undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 27 mai 2009
Heitor Villa-Lobos est né à Rio de Janeiro en 1887. Il apprit le piano, la clarinette et la guitare auprès de son père, découvrit sa passion de la musique auprès des musiciens des rues et, à l'âge de seize ans, décida de s'enfuir de chez lui, et parcourut les régions de Nordeste du Brésil, recueillant au cours de son errance d'authentiques chants traditionnels. Par la suite, il étudia à l'Institut National de Musique de Rio de Janeiro mais, comme il le dira bien des années plus tard : « Un pied dans l'académie et vous êtes déformé ». Après un autre voyage ethno-musicologique au coeur de l'Amazonie en 1912, Villa-Lobos revint à Rio de Janeiro et, le 13 novembre 1915, fit sensation en donnant un concert de sa musique nouvelle. En 1923, il attira suffisamment à lui les faveurs des autorités brésiliennes pour obtenir une bourse d'étude à Paris. À son retour, en 1930, Villa-Lobos entama une carrière politique et pédagogique, et fut nommé directeur de l'éducation musicale de Rio de Janeiro, puis prit en charge la vie musicale du pays. Les années 1940 furent pour lui une période de triomphe international : comme compositeur et comme chef d'orchestre, Villa-Lobos fut célébré de Los Angeles à New York, mais aussi à Paris. Il est mort en 1959 à Rio de Janeiro. Son style combine des influences européennes, notamment celle de Bach, avec des sources de musique traditionnelle brésilienne. Il a laissé un millier d'oeuvres dans pratiquement tous les genres, en particulier de nombreuses pièces pour piano, parmi lesquelles la « Suite floral », « Cirandinhas », « Ciclo Brasileiro », « Saudades das Selvas Brasileiras », « Das Cirandas » ou « A Prole do Bébé », ainsi que des pièces pour guitare, dont la « Suite populaire Brésilienne » et cinq Préludes, trois Sonates pour violon et piano, un Trio à cordes, trois Trios pour piano et cordes et un Trio pour hautbois, clarinette et basson, dix-sept Quatuors à cordes, un Quatuor pour flûte, hautbois, clarinette et basson, un Nonette « Impressão rápida de todo o Brasil », quinze (dont deux perdus) « Choros » et neuf « Bachianas Brasileiras » pour diverses formations instrumentales, une Suite pour piano et orchestre, cinq Concertos pour piano, une Fantaisie pour piano, une Fantaisie pour violon, une Fantaisie pour violoncelle, deux Concertos pour violoncelle, un Concerto pour guitare, un Concerto pour harpe et un Concerto pour harmonica, deux Suites pour orchestre, deux Sinfoniettas, douze Symphonies, plusieurs Poèmes symphoniques et Ballets, dont « Dancas Africanas », « Amazonas » et « Uirapuru », quatre Opéras, ainsi que des Mélodies.

Joaquín Rodrigo est né en 1901 à Sagunto (Espagne). Devenu aveugle à trois ans suite à une épidémie de diphtérie, il commença ses études musicales au Conservatoire de Valence avec Eduardo Lopez Chavarri (1881-1970), Francisco Antich et Enrique Goma. Il se rendit ensuite à Paris, où il suivit les cours de Paul Dukas (1865-1935) à la Schola Cantorum, de 1927 à 1931. Il fréquenta alors le milieu musical parisien, et rencontra Maurice Ravel (1875-1937), Manuel de Falla (1876-1946), Igor Stravinski (1882-1971), Arthur Honegger (1892-1955) et Darius Milhaud (1892-1974). Il revint définitivement en Espagne en 1939 après la guerre civile, s'installa à Madrid, et occupa dès 1939 la chaire de musique « Manuel de Falla » créée pour lui à l'Université de Madrid. Le 9 novembre 1940, à Barcelone, fut créé son fameux « Concierto de Aranjuez » pour guitare et orchestre, en hommage à la ville d'Aranjuez, qui possède un palais dans lequel ont résidé les Bourbons d'Espagne. Rodrigo est mort à Madrid en 1999. Devenu immensément célèbre après ce premier succès, il ne cessera de composer, bien qu'il s'en défendait, dans un style « néo-classique » (il disait « national »), pour livrer une oeuvre variée, qui comprend de nombreuses pièces pour guitare, en particulier une Sonate « Giocosa », une Sonate « a la española » et « Tres Piezas Españolas », mais aussi quelques oeuvres pour piano, une Sonate « pimpante » pour violon et piano, trois concertos (« Aranjuez », « Fantasía para un gentilhombre » et « para una fiesta ») pour guitare, un Concerto « Madrigal » pour deux guitares, un Concerto « Andaluz » pour quatre guitares, un Concerto « Heroico » pour piano, un Concerto « de estio » pour violon, deux Concertos (« en modo galante » et « como un divertimento ») pour violoncelle, un Concerto « pastoral » pour flûte et un Concerto « Serenata » pour harpe, « Soleriana » pour orchestre, ou bien encore les « Cantos de Amor y de Guerra » pour Choeur.

John Williams, guitare.
11 commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)