undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW Cloud Drive Photos FIFA16 nav-sa-clothing-shoes cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

54
4,6 sur 5 étoiles
Exile on Main Street
Format: CDModifier
Prix:9,98 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 15 juin 2010
tout a été dit sur ce disque,mais meme si il n'y a pas a proprement parler de tube sur cet album disent certain,je pense que cet album est et de loin le meilleur des stones.j'adore ce coté artisanal et peu produit qui donne un resultat a nul autre pareil.t bon investissement.remasterisation bien réussie.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Après la réédition des Beatles, après le revival de Jimi Hendrix, les aficionados des sixties peuvent retrouver dans cette compilation rénovée et enrichie, les mélodies erratiques portées par des riffs mordants, et le parfum vénéneux du fameux spleen stonien.
Dans les caves chaudes et humides d'une superbe villa patricienne plongée au coeur de l'été méditerranéen, au sein des fumées délétères et des vapeurs alcooliques, dans une sorte de vertige lascif, s'établit une alchimie improbable mais parfaite entre la plainte suave du blues et les divagations hallucinées du rock'n roll.
Ça démarre en vrombissant sur la basse térébrante de Rock Off, vite rejointe par une rythmique d'enfer et un tonnerre étincelant de cuivres. Tout de suite le trip est engagé, impossible de renverser la vapeur.
On décolle franchement avec Rip That Joint. Crénom, c'est certain, ça ne redescendra plus. Pulsation qui nait de l'échine et parcourt en les déchirant délicieusement, les chairs jusqu'aux reins. Le beat enjôleur de Shake Your Hips fait se lever les dernières réticences. Puis c'est dans une pâmoison continue, que s'enchainent une nuée de titres, liés par une force harmonique et une logique apodictiques : Casino Boogie, Tumbling Dice, Loving Cup, Happy, Shine A Light... ça coule de source dans les oreilles éblouies et ça se fait parfois doux comme le miel (Let It Loose, ou le superbe Following The river, indédit). A certains moments, on croirait presque entendre les cigales dans l'arrière plan (Sweet Black Angel) ou le rythme régulier et lent des pales d'un ventilo géant remuant nonchalamment l'air de cette session torride (ventilator blues). Puis ça repart de plus belle en tournoyant, en éructant, en jappant, en feulant, en criant à perdre haleine.
Indicible distorsion du temps dans ce torrent idéal de musique, montée extatique de pulsions amoureuses, moiteur rubescente des nuits azuréennes, Tout se conjugue pour donner à cet ensemble le goût des plaisirs trop rares, où l'incandescence du rêve est un baume souverain, qui sublime et prolonge les sensations éphémères tirées du réel...
33 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
UN des meilleurs parce que les Stones ont un des répertoires les plus riches des 40 et quelques dernières années.
EXILE renferme certains de leurs plus beaux jouyaux.
Peut-être parce qu'ils avaient trouvé le successeur de ce malheureux Brian Jones, le touche-à-tout qui a porté le groupe aux sommets: je veux dire Mick Taylor, un des nombreux poulains de John Mayall (comment il a fait pour les dénicher, les Clapton et autres).
M. Taylor apporte une pureté dans le jeu de guitare qui magnifie ce que Keith ne peut faire tout seul.
S'ils avaient pu le conserver, la suite de leur carrière aurait été amplement modifiée: le pauvre Ron Wood ne vient pas à la cheville de M. Taylor (et dire que Ron faisait partie du groupe de Rod Stewart).
EXILE est un condensé de ce que les STONES pouvaient (peuvent encore ?) faire de meilleur. Tout ce qui a fait leur renommée pendant les années antérieures y est encore: rock, blues, ... (et, hélas! une espèce de gospel qui n'est définitivement pas leur marque de fabrique).

Magnifique quand même.
5 étoiles vraiment méritées.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 21 juin 2001
Exile on Main Street est avec Sticky Fingers l'un de tout meilleurs albums des Stones. Le groupe est en 1971 a son apogee, orgies de concerts. Brian Jones laisse sur le bord de la route, le surdoue Mick Taylor (John Mayall and the Bluesbreakers) va le remplacer et apporter une touche bluesy et sublime a l'ensemble stonien. Richards a profite de son voyage americain pour s'initier au technique de bottleneck de son ami Gram Parsons. Le resultat est majestueux, on passe du blues cajun a la country la plus sommaire, du rock agressif a une soul splendide. Si le rock devait etre resume en une vingtaine de titres, ce serait Exile. Tout simplement.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 26 octobre 2010
Du pur génie stonien !
j'ai eu envie de l'acheter après une émission sur le sujet diffusée sur ARTE
Période difficile pour les stones (l'exil ,la drogue, le fisc, les tensions entre Jagger et watts...) le blues quoi !
l'arrivée de Mick Taylor ( de John Mayall & the bluesbreakers ) y est sans doute pour quelque chose du moins dans les sonorités.
A propos , samedi dernier ( 23/10/10) je suis allé écouter John Mayall à Poitiers pour 25 euros, s'il passe par chez vous , allez-y vous passerez un très bon moment.

à écouter en boucle !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
14 sur 17 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 23 février 2004
Pas un morceau faible, une musique chaude, black et rock, des guitares qui circulent de Detroit au deep south, louchant blues noir mais aussi country rock (école Flying Burrito, Gram Parsons). Keith Richards enfante les riffs comme si demain c'était fini (pour beaucoup de fan des Stones ce fut d'ailleurs le cas), quant à Mick Taylor il est immense(nuance, finesse, inspiration, sonorité). Les titres ravageurs sur scène dans les foules de live à venir (Rocks off, Tumbling dice) prennent une coloration laid back dans leur version d'origine. Un des 10 albums majeurs de l'histoire du rock. INDISPENSABLE.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
D'abord, bravo à Amazon pour la rapidité de ma livraison! Quand on attend, c'est un peu Noel avant l'heure! Quand au disque, la 1ere partie, tout le monde en convient enfin, on touche au sublime! Pour ce qui est des bonus, hé ben c'est des "bonus", justement. Inegaux, qui va du très beau au pas "très beau". Moi j'aime tout, mais je suis bon public, tout à la joie d'entendre certains morceaux que j'avais en "pirates", avec des morceaux sans paroles, ou au son un peu crado... là, il y a de belles choses, vraiment, mais on est en 2010, et les gens ne rêvent plus devant une belle pochette, un peu mystérieuse, avec des faces de 4 ou 5 morceaux, maintenant y a indigsetion. Le "plus" tue le "bien"... Bof, ça fait rien, je l'écoute comme en 71, en prenant le temps, et on criera peut-être au chef-d'oeuvre dans quarante ans, comme pour "Exile". Prenez le temps, votre pied, et bienvenue à Nellcôte, on est en 1971...
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
15 sur 19 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 24 juin 2004
Comme beaucoup d'inconditionnels des Rolling Stones, il m'a fallu du temps avant d'apprehender ce qui se revele etre un joyau de leur discographie.
En effet, tous les titres sont excellents et explorent chacun une face des nombreuses racines du rock dans son sens le plus large : la rencontre des musiques blanche et noire americaine. Depuis la country et le boogie jusqu'au blues et au gospel se rejoignant dans la soul, les Rolling Stones realisent ici 18 exercices de style qui, sans necessairement percer de breche dans ces frontieres musicales, proposent des incursions et des chemims de traverse assurant a l'ensemble une coherence encore inedit.
Le seul hic vient de l'ordre des titres, malheureux a mon gout : certains enchainements ouvrent des pistes qu'un titre mal place vient briser.
Considerez cet album comme un puzzle qu'il vous faut reasembler afin d'ecrire vous-memes votre propre histoire du rock & roll.
Bonne quete !

(PS : l'enchainement
1-2-3-7-8/10-11-15-6/5-9-12-13-16/4-14-17-18
est magique...)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 janvier 2007
Je n'entendais que du bien de "Exile" je l'achète donc sans l'écouter (c'est un Stones tout de même). Surpris, à la 1ère écoute je n'arrive pas bien à cerner les morceaux, en clair je n'ai pas vraiment accroché, aucun morceau ne tire son épingle du jeu... alors pourquoi tant d'éloges?! Mais comme tout chef d'oeuvre, la 1ère écoute n'est jamais représentative. Et là, une révélation: chaque morceau se situe à un niveau (de perfection) semblable, voilà ce qui va vous désorienter par rapport à un Beggars Banquet ou encore un Let it Bleed. Exile s'avère être un album unique dans leur discographie, tous les styles (country, blues, rock, folk), les musiciens (Mick Taylor et Keith Richards en tête) se complètent judicieusement. Ecoutez "Let it Loose" et la non-chalance avec laquelle Jagger s'exprime... Bref, indispensable, indémodable, et comme dirait Keith: "Je vous signale que dans un 1er temps, tous nos amis rock-critics ont trouvé ce disque nul à chier. J'ai les noms!"
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 23 septembre 2014
Je ne critiquerais pas l’œuvre car tout a déjà été dit et redit. Cet album est essentiel, fantastique. Personnellement c’est mon disque préféré de tous les temps et je lui mettrais facilement 6 étoiles si je le pouvais. Là où le bât blesse, c’est au sujet de cette nouvelle édition. Sans rentrer dans des débats d’audiophiles, je constate simplement que j’ai écouté ce disque pendant plus de 20 ans sans jamais m’en lasser alors que je n’arrive plus à l’écouter en entier avec l’édition présente (que j’ai eu le tort d’acheter). Ce certain, le son claque !!! Il claque même tellement qu’il en est réellement pénible, agaçant. Au bout d’à peine une demi-heure j’ai les oreilles qui fatiguent et la musique me rend irritable. Trop d’aigues et de médiums peut-être, son trop criard et voix trop métalliques, je ne sais pas trop… Bref, selon moi ce merveilleux disque est devenu proprement inécoutable dans cette version alors que j’ai toujours le même plaisir à l’écouter avec ma vieille version remasterisée de 1994. Donc voilà, pour cette édition c’est une seule étoile tant elle nuit à l’œuvre. J’en mettrais zéro si je le pouvais. J’ai vérifié avec les autres albums des Stones de 1971 à nos jours. Même constat, ils sont pratiquement tous inécoutables. Je m’étonne que les artistes et maisons de disque laisse sur le marché des choses pareilles. Les ingénieurs du son écoute-t-ils les disques ? Ont-ils les oreilles pourries ? Je me pose la question. Un conseil, que ceux qui ont les anciennes éditions les gardent précieusement et que ceux qui veulent découvrir les Stones de 1971 à maintenant cherchent les éditions Virgin de 1994 d’occasion.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Sticky Fingers
Sticky Fingers de The Rolling Stones (CD - 2015)


Let It Bleed - Edition remasterisée
Let It Bleed - Edition remasterisée de The Rolling Stones (CD - 2015)