undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

  • Solar
  • Commentaires client

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles6
3,7 sur 5 étoiles
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:8,40 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 16 août 2011
Le héros est un physicien , qui a eu un prix Nobel, et végète maintenant dans une paresse intellectuelle (alimentée paritellement par la multiplication de ses liaisons amoureuses). Il va tomber sur la "manne de l'écologiquement correct". Ian Mac Ewan a beaucoup d'imagination, et celle ci peut s'emballer..La manière dont le héros s'empare de ce qui en fera (temporairement) un chantre des énergies renouvelables est peu crédible, et on se lasse un peu de ses états d'âme.Il est fondamentalement, non seulement peu sympathique, mais peu interessant...
Des ressorts comiques, une immense documentation..mais ce livre est loin d'égaler "La plage du Chesil"...
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 décembre 2012
Ce roman non conte l'histoire d'un Prix Nobel de physique. Ce n'est pas rien un prix Nobel ! Talentueux, certes, mais pris au piège de ses faiblesses humaines, son arrogance, sa petitesse, sa fatuité, sa vanité d'homme qui se prend pour un Casanova. Auteur anglais doué entre tous, Ian McEwan n'épargne rien à son héros. Il le travaille avec un sens magistral de la distance, le met à l'épreuve avec un humour dévastateur (mais sans méchanceté). Le lecteur (la lectrice, plutôt ?) se délecte et en tire une leçon fondamentale (car McEwan est un moraliste) : l'être humain est faillible.
A lire absolument par tous ceux qui ne se prennent pas au sérieux.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Décidément, me voilà de plus en plus déçue à chaque roman de McEwan. Il est vrai qu'après Expiation, il était difficile de rester au niveau, mais là le fil du récit est si mince que McEwan délaye, qu'il dilue. Pour l'histoire, en voilà l'essentiel: le professeur Beard, prix nobel de physique, incorrigible séducteur et incroyable salaud, voit petit à petit sa vie se désintégrer, tomber en lambeaux par pans entiers. Il faut dire qu'il y participe activement et sans aucun scrupule. Au début du roman, son cinquième mariage est en train de se dissoudre tandis que son épouse le trompe avec l'entrepreneur en bâtiment qui a rénové sa maison et aussi avec son premier assistant au centre de recherches. C'est à partir de ce moment que rien ne va plus aller.

Ce roman se veut humoristique et sur la couverture on peut lire `savagely funny', je crois que l'adverbe `savagely' est inapproprié, et que `modestly funny' serait plus adéquat. Les tribulations du professeur Beard nous font parfois sourire mais beaucoup plus souvent on étouffe un baillement à la lecture détaillée des théories de Beard sur le réchauffement climatique, les différentes manières d'y remédier et ses propres théories. A vrai dire je suis arrivée assez péniblement jusqu'à la fin. Le sujet était intéressant mais les longues disgressions nous perdent.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 mars 2011
Ian Mc Ewan (McE)'s novel ""Solar" is hard to judge. I loved his novel ""Saturday so much that I slowed down my reading to make it last longer, and made it a present for friends as far afield as Tajikistan. After 40 pp. into "Solar", I hated the book and looked at the prospect of another 245 pp. with alarm.
Its main protagonist Michael Beard is a short, fat, repellent, five-times married, but winner, perhaps by mistake, of the Noble Prize for Physics in the mid-1980s. He has lived a life of indulgence and rent-seeking behaviour ever since. The book begins in 2000, at the start of a decade under the spell of climate change, a threat he rubbishes, but when fate turns against him, a cause he embraces.

I enjoy reading about bad and stupid characters, as long as the author, creator keeps them on a tight leash. My early frustration with the book was a lack of "flow", which is the desire to continue to read on and on. McE allows his unattractive hero, time and again, in small portions, to make a case for himself in his own words. That is OK, highly amusing even, suggesting a possible universal male mindset. But occasionally and annoyingly, McE intervenes himself, briefly, to exonerate his ugly creation, as if to say that MB is not totally deprived, and that he (McE) should never be identified with him...
That kills the pace of the book, which is otherwise beautifully written, very thoroughly researched, sensitive to all sorts of trends and fashions, exposing the false post-modernist forms of pseudo-science, typically British manipulations of public opinion, etc.

But in his novel "London Fields" Martin Amis (MA) was in total control of his abysmal character Keith Talent, who shares many preoccupations and habits with Noble-laureate Michael Beard. But MA never gave Keith a second's worth of true lucidity and wisdom. The venerable Elmore Leonard, creator of many dumb, inept criminal characters, never gave any of them the opportunity for bouts of philosophy or deep self-reflection.

I found this book more difficult to interpret than any other I came across recently. My assessment may be wrong. But it is an excellently-composed, rich book, mixing big, serious matters with farce and comedy. It is a genre Ian McEwan should, however, in future leave to others.
11 commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 août 2015
I haven't laughed so hard in years! Brilliant writing as usual and one of the most memorable of Ian McEwan's novels.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 avril 2012
The life of a prof continuing to use one fluk event in his life to make a living and carry off the most beautiful of (several) brides. When his life begins to fall apart, by his decision making, he became the principle actor of his own downfall. I suppose that either you like this author and his style or you don't.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,40 €
8,40 €
8,40 €
8,40 €