurissant du dernier effort studio d'AC/DC, il n'oserait proclamer la nécessité d'un clone, aussi doué soit-il. Le pari était osé : oser jouer du AC/DC à la manière d'AC/DC alors qu'AC/DC joue du AC/DC depuis maintenant presque quarante ans. Le premier album de ces héritiers autoproclamés d'AC/DC était néanmoins suffisamment brillant pour triompher et convaincre qu'il y a peut-être mieux qu'AC/DC pour jouer du AC/DC. Le Religionnaire redoutait alors que ces jeunes à la langue luisante suscitent la lassitude à laquelle AC/DC a toujours échappé, et il le redoute aujourd'hui plus que jamais.

Ce second, espérons deuxième opus, n'est pas moins intéressant que le premier. Il a d'ailleurs bénéficié d'un succès équivalent voire supérieur. Hélas, il semblerait que l'émergence d'Airbourne en 2007 n'a servi qu'à redonner un nouveau souffle à AC/DC dont les chiffres de ventes ont depuis explosé et dont la plus modeste compilation a récemment propulsé une superproduction hollywoodienne. Aujourd'hui, Airbourne ne sert plus à rien. Les groupes de hard rock nostalgiques se comptent par milliers dont la plupart sont plus audacieux et ne se limitent pas à un hommage unique. Certes, les mélomanes les plus pointilleux signaleront qu'AC/DC n'est pas ici pas la seule inspiration, que le Religionnaire pourrait essayer de prendre en compte l'influence du rock australien dans son ensemble avec les Angels et Rose Tattoo, malheureux rivaux d'AC/DC, voire même un soupçon de hair metal à l'occasion, mais la mauvaise foi ne sauvera pas le meilleur des faux AC/DC. Cette extinction prochaine peut désappointer, attrister, mais elle n'en reste pas moins juste, car il n'existe pas de meilleur destin pour un groupe hommage à AC/DC, que d'entretenir, voire de relancer la carrière d'AC/DC et de se sacrifier pour AC/DC : Airbourne et AC/DC sont donc quittes. Le Religionnaire ne saurait trop suggérer à ces jeunes australiens de s'inspirer de Dream Theater, un groupe hommage qui n'hésite pas à voir grand et à singer une variété impressionnante d'artistes : la dilution est la solution. Un tel talent d'imitation doit forcément pouvoir se révéler dans un autre rôle que celui d'AC/DC.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 septembre 2013
Comme disait un illustre disparu "si ça c'est de l'ACDC moi je suis les Beatles". Si vous n'avez pas ce coffret dans votre discothèque, vous n'en mourrez pas. Par contre, si vous avez 7€ à foutre en l'air, pour caler une armoire par exemple, je ne peux pas vous empêcher de l'acheter. On a l'impression que c'est toujours la même chanson qu'on aurait découper en plusieurs titres !!! Pour ma part, je l'ai donné à un ami pour voir ce qui l'en pensait mais je ne sais pas si c'est vraiment un cadeau !! Cet album est encore pire que le premier, c'est dire !!! Comme je ne connaissais pas, j'ai malheureusement acheté le coffret à 10€ pour écouter !!! A ne pas renouveler !!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 mars 2010
L'influence AC/DC est évidente et si on parle de copie, ce n'est pas une injure, car le maître est grand. Les commentaires mettent tous l'accent sur cette filiation avouée, mais aucun cependant ne fait le lien avec un autre groupe qui au même âge que les sympathiques Airbourne ont eux aussi explosé les charts, je veux parler de Skid Row. La voix Airbourne est indéniablement reprise sur celle de Sebastian Bach, vocaliste furieux et enragé des Skid, et ce second album d'Airbourne me fait définitivement penser aux riffs du premier album de Skid Row (album éponyme) mais également aux meilleurs morceaux de l'album "Slave to the Grind". Un heavy metal epuré au chant rageur, sans fioritures ni effet, bref efficace, même si les détracteurs reprocheront (et à raison) que Airbourne n'a rien inventé. Ceci n'étant pas incompatible avec la qualité. Les riffs d'AC/DC, le blues en moins, la voix et les solos de Skid Row, souhaitons à Airboune la carrière du premier plutôt que du second, relégué à jouer les guest stars alcoolos sur les concerts de Guns N' Roses.
Je recommande donc cet album à ceux qui aiment écouter un Heavy pur, simple, brut de décoffrage, efficace et entraînant, je le déconseille à ceux qui recherche quelque chose de nouveau dans le genre.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 mars 2010
Peut être moins rapide en terme de tempo que leur premier album, ce nouvel opus n'apporte rien de nouveau, ce qui ne veut pas dire qu'il est mauvais.
Pas mal de riffs sympas (notamment Loaded Gun qui me fait penser au Jailbreack de qui vous savez), une rythmique qui assure et un chanteur pour le moins "habité" par le rock'n'roll.
L'ombre du grand frère australien plane sur cet album, et le buzz suscité par ce groupe n'est peut être pas étranger au regain d'intérêt pour ACDC (cf les ventes de leur dernier album et la tournée mondiale qui s'ensuivit). Et c'est là que le bas peut blesser : AIRBOURNE est très bon dans son genre, mais un genre qui peut vite tourner en rond - honnêtement un troisième album identique donnerait à penser que ce groupe n'a rien d'autre à proposer.
ACDC est bien sur arrivé au bon moment, mais a inventé un style partant du blues et du rock'n'roll, a trouvé des riffs indémodables et s'est imposé comme l'un des meilleurs du genre en live.
Pour AIRBOURNE la tâche est ardue : c'est déjà entendu et c'est déjà vu (même si on tape toujours du pied !).
Je pense aussi que le chanteur devrait faire évoluer son chant (à la longue c'est un peu pénible...).
Affaire à suivre...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Enorme second opus de ce très très bon groupe Australien. Rien à jeter.
Energie, Rock'n'Roll et tout ce qui va avec mille fois revendiqués.
Des riffs assassins, des chorus tranchants et un GROS son lourd, très lourd. Les frères O'Keeffe et leurs 2 compères ne font pas dans la dentelle tout au long des 18 titres.
"Born to kill" annonce la couleur. "Raise the flag" est un pur concentré d'adrénaline style dark dog en intraveineuse. Après 2 pistes tranquilles "It ain't over till it's over" en remet une couche. Très bons riffs sur "Armed and dangerous" et "Overdrive", "no way but the hard way" et final en apothéose avec "back on the bottle" avant de rentrer dans les bonus tracks qui restent dans la lignée des 14 morceaux précédents.
"No Guts, no glory" est un véritable concentré d'énergie qui fait du bien à entendre. ça réveille et fout la pêche.
A voir très vite en concert!!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 avril 2010
Moins direct que le premier album. Mais plus appréciable à la longue.
Plus énervés que leurs papas, moins stricts. Ils prennent le meilleur mais ne sont pas de pales copieurs. C'est frais
Si le premier album était entre "Let there be rock" et "Back in Black", celui ci serait plutôt 30% "Let there be rock" 30% "For those about to rock" 10% "Blow Up your video" (reverb discutables sur la voix et les grattes), le reste c'est de la rage. Les titres bonus sont du pur "let there be rock", bonheur !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juillet 2010
Super album plein d'énergie. Fan d'ACDC (toutes périodes confondues) je retrouve dans ce groupe tous les ingrédients qui m'ont fait aimer les boys. Cette album est plus abouti que les précédents. Il faut encore qu'il murissent pour qu'il sorte LE titre qui les propulsera, même si cela restera difficile comparé à ACDC et le charisme de Bon Scott ou la voix si particulière de Brian Johnson... et bien sûr Angus... Mais je reste confiant! Vive Airbourne!!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 décembre 2010
Tres bon groupe , Airbourne est la révélation du rock et l ' album No Guts , No Glory est une merveille. Des morçeaux et des titres tres rock. Sublime , Magnifique et fabuleux. Airbourne est le futur du rock.
review image review image review image
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 avril 2010
Airbourne a l'ACDC attitude, la relève tient la route
L'Australie occupe le terrain et montre la voie
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mars 2010
Que dire de cet album... un brulot en puissance, des riffs ravageur, des solos electisant et un chanteur qui en veut !
Une chose m'énerve dans les critiques générales... la comparaison avec le groupe ayant crée Back In Black (que je ne citerais pas)
Cette comparaison devient pesante, on ne réinvente pas le Rock N Roll, stop de crier au plagiat ou de vouloir démontrer une ressemblance.

Mention spéciale au single en puissance, "Blonde, Bad And Beautiful", un titre qui mériterait de passer a la radio.
Bottom Of The Well, la tentative Bluesy-Hard est plus que réussie, et ce titre envoie la sauce !
No Way, Born To Kill et Back On The Bottle ont tout de l'hymne Rock, d'une puissance énorme.

Les titres Bonus sont très dispensable, et trop hors sujet avec le reste de l'album, bien qu'étant des bons morceaux très Rock N Roll.

Le groupe d'une décennie ? seul l'avenir nous le dira, Mais la bande a Joel n'a pas fini de faire parler d'elle...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

17,75 €