undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

11
4,1 sur 5 étoiles
Inland Empire [Blu-ray] [Import anglais]
Format: Blu-rayModifier
Prix:17,29 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 19 août 2007
Quand Lynch se lâche, on se retrouve immergé dans un long cauchemar visuel et sonore, pour mieux s'y perdre. La sensation est assez désagréable. Mais mille choses inconscientes nous échappent, et on a envie de le revoir plusieurs fois, pour tout saisir, éprouver. Certes, les mêmes procédés reviennent après Lost Highway : personnages doubles, temps en noeud de Moebius... Une nouveauté toutefois : Lynch prouve que le numérique est un bon support pour son cinéma.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 14 octobre 2014
Un bon film de lynch mais son dernier n'est pas mon préféré, et un certain moment le dvd cale vers le milieu mais j'essaierai de le voir sur autre chose pour voir.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 septembre 2013
MEDITATION A LA PLACE DU REVE.

Ce film déstabilise tous les fans de lynch car les personnages du film ne sont plus dans un rêve contrairement à tous les autres films de LYNCH : voilà l'explication du film : une jeune fille polonaise pure se prostitue pour la première fois de sa vie avec un inconnu dans une chambre d'hôtel pour de l'argent et pour rembourser les dettes de son ménage.

Elle appellera cet inconnu LE FANTOME et celui-ci va littéralement la hanter en lui faisant naître des angoisses :

Est il marié ?
Est ce que je vais tomber enceinte à cause de lui ?
Est ce que son éventuelle femme va venir me tuer ?
Dois je annoncer mon adultère à mon compagnon ?
Va t il me quitter suite à cette annonce ?

ELLE VA ALORS MEDITER SUR SES ANGOISSES DANS SA CHAMBRE D' HOTEL : LYNCH L'INDIQUE DANS SA MISE EN SCENE CAR LA JEUNE FILLE A LES YEUX GRANDS OUVERTS QUAND ELLE FIXE LA TELE ALLUMEE MAIS AVEC UNE IMAGE "NEIGEUSE COMME SANS ANTENNE" DE LA CHAMBRE D' HOTEL : ELLE VOIT ALORS SE REMBOBINER A L'ECRAN (COMME UNE CASSETTE VIDEO) DES IMAGES QUE L'ON VA REVOIR PLUS TARD DANS LE FILM.

ON CONSTATE QUE LE PERSONNAGE DE LA JEUNE FILLE S'OPPOSE A CELLUI DE L'ACTRICE DE MULLOLHAND DRIVE QUI ELLE, EST FILMEE EN TRAIN DE DORMIR DANS MULLOLHAND .

Suite des explications: La jeune fille polonaise se demande alors quelles auraient été les conséquences de ses actes si son adultère s'était déroulé aux Etats Unis et commis par une actrice américaine hollywoodienne sans problème d'argent(C'est à dire tout ce qu'elle n'est pas et qui la fait rêver): cette actrice hollywoodienne est "incarnée" par LAURA DERN et son destin immaginé par la jeune fille polonaise connaîtra une fin tragique. Paradoxalement, cela donne du courage à la jeune fille polonaise qui prend conscience que seul l'amour qu'elle porte à son mari a dicté son choix contrairement au personnage fictif incarné par LAURA DERN. A la fin du film, la jeune fille polonaise "sort de sa noirceur" en refusant la même fin que le personnage de LAURA DERN. Courageusement , elle parvient à vaincre ses angoisses et de manière symbolique elle "tue" sur un plan pyschique "le fantôme" à l'origine de toutes ses angoisses.

Toutes ses craintes s'évanouissent grâce à l'amour qu'elle porte pour sa famille.

Du rêve à la méditation, il n'y a qu'un pas que LYNCH a franchi dans ce film ; l'impression laissée est celle de se trouver à l'intérieur du cerveau humain d'où le titre du film "l'empire de l'intérieur". Les images et les sons proposés par LYNCH sont sensoriels, surprenants, cauchemardesques, glauques, intimes et euphorisants à la fin du film.

On est proche d'un aller simple vers la méditation tel un astronaute "de l'intérieur" dont le retour sur terre n'est pas garanti.

Est-ce un grand film ?

Cela revient à se demander si cette expérience cinématographique totalement nouvelle tant au niveau du fonds et de la forme, sans l'apport de la 3D, constitue ou pas un grand film ?

Je vous laisse le soin de réfléchir à la réponse.

Ce commentaire est dédié à tous les fans de LYNCH qui se "sont cassés les dents sur INLAND EMPIRE".
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 19 décembre 2014
Le fait que l'oeuvre soit filmée en DV me chagrine un peu (surtout après la beauté plastique de Mulholland Drive), mais on occulte vite cet aspect lors du visionnage. C'est un long trip aussi dérangeant que fascinant où les personnages se retrouvent dans des situations inattendues. On ne sait jamais réellement ce qui se passe, mais Inland Empire arrive sans difficulté à retenir le spectateur grâce à des scènes très cocasses et hallucinantes.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
25 sur 33 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
500 PREMIERS RÉVISEURSle 25 septembre 2007
Déception (petite) pour le Lynch nouveau. Accouplé à Mulholland Drive, on croirait un diptyque sur la femme et ses errances, le cinéma, le réel et l'imaginaire, le rêve et le cauchemar. Inland Empire en serait alors en quelque sorte le pendant numérique... Lost Highway et Twin Peaks ne sont pas loin non plus.

On retrouve l'univers lynchien, avec ses mêmes codes et sa grammaire fascinante (quitte à taper dans les vieux cartons), son scénario tordu et ses voies impénétrable. Mais la DV, elle, ne se laisse pas si facilement embarquer dans ses obscurs délires. Malgré quelques moments d'anthologie (le visage gonflé de Laura Dern est un trauma visuel à lui tout seul) et une ambiance inimitable, ça pédale un peu dans la semoule numérique. On s'attendait à un renouveau du cinéma lynchien, on se surprend à regretter le 35 mm, qui faisait ressortir comme sur plaque argentique les trouvailles visuelles, et qui ici se dissolvent dans une sombre homogénéité.

On se surprend aussi à bâiller, parfois.

Un film qui partage, donc, à chacun de se faire son avis... il faut le voir, mais je ne pense pas que cet essai à demi manqué fera date dans l'oeuvre du cinéaste.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
14 sur 20 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 14 septembre 2007
Rien de neuf pour ceux qui détestent LYNCH, un trip toujours plus hallucinant pour les mordus. INLAND EMPIRE semble commençer la où MULHOLLAND DRIVE s'arrêtait, tout en renouant avec les débuts d'ERASERHEAD. Un film troublant, que certains trouveront malsain, mais qui est au fond l'expression d'un grand romantique troublé. Avec encore une fois Laura Dern qui atteint des intensités de désarroi inédits. Un Lynch plus labyrinthique que jamais. (Ceci est le commentaire du film, pas de l'édition DVD).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
9 sur 14 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 septembre 2007
lynch prend de la distance, cette fois-ci, avec un certain formatage hollywoodien qu'il avait fini - à trop vouloir le dénoncer - par adopter pour retourner vers de l'experimental plus abstrait. on peut quelque fois le trouver en roues libres, c'est pourtant ce qui lui permet de présenter une œuvre labyrinthique spectaculaire autour de ses obsessions récurrentes (schizophrénie, mondes parrallèles, uchronie... ) en traçant le portrait d'une femme -d'une société ?- en déroute. nombres de scènes sont magnifique, le résultat est hypnotique.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Bon, certes, il y a toujours chez Lynch le plaisir de se plonger dans un univers formel atypique, une expérience esthétique, une manière de filmer et de photographier à part, de superposer des histoires, de les imbriquer les unes dans les autres pour former un tout plus ou moins cohérent. Mais ce serait réduire le cinéma au rang de sons et lumières. Il y a également cette ambition d'aller dans les tréfonds du psychisme ô combien tourmenté de l'être humain, ici en la personne de l'époustouflante Laura Dern qui va sombrer corps et âme dans les affres de l'adultère: tentation, séduction, culpabilité, sexualité glauque et la peur des conséquences de l'acte (enfant adultérin, violence, vengeance). Pour "apprécier" un Lynch, il faut paradoxalement faire preuve d'un certain relâchement, renoncer à tout interpréter (je n'ai toujours pas pigé le pourquoi des personnages de sitcom à têtes de lapin), ne pas céder à la volonté de toute puissance du cinéphile. Cependant, chaque hantise est ici représentée par un avatar de Laura Dern; ils s'y succèdent, se croisent, s'entrechoquent, s'affrontent, dans un tourbillon de tourments qui font de Inland Empire aux allures si hermétiques un film très humain.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 25 mai 2008
Je voudrait tout d'abord dire que ce film est très dur à comprendre. Mais lorsqu'on connaît l'univers de Lynch on sait qu'il ne faut pas se fier à ce qui est montré à l'écran. Dans ce film il faut se laisser submerger par l'atmosphère (puissante) du film et là c'est le bonheur. Pour aimer ce film il ne faut pas vouloir y trouver une logique, car il n'y en a pas. Pourtant malgé cela on se doute que tous les fils de l'histoire sont liés. C'est tout l'art de Lynch et c'est ce qui fait à mon avis de lui un réalisateur vraiment doué et à part. Pourtant si vous ne connaissez pas ses films ne regardez pas INLAND EMPIRE en premier car vous pourriez très vite être complètement déboussolé et ne rien trouvé de bien à ce film. Il me semble donc qu'il faut d'abord se familiariser à l'univers de Lynch avant de le visionner. Et si vous adorez comme moi les univers que créent Lynch alors vous allez adorer INLAND EMPIRE!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
26 sur 64 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Lynch s'autocite dans ce nouveau labyrinthe... Les connaisseurs savoureront les liens et références aux autres oeuvres du maître... Je dois avouer que j'ai sommeillé au cinéma, l'image digitale est un peu moche et on ne capte vraiment pas grand-chose à ce qui se passe tout en étant très loin du plaisir offert par les précédents films. On a un peu l'impression d'un cinéaste à court d'inspiration, alors qu'apparemment, le mode filmique ici utilisé a complètement renouvellé son inspiration (dixit les interviews à la sortie en salle). Mais Lynch a une place tellement à part... La sortie DVD (avec des bonus costauds j'espère) permettra peut-être de ré-évaluer ce monstre-là (le film, pas le réal, hein...)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Mulholland Drive [Blu-ray]
Mulholland Drive [Blu-ray] de Justin Theroux (Blu-ray - 2010)
EUR 14,99

Une histoire vraie (The Straight Story)
Une histoire vraie (The Straight Story) de Sissy Spacek (DVD - 2001)
EUR 7,99