undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

63
4,3 sur 5 étoiles
Lovely Bones
Format: DVDModifier
Prix:12,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

18 sur 18 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 août 2010
Un film exceptionnel autant par le scenario que par la qualité des images. Suzie une jeune fille tout à fait normale de 14 ans se fait assassiner. Elle se retrouve alors dans "l'entre deux monde" ou elle peut observer tout ce qui se passe sur Terre après sa disparition: la réaction de sa famille, son meurtrier et la progression de l'enquête.
C'est un film magnifique, on en prend plein les yeux, les images de l'entre deux monde sont magnifique. Les acteurs jouent leur rôle à la perfection en particulier le meurtrier (S. Tucci) et S. Ronan,l'héroine du film qui crève l'écran par son regard.
Bref un film chargé d'émotion à voir et a revoir!!!
A regarder sans la moindre hésitation.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
22 sur 23 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 19 avril 2010
vu sur Bluray US

voila un film dont on ne sort pas indemne
primo par l'histoire mais suffit de lire le résumé

secundo par une qualité cinématographique à tout épreuve, on est carrément happé par l'image, ce qui rend le malaise encore plus grand.
texture, palette de couleurs, netteté, rendu des noirs, jeux de lumières, effets spéciaux... c'est un festival pour les yeux et pour votre système.
et que dire de cette jeune actrice Saoirse Ronan, qui crève carrément l'écran de sa beauté, filmée au plus près par des gros plan hallucinant, des yeux bleus
qui illumine autant que les décors tout autour.

c'est fou d'ailleurs qu'une histoire aussi tragique, révoltante, répugnante, noire...soit aussi belle et lumineuse à l'écran.

quelques trous dans le rythme et le scénario, il manque un petit quelque chose qui aurait fait de ce film un chef d'œuvre.

En tout cas pour les décors et la haute définition de l'image, même dans vos rêves les plus fous... 24 h après j'en suis encore tout imprégné.

à voir absolument, mais c'est féroce et difficile à digérer.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
35 sur 38 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Un film qui traite d'un sujet terrible : le meurtre d'une adolescente de 14 ans par un pervers...
Dès les premières minutes, le sujet est exposé. Pas de suspense donc, ni de raisonnements nécessaires pour déduire ceci ou cela. Pas de côté objectif appuyé comme des scènes de violence ou une enquête de police, bien que ce dernier aspect ne soit pas absent.

Le propos du film est ailleurs : la vie sur terre et la vie ailleurs, dans un entre-deux mondes. L'adolescente va comprendre que sa vie ici s'est interrompue, mais qu'elle "est" toujours. Les proches vont comprendre qu'elle n'est plus d'ici. Le père pourtant va percevoir sa présence...
Pour le reste, il faut regarder le film...

Visuellement parlant on est émerveillé par la qualité de la photographie d'abord et par le monde intermédiaire dans lequel on suit la jeune fille. D'une beauté époustouflante, les paysages de l'imaginaire sont également d'une réalité totale.
Les angles, les lumières, les couleurs, les perspectives et les panoramas de cette nature surréaliste, le ciel, les nuages, tout est parfait. Si la poésie pouvait se voir, elle aurait ce visage...

La musique de Brian Eno, compositeur de tant de disques de "ambient music", convient à merveille. Music for Airports, The Pearl, On Land qui sont des enregistrements anciens, se retrouvent ici, exactement ou avec des compositions d'une ambiance pour ainsi dire identique.
Musique qui laisse la place à tout le reste. Musique où la mélodie n'a pas le droit d'exister, de s'imposer et qui pourtant est agréable, douce et porteuse. L'occasion de découvrir ce musicien.

Les acteurs sont vraiment impeccables, sans exception.
Le père est bouleversant, la fille ne joue plus, elle "est", le meurtrier est d'une abominable réalité. Beaucoup de moments d'émotion, l'insupportable qui est mis en scène avec pudeur, la force intérieure dont nous sommes capables sont autant d'aspects qui rendent ce film riche. Mais, c'est surtout par sa retenue qu'il frappe.

Le déroulement laisse cependant quelques vides. On pouvait souhaiter un peu plus d'engagement, de prise de risques dans la vision de cet autre monde ou une connexion plus appuyée.
Beaucoup de choses restent en suspens comme dans cette vie brisée qui se cherche un monde nouveau et qui hésite. Pourtant, des frémissements sont perçus, des fils ténus tissent une toile discrète entre les deux mondes.
Mais, un peu comme pour la musique, il vous faudra ajouter le reste et accompagner les personnages sur le chemin d'une improbable rencontre.

Un film pour ceux qui aiment la place laissée à nos possibles...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
On ne peut littéralement être que happé par ce film très fort de Peter Jackson. Le scénario parvient à être positif et poétique sur un sujet des plus difficiles (meurtre pédophile).

Le film, construit comme une (en)quête montre admirablement comment chaque membre de la famille (de la victime aux survivants) va devoir se reconstruire et retrouver une paix intérieure, chacun avec ses obsessions, pour surmonter le drame : « Mon assassin n'imagine pas ce que peut faire l'amour d'un père » dit à un moment l'héroïne. Un très beau film, envoutant. La fin est sereine et apaisée : « My name is Salmon, like the fish; first name Susie. I was 14 years old when I was murdered on December 6, 1973. I was here for a moment and then I was gone. I wish you all a long and happy life ».
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
9 sur 10 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Lovely Bones aborde le thème de la perte d'un enfant de manière originale et avec beaucoup d'émotions. On est très loin du simple thriller, ici tout est question de sentiments et de sensations. J'ai rarement vu un film faire passer autant d'émotions avec autant de justesse et de profondeur, à la fois l'amour, la tendresse, la tristesse. On peut ressentir à l'extrême ce que ressent l'héroïne et ses proches : la peur, l'incompréhension, l'injustice même, jusqu'à la violence sourde face à la froide détermination d'un terrible assassin.

Les images, le rythme et la musique servent l'histoire avec une grande force évocatrice. Nulle violence gratuite, tout se situe dans la psychologie des personnages, le découpage de l'histoire, les images et le cheminement émotionnel du spectateur jusqu'à l'ultime dénouement. La délivrance.

Un film a voir et à avoir. Peter Jackson nous prouve qu'il est un grand artiste. Du très grand art !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Peter Jackson n'est définitivement pas un réalisateur classique. Il est capable de transformer le meurtre d'une adolescente en une histoire bouleversante de beauté, faisant d'un sujet basique un merveilleux conte. Ce film se rapproche parfois de "Créatures Célestes", l'un de ses précédents travaux, et offre nombre de visions fantasmagoriques touchant au sublime.
Le destin de cette famille meurtrie, finement tourné, nous plonge deux heures durant dans la tristesse, la joie, l'espoir, la déconvenue, sans jamais ennuyer. Loin des films à effets spéciaux à outrance (hormis pour le monde parallèle), Jackson offre une vision naïve et belle de l'adolescence qui s'émeut de petits riens, loin du monde cruel des adultes.
Une réussite totale, une fois de plus!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 février 2011
Avec Mark Walkberg est une sacrée volée de bon acteurs.Un grand bravo à la gamine qui joue à merveille.
Dans une famille assez standard(papa,maman,2 filles et un garçon plus le chien)l'ainée des filles se fait enlevée par un voisin et malheureusement tuée.On voit la petite évoluée ensuite dans une sorte de Paradis,suivre l'enquete que mène son père,et les pulsions du tueur.....
Je suis assez époustouflé par la beauté de l'image et le choix de la bande son qui vraiment donne un cachet particulier à ce film.
Ensuite les traits des perso sont fabuleux,l'innocence de la gamine,les yeux et le visage du tueur,et le désespoir du père.
Vraiment un grand moment de film,de poésie,comme on en voit pas assez souvent dans un film.
Indispensable.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
VINE VOICEle 2 décembre 2012
Cette adaptation par Peter Jackson de La nostalgie de l'ange fait partie des films qui ont toutes les chances de diviser : on adhère ou on adhère pas à ses costumes et son ambiance résolument vintage ; on adhère ou on adhère pas à la perspective un peu mystique dû au déroulement d'une partie de l'intrigue dans l'au-delà ; et surtout, on adhère ou pas à la photographie très particulière de cet "in-between", ce monde des morts dans lequel Peter Jackson s'autorise tous les effets spéciaux les plus étonnants.
Pour ma part, ce film m'a happé et je lui pardonne donc aisément toutes ses outrances. Il faut dire qu'il est servi par un superbe casting, dominé par Stanley Tucci et la jeune actrice irlandaise Saoirse Ronan, épatante dans le rôle principal. Rien que pour elle et sa partition de narratrice, je conseille d'ailleurs de regarder "Lovely Bones" en version originale sous-titrée.

Fable sur la perte d'un être cher, ce film, qui semble se préoccuper de la destinée des trépassés, observe en plutôt en réalité comment les vivants tentent de survivre à l'absence. Vu de l'autre côté de l'écran (encore une fois, à condition d'y entrer dès les premières secondes), il fait passer le spectateur par des moments de grande douceur dans le cocon familial mais aussi par des sentiments plus sombres dus à la gravité du sujet et à quelques scènes perturbantes.
Dommage que le DVD, vide du moindre bonus, ne permette pas de prolonger un peu plus la visite de cet univers onirique...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
10 sur 12 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Chaque film de Peter Jackson crée l'événement. En effet le réalisateur de Bad Taste a su dans ses nombreux longs métrages transformer une histoire banale en chef d'œuvre. De Fantômes contre fantômes, en passant par Heavenly Creatures et bien entendu la trilogie de l'anneau, Peter Jackson a réussi à transformer le cinéma. C'est donc avec une certaine émotion que nous attendions Lovely Bones.

Tout d'abord Lovely Bones est l'adaptation du roman homonyme d'Alice Sebold. Bien que n'ayant pas lu ce livre, il faut reconnaître que le réalisateur a su visuellement donner un style à part à une histoire scabreuse. Il commence par montrer la vie de cette jeune fille (formidablement interprétée par Saoirse Ronan) en rentrant dans le quotidien banal d'une adolescente de 14 ans.

Il arrive à faire accepter aux spectateurs que cette fille pourrait être la leur. Puis ensuite, via le meurtre, il s'abstient de montrer des images difficiles pour passer à une autre dimension et y ajouter ses atouts. C'est à ce moment là que la dure réalité de la vie côtoie l'autre côté du miroir (ou de la vitre dans l'histoire).

On retrouve toujours Saoirse Ronan qui, telle Alice, découvre la vérité et donc les pièces du puzzle au fur et à mesure de l'histoire. D'ailleurs chaque image au travers de la mort est composée comme un tableau montrant ainsi une large différence entre les deux mondes.

Peter Jackson fait preuve encore une fois de son talent de conteur qui permettra aux spectateurs de s'évader pendant les deux heures de ce long métrage.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Deuxième incursion dans le domaine de l'onirique après le magnifique et bouleversant 'Créatures célestes' en 94 avec Kate Winslet, cette adaptation cinématographique du premier roman de l'Américaine Alice Sebold de 2002 'La nostalgie de l'ange' est tout simplement un film à la fois magique (pour sa partie dans l''entre-deux-mondes') et passionnant (pour sa partie policière) du grand Peter Jackson.

Saoirse Ronan (la révélation de 'Reviens-moi' en 2008 ; elle a curieusement physiquement quelque chose de Sylvie Testud et elle est strictement parfaite dans le rôle) est une adolescente qui est tuée dans un champ de maïs quelque part en Pennsylvanie à la campagne par un inquiétant tueur en série, que joue l'époustouflant Stanley Tucci, en fait un de ses voisins. Son corps ne sera jamais retrouvé et elle-même considérée d'abord comme ayant disparue.

Immédiatement après sa mort, l'héroïne, qui pense d'abord être toujours encore vivante, échappe à son tueur, cours vers la ville (et est d'ailleurs vue par une autre adolescente médium) et voit même son père qui est en train de la chercher, mais entre eux 'les vases ne communiquent plus' : elle est ailleurs et le réalise à partir de là : elle continue de voir et d'entendre ce qui se passe dans notre monde, mais elle est elle-même dans un autre monde, en fait dans un 'entre-deux-mondes'.

Extraordinairement bien mis en images, ce sas entre la Terre et le Ciel a quelque chose du Paradis, mais c'est un Paradis qui lui est strictement personnel et qui, selon son humeur, peut aussi devenir triste et inquiétant ; très peu d'autres personnes s'y trouvent et Saoirse Ronan finit par réaliser qu'en fait il lui faudra, une fois qu'elle sera prête, qu'elle se sera libérée de ce qui la lie encore à son ancienne vie, partir vers un ailleurs dont elle ignore tout.

En attendant, elle observe ce qui se passe sur Terre : son père (Mark Wahlberg, bien) et sa sœur qui, malgré le temps qui passe, continuent obstinément de chercher à savoir ce qui s'est passé et qui s'en est pris à leur fille et sœur ; sa mère (Rachel Weisz bien aussi ; les films de la série de la 'Momie', 'The constant gardener', 'The fountain', 'Agora') qui est partie vivre ailleurs parce qu'elle n'en pouvait plus que de continuer de rester sur place avec son mari obsédé par la recherche de la vérité ; sa grand-mère (Susan Sarandon, parfaite et drôle de surcroît en Maman de remplacement qui répond à sa petite fille qui aimerait savoir s'ils forment encore une famille : « Ta mère déprime et ton père est une épave, donc nous sommes bien encore une famille ! ») ; le policier chargé de l'enquête (Michael Imperioli, bien également ; 'Les Soprano', 'Life on Mars-version US' et 'Detroit 1-8-7') et qui ne trouve rien ; et bien sûr le tueur, aux déjà nombreuses victimes, qui se prépare à frapper de nouveau et semble beaucoup s'intéresser à sa jeune sœur...

C'est la première fois que l''entre-deux-mondes' est représenté au cinéma, contrairement au Paradis qui l'a souvent été, surtout dans les années 30/40 à Hollywood, mais de manière bien sûr plus classique (comme une sorte de palais en général, avec du 'personnel' très stylé, etc .) ; c'est d'ailleurs un autre Néo-Zélandais (serait-ce une de leurs spécialités là-bas ?), en l'occurrence Vincent Ward, qui fut le premier en 98 avec 'Au-delà de nos rêves' à nous proposer un Paradis 'digne de ce nom', autrement dit magnifique à voir. Il existe d'ailleurs un roman français, extrêmement réussi lui aussi, de Didier van Cauwelaert de 97, 'La vie interdite', qui raconte lui aussi cette même difficulté, une fois que l'on a quitté son corps, et que l'on est encore là quand même, à voir et à entendre et surtout à penser, spectateur du chagrin de ses proches, prisonnier de ses désirs, et tour à tour étonné et amusé, mais aussi angoissé et révolté, qui résonne étonnamment avec cette histoire-ci.

Mis en images avec beaucoup de soin (et pas seulement pour la partie 'fantastique' du récit), excellemment interprété, littéralement prenant, mais aussi réellement touchant, ce long-métrage dans lequel l'émotion rime avec la plénitude et qui illustre de manière plutôt convaincante la corrélation qui existe dans la vie entre les choses, parfois bonnes, parfois mauvaises, que nous faisons et ce qu'il advient de notre vie, est incontestablement une œuvre originale et forte qui restera comme l'un des films les plus personnels et aboutis de son auteur. Dommage que Peter Jackson, pris par ses nombreuses superproductions, n'ait pas le temps de nous offrir plus souvent de tels bijoux !

Et ne manquez surtout pas la fin du film, particulièrement rafraîchissante !
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
La nostalgie de l'ange
La nostalgie de l'ange de Alice Sebold (Broché - 2 mars 2005)
EUR 7,20

The Lovely Bones
The Lovely Bones de Alice Sebold (Poche - 1 octobre 2009)
EUR 7,45

Alice n'est plus ici
Alice n'est plus ici de Ellen Burstyn (DVD - 2005)
EUR 6,39